AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Repérage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Repérage   Jeu 7 Aoû - 0:28

22h. L’heure de la mascarade. Les bals masqués commencent à cette heure, précisément. 22h. L’heure du crime ! Celui des identités aux oubliettes, des parades et des flirts. L’heure a sonnée.

Le cadran sur la table à chevet hurla, une main vint le faire taire en s’abattant dessus. La chambre était plongée dans l’obscurité. Nul vêtement ne traînait, il n’en possède pas suffisamment pour se permettre se luxe. Nul décoration, il n’en voit pas l’intérêt. Et nul son, si ce n’est celui des draps qui se froissent, forcés à laisser s’échapper leur proie, encore une fois.
Guillaume Vollmer s’assis sur le bord de son grand lit, étira ses bras en les levant bien haut, étira son dos en faisant geindre les disques métalliques d’un tour de taille et se leva. Deux machines émergeaient de son sous-vêtement, et ces machines, elles se mirent à bouger, menant les restes du corps d’un homme dans une petite salle de bain adjacente à la chambre.
Se penchant vers le robinet qu’il venait d’ouvrir, l’homme s’aspergea le visage d’eau froide, puis se redressa et se fit face un instant dans le miroir de la pharmacie. Il passa une main dans ses cheveux, se massa le visage, et ouvrit l’ « armoire miroir ». Une dizaine de petits tournevis trônait au-dessus d’une brosse à dent, d’un tube de dentifrice et autres objets courants. Guillaume s’empara de l’un des outils puis prit place sur le siège de toilette. Une vis au genou droit devait être resserrée un peu.

Fin prêt, Guillaume ferma la porte de son appartement en sortant et, mains dans les poches, s’en alla nonchalamment vers son speeder garé non loin devant l’immeuble. Pour l’occasion, il avait opté pour un pantalon noir ajusté, ordinaire, un t-shirt tout aussi banal, un blazer noir qu’il laissa ouvert et finalement, des verres teintés de forme rectangulaire. Mais ce look banal n’en était pas moins important, vu les circonstances de la sortie. Les pieds dans ses bottes à lacets, il monta dans son aérodynamique et adoré véhicule, démarra et s’engagea à vitesse élevée dans une voie qui le mènerait dans un quartier où il n’était pas très commun de croiser des types dans son genre.

Il se gara dans une ruelle déserte, sortit du speeder, enclencha le système de sécurité en un « mip mip » sonore et rejoint le trottoir. La faune. La voilà qui se déployait dans toute sa bassesse. Un très court moment de réflexion ainsi qu’une brève observation le fit changer d’avis à propos du blazer. Il le retira et alla le ranger dans le speeder. Alors, alors, où allait-on?

Le bal, c’était ici, un peu partout. Des nombreux pubs bordant la rue émanait le parfum de l’alcool mêlé aux effluves naturels des hommes. Des chants grotesques résonnaient de celui-là, la tristesse d’un accordéon de celui-ci, la mélancolie d’une voix rauque du pub d’à côté… Et les danseurs, c’était eux, tous. Cet ivrogne chancelant, bouteille à la main, cette femme adossée au poteau, les atouts exposés, ces jeunes gens en rut, ces autres là en guerre. Le bal avait commencé, Guillaume s’y mêla aisément, verres teintés sur le nez.

C’est dans un pub au coin d’une rue que sa route s’acheva. Y régnait une ambiance mystérieuse. Ni festive ni tendue, l’atmosphère était plutôt sombre, comme si ici, le secret était partout. Le Sous-chef en ces lieux anonyme s’installa à une table pour deux dans un coin de la vaste pièce. Il commanda une bière, que l’on lui apporta vite fait. Il but lentement, observant les alentours en patient mais attentif spectateur. Le levé du rideau ne saurait tarder…


Dernière édition par Guillaume Vollmer le Lun 18 Aoû - 4:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Repérage   Jeu 7 Aoû - 19:40

Alexis devait tuer un total inconnu, un homme invisible et inexistant peut être. Elle avait accepté le travail, prenant cela comme un défi, mais après ses investigations et devant la non existence de renseignements, elle avait vite déchantée. Une seule information : il fréquentait les quartiers populaires, une vaine ! Alexis avait donc tenté sa chance au Carrée, au cas où… Elle avait passé sa matinée assise à la terrasse d’un café, à regarder les passants, écouter les conversations environnantes et … fumer. Elle allait payer le barman et partir lorsque ce dernier lui demanda ce qu’elle cherchait ou attendait.

_ Oh, je cherche un homme dont personne de connaît l’existence, qui n’a aucune adresse connue et dont je ne sais strictement rien ! T’inquiètes pas, je finirais bien par trouver…

Elle était sarcastique et furieuse de ne rien savoir sur sa victime ; d’habitude, elle avait tout de même un semblant d’information, là rien, nada! Elle tournait les talons pour partir lorsque le barman l’interpella.

_ Déstresses un peu ma vieille, il s’appel Gaétan et habite la plus haute maison de la rue d’en face et il…

Elle sorti du café en courant presque, la mine radieuse : elle touchait au but. Cet inconnu était un cambrioleur, malin et factice. Elle pénétra dans la ruelle en regardant les toits, le plus grand, plus grand …. Celui là ! Elle avait trouvé ; elle sortit un de ses Berettas, le laissant pendre sans plus d’intérêt, dans sa main gauche. Elle ne patienta que quelques instants, puis un homme déboucha sur la ruelle, manquant de lui rentrer dedans. Sans plus de familiarités, elle leva son arme et tira : l’homme s’effondra. Elle fouina dans sa poche de veste pour trouver son identité ; un mot entraperçu, Gaétan. Elle tourna les talons, rengainant son arme ; Gaétan ne serait plus un habitué du café.

La nuit était tombée. Alexis se promenait dans les rues des bas quartiers, dans la chaleur humaine émanant des pubs qui les bordaient. Elle venait de passer une journée chaotique, à la recherche d’un homme dont tout le monde ignorait le nom, le domicile et les activités : autant chercher une aiguille dans une botte de foin, surtout à Anthélima. Elle cherchait un endroit calme ou elle pourrait boire tranquillement et peut être s’amuser un peu. Les pubs qu’elle croisait étaient trop bruyant, trop festifs ; au coin d’une rue, un établissement était calme, quelques badauds adossés au comptoir discutaient. Elle décida d’entrée, se jucha sur un siège pour s’accouder au bar et commanda une bière. Lorsqu’il lui tendit sa commande, le barman la reluqua intensément : elle avait envie de l’égorgée. Elle alla donc s’installer dans un coin sombre du bar, à une table, seule, adossée au mur. Elle but une gorgée, ferma les yeux un instant pour se décontracter. Lorsqu’elle les rouvrit, un homme s’était installé à une table, une bière lui faisait face. Il scrutait les personnes présentes dans le bar, son regard ne s’attarda qu’à peine deux seconde sur Alexis pour revenir aux hommes accoudés au bar. Alex le trouva trop insistant sur son observation ; il avait choisis une table à deux, elle décida donc de s’inviter. Elle se leva et se dirige vers lui ; sans lui demander la permission, elle s’assit en face de lui.

_ T’as l’air perdu… C’est la première fois que je te vois dans le coin, tu cherches quelque chose ?

Le ton était jovial et chaleureux. Mais Alex était curieuse et son instinct lui disait de ce méfier de cet homme, il cachait quelque chose…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Repérage   Ven 8 Aoû - 1:09

Cet homme assis au bar portait à sa taille une arme que Guillaume avait souvent vue accrochée à la ceinture de nombre de pirates. Le sabre briquet avait l’une de ces lames pratiques, pas trop longue et donc pas trop encombrante, elle n’attirait pas l’œil, discrète, mais bien aiguisée, elle était aussi efficace que la lame d’une épée ou d’un poignard.
Il bu une nouvelle gorgée, changea de cible mais prenant également soin de prendre mentalement note du détail. Il reviendrait à ce suspect après un tour de table. D’un client à l’autre, la Sentinelle détaillait les individus susceptibles, à première vue, d’entretenir quelques liens avec les pirates, ou d’être eux-mêmes pirates. Il ne confronterait personne ce soir, ni n’interrogerait qui que ce soit, mais si vraiment les indices le menaient à soupçonner sérieusement quelqu’un, il le suivrait, question d’en savoir davantage, et de revenir mieux préparé.
C’était, somme toute, une soirée tranquille pour le Sous-chef, la routine. Incapable de complètement décrocher du travail, il passait ses occasionnelles soirées en solitaire à scruter à la loupe Anthélima, à la recherche de ces rats de pirates qui la polluaient.

Sa solitude cependant, ce soir, s’avéra temporaire. Drôle de hasard, c’était une femme qui vint la troubler. Une femme, par ailleurs, très belle. Voilà qui ramenait Guillaume à ses habitudes. Il lui sourit d’un air amusé. Pas pressé, il prit le temps de boire une autre gorgée de sa bière avant de répondre, profitant de ce court instant pour attraper d’un rapide coup d’œil un dernier détail sur un homme qu’il avait observé un peu plus loin. Un tatouage.
Reposant son verre devant lui, Guillaume baissa les yeux, retira ses verres teintés et tourna la tête vers la jeune femme. D’une voix basse, d’un ton calme, il prit la parole.

-Oui… Je cherche quelque chose.

Il sembla réfléchir, puis précisa.

-On cherche toujours un peu quelque chose, non?

La question était nébuleuse, mais lui ne semblait nullement dérangé par l’imprécision de ses propos, comme s’il s’agissait là d’une question on ne peut plus banale. Il aurait parler du temps qu’il faisait que son ton aurait été le même.

-Je ne suis pas du coin. Reprit-il, J’étais seul et je m’ennuyais, j’ai décidé de… partir à l’aventure.

Un sourire espiègle se dessina au coin de ses lèvres alors qu’il goûtait de nouveau la liqueur alcoolisée qui dormait dans son verre. Il est vrai que le quartier pouvait donné lieu à toutes sortes de mésaventures, des déboires avec les reines de la rue aux malentendus avec les marchands de rêves en pilules… Ou encore, des rencontres avec de mystérieuses damoiselles…?
Cette possibilité n’inquiétait nullement Guillaume. Confiant, il accueillait généralement les nouvelles rencontres, celle-ci inclusivement, sans attentes particulières et puis, malgré les accessoires particuliers qu’arboraient la jeune femme, il ne se laissait pas impressionner.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Repérage   Ven 8 Aoû - 13:02

Il la regarda s’asseoir, vaguement amusé. Alex était méfiante, bien qu’elle soit allée l’abordé ; il lui semblait étrange qu’un parfait inconnu se promène dans les quartiers malfamés de la ville. Il devait forcément chercher quelque chose, mais lorsqu’elle lui posa cette question, il prit le temps de répondre et de terminer d’un œil vif son observation. Il but une gorgée de sa bière, la jeune femme en fit autant. Puis il prit la parole, affirmant que oui il cherchait quelque chose, mais que tout le monde recherchait quelque chose. Alex haussa un sourcil, quelque peu contrarié par cette réponse mais ne releva pas. Il lui précisa également qu’il n’était pas du coin et qu’il avait voulu partir à l’aventure, devant sa solitude. Alexis rigola quelque peu.

_ Pour l’aventure, tu risques d’être servit ! En revanche il est très imprudent de trainer ici si on ne connaît pas le quartier…

Elle but une gorgée de bière, tout en réfléchissant : il cherchait quelque chose, de cela elle en était sûre, même s’il avait essayé de dévier la question. S’il voulait de l’aventure, il y avait une multitude d’établissements bruyants qui offraient toutes sortes de possibilités, alors que celui-ci était très calme : le quartier ne lui était pas si inconnu que ça… Un sourire espiègle aux lèvres, il la regardait, ses yeux, furtifs, notant chaque détail de sa tenue, de ses mouvements. Il était beaucoup trop observateur pour être ici par hasard… Alexis voulait savoir qui il était vraiment, elle était curieuse ; et au risque, s’il était trop curieux, lui, elle pourrait toujours le tuer. Elle enleva sa veste en cuir et la déposa sur le dossier de sa chaise ; bien que l’air soit frais, une certaine chaleur régnait dans la pièce. Son interlocuteur allait une fois de plus porter la choppe à sa bouche, lorsque ses yeux se posèrent sur les revolvers de la jeune femme ; son mouvement s’interrompit une fraction de seconde, mais il ne tarda pas à relever les yeux vers le visage souriant d’Alex, tout en buvant sa bière.
Sa réaction était mesurée, il savait donc se contrôler et contrôler ses réactions. Encore un détail qu’Alex emmagasina. Il était assez grand, musclé, mais restait plutôt maigre ; il devait être agile et rapide. Ce n’était pas un physique de parfait touriste, il était plus que ça, beaucoup plus… Alexis décida donc de rentrer dans le vif du sujet ; qu’avait-elle à y perdre de toute façon ?

_ Je t’ai observé quelques instants tout à l’heure, il n’est pas très prudents ici d’épier les gens comme tu le fais, surtout s’ils s’en rendent compte…, le ton était dégagé, comme si Alex ne prêtait pas vraiment attention à ce qu’elle disait. Mais je ne doute pas que tu puisses te défendre, n’est-ce pas ?

L’air espiègle, elle leva la main pour commander une autre bière. Son interlocuteur paraissait indécis, mais nullement gêné ; quoique dans la faible luminosité du pub, il était difficile d’en juger. De toute évidence, il réfléchissait et la jeune femme décida de lui laisser le temps de répondre, temps qu’elle mit à profits pour porter à ses lèvres la choppe nouvelle que lui avait apporté le barman. Puis soudain, des cris retentirent au loin, assez loin, mais se répercutant sur les murs des ruelles. Des cris de désespoir ; avait-on découvert le cher Gaétan ?

L’homme qui lui faisait face se retourna quelque peu vers la rue, histoire de jeter un coup d’œil. Un sourire carnassier aux lèvres, Alexis se délectait de chacune des notes de détresse qui lui parvenaient.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Repérage   Ven 8 Aoû - 22:22

Sa bière tirait à sa fin. Normalement, une fois sa commande consommée, Guillaume se serait levé et aurait filé chez lui pour compiler les informations amassées dans la soirée. Il aurait dormi un peu, serait rentré travailler dès le matin, et tout aurait été comme d’habitude. Cependant, les événements ce soir se déroulaient autrement, mais il fallait faire avec. S’ajuster, changer les plans à l’improviste, cela faisait partie des qualifications d’une Sentinelle. Le Sous-chef n’avait aucune objection. Même que, l’imprévu avait quelque chose d’attrayant. Et puis, cette femme assise près de lui empestait le mystère. Sa seule présence était peut-être même un risque. Sa façon de se vêtir, ses armes, son attitude et son intérêt un peu suspect à l’égard de Guillaume étaient tous des facteurs qui portaient la Sentinelle à croire que l’avenir proche n’avait rien de certain. Tant mieux.
Il ne resta plus qu’un fond à son verre après la gorgée qu’il prit à cette pensée. Alors que la femme se commanda à boire, lui répondit, arborant un large et franc sourire et laissant échapper un court éclat de rire.

-Ah ça je sais pas trop, hein!

Il alla pour poursuivre, mais fut interrompu par des cris de l’extérieur. Dans le pub, on se leva, on s’approcha de la fenêtre, certains même sortirent pour aller voir de plus près ce qui s’était passé. Guillaume sembla préoccupé par l’événement un instant, comme tout le monde, ou presque, dans l’endroit. Il suivit des yeux quelques individus, tenta d’attraper au vol des bribes de conversations qui pourraient lui en révéler un peu plus sur ce qui passait dehors. C’est alors qu’un homme barbu, le genre qui aurait aisément pu passer pour pirate, entra en trombe dans le pub et se mit à parler à voix haute, s’adressant à personne et tout le monde.

-Y’A CE FANTÔME DE GAÉTAN QUI S’EST FAIT DESCENDRE! LA POLICE S’EN MÊLE!

Un vent de désapprobation prit la clientèle. On hua avec force la mention de la police. Guillaume esquissa un sourire, amusé, avant de terminer sa bière d’un trait. Alors seulement, il reporta son attention à sa voisine de siège, ayant dans l’idée de reprendre la conversation. L’air qu’elle affichait était étrange, mais Guillaume ne s’y attarda pas trop longtemps, car justement, cet air, il suffit amplement à confirmer ses soupçons : elle n’était pas claire, mais alors là pas du tout. Qui prenait un tel plaisir à entendre de tels cris d’horreur? Quelqu’un qui ne craignait pas l’horreur, ou encore quelqu’un qui savait la faire naître.

-Ce que j’allais dire c’est que, en fait, je suis pilote, pour une compagnie d’aérostats de transport. Je suis en service pour un voyage Abyr-Anthélima. Alors bon, si je peux bien me défendre... Je préfèrerais ne pas avoir à le découvrir!

Dans le pub, l’ambiance plutôt calme était revenue tranquillement, les cris s’étaient évaporés dans l’air et il sembla que la mémoire des gens faisait son œuvre, ou encore, l’habitude?

-Dites, ça arrive souvent, dans le coin, ce genre de truc? Demanda Guillaume d’un air intéressé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Repérage   Ven 8 Aoû - 23:12

Sa réponse fut courte et rapide : deux procédés pour couper court à toutes explications.
Les cris retentissaient, repris en cœur par les badauds dans les pubs, dans la rue, dans toutes les rues qui séparaient les deux jeunes gens des cris d’origines. Les gens se bousculaient, parlaient entre eux, tout ceci formant un bourdonnement. Puis tout à coup, un homme entra en trombe dans le bar, vilipendant que Gaétan s’était fait descendre et que la police était sur place. Des protestations, des jérémiades et autres babillages sans importance suivirent la nouvelle. Alexis se reteint de sourire encore plus, elle était aux anges. Son œuvre prenait des proportions, comme à chaque fois d’ailleurs ; on ne tarderait pas à entendre que la tueuse à gages avait encore frappée, que Zahra n’était pas loin. L’interlocuteur de la jeune femme parut amusé par tout ce tintouin ; il se retourna de nouveau vers elle et termina sa bière d’un trait. Il s’attarda un instant sur l’expression de la jeune femme, qui sourit de plus belle ; apparemment, ce qu’il avait vu n’était pas pour le réjouir.

Il reprit la parole pour lui expliquer sa présence ici et son aptitude à se défendre. Pilote d’Aérostats de transports ? Alexis en doutait ; elle ne montra rien, mais réfléchît. Cet homme lui mentait, elle en était sur ; les pilotes d’Aérostats ne trainaient que très peu dans ces quartiers, ils préféraient ceux des populaires. Il n’était pas ce qu’il prétendait, il était malin, il lui mentait… Mais que cachait-il ? Sa façon d’observer les gens n’était pas naturelle. Alexis aussi avait l’habitude d’observer les gens, mais pas aussi intensément ; lui, les scrutaient, notant chaque détail. * Il ferait un parfait policier ! *, pensa Alexis. Peut-être était-ce ce qu’il était ? Elle ne releva pas, plongé dans sa réflexion.
Il posa une question qui provoqua un sourire amusé à la jeune femme. Ce genre d’évènements se produisaient-ils souvent dans le coin ? * Oh, à peut prêt tous les jours ; ça dépend mon humeur…* Mais Alexis ne pouvait pas lui dire cela ; s’il était de la police, leur petite discussion risquait de mal tourner…

_ Oui, ça arrive souvent ! En fait pratiquement tous les jours : Zahra est vraiment de mauvaise humeur en ce moment…

Elle avait prononcé cela comme une évidence, sur le ton de la confidence. La connaissait-il ? Elle n’en doutait pas, il lui était devenu difficile de rester inconnue. Ah, célébrité quand tu nous tiens… Alexis avait su se forger un nom, un nom qui flottait toujours dans l’air quand un crime était commis. Un nom que la police rapprochait facilement à un meurtre. Il lui courait après depuis pas mal de temps, sans jamais l’avoir attrapé, sans même l’avoir déjà vu. Les seuls indices dont ils disposaient étaient un nom, Zahra, celui d’une femme avec un tatouage sur l’épaule droite. Lorsque la police où les sentinelles faisaient leur petit tours dans les bas quartiers et qu’ils posaient des questions, les seules réponses qu’ils recevaient étaient des grognements désapprobateurs ; ils avaient tous peur des représailles. Lorsqu’elle voyait débarquer les uniformes dans les bas quartiers, Alexis s’arrangeait pour s’éclipser.

Elle espérait qu’ils ne viendraient pas jusqu’ici, lorsqu’elle en vit un déboulé d’une ruelle. Les choses allaient se compliquer… Elle ne pouvait pas s’éclipser, sinon son interlocuteur se douterait de quelque chose et pourrait alors fournir une parfaite description. Le policier fut rejoins par deux autres collègues, qui entreprirent d’interroger les badauds. Ils avançaient, peu à peu ; puis se séparèrent, l’un continuant ses investigations dans la rue, l’autre allant dans le sens opposé, et le dernier allant… vers le pub où elle se trouvait en compagnie de cet inconnu.
Les choses allaient devenir complexes ; bien que la police ne connaisse pas sa description, les armes et le tatouage qu’elle portait, eux, étaient connus. Elle se dépêcha de renfiler sa veste devant le regard interrogateur du bel inconnu.

_ J’ai froid … Je …

Elle se tut, le policier venait d’entrer dans le bar. Son interlocuteur s’était retourné, perplexe. Alexis hésitait ; partir en courant ou rester à sa place, sans bouger…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Repérage   Mar 12 Aoû - 23:40

Zahra. Tient, tient, un nom familier. Chez les policiers, ce nom, c’était coutume de l’entendre. Du côté des Sentinelles, cependant, plus ou moins, vu leur intérêt pour les pirates, et vu l’occupation de la dite Zahra, soit du genre plutôt indépendante. La criminelle, disait-on, agissait seule et ses victimes étaient éparses, c’est-à-dire hasardeuses, en quelques sortes. Souvent des gens impliqués dans quelques conflits, majeurs ou de moindre importance, voire aucun, mais la tueuse n’avait vraisemblablement rien à voir avec les divers partis de ces conflits. Elle tuait pour tuer. Ou plutôt, tuait parce qu’elle y était employée…
Guillaume repassait tous les souvenirs qu’il avait au sujet des informations concernant Zahra. Il avait jadis jeté un coup d’œil sur le dossier mais, sans plus. Le cas ne l’intéressait pas particulièrement, car lui, c’était les pirates, qui l’intéressait. Du moins principalement car là, vu les circonstances, il semblait que Zahra était au centre de l’événement de la soirée. Alors, voyons voir. Il sembla au Second qu’aucune information au sujet de l’apparence physiquement de la criminelle n’avait été répertorié si ce n’est…. Il n’arrivait pas à se souvenir.
Cela dit, la demoiselle assise devant lui n’en était pas moins particulière. La voilà qui parlait des humeurs de Zahra, maintenant. Certes, ça ne pouvait rien dire, mais tout de même, Guillaume préféra relever. Cette femme qui des cris d’horreur éprouvait plaisir, et qui maintenant parlait d’une tueuse comme si elle la connaissait était soit familière avec le milieu du crime, soit simplement cinglée. C’est à ces conclusions qu’en vint Guillaume lorsque la jeune femme reprit la parole et que presque au même moment, un policier entra dans le pub. C’est à cet instant seulement qu’il remarqua le tatouage de la femme, ou plutôt, qu’il fit l’association avec Zahra. Mais il ne vit que partiellement et très brièvement le tatouage, ce qui le plongea dans le doute, mais dans un doute très fragile. Guillaume en était presque sûr maintenant, il ne faisait pas face à n’importe qui.

Il se leva. Le policier regarda dans sa direction, fronça les sourcils, comme s’il cherchait, puis sembla avoir mit le doigt sur l’information qu’il cherchait. Cependant, il s’efforça de ne rien laisser paraître et s’éloigna afin d’aller interroger quelques hommes assis au bar.

-Ce n’est pas que je m’ennui mais, j’ai du boulot demain et, mieux vaudrait pour moi tenter de profiter des quelques heures de sommeil qui me restent. Merci pour votre compagnie et… Bonne chance.

Il lui adressa un clin d’œil, sourire en coin puis, sans plus s’attarder, prit le chemin de la sortie. Pas une fois il ne regarda le policier, qui lui cependant ne manqua pas de jeter une fois encore un regard au Sentinelle qu’il avait reconnu, malgré les verres fumés que l’autre venait de renfiler.

Cet imbécile de policier, songeait dehors Guillaume en retournant d’un pas rapide vers son speeder, il s’en est fallut de peu pour qu’il n’hurle mon nom dans ce satané pub…

Bientôt il retrouverait le siège confortable de son speeder, puis l’appartement, et enfin le lit. Mais cela, pas avant d’avoir craché sur papier tous les détails qu’il avait retenu sur la femme avec qui il avait passé la soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Repérage   

Revenir en haut Aller en bas
 
Repérage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mission de repérage pour le Gondor
» affectation classique des repères de bornes commutateurs Bosch
» Scout / Repérage
» [Présent]Qui sait ou qui c'est ? (mission de repérage)
» Will day of rage in Saudi Arabia send oil prices up to $200 per barrel?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Suria :: ARCHIVES. :: Topics terminés :: RP Terminés-
Sauter vers: