AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Groumpf en si bémol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Groumpf en si bémol   Ven 22 Aoû - 15:03

Le pas vif, une chevelure de feu passait dans les rues d’Eprona, elle était reconnaissable par ses allures volcaniques et le bonhomme qui l’entretenait rebelle et sauvage : Asch Jonaris passait, de forte méchante humeur. Allons savoir pourquoi, il était rare de le voir sautiller légèrement dans les rues en disant que la vie était belle. Sûrement dû au personnage !
Quoi qu’il en soit, il fit soudainement un mouvement de quatre vingt dix degrés pile et s’engouffra dans la taverne la plus proche. Il allait se calmer les nerfs, loin du QG, vu qu’il n’était pas assez suicidaire au point de répondre à Nathalia en montant sur ses grands chevaux ! Pas sa faute si le boss préférait dormir plutôt que d’assister à ses réunions ennuyeuses, en plus c’était toujours la même rengaine ! On ne pouvait pas faire des réunions plus divertissantes ? Du genre… théâtrales ? Humoristiques ? Danse du ventre avec musique bohémienne ? Tsss ! Il avait juste émis un petit bâillement, normal vu la rengaine, et il s’était vu engueulé de façon vive par la folle de service. Heureusement que ce n’était pas elle, le Boss, personne ne serait assez fou, de toute façon, pour lui prêter serment d’allégeance... Même, lui se serait déjà trouvé un autre emploie.
Malheureusement, avec son rôle de second, il ne pouvait l'éviter pas plus de deux jours, et encore ! Et après avoir engueulé Tiky, parce que, ben, il se trouvait juste à côté de lui, Mônsieur Asch s’était retourné, avait claqué la porte à l’en défaire de ses gongs et puis il était parti. Loin, très loin, enfin pas assez loin pour ne pas être suivi par un quelconque membre du clan.
Il inspecta les lieux rapidement, on y voyait toujours les mêmes têtes, c’était rassurant dans un sens, et en même temps, trop ennuyant. Ronchonnant toujours il s’installa à une table, croisa les jambes dessus tout en s’enfonçant dans sa chaise. Sérieux, des fois, il se demandait ce qu’il fichait dans le clan ? Par moment, il avait envie d’aller tous les envoyer paître et se trouver un boulot de… catcheur tient, ou un truc du genre ! Mais non. Tout ça à cause d’Ash ! Un serment était un serment, un ami était un ami, et la loyauté d’Asch était à toute épreuve. Il avait juré, c’était comme une sorte de mariage, sans divorce possible.
Le pirate soupira, frottant son crâne avec vigueur, il avait l’impression qu’il allait imploser. La soupape qui vidangeait ses crises de groumpf intenses s’était brisée, et bien, il allait tenir un siège ici, et ne rentrerait que si Nathalia s’excusait ! Autant dire… jamais, et bien tant pis, il resterait là pour toujours ! Et un nouveau groumpf sortit de sa gorge alors que la serveuse posa son verre sur la table tout sourire. Asch ne lui faisait pas peur, au pire elle lui ficherait un coup de plateau pour le calmer. Pas besoin non plus pour elle, d’attendre la commande, elle savait toujours ce que voulait la tête rousse quand elle débarquait de mauvais poil !
Ceci fait elle retourna au comptoir laissant Asch fusiller du regard son verre. Impossible de lui parler quand il était dans cet état, elle essuierait un non en pleine tronche.
Bon, ok, il rentrerait quand même, mais pas avant demain, quitte à se faire engueuler encore une fois !

- Vieille bique ! »

Oh, il l’aimait bien quand même, enfin, assez pour la traiter avec respect quand elle était devant lui, pas suicidaire la bête ! Mais deux caractères forts, dans une seule pièce, ça finissait toujours par exploser, et puis… zut. Il rentrerait que demain soir, après avoir passer sa soirée à se saouler, et puis il irait draguer à tour de bras, et puis… non c’était définitivement pas son genre. Il rentrerait dans la nuit quand tout le monde sera endormi. Ouai, c’était le mieux à faire. Le rouquin attrapa sa chopine d’un air distrait, la chose dans sa poche bougea et sortit pour gambader sur sa jambe. Ha ben tient, aller, pour se détendre... Asch plissa les yeux, lâcha son verre et du plat de la main paf ! Il écrasa la bestiole. Pour s’apercevoir avec stupeur que la dite bestiole avait réussi à esquiver la main, paf, une seconde fois, une troisième, quatrième, la boule de suif roulait avec aisance, se moquant des coups de son maître. Il se faisait mal lui-même après tout, à se frapper de la sorte ! Schboing, la boule trouva enfin la table, elle avait faim, alors, elle tourna ses deux gros yeux globuleux vers le roux qui capitula aussi sec. Merde, pourquoi devait-il adorer la tronche que ce machin faisait quand il le regardait ?! Hum ?! Il se faisait vraiment avoir pas la kawaï attitude de certains et certaines…

- Miss ! Une part de tarte ! »

Grumble, grumble ! En plus avec ça, il s’était fait mal à la cuisse !
Revenir en haut Aller en bas
Ash Ezo
*[ Membre des Sept Etoiles.
*[ Membre des Sept Etoiles.
avatar

Féminin Nombre de messages : 193
Âge : 18 ans.
Capacité spéciale : Capable de s'endormir absolument n'importe où, peut-être ?
Signe(s) particuliers(s) : Aucun.

Clan : EZO.
Serment d’allégeance : Je ne jure pas allégeance, c'est les autres qui me jurent fidélité.

Porte-monnaie : 0.

{ All About You
Profession: Pirate - Boss.
Race: Humain.
Effets Personnels:
MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   Mer 17 Sep - 19:48

[ Arg, j'me suis pas relue (honte à moi ! ><) donc j'espère que ça va aller. =/ ]


Arf, c’était chiant. Une vraie galère.

Ash - pirate de l’air aguerrit et qui plus est, Boss de son état - déambulait tranquillement dans les rues étroites et sinueuses des quartiers bas de la cité d’Eprona - ceux qui avaient la chance de profiter du soleil, étant situés sur les berges de la rivière Akitsumé et non à flanc de « montagne ». Il marchait d’un pas lent, presque traînant, tout en répondant d’un vague signe de tête aux personnes qui croisaient sa route en le saluant cérémonieusement. Il fallait dire que bon, malgré les apparences parfois trompeuses, il était quand même le Big Boss en ces lieux et de ce fait, tout le monde à Eprona le connaissait. Mais bon, après tout, seuls les membres du Clan Ezo (et certaines petites… exceptions, dirons-nous) connaissait l’emplacement exacte de son royaume et étaient autorisés à y résider. Ainsi, en plus des pirates à proprement parler, le Clan Ezo comptait également de nombreux membres plus… ordinaires dirons-nous, mais tout aussi importants à la bonne marche de la cité. Serveuses, taverniers, aubergistes, marchands ou encore fabricants d’armes, tous étaient attachés au clan et à son Boss d’une façon ou d’une autre… Et, généralement, ces personnes étaient tout aussi fiable que le commun des pirates, étant pour la plupart des orphelins, des exclus ou encore des criminels recherchés qui avaient jadis trouvé refuse, sécurité et protection sous la tutelle du désormais célèbre Clan Ezo. Et de cette façon plutôt peu banale, tous ces gens avaient pu recommencer leur vie, entamer une nouvelle existence plus douce mais certainement pas moins mouvementée ! Enfin, là n’était pas la question et si Ash s’était « aventuré » si loin dans les bas fonds de sa cité (généralement, il était bien trop paresseux pour descendre si bas, se contentant donc de la petite taverne qu’il avait sous la main) c’était à causes évènements qui avaient agité le QG un quart d’heure plus tôt. En effet, la réunion qui s’y était déroulé n’avait rien de très excitant et cela ressemblait d’ailleurs plus à une formalité chiante qu’à une réunion des « hauts dirigeants » d’un clan pirate particulièrement en vue…

Un rapport - voilà de quoi parlait la réunion. Un rapport long, laborieux et monotone, en un mot : parfaitement inutile ! Et bien qu’il ait tenté de résister, luttant silencieusement contre ce qu’il appelait communément « l’appelle de l’oreille », Ash avait tout de même fini par s’endormir comme une souche, après quelques minutes seulement. Avachi dans son fauteuil, une jambe passée par-dessus l’accoudoir (Nathalia avait toujours détesté ça, pour elle, un homme devait se tenir droit et s’asseoir correctement en toutes situations - sûrement les restes de son éducation de jeune fille riche…) et déjà égaré bien loin au pays des songes, Ash n’avait pas vu son fidèle Second se crisper violement à ses côtés alors que ses paupières décidément bien trop lourdes venaient tout juste de se fermer. Mais bon, pour une fois, la blonde au tempérament volcanique n’avait rien dit, contenant sans doute sa colère par égare (ou plutôt pitié ?) pour le jeune Finder - un p’tit nouveau haut comme trois pommes - qui s’exprimait alors face à ses supérieurs au grand complet. Par contre, ça n’était là que partie remise puisque le tout finit quand même par exploser, quand Asch Jonaris s’était aventuré à bâiller en plein milieu de la réunion. Excédée - que dis-je ? Ulcérée ! - par le comportement un peu trop insouciant du Boss, Nathalia avait vu rouge et s’était alors mise à engueuler vertement le pauvre Kage ! Et malheureusement, cette fois-ci, contrairement à l’accoutumée (d’habitude, le roux préférait laisser courir, se contentant d’ignorer les crises d’hystérie de la blonde), Asch s’était à son tour emporté. D’ailleurs, le pauvre Tiky qui n’avait absolument rien à voir là-dedans avait les frais de la violente colère de son jumeau, avant que ce dernier ne quitte la pièce en claquant la porte. Et une fois la tête rousse partie, c’est un silence de mort qui s’était abattu comme la peste sur la salle du Conseil… Dans un coin, Tiky restait prostré, interdit, encore un peu choqué par la soudaine crise de nerfs de son jumeau. De son côté, Nathalia s’était mise à bouder, consciente qu’encore une fois, elle avait exagéré (et oui, Asch - comme tous les autres membres du Clan Ezo, d’ailleurs - n’était pas Ash et c’était une chose qu’il ne fallait absolument pas oublier !). Il y avait aussi le pauvre petit Finder qui était resté planté au beau milieu de la pièce - semblant presque au bord des larmes - et les quelques stratèges présents qui se contentaient de garder le silence. Et puis, bien sûr, il y avait A… Ah, tiens ? Mais attendez une seconde, où était-il celui-là, justement ? Et bien en fait, il s’était discrètement éclipsé, profitant de l’incrédulité générale qui avait précédé le départ de son garde du corps attitré pour mettre les voiles. C’était aussi simple ça ! Typiquement « ashien » comme comportement…

Et voilà donc toute l’histoire. Oh, à vrai dire, si Ash avait proprement déserté la réunion (c’était la faute d’Asch, il avait montré le mauvais exemple, d’abord !) ce n’était pas uniquement parce qu’il s’ennuyait à en mourir - enfin, un peu quand même… Mais pas entièrement. - mais aussi parce qu’il s’inquiétait pour Asch. Bien entendu, tous au sein du clan avaient l’habitude de voir le grand roux la mine renfrognée et l’humeur maussade mais d’une manière générale, même si c’était un indécrottable grognon, Asch ne se mettait que rarement en colère, se contentant habituellement de grogner sur tout et tout le monde. Donc… peut-être avait-il des problèmes ? Peut-être Ash pourrait faire quelque chose pour lui ? Et puis… Et puis même si c’était un peu stupide, au fil du temps, Ash s’était vraiment attaché aux personnes qui le suivaient. Asch, Tiky, Anise, Ivy, Nathalia, Luke, Ava, Hisoka et bien d’autres encore, tous avaient désormais leur place - une tooouuute petite place mais une place quand même - dans son cœur… Et s’il s’avait qu’Anise, Ivy, Nathalia et tous les autres ne le quitteraient pas, Ash avait toujours eu du mal à cerner les jumeaux. Ces deux-là, ils étaient forts et indépendants. Ils étaient fiers et dans le milieu, nombreux étaient les clans et autres petites bandes pirates prêts à payer le prix fort pour pouvoir les compter dans leur rang. Alors… finalement, qu’est-ce qui les retenait ici… ? Sincèrement, Ash ne savait pas et parfois, ou parfois, ça lui faisait peur… Parce que depuis que ces deux-là étaient devenus Kage, ils avaient passé énormément de temps ensemble… Parce que depuis qu’ils étaient entrés dans le clan, Ash s’y était attaché. Peut-être un peu trop mais bon, il n’avait pas fait exprès…

C’est pourquoi l’idée qu’ils puissent partir un jour, laissant le clan - LE laissant - derrière, ça lui faisait peur. Parfois. Un peu. Juste un peu mais tout de même assez pour que ça le tienne éveillé toute une nuit durant, parfois… Surtout que bon… Asch ne cessait de répéter que le clan (et lui-même, aussi) le rendrait fou, qu’il en avait marre et qu’il ferait mieux de se trouver un autre « job ». Peut-être plaisantait-il, peut-être pas. Ash ne savait pas, vraiment. Pour ces choses-là, le roux était bien trop dur à cerner. Tiky était d’ailleurs plus facile à comprendre, malgré ses tendances hypocrites… Enfin, toujours était-il qu’à chaque colère d’Asch, le jeune Boss aimait bien traîner dans les alentours, histoire d’essayer d’arranger un peu les choses avant que le pire ne se produise…


- Aaaaah…

Un soupir embêté, un passant apostrophé. Une jolie enseigne en bois clair quelques mètres plus loin et Ash y était, le « défouloir » de Monsieur Ronchon. Maintenant, il ne restait plus qu’à entrer… Mais bon, quel prétexte pourrait-il bien inventer pour justifier sa présence en ces lieux et puis surtout : Asch était peut-être en colère contre lui également et n’avait donc aucunes envies de le voir ! C’était embêtant et il restait planté devant la porte, sans pouvoir se décider.

- A… Ash-sama ? s’exclama soudain une voix chaude quoiqu’un peu hésitante, le sortant ainsi de ses pensées tumultueuses. Je euh… Que faites-vous là ? Enfin non, je veux dire euh… Entrez, entrez donc ! Que voulez-vous ? C’est la maison qui paie !

Vague sourire. Apparemment une des serveuses avait reconnu sa silhouette de nain (c’était extrêmement vexant mais il fallait dire ce qui était) et son accoutrement caractéristique. Et, bien entendu, cette dernière s’était empressée de l’inviter : pensez-vous, ce n’était pas tout les jours que le Boss venait traîné dans le coin pour prendre un pot en solitaire ! C’était une occasion à ne pas manquer !

- Merci, marmonna-t-il doucement avant de pénétré à l’intérieur de la taverne et d’aller s’installer au comptoir, mine de rien.
- Oh mais de rien, c’est normal ! Mais… vous semblez fatigué… Une réunion épuisante, peut-être ? demanda-t-elle poliment mais sans plus : après tout, c’était quand même lui qui l’avait ramassée dans la rue !
- Hn. On… peut dire ça comme ça…
- Je vois…
- …
- Désirez-vous boire quelque chose ?
- N…
- Oh, je sais ! Je vais vous préparer ces petits gâteaux salés qu’Aryh vous a cuisiné la dernière fois ! Vous n’aimez pas trop les choses sucrées, n’est-ce pas ? Je le savais ! Je vais aller vous préparer ça !

Et c’est ainsi que le tourbillon humain disparu derrière une grosse porte de chêne, laissant un Ash incrédule et avachi sur le comptoir, les bras croisés sur le bois lisse de ce dernier et sa tête reposant négligemment dessus. Bon, parfait, il était entré « par hasard » dans la zone concernée et la première phase du plan « incrustons-nous-joyeusement-à-la-table-d’Asch » était lancée !

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scampi-chan.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   Mer 17 Sep - 23:30

Ouai, d’habitude, il laissait couler, d’habitude, il levait les épaules et laissait la blonde crier sans rien ajouter, sans rien dire, à part dans un grommellement sourd et inaudible. D’habitude, il ne prenait pas la mouche de cette façon, mais voilà, aujourd’hui, il s’était levé du mauvais pied. Aujourd’hui, dès le matin, il s’était mis en colère pour un rien, au petit déjeuner, à cause de cette chose qui squattait sa poche et qui avait fichu un souk noirâtre pas possible dans sa piaule, afin de chercher des miettes à se mettre sous la dent ! Sans oublier ce superbe rêve grâce à dieu édulcoré, mais bel et bien stupide dans lequel il s’était vu dans les bras d’un mec en train de lui compter fleurette, et lui, un sourire de trois pieds de long collé au bec. STU-PI-DE !! Autant dire, aujourd’hui n’était pas n’importe quel jour, mais un de ces jours maudits qui commencent avec une petite veine proche de l’explosion dès la sortie du lit. C’était sûrement pour ça qu’il avait pété une durite et qu’il s’était cassé, c’était aussi pour ça qu’il venait de décider de passer la journée dans la taverne, à boire, parce que sûrement ça arrangerait ses problèmes, c’était sûr !
C’est pour ça qu’après avoir commandé la part de tarte pour la bestiole qui avait élu domicile dans ses poches de pantalons, il avait avalé son verre cul sec. La mine renfrognée, Asch se mit à réfléchir, à tout et à rien, suspendu par un fil dans un tourbillon de pensées plus ou moins éparses. Combien de fois avait-il voulu se casser, partir, laisser le clan Ezo et Tiky derrière lui ? Et combien de fois avait-il réellement voulu mettre un terme à cette relation plus ou moins houleuse entre lui et son jumeau ? Il dansait entre deux constatations, lui et Tiky ça ne serait plus jamais comme avant, et puis, maintenant son cadet n’avait plus besoin de lui, c’était un fait ! Asch aspirait à autre chose, sans se laisser une chance, alors au final, à quoi servait de penser à tout ça ? Au final, il rentrerait, ferait comme si de rien n’était et puis il retournerait à ses habitudes. Tsss…
Comme le pensais Ash, judicieusement, on lui avait déjà proposé un autre poste, il avait lui-même pensé, à faire sa propre bande, mais au final, que voulez-vous, il retournait vers son maître. Faire partie d’une autre bande, c’était carrément inimaginable, et puis, si jamais il devait se retrouver face au clan Ezo pour une quelconque raison, il ne le supporterait pas ; rien qu’à l’idée de croiser le fer avec Ash lui filait le cafard ! Et pire, laisser Ash était encore plus inconcevable que laisser Tiky s’en aller fricoter avec le premier venu dans un autre clan ! Groumpf, la chopine frappa la table, signe qu’il fallait la remplir fissa, et y’avait intérêt à ce que la serveuse lui ramène quelque chose de plus fort que cette cervoise de bas étage ! Il voulait du rhum ! Avec ça, il aurait les idées moins enchevêtrées !
La serveuse déposa une bouteille en face de lui encore plus loquace qu’à son entrée, autant dire que c’était de mal en pis, et bien qu’il se saoul, ça ne la regardait pas, et puis, d’ailleurs, voilà qu’Ash rentrait dans la taverne, sous les bons soins de sa collègue. Et bien, que faisait le big boss par ici ? Venait-il ramener la racaille à la maison ? Il ferait bien, avant que son Kage, finisse complètement ivre et inconscient de ses actes !
Tandis que la boule noire s’affairait à grignoter sa part de tarte, la bouteille posée devant lui termina entre ses lèvres, tandis que le regard du roux avait été capté, ou plutôt captivé par un des marchands de la cité. C’était toujours la même rengaine, je te regarde, je ne te regarde pas. Depuis quand jouait-il au chat et à la souris avec un parfait étranger. Pas qu’il ne le connaissait pas du tout, mais rare il était, de le voir à son échoppe pour acheter des babioles ! Ce n’était pas son genre ! Enfin quoi qu’il en soit, le regard d’Asch se détourna lorsque le gars en question se dirigea vers sa table. Il y avait quelqu’un au bar, un nouvel arrivant, petit, brun, tout de noir vêtu…. DAMNED ! Ash, que faisait Ash ici, hein ? Il venait le surveiller ? Il venait pour… pour… mais pour quoi d’abord ?
Asch se taira un peu plus dans sa chaise, il n’aimait pas la présence de son boss, car il allait vouloir lui parler, et il ne voulait PAS parler ! Il voulait boire, il voulait être en paix, tranquille, il ne voulait voir personne, c’était assez simple en fait !
Il fit la moue, en fait, il était plutôt rassurant de voir ici son boss que ce petit frère qui fichait son nez partout. Il n’aurait ni droit à un, « mais tu sais, c’est pas grave d’être attiré par les hommes, regarde moi ça me dérange pas » ni à un, « hoooo mais tu le mâtais pas celui là, je suis sûr que si ! » Encombrant le petit frère, à tel point que dès que son junior le touchait il ressentait un malaise le prendre. Il ne supportait plus les accolades fraternelles, c’était pour dire à quel point Tiky pouvait lui taper sur les nerfs depuis qu’il avait eut le malheur de comprendre le lourd secret de son aîné. Tsss ! Bon, plus sérieusement qu’allait lui annoncer son boss ? Sans s’en rendre compte, son regard se mit à déshabiller carrément le brun, de long en large, scannant chaque mouvement, il ne semblait pas être là pour lui, encore heureux, simple coïncidence, quoi que, Asch n’y croyait pas trop ! Peut-être était-ce une façon de faire comme si, ce n’était pas fait exprès… sûrement ! Quoi qu’il en soit, le Kage se mit à tapoter la table de ses doigts, fixant nerveusement le petit brun qui lui tournait encore le dos. Qu’on cesse ce genre de chose, après tout, si il était là pour lui…

- Venez donc vous assoir, Boss, au lieu de faire semblant d’être là par hasard ! »

Pas besoin d’être devin, Ash préférait les endroits hauts perchés, tels que les arbres pour finir ses siestes narcoleptiques. Il venait rarement par ici, sauf si ils venaient en groupes pour fêter quelque chose.
Asch s’installa un peu mieux, quoi que ses pieds ne partirent pas de sa table, pendant ce temps, d’une main lente il tira la chaise un peu plus à ses côtés, aller qu’il vienne s’installer !

- Alors, on s’inquiète pour son Kage ? »

Léger sourire, Asch attrapa sa bouteille et s’envoya une nouvelle gorgée, la boule noire ayant fini son dîner, remonta le long de sa jambe pour se mettre à rouler sur sa cuisse, laissant une traîner de noir charbonneux sur le tissu. Grmble, Grumble, il allait la tuer !
Revenir en haut Aller en bas
Ash Ezo
*[ Membre des Sept Etoiles.
*[ Membre des Sept Etoiles.
avatar

Féminin Nombre de messages : 193
Âge : 18 ans.
Capacité spéciale : Capable de s'endormir absolument n'importe où, peut-être ?
Signe(s) particuliers(s) : Aucun.

Clan : EZO.
Serment d’allégeance : Je ne jure pas allégeance, c'est les autres qui me jurent fidélité.

Porte-monnaie : 0.

{ All About You
Profession: Pirate - Boss.
Race: Humain.
Effets Personnels:
MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   Dim 21 Sep - 1:09

* Voilà, comme ça. On reste détendu et surtout, avachi (c’était un point terriblement important, pour faire plus « vrai » !). On est là par hasard - totalement par hasard - on avait juste envie de se promener un peu et on s’est fait littéralement agresser par la serveuse dans la rue, alors qu’on… qu’on regardait la jolie enseigne, oui c’est ça ! D’ailleurs, on n’a même pas remarqué le roux occupé à essayer de se saouler la gueule quelques mètres plus loin - non non non, absolument pas ! - même si bon, de prime à bord on ne voit que lui, tellement il est mal assis sur sa chaise ! Et donc, en résumé, son plan était infaillible et totalement génial - voire même génialissime ! - et son infiltration, parfaitement réussie. C’était bien simple : le roux n’y voyait que du feu ! Ash jubilait donc sur son tabouret, attendant bien sagement ses gâteaux salés tout en essayant tant bien que mal de résister à la tentation de se retourner pour pouvoir espionner son Kage. Aaaah... Vraiment, le problème avec Asch, c’était qu’en plus de d’aimer un peu trop fort les gens, il se voilait la face. C’était terrible ! Oh, bien entendu, Ash ne possédait pas tous les détails - après tout, il n’avait pas vécu avec les jumeaux à l’époque de leur adolescence - mais il en savait assez pour comprendre, un peu, le problème existentiel qui torturait un peu trop souvent son garde du corps attitré. A l’époque, il y avait eu cette histoire houleuse de disputes à répétitions. Tiky couchait à tour de bras, s’amusant aux jeux interdits d’une luxure sans nom - il prenait puis jettait sans aucun égard pour ses partenaires - et Asch, lui, ne supportait pas ça. De plus, comme il le connaissait, le roux avait certainement du développer une jalousie maladive vis-à-vis des conquêtes d’un soir qui s’affichaient effrontément au bras de SON jumeau. Et, mon Dieu, en y réfléchissant bien, comme cela avait dû l’énerver, comme cela avait dû le rendre malade ! Et puis bon, le roux était tellement borné qu’il n’avait certainement jamais parlé à son jumeau de ce qui le taraudait, refusant de confier cette écrasante impression d’abandon à sa moitié. S’il l’avait fait, Ash en était sûr, Tiky l’aurait rassuré et rien de tout cela ne se serait produit. Mais le fait était qu’Asch n’avait rien dit et que ses crises de jalousie à répétition avaient vraiment agacé Tiky (en plus d’être incomprises par ce dernier !). C’était d'un stupide, vraiment ! Malheureusement pour lui, Asch s’attachait trop aux gens et il avait toujours tendance à être un peu trop possessif, se montrant parfois étouffant. A limite, ce genre de comportements « entiers » ne dérangeait pas vraiment Ash mais Tiky, lui, ne supportait pas ça. En grandissant, le roux était devenu bien trop indépendant et libre pour accepter une affection aussi envahissante. Il était comme ça : insouciant et pas franchement réceptif aux sentiments des autres. De plus, il connaissait trop bien Asch et cela avait parfois tendance à le rendre aveugle, lui jouant de vilains tours. Ainsi, Asch pensait que sa relation avec son jumeau n’était et ne serait plus jamais comme « avant », il avait l’impression d’être délaissé, se persuadant peu à peu que Tiky n’avait plus besoin de lui. C'était quelqu'un de plutôt facile à cerner, finalement… Mais le pire dans cette histoire, c'était que tout cela, c’était faux ! Incroyablement faux ! Et Ash ne le savait que trop bien : chaque fois qu’ils étaient séparés un peu trop longtemps, le seul à devenir nerveux, c’était Tiky ! Seulement ça, Asch ne le voyait pas… Tiky était un joueur, certes, mais il aimait sincèrement son frère et s’il y avait bien une personne à Suria qui possédait sa pleine confiance, c’était Asch ! Alors quoi ?! C’était con, vraiment trop con, et Asch se torturait l’esprit pour rien.

Soupir découragé et menton blanc qui s’enfonce en peu plus dans le refuge de deux bras croisés. Vraiment, Asch était irrécupérable… Mais bon, le plus embêtant dans l’histoire - et même si c’était là une pensée parfaitement égoïste - c’était qu’à cause de ça, Asch devait très souvent penser au départ. Les quitter, tous, pour recommencer une vie ailleurs, dans un autre clan, parmi d’autres gens. C’était embêtant, terriblement embêtant, et Ash ne savait pas quoi faire. Car s’il ne voulait pas que Tiky parte, il était malade rien qu'à l’idée du départ d’Asch. C’était… inconcevable, il ne pouvait pas faire ça, il avait juré ! Oui, il avait juré… Et d'ailleurs, quand il s’égarait à penser que seul ce serment d’allégeance retenait le roux, cela attristait Ash, vraiment. Après tout, si les jumeaux voulaient vraiment partir, Ash savait qu’il ne pourrait pas les retenir. Il n’était pas faible et il pouvait mettre plusieurs Sentinelles au tapis en quelques secondes mais par contre, ce qu’il ne pouvait pas faire, c’était de les enchaîner à lui contre leur volonté. Car s’il faisait ça, il ne pourrait définitivement plus se regarder dans une glace ! Déjà qu’il avait du mal… Alors c’était pour ça qu'à chaque fois qu’Asch pétait un câble, le petit brun tentait désespérément de recoller les morceaux d’une quelconque manière que ce soit (et franchement, de ce côté-là, Tiky était quand même plus facile à vivre !), essayant d’effacé ce dangereux moment des mémoires et des cœurs de tous. C’était stupide et puérile mais rien qu’à l’idée de savoir Asch et Tiky dans un autre clan, obéir à d’autres gens, Ash se sentait des envies de meurtres. Ou pire : peut-être serait-il un jour obliger de les affronté au détour d’un nuage ?! Après tout, les duels et autres combats étaient fréquents entre bandes et clans rivaux… Arg, quelle horreur… C’était bien simple, il ne pourrait pas. C’était impossible, totalement impossible…

Nouveau soupir et léger affaissement des épaules : ça y est, il était déprimé ! Quel con franchement, se mettre dans des états pareils pour un imbécile handicapé des relations sociales ! Pas qu’il soit beaucoup plus doué dans son genre mais lui au moins, il ne faisait pas chier le monde ! Enfin… moins quoi… … … En fait non, mauvais exemple. Mais bon, c’était pour dire quoi ! *

- Venez donc vous asseoir, Boss, au lieu de faire semblant d’être là par hasard !

* Hiiiii ! C’était à lui qu’il parlait ?
Ash se baffa mentalement : bien sûr que c’était à lui que le roux s’adressait ! On était à Eprona et ici, le seul Boss à la ronde c’était lui ! Crétin ! Enfin, bref. Tout ça pour dire : merde. Merde, merde et re-merde : il était découvert ! Et pas qu’un peu en plus ! Comment diable Asch avait-il fait (apparemment, il oubliait qu’il suffisait au roux de lever les yeux pour tomber nez à nez avec sa silhouette vautrée sur le comptoir du bar…) ? Arf, mauvais plan ! S’il était fâché, sa présence risquerait de l’irriter encore plus et ce n’était pas exactement ce que le petit Boss projetait de faire… Et d’ailleurs, pour être tout à fait honnête, il ne savait pas vraiment ce qu’il projetait de faire, en fait. Mais bon, passons, ce n’était là qu’un petit détail et pour l’heure, franchement, il y avait plus grave à traiter ! *

- Alors, on s’inquiète pour son Kage ?

* Ash serra les dents tout en se levant, s’approchant lentement du point « A ». Mince, ça allait trop vite, il n’était pas prêt ! S’installant aux côtés du Kage, Ash ne pût s’empêcher de lancer un regard légèrement désapprobateur à la paire de pieds posés sur la table (ce qui était extrêmement stupide étant donné qu’il ne s’assit pas non plus convenablement, s’installant en tailleur sur sa chaise et posant ensuite ses mains quelque peu hésitantes sur ses chevilles). Et maintenant… ? Arf, c’était fou comme Asch pouvait parfois paraître impressionnant (et surtout, après avoir piqué une colère) … Il n’y avait qu’un an d’écart entre lui et le roux et pourtant, Ash avait parfois l’impression de passer pour un gosse à côté de lui (sa taille lilliputienne n’arrangeant en rien l’affaire) ! *

- Hn.

* Que dire d’autres… ? Il ne savait pas vraiment quoi faire ni que dire et franchement, la situation commençait déjà à lui peser : c’était beaucoup trop délicat, compliqué et prise de têtes pour lui ! *

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scampi-chan.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   Jeu 25 Sep - 4:24

Le boss s’inquiétait bien entendu pour rien, Asch ne le quitterait pas ! Pas parce qu’il avait fait un serment et qu’il était enchaîné à Ash, mais parce qu’il en avait décidé ainsi. Asch revenait rarement sur sa parole, ça pouvait lui arriver, mais si en face, il avait quelqu’un de loyal et de bon, il n’y avait pas à s’inquiéter. Il avait juré fidélité au clan, à Ash, il avait promis de le servir et de le défendre quoi qu’il lui en coûte, et il le ferait. Même si tout ne se passait pas comme dans un film sentimental réservé aux femmes au foyer. Bien entendu que non, surtout avec Asch en l’un des personnages principaux ! Il y avait des prises de becs, des engueulements, des bouderies, des ronchonnements, quelques insultes et des portes qui claquent. Mais il fallait remarquer que rare était de voir Asch se mettre en colère après le brun. Ça avait du arriver une ou deux fois, même en dépit d’énerver le boss, mais ses pires crises de groumpf, il les devait à Tiky et quelque fois à Nathalia.
C’était sûr, il avait passé des années noires à criser de jalousie en voyant son frère roucouler avec n’importe qui ! C’était difficile de voir son petit frère se détacher de lui. Son autre moitié courir et sauter sur tout ce qui bouge. Il n’aimait pas ce côté de Tiky, ce côté qui se fichait des autres, de leurs sentiments, ça lui avait fait mal, autant que de le voir s’affirmer. Ce qui lui avait fait mal aussi, c’était de le voir accepter si facilement ce qu’il était et lui pas ! Ces dures années étaient loin, ou pas, suivant les cas. Tiky s’était un peu assagi, c’était déjà ça. Mais la fracture fraternelle ne s’était pas réparée, et il ignorait si tout pouvait revenir comme avant. Il ignorait même si il en avait vraiment envie. Le temps lui dirait bien, de toute façon, si le duo Asch/Tiky reverrait le jour, autrement qu’en complicité stratégique. Asch poussa la boule d’un revers de main pour l’empêcher de s’épandre partout sur son fute, puis il regarda le brun avancer et s’installer à ses côtés. Un regard sur ses chaussures fut posé, mais le roux ne daigna pas changer de position. Il était bien comme ça. Ses jambes allongées se reposaient tranquillement, et lui il était idéalement placé pour regarder la salle entière, et puis Ash était ni sa mère, ni un exemple de bonne manière. On ne s’asseyait pas en tailleur sur une chaise, mais sur un coussin douillet. Le petit brun était un drôle de personnage. A chaque fois qu’il l’observait il apprenait quelque chose de nouveau, d’innattendu. Il aimait bien le regarder, l’observer pendant ses siestes, avec sa bouille d’ange et son air carrément craquant. Alors vu que le boss ne daigna pas ouvrir la bouche, son Kage le dévisagea à la limite de la bienséance. Ce fut la boulette noirâtre qui ficha en l’air son observation, puisqu’elle avait décidé, avec ses petites mains, de grimper sur son bras en regardant elle aussi, le boss avec ses yeux globuleux. Faudrait qu’il pense à refaire sa garde robe un brin plus sombre, voire carrément noir, ça serait un gain de temps et de lessive ! Un grognement sourd glissa hors de ses cordes vocales et la noiraude sauta sur Ash pour ne pas se prendre un nouveau revers de la main.

- Je vais la tuer ! »

Depuis le temps qu’il le disait, depuis le temps qu’il couinait après elle, elle aurait déjà du mourir une petite centaine de fois, si c’était pas un million ! La bouteille glissa entre ses lèvres, et Asch leva le regard vers le plafond. Ok, il allait parler, parce que si ça continuait comme ça, ils allaient se regarder en chien de faïence pendant toute la soirée.

- Bon… »

Bon… ils allaient rester ainsi sans parler ? Nooon, impossible ! Il fit un rapide signe à la serveuse pour qu’Ash ait droit à un verre, il allait partager son rhum tient ! Au moins, en buvant, ils ne seraient pas obligés de parler. Mais plus sérieusement, pourquoi il était incapable de lui sortir quelques mots ? Hum ? C’était son boss, normalement, il lui parlait sans problème ! Mais là, ça restait coincé dans sa gorge. Il n’allait quand même pas lui parler boulot ou tactique d’attaque ? Il était venu parce qu’il s’inquiétait non ? Autant lui montrer que tout allait bien. Aller, on inspire profondément, on sourit et on rassure le boss.

- Y’a pas à s’en faire, ok ? J’ai juste passé une mauvaise nuit. Et on ne se demandera pas pourquoi j’ai piqué une colère… » dit-il en posant un regard sombre sur la boule noire.

Asch secoua la tête, le sourire à nouveau dissout dans sa mine renfrognée. Il n’allait quand même pas faire la gueule alors qu’Ash s’était bougé l’cul pour venir le voir ?! C’était bien parti ! Il n’arrivait sûrement pas à lui parler, à se confier. C’était délicat, en même temps, de parler de trucs personnels avec un homme qui s’impose comme votre patron, même si de patron, il était passé au stade d’ami.

- Elle m’a salopé toute ma chambre ! T’aurais vu le bordel ce matin… »

Y’avait pas à dire, ce soir, il se coucherait sans rien ranger ou nettoyer, il verrait plus tard. Pourquoi avait-il fallu que ce… truc le colle, LUI et pas un autre ! Genre pourquoi pas Ash justement, ou Tiky ou même Ivy… Mais non, lui… Il était vraiment né sous une salle étoile. Sa main embrouilla sa tignasse rousse. Il se serait bien achevé à grands coups contre la table !

- J’cumule… »

C’était exactement ça, m’enfin, il allait pas se torturer sur sa petite vie, c’était pas son genre, enfin, pas ouvertement en tout cas. Ce genre de petit sadisme, il préférait l’utiliser en tête à tête avec lui-même ! Alors un nouveau sourire grimaça son visage alors qu’il levait la bouteille dans les airs.

- Allons, allons, qu’es-ce qui va pas ? Dites tout à votre Kage ! »

Son boss tirait une drôle de tête, et puis c’était une bonne façon de… détourner la conversation sans être vu. Subtil, non ?!
Revenir en haut Aller en bas
Ash Ezo
*[ Membre des Sept Etoiles.
*[ Membre des Sept Etoiles.
avatar

Féminin Nombre de messages : 193
Âge : 18 ans.
Capacité spéciale : Capable de s'endormir absolument n'importe où, peut-être ?
Signe(s) particuliers(s) : Aucun.

Clan : EZO.
Serment d’allégeance : Je ne jure pas allégeance, c'est les autres qui me jurent fidélité.

Porte-monnaie : 0.

{ All About You
Profession: Pirate - Boss.
Race: Humain.
Effets Personnels:
MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   Dim 28 Sep - 14:29

A vrai dire, de son point de vue, Asch était juste quelqu’un de beaucoup trop buté pour son propre bien. Et puis, il réfléchissait trop, aussi. Beaucoup trop. Franchement, à quoi cela servait-il de se torturer l’esprit pendant des heures ? Pourquoi ruminer les mauvaises choses de cette façon ? Jusqu’à preuve du contraire, les tourner, retourner et re-retourner sans cesse dans sa tête n’avait jamais réglé le moindre petit problème ! C’était malsain et puis cela finissait toujours par vous donner la migraine. Alors… pourquoi ? Pour quelqu’un comme Ash, le comportement du roux était tout simplement incompréhensible voire même plutôt absurde. Lui, il se contentait d’oublier, d’effacer tout ce qui le gênait, tout ce qui n’allait pas. Et d’ailleurs, aussi loin que ses souvenirs le portaient, il avait toujours fait comme ça, supprimant les souffrances et autres petites vicissitudes de sa mémoire, laissant le « mal » derrière lui pour continuer à avancer, comme si de rien n’était. Il se délestait de tout, ne restant jamais sur quelque chose de douloureux. Oh, peut-être était-ce là une forme de lâcheté mais c’était comme ça : il avait un jour décidé d’agir de la sorte et il s’y tiendrai. Quoiqu’il arrive, il continuera à ignorer sciemment les choses qui font souffrir, celles qui parfois vous torturent… Après tout, c’était tellement plus facile d’oublier : on ne peut pas souffrir de quelque chose qui n’existe pas ! Ainsi, à la place d’Asch, notre petit brun aurait certainement effacer de sa mémoire toutes traces des années noires que le roux avait jadis connu à cause des débordements de Tiky. Il aurait oublié ce douloureux épisode de sa vie, n’y pensant plus, faisant comme si rien ne s’était jamais produit, tout simplement. Après tout, s’il avait toujours fait comme ça, ça avait plutôt bien marché jusqu’ici… D’ailleurs, sa mémoire était bourrée de trous, des petits ou énormes trous blancs, des pants entiers d’une vie qu’il avait effacé, volontairement. DELETE. C’était tellement mieux ainsi… N’est-ce pas… ?
Mais bon, il ne fallait pas se leurrer : ses souvenirs n’avaient pas disparus et Ash n’était pas amnésique à proprement parlé. C’était juste qu’il arrivait à s’en détacher, à les enfuir si profond que c’était comme s’ils avaient complètement disparus. C’était pratique. Enfin… Parfois oui et parfois non. Car s’il passait sa vie à dormir un peu partout et à n’importe quelle heure de la journée, ce n’était pas seulement pour cause de flemmardise aiguë. La vérité, c’est qu’il était un peu insomniaque sur les bords. Oh, juste un tout petit peu, rassurez-vous, mais tout de même assez pour pouvoir passer plusieurs nuits blanches d’affilée. Parfois aussi, il se réveillait en sursaut au beau milieu de la nuit, le corps en sueur et l’air un peu paumé. Mais bon, ce n’était pas bien grave parce qu’il était le boss et qu’heureusement pour lui, le boss avait la chance de dormir tout seul dans une grande chambre - SA chambre - et que de ce fait, personne ne pouvait le voir ainsi. Une chance, vraiment, car Ash mourrait certainement foudroyé de honte si jamais on apprenait qu’à son âge, il était encore régulièrement réveillé par des cauchemars… C’était une chose tellement humiliante… Un de ses plus grands secrets, aussi. Oh, bien sûr, il ne se rappelait jamais précisément de ses songes une fois éveillé mais quelque part, il le savait parfaitement : ce n’était jamais des trucs très joyeux. Enfin, bref, tout ça pour dire que selon lui, Asch s’y prenait très mal !

Fixant ensuite la drôle de petite boule noire qui escaladait sans gêne le bras de son Kage, Ash pencha légèrement la tête sur le côté, intrigué. A vrai dire, il n’avait jamais vraiment compris de quoi était fait cette… cette chose, ni à quelle race elle appartenait. C’était un truc étrange qui laissait de nombreuses traces noirâtres sur son passage, comme de la suie. De plus, bien que minuscule, la petite bébête à son papa mangeait des quantités assez… effrayantes pour son gabarit. D’ailleurs, la grosse part de tarte qu’Asch avait commandée pour elle en était la meilleure preuve : le morceau de pâtisserie était au moins trois fois plus gros qu’elle ! Enfin, bref, passons… D’ailleurs, en parlant de la boule, on en voit sa suie : pour éviter d’encaisser une baffe perdue de la part de son ronchon de « maître », la chose lui avait littéralement sauté au visage, semblant heureuse de se cacher entre deux mèches de cheveux sombres.


- Je vais la tuer !

Cette demi menace proférée dans un grognement sourd arracha un petit sourire mi-amusé, mi-attendrit à Ash : depuis le temps que le roux pestait contre cette bizarrie sombre et les traces noires qu’elle laissait partout, cette dernière aurait déjà du mourir écrasée une bonne centaine de fois !

- Bon…
- …

Effectivement… Que dire ? Car si Asch ne s’en sortait pas vraiment, notre petit brun était lui, complètement paumée. A vrai dire, il n’avait pas vraiment pensé à ce qu’il pourrait bien dire à son Kage, une fois mis en face de lui… Et, en fait, pour être tout à fait honnête, il n’avait pas pensé du tout. Il s’était contenté d’agir sans trop se poser de questions, faisant ce qu’il croyait être le mieux pour lui, sur le moment même. C’était peut-être un peu égoïste dit comme ça mais bon, après tout, Ash n’avait jamais été quelqu’un de très gentil. Il pensait d’abord à lui avant de penser aux autres, c’était dans l’ordre des choses… Non ?

- Y’a pas à s’en faire, ok ? J’ai juste passé une mauvaise nuit. Et on ne se demandera pas pourquoi j’ai piqué une colère… lança finalement Asch en posant un regard sombre sur la boule noire qui squattait sa chevelure.

Pas à s’en faire, pas à s’en faire… C’était vite dit, franchement ! Comment ne pas s’en faire un minimum quand on savait que cela concernait Asch ? Après tout, ce gars était tellement bizarre, tellement compliqué parfois…


- Elle m’a salopé toute ma chambre ! T’aurais vu le bordel ce matin… J’cumule…

Le pauvre, il semblait vraiment déprimé… Mais était-ce vraiment tout ? Une mauvaise nuit - faisait-il lui aussi des cauchemars ? - et une drôle de petite boule de suie qui cochonnait toute une chambre à coucher ? C’était un peu bizarre… non ? D’habitude, Asch ne se mettait pas en colère pour si peu… Si ? Avec tout ça, il était un peu perdu et il ne savait plus trop quoi penser… Et puis bon, il ne savait pas trop quoi dire non plus… Ce qui était en fait assez exceptionnel comme situation, vu que d’habitude, bien que peu causant, Ash avait toujours de quoi entretenir une conversation avec les membres de son clan…

- Allons, allons, qu’es-ce qui va pas ? Dites tout à votre Kage ! lança-t-il finalement après avoir grimacé un petit sourire qu’il pensait peut-être être convainquant.

Qu’est-ce qui n'allait pas… ? Et bien…


- … Je… En fait, je -
- Ash-sama ! Je… J’ai fini de préparer vos gâteaux ! Les voici, tenez ! lança soudain la petite serveuse qui l’avait fait entrer, en se précipitant vers leur table et en déposant par la suite une belle assiette remplie de jolis petits gâteaux salés devant lui.
- … Merci, marmonna Ash en réponse, adressant un petit sourire endormi à la serveuse qui retourna ensuite à ses occupations, un air bienheureux étalé sur le visage.

Merde. Il avait été coupé dans son élan, là…


- Je… Allez, un truc, dire un truc, n’importe quoi ! Tu ne vas pas partir, hein ? lança-t-il finalement, avant de plaqué une main blanche sur sa bouche, les yeux légèrement écarquillés.

Et bien… C’était… sorti tout seul. Il… Il n’avait pas du tout prévu de lui dire ça ! ><

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scampi-chan.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   Jeu 9 Oct - 21:44

Non ruminer ses problèmes ne résolvait rien, rien du tout, Asch le savait, d'ailleurs, mais il n'arrivait pas à les mettre de côtés. Ça faisait parti de lui, de ses souvenirs, de ses regrets et il n'arrivait pas à enterrer ses problèmes, à oublier tout ça. Il y avait là un mécanisme malsain qu'il employait pour se mettre le moral à zéro à chaque fois qu'il se retrouvait seul avec ses doutes et ses angoisses. Mais laisser ses problèmes de côté ne faisait pas parti de ses plans ! C'était quasiment impossible de changer de façon de faire, il n'y arriverait pas. Quant à la manière de faire d'Ash, n'était-elle pas du même gabarit que celle de son kage ? Les choses oubliées revenaient toujours à l'assaut, et sans qu'on le veuille, sans qu'on s'apprête à les voir ressurgir.
Chacun avait sa technique, et dire qu'une était meilleure que l'autre serait bien difficile, effacer ses problèmes ne les résolvait pas, et trop y penser ne changeait rien non plus. Chacun à leur manière, ils déplaçaient le problème, sans le détruire complètement. Asch se minait la santé à trop y penser, Ash les retrouvaient dans ses rêves. Un bonne bande de bras cassés, quoi ! Ils avaient besoin tout les deux d'un rendez-vous chez un spécialiste du comportement humain...
Et voilà que la boule noire avait décidé de se montrer, pour bien faire comprendre aux deux hommes qu'elle existait et qu'on voulait qu'on s'occupe d'elle. Évidemment, Asch ronchon ne l'entendait pas comme ça, et la boule noire alla se caler vers le boss. Peut-être qu'il serait plus gentil que son maître.
Et le traître de Boss se fichait de lui, non ? C'était quoi ce sourire, et bien qu'il l'adopte si il voulait ! Sur le coup de l'énervement, Asch ne comprit pas la signification du sourire, pire, il l'avait pris pour une insulte à son égard, de quoi le faire bougonner un peu plus !
...
Mais... mais... mais... c'était quoi ces manières ?! Qu'es-ce qu'elle fichait dans la chevelure de SON boss ? Il allait vraiment la tuer !

Faisait-il des cauchemars ? Des cauchemars ? Oui, des terribles cauchemars ! Y'avait pas pire, mieux valait qu'il rêve de se faire éviscérer vif plutôt que de se voir roucouler avec des mecs !
Mais là sérieusement, son pire cauchemars c'était cette boule noire qui squattait sans gêne la chevelure sombre d'Ash, et aussi cette serveuse qui vint les interrompre lorsqu'Ash, enfin, allait dire quelque chose de plus consistant que ces éternels hm.
Hou, il allait la tuer, d'ailleurs le regard d'Asch fut animé par des flammes capables de cramer vif la bonne femme qui se ramenait avec ses gâteaux. Ok, c'était le Boss, mais sérieux, là, ce n’était pas le moment ! Mais c'est qu'en plus elle ne l'avait pas vu ! Non monsieur, elle n'avait pas vu le regard d'Asch, son expression de tueur, oh que non ! Elle s'en allait tout sourire. Il allait exploser, il allait la tuer, il allait... Partir ???
Hein ? Asch tourna son visage vers son Boss, décontenancé. Partir ? Qui ça ? Lui ? Lui, partir ? Son indexe pointa sa propre personne, le temps que son cerveau enregistre entièrement les paroles de son Boss. Il venait bien de lui demander si Asch, son fidèle Kage allait partir ? Allait laisser le clan et ses responsabilités ????

- Hein ? »

Ce fut la seule chose qu'il réussit à articuler. Il n'en croyait pas ses oreilles !

- Pourquoi je partirais ? J'ai juré fidélité au clan, et personne ne me fera quitter mon poste au sein du clan Ezo. Personne ne me fera te tourner le dos. Qu'es-ce qui a pu te faire penser que je pourrais m'en aller ?! »

Estomaqué, oui, il était estomaqué ! Soit, il avait tendance à s'emballer, un tempérament de feu, quoi, mais il ne voyait pas pourquoi Ash le voyait quitter le clan. Un instant, il papillonna des yeux, puis il se redressa, retirant ses chaussures de la table pour être plus présentable.
Es-ce qu'il donnait l'impression de n'avoir plus qu'une envie ? Celle de partir au loin ? Ash n'avait pas à s'inquiéter, oh que non !
Mais pourquoi, oui pourquoi Ash avait recouvert sa bouche, comme si il venait de sortir un secret qu'il n'aurait jamais du sortir ?! Oh comme c'était mignon ! Asch ricana puis fila un coup de coude à son Boss pour le rassurer et en même temps l'emmerder.

- Voyons Boss, je ne vois pas pourquoi je m'en irais, j'ai promis de prendre soin de votre petit corps ! Puis, je trouverais jamais un autre boss aussi canon que vous ! Allons, je vais finir par croire que je vous suis indispensable. C’est flatteur ! »

Asch fit un grand sourire, il attrapa se bouteille et la tendit à Ash, vu que sa serveuse ne revenait pas avec un verre pour son boss, ils n'allaient pas attendre plus longtemps, et puis... Il était déjà un peu moins énervé donc il allait en rajouter une petite couche.

- Je vous propose un baiser par procuration pour vous prouver que je n’ai pas l’intention de vous laisser ! »
Revenir en haut Aller en bas
Ash Ezo
*[ Membre des Sept Etoiles.
*[ Membre des Sept Etoiles.
avatar

Féminin Nombre de messages : 193
Âge : 18 ans.
Capacité spéciale : Capable de s'endormir absolument n'importe où, peut-être ?
Signe(s) particuliers(s) : Aucun.

Clan : EZO.
Serment d’allégeance : Je ne jure pas allégeance, c'est les autres qui me jurent fidélité.

Porte-monnaie : 0.

{ All About You
Profession: Pirate - Boss.
Race: Humain.
Effets Personnels:
MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   Lun 13 Oct - 21:27

[ Pas relu, ça vaut ce que ça vaut. >< ]


Arf, c’était ennuyeux, vraiment. Il n’avait pas voulu dire ça… Non, en fait, il ne voulait vraiment pas dire ça ! Dans la précipitation, c’était la seule chose plus ou moins sensée qui lui était venu à l’esprit et malheureusement, il n’avait pas réussi à la retenir d’entre ses lèvres. Ca l’énervait… Ca l’énervait même énormément car, bien que cela ne soit que pour quelques petits instants de flottement général, il avait perdu ses moyens devant Asch. Qu’allait-il encore penser de lui après ça ? C’était ridicule : non seulement il jouait les gamins dépressifs en mal d’amour mais, en plus, ses paroles sonnaient incertaines, presque fragiles. Ce n’était pas là un discours de chef ni même celui d’un homme assuré… Et Ash savait d’expérience qu’il n’était jamais bon d’afficher ouvertement ses faiblesses et ce, même en présence familière… Sans compter le fait que, quelque soit le point de vue auquel on se place, sa déclaration ne transpirait pas franchement la confiance… Il devrait le savoir pourtant : Asch avait juré. Il lui avait juré fidélité à lui et au clan qu’il avait fait naître de ses mains. Et s’il y avait bien quelque chose de certain en ce bas monde c’était qu’Asch était tout sauf un traître ! C’était même le contraire : de sa vie, Ash n’avait jamais rencontré quelqu’un d’aussi droit que lui ! Asch était et avait toujours été un homme de parole, quelqu’un pour qui l’honneur était une valeur importante. Enfin, de son point de vue tout du moins. Donc, logiquement, rien qu’en sachant cela, le petit brun n’avait en réalité aucune raison de craindre un hypothétique départ de la part de son Kage. C’était bien simple : par ce serment, Asch était lié à lui et quoiqu’il arrive, il restait à ses côtés.
Bien entendu, cette constatation avait quelque chose de rassurante mais d’un autre côté, c’était une sorte de lame à double tranchant. Les gens étaient liés à lui (ce qui avait pour but premier de limiter la traîtrise au sein du clan - et puis bon, comme traîtres étaient systématiquement éliminés… ça décourageait !) et grâce à ce système, Ash pouvait théoriquement dormir sur ses deux oreilles, soi-disant protégé de tous soucis. Oui mais voilà, l’ironie du sort voulu que cela ne soit pas du tout le cas : cette histoire de serment l’ennuyait, elle l’ennuyait vraiment. Pourquoi ? Et bien tout simplement parce que notre petit brun passait son temps à se demander si les gens qui l’entouraient étaient bien là par l’unique force de leur propre volonté ou, au contraire, par obligation… Oh, bien évidement, dit comme cela, ça pouvait peut-être paraître un peu stupide comme préoccupation - c’était vrai que pour un Boss pirate, en toute logique, il y avait franchement plus important à faire que de se torturer les méninges avec de tels enfantillages ! - mais malgré tout (et malgré un nombre incalculable d’heures passées à essayer de se raisonner) cela restait une véritable obsession pour Ash. Mais bon, en même temps, il avait des circonstances atténuantes : depuis son plus jeune âge, le pirate qu’il était aujourd’hui n’avait jamais, jamais forcé quiconque à lui suivre… Alors… Alors il ne voulait juste pas commencer aujourd’hui…

Pour éviter le regard du roux après avoir lâché sa « bombe » par inadvertance, Ash s’était plongé dans la contemplation intensive de ses gâteaux salés, ceux même fraîchement cuisinés que la petite serveuse lui avait gentiment apporté, il y a de ça quelques minutes à peine, sous le regard flamboyant de colère d’un certain roux. Ainsi donc, en gros paresseux (lâche ?) qu’il était, notre petit brun refusait catégoriquement de lever les yeux, trop honteux pour affronter sa « bourde » de front… Il s’esquivait donc dans d’habiles manipulations de gâteaux secs, grattant distraitement le bois sombre de la table d’un ongle nerveux et triturant sans grand intérêt ses pauvres pâtisseries. Puis, vint le moment où la chose noirâtre qui squattait (sans aucune gêne, précisons-le tout de même) sa chevelure princière se mis à remuer nerveusement, sans doute affectée par la tension qui s’était peu à peu abattue sur leur coin de table. La petite boule de suie - cette chose avait-elle seulement un nom ? - gigotait en fait par petits à-coups imprévisibles, jouant entre ses mèches de cheveux noirs et se baladant du sommet de son crâne jusqu’à sa nuque, provoquant ainsi une multitude de petits frissons qui lui remontaient désagréablement le long du dos.

- Hein ?

Une exclamation sidérée qui déchire le silence. Un léger sursaut de la part de notre brun.
A vrai dire, Ash ne s’attendait tellement pas à cette… cette « pseudo-réponse » qu’il releva brusquement la tête, oubliant par là ses bonnes résolutions et manquant presque d’éjecter la petite boule de suie.

Bien. Très bien, même. Par-fait ! Il se retrouvait maintenant face à face avec un Asch aux yeux agrandis par la surprise, un doigt pointé sur sa propre personne et un air absolument sidéré étalé sur le visage. Cool ! Il avait encore mis les pieds dans le plat, n’est-ce pas ?

- Pourquoi je partirais ? J'ai juré fidélité au clan, et personne ne me fera quitter mon poste au sein du clan Ezo. Personne ne me fera te tourner le dos. Qu'es-ce qui a pu te faire penser que je pourrais m'en aller ?!

C’était marrant de constater à quel point la manière qu’Asch avait de s’adresser à lui pouvait être changeante et surtout, influencée par ses émotions. Car si notre petit brun était parfois un peu lent à la détente, il n’en restait pas moins un fin observateur ! Et ce qu’il préférait par-dessus tout, c’était d’observer les petites manies, les tics, les habitudes de tout un chacun au sein du Clan Ezo. C’était amusant ! Et puis bon, c’était fou le nombre de petits trucs qu’on pouvait apprendre sur une personne, rien qu’en analysant son comportement avec un peu de logique ! Oui… D’un certain point de vue, cette observation maladive avait presque quelque chose de fascinant et Asch Jonaris restait de loin son sujet d’étude préféré ! Ainsi, au fil de ses observations minutieuses de la bête rousse et bougonne, Ash était arrivé à une drôle de conclusion : en temps normal et quand il le taquinait, Asch employait toujours le « vous » pour s’adresser à lui ; mais dés que l’ambiance changeait entre eux, dés que le sujet traité devenait plus sérieux ou plus « personnel », le vouvoiement sautait, laissant ainsi place à un « je » drôlement intime. C’était marrant.

- …

Quelle éloquence ! Vraiment, là, Ash s’épatait !
Nan mais, plus sérieusement, que pouvait-il bien lui répondre ? « Tes coups de gueules vachement fréquents ces temps-ci » ? « Ton air bougon » ? « Tes paroles un peu trop amères pour être honnêtes » ? Tche, foutaises. La vérité, c’était qu’il ne pouvait tout simplement pas lui répondre sans passer pour un crétin ! Oui… La vérité, c’était qu’il angoissait bêtement pour des détails et que, plus le temps passait et plus il avait peur que tout s’effondre autour de lui. La vérité, c’était qu’il s’était trop attaché à lui, à eux, pour son propre bien…

Mmh, en même temps, c’était dans ces moments-là qu’on comprenait à quel point Asch n’était pas la moitié de Tiky pour rien. Mine de rien et même si c’était plutôt rare, il avait aussi bien le tour le grand frère (ou peut-être était-ce juste le charme légendaire de son jumeau qui avait fini par lui déteindre dessus ?) ! Enfin, bref, toujours est-il que - même inconsciemment - le Kage arrivait toujours à toucher à Ash. Oui, il y arrivait, d’une manière ou d’une autre, il y arrivait… « Personne ne me fera te tourner le dos. » … Arf, il semblait si sincère… Pour peu, Ash en aurait rougit. Et puis franchement, après un tel discours, comment ne pas se sentir honteux, coupable de ne pas avoir pleinement confiance en lui ?

- Voyons Boss, je ne vois pas pourquoi je m'en irais, j'ai promis de prendre soin de votre petit corps ! Puis, je trouverais jamais un autre boss aussi canon que vous ! Allons, je vais finir par croire que je vous suis indispensable. C’est flatteur !

Et le tout, servi avec un demi-sourire taquin et un petit coup de coude espiègle !
Arf… Et voilà, ça y était, il rougissait ! SUPER !
Tche, en même temps, c’était du Asch tout craché ça. Enfin… Quoique. Avec les autres, il ne savait pas mais avec lui, en tout cas, ça finissait souvent ainsi. A croire que l’activité favorite des gens de ce monde était de l’asticoter à longueur de journée ! C’était fatiguant à la fin ! Surtout qu’il faut dire qu’entre les jumeaux qui lui servaient de gardes du corps, Anise, Ivy, Nathalia et cette tarée de Leila, il avait fort à faire ! Enfin, soit, ne nous plaignons pas trop. Du coin de l’œil, Ash vit le roux lui tendre sa bouteille d’alcool, apparemment fermement décidé à le faire participer à sa « pseudo beuverie ». Humpf. Rapide coup d’œil à l’étiquette et… Re-humpf ! Waaaah ! C’est que ce n’était pas un alcool de fillette, en plus ! Purée, lui qui ne tenait déjà pas franchement l’alcool (sa plus grande honte - il s’entraînait d’ailleurs secrètement dans le but d’améliorer sa résistance face aux dangereux breuvages que Tiky aimait lui faire ingurgiter), s’il se mettait à boire un truc pareil, il allait finir ivre mort au bout de deux verres !

- Je vous propose un baiser par procuration pour vous prouver que je n’ai pas l’intention de vous laisser !

Crétin.

- Crétin !

Et le tout, servi avec un léger pincement du bras, alors qu’il détournait des yeux embarrassés vers la porte d’entrée par laquelle venait d’arriver un nouveau client.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scampi-chan.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   Mar 14 Oct - 20:54

Il était vrai, le petit boss se prenait la tête pour rien, mais vraiment pour rien. Asch ne savait pas pourquoi les autres étaient là, mais lui, il n’était pas auprès d’Asch à cause d’un lien invisible qui le retenait de tout mouvement. On ne lui mettait pas une laisse, Asch ne supporterait pas ça. Le lier de force le tuerait ou l’insurgerait.
En tout cas, lui, il était là, dans ce clan, car il avait décidé de suivre Ash où qu’il aille. C’était son devoir, car cet homme, là, juste en face de lui, l’avait charmé par sa façon d’être, par son caractère et ses yeux sombres. Oui, il avait prêté serment, et il était plutôt certain qu’Asch préfèrerait mourir que de quitter le clan Ezo ! Après tout c’était son travail, et si il le devait, il le ferait, il n’y avait que deux personnes dans ce monde pour qui il était prêt à tout, réellement tout. L’une lui était lié par le sang et par bien plus que cela, vu qu’elle était une copie presque parfaite de lui, et l’autre était un étranger mais qui avait su capter son admiration et ses deux billes vertes.
Et si maintenant Ash s’en faisait pour son image, sérieux, il devrait prendre la vie d’une autre façon devant Asch. Il s’en fichait ! Son Boss serait toujours son Boss qu’il soit rempli de cette fougue qui lui filait des frissons, ou de doutes, ça ne changeait pas le bonhomme. Il savait la valeur de son Boss, pas besoin de s'en faire pour une faiblesse passagère !
Et pour tout dire ça le contentait grandement, il aimait voir toutes les facettes d’Ash, l’apprendre le mémoriser, il était une curiosité qu’il convoitait dans son intégralité depuis un moment. Cependant, il n’irait pas raconter ça, à Personne, non, à personne… Tiky n’y ferait pas exception.
Ash avait baissé les yeux, visiblement mécontent de ce qu’il venait de laisser passer, il était loin de se douter qu’au fond, le roux était loin de lui retirer des points, non, loin de là. Au fond, la rage d’Asch venait de se taire, et il était rempli d’un profond moment de paix, interne. Il regardait distraitement une chevelure en face de lui piétinée par sa boule de suie et même si il pestait intérieurement, un sourire lui grimpa aux lèvres enfin, intérieurement lui aussi, car pour le reste, son visage avait fait une grimace de surprise.
Il l’avait tutoyé, chose qu’il faisait très rarement. Mais ça, Asch ne s’en était même pas rendu compte. C’était peut-être du au faite de cette surprise, ou de cette joie qui explosait en lui par à-coup, comme pleins de petits feux d’artifice. C’était suffisant pour lui redonner le sourire, pour qu’il sorte cette bouille amusée et son envie de dires de conneries. Il se lâchait. Et Ash était sûrement le seul à voir cette facette de lui, une exclu, pour un ami exclusif.
Voir son Boss rougir lui fit ranger son sourire dans une case de son cerveau. Ce n’était plus le moment ! D’ailleurs il détourna le regard. Il y avait peut-être trop fort, sûrement même. Il y avait quelque chose de non voulu dans cette situation, des mots qui étaient sortis trop vite, trop rapidement ! C’était tout de même son Boss ! Pour faire passer cette… gêne, il ferait bien de lui offrir à boire, et sa grande gueule toujours prête à embêter le brun en remit une couche, comme si ça ne suffisait pas ! Il se plombait lui-même ! Et pan !
Crétin ! Pas besoin que son boss le lui dise, il se criait déjà dessus à l’intérieur de sa caboche.
Ash le mettait trop à l’aise, ce n’était pas bon, pas bon du tout, plus ça allait, plus il se permettait des familiarités dont il n’aurait même pas rêvé au début de sa route avec le clan Ezo.
Crétin ! Il le lui disait aussi accompagné d’un mouvement qui laissa le roux dans un état mitigé. Il n’avait pas trop l’habitude qu’on le touche, y’avait bien que Tiky et Ash qui avaient entre guillemets, le droit d’avoir un quelconque contact physique avec lui. Bien entendu, les gamins ne comptaient pas, mais c’étaient justement des gamins comme Luke et Ivy, et ils finissaient toujours par attirer le grand frère bougon qu’il était.
Ash détourna le regard, et lui aussi, il ne savait plus quoi dire… Malgré son teint pâle, Asch s’empourprait rarement, même si présentement, il sentait le sang lui monter au visage, accompagné d’une chaleur lui brûlant les joues. Et bien si ça continuait, ça allait finir par se voir. Et il perdrait la face !
Il n’avait pas le droit de rougir, pas devant un homme, pas face à un Boss. Il se racla la gorge, conscient que sans sa bouteille, il perdait consistance. Et le moindre regard qu’il sentait sur lui, avait le don de le fiche mal à l’aise, au point qu’il croyait que tout le monde le fixait parce qu’ils savaient. Oui, tout le monde savait !
Et puis finalement, il se décida à bouger. Ash plissa le regard, leva la main et balança une claque magistrale. Sa main, ou plutôt ses doigts se noyèrent dans une masse de cheveux doux et ténébreux, et puis, il rencontrèrent une boule noirâtre qui s’éleva dans les airs comme un vulgaire déchet pour retomber un mètre plus loin en plusieurs petits impacts noirâtres comme une balle rebondissante. C’était encore elle qui avait servi de défouloir, comme souvent. A croire que la chose ne ressentait pas la douleur, pour se remettre à rouler en direction de leur table.
Asch ne l’avait jamais nommé, à vrai dire, il ne voulait pas la garder. Il l’avait enfermé dans des boites, balancé dans le vide depuis les falaises, l’avaient abandonné dans Ysir, balancé sous une marmite… mais elle revenait toujours. Un soir, il plongeait la main dans une de ses poches et en ressortait une matière noire et poudreuse, avec un petit monstre accroché à ses doigts. Il ne comprenait pas l’attachement de cette bestiole envers lui. Pourtant, de temps en temps, plongé dans sa vie solitaire et nocturne, elle pouvait lui être utile. Il pouvait lui prêter un rôle important, pour lui, pour son moral. Elle ne pouvait pas lui répondre, mais qu’importe, c’était plus rassurant de parler à une bestiole qu’à un vulgaire objet !
Le roux détourna à nouveau le regard, pour s'enfoncer dans sa chaise, fallait qu'il dise un truc avant que le boss se demande ce qui lui prenait tout à coup !

- Oh, pardon de devenir trop sociable avec VOUS, Mr le BigBoss ! Vous n'avez qu'à laisser le crétin que je suis..."

Groumpf, groumpf, groumpf. Il ne pensait pas du tout ce qu'il disait, il s'en voulait déjà, mais qu'importe, il ne retiendrait pas Ash si il devait partir.
Pas rassuré, le regard vert scrutait les gens autour de lui... Es-ce qu'ils le regardaient encore comme si ils savaient tous ?! Mais peut-être plus sérieusement, es-ce que Ash savait ?! Es-ce qu'il avait deviné son manège, es-ce que Tiky l'avait vendu ??! Le monde s'écroulait, aussi rapidement que la bestiole qui maintenant grimpait le long de la table.
Il le lui demanderait bien, mais si il ne savait pas... alors, il serait piégé ! Oh, et puis ça ne regardait que lui ! Mais.. si... non... oui... peut-être... et bien voilà qu'il allait à nouveau s'enfermer dans sa coquille !

- Et croyez pas que j'essaye de vous faire du gringue !" cria-t-il presque, pour la forme !
Revenir en haut Aller en bas
Ash Ezo
*[ Membre des Sept Etoiles.
*[ Membre des Sept Etoiles.
avatar

Féminin Nombre de messages : 193
Âge : 18 ans.
Capacité spéciale : Capable de s'endormir absolument n'importe où, peut-être ?
Signe(s) particuliers(s) : Aucun.

Clan : EZO.
Serment d’allégeance : Je ne jure pas allégeance, c'est les autres qui me jurent fidélité.

Porte-monnaie : 0.

{ All About You
Profession: Pirate - Boss.
Race: Humain.
Effets Personnels:
MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   Mar 21 Oct - 21:10

Ce n’était pas une fuite ! Non, il ne fuyait pas ! Il ne fuyait pas… C’était juste la veste de cet homme (Tiens… Á propos de cela, depuis quand faisait-il partie du le clan celui-là ? Ash avait pourtant une très bonne mémoire visuelle et chaque membre du Clan Ezo devait obligatoirement passer devant lui pour prêter serment… Alors pourquoi son visage lui était-il totalement inconnu… ? Etrange… Enfin, soit.), elle était d’un… d’un tel vert ! Non, vraiment, c’était magnifique, magnifique ! Et puis ces petits boutons faussement plaqués or (pour être tout à fait honnête, c’était d’un très mauvais goût…), c’était d’un fascinant ! Franchement, comment ne pas rester captivé devant pareille merveille ? Et, naturellement, tout cela n’avait absolument aucun rapport avec Asch ! Non, non, non ! C’était juste… juste ce vert quoi…
Humpf. Bon, ok, ne nous voilons pas la face plus longtemps : cette veste était absolument hideuse et la raison de l’intérêt presque passionné que lui portait notre jeune chef était que le bonhomme en question, présentement accoudé au comptoir de la taverne, était situé à l’exacte opposée d’un certain roux… Autant vous dire qu’il constituait là un excellent moyen de cacher sa gêne de façon… habile et discrète. Ah la la la… Vraiment, Ash avait toujours été un As pour ce qui était de la discrétion et du camouflage. ♥ En fait, tout était dans la concentration. Le truc, c’était de ne pas perdre le contact visuel - ou du moins, pas plus d’une seconde, juste le temps d’un bref clignement de paupière et la connexion devait être rétablie… Ne pas perdre le contact visuel, ne pas perdre le contact visuel, ne pas perdre le contacte visuel ! Il fallait se le répéter encore et encore, inlassablement, car la clef du succès, c’était vraiment ça et ma foi, Ash y arrivait plutôt bien ! Enfin… Jusqu’à ce qu’il sente quelque chose de non identifier remuer dans ses cheveux, alors qu’il était complètement absorbé par sa contemplation passionnée du nouveau client et du truc vert-vomi qui lui servait de veste. C’était un contact bizarre, étranger. Un contact qui le fit violement sursauter et qui était bien plus lourd que les petits bonds rythmés de la boule de suie… C’était… des doigts ?! Se retournant brusquement pour voir qui était à l’origine du sacrilège (Ash avait toujours détesté qu’on lui tripote les cheveux car étrangement, son cuir chevelu était une des zones les plus sensibles de son corps. Déjà enfant, c’était comme ça : chaque contact avait l’art de lui filer des frissons pour les dix minutes à venir !), le brun se retrouva donc à nouveau face à face avec un roux qui avait repris son allure colérique et… peu engageante. … Hu ? Mais… qu’est-ce que les doigts d’Asch fichaient entre ses mèches de cheveux ? Bruit mat, sourd, étouffé. Tournant distraitement la tête sur le côté, Ash aperçu bien vite plusieurs points d’impact noirâtres sur le sol et un ou deux mètres plus loin, gisait un petit tas noir et étourdi qui lui arracha une légère grimace compatissante. Pauvre bestiole… Elle devait vraiment en voir de toutes les couleurs avec quelqu’un comme Asch en guise de « maître » ! Elle ne méritait certainement pas un tel traitement, enfin !

- Oh, pardon de devenir trop sociable avec VOUS, Mr le BigBoss ! Vous n'avez qu'à laisser le crétin que je suis...

Hein ?

Wo… C’était quoi ça… ? Asch était vexé ? Il n’avait pourtant rien dit… Enfin, quoi, il avait du rater un épisode là, ce n’était pas possible autrement ! Depuis le temps qu’ils se fréquentaient, Ash osait espérer que son Kage puisse être en mesure de faire la différence entre un « crétin » et « crétin » ! D’autant plus qu’il ne se souvenait pas avoir employé un ton agressif ou pompeux… Non, son « Crétin ! », il l’avait lancé d’un ton léger, peut-être un peu embarrassé, c’est vrai, mais le fond n’avait rien de méchant et sa voix avait sonnée rieuse à ses oreilles. De plus, ce n’était pas comme s’il avait l’habitude de… tripoter les gens. Déjà qu’il n’aimait pas trop qu’on le touche, il n’était absolument pas du genre à provoquer un quelconque contact physique entre lui et ses… congénères… Alors bon, comment ce petit pincement taquin avait-il pu être aussi mal interprété par le roux ?! Il n’avait pourtant rien dit d’agressif… C’était même tout le contraire : même si Asch avait l’art de l’embarrasser (tout comme Tiky, d’ailleurs, mais bon, lui, c’était un cas à part…), le brun aimait bien le voir s’ouvrir aux autres et à lui en particulier. Car même si l’Asch grognon était sympathique et que son côté bougon avait parfois un petit quelque chose de mignon, le roux était quand même plus agréable une fois mis à l’aise !

- Et croyez pas que j'essaye de vous faire du gringue !

Oh lalala… Comment la situation avait-elle pu s’envenimer à ce point ? Comment la rage d’Asch avait-elle pu refaire surface en si peu de temps ? Etait-il si nul que ça avec les gens ? Avait-il dit quelque chose qui ne fallait pas ? Fait quelque chose qui ne fallait pas ?
Arf… Tout tournait et se mélangeait dans sa tête, provoquant peu à peu la montée doucereuse d’une migraine : la situation lui échappait complètement. Encore. Et ces temps-ci, ça arrivait d’ailleurs un peu trop souvent à son goût… Enfin, bref, revenons à la question principale : pourquoi Asch était-il en colère ? Il ne comprenait pas… Il ne comprenait vraiment pas ! Il… Il avait fait quelque chose de mal… ? Et puis… du gringe ? Pourquoi diable Ash penserait-il que son Kage lui faisait du gringe ?! Et puis pourquoi Asch jetait-il des regards angoissés tout autour de lui, comme un gosse ayant peur de se faire prendre en train de piquer des bonbons dans une boulangerie ? Décidément, il était complètement paumé et cette histoire devenait vraiment trop complexe pour lui !

- Que… Hein ?

Décidément, s’il y avait bien un facteur imprévisible au sein de ce maudit clan, c’était le comportement incompréhensible du roux ! Plus illogique, tu meurs ! Avec lui, c’était toujours un pas en avant, deux pas en arrière. On jouait aux montagnes russes, montant et descendant brusquement, sans signes avant-coureurs, comme un de ses yoyos meurtriers. On ne savait jamais à quoi s’attendre ni sur quel pied danser et le plus frustrant, c’était que très régulièrement, on avait la fâcheuse tendance à régresser au meilleur moment, quand la situation commençait enfin à avancer, à se décoincer… Ash en aurait pleuré ! Surtout qu’au départ, son investigation auprès du roux avait pour but premier de calmer le jeu et de lui remonter un peu le moral, histoire qu’il n’étripe pas Nathalia dans un coin ou que l’idée saugrenue de se faire la malle ne lui traverse pas (trop ?) l’esprit. Or, dans le cas présent, il venait - de façon totalement innocente, bien entendu - de faire l’exacte opposé de ce qu’il avait prévu de faire en se traînant jusqu’à la taverne où le roux avait décidé de se saouler ! Pas de bol, à croire qu’il était réellement handicapé socialement parlant…

- Ce n’est pas ce que j’ai voulu dire…

Pour être tout à fait honnête, Ash était tellement paumé et abasourdi qu’il n’arrivait pas à trouver ses mots ni à rassembler ses idées en pensées concrètes. Que dire ? Que faire ? Il était tellement gauche avec les mots qu’il avait l’impression de faire pire, d’aggraver les choses à chaque fois qu’il ouvrait la bouche. De plus, cette situation inconfortable l’énervait et fatiguait grandement ses nerfs. Il n’aimait pas ça. Mais alors là, vraiment pas. Seulement voilà, s’il partait maintenant, il perdrait sur tous les tableaux : non seulement il raterait complètement sa mission « incrustons-nous à la table d’Asch » mais en plus, il passerait pour un lâche (en temps normal, le petit brun se fichait royalement de passer pour un lâche - après tout, il n’avait jamais été un héro auréolé de courage et de bravoure - mais bon… devant les membres de son clan, il essayait quand même de faire bonne figure…) ! Et ça, c’était absolument hors de question ! Alors bon, même si ça le faisait royalement chier, même si Asch tentait probablement de se débarrasser de lui, il resterait là, fidèle au poste, envers et contre tout !

- Je… Mais… Oh, et puis c’est quoi ton problème ?

Pas d’énervement dans la voix, pas de d’haussement du ton. C’était dit de façon calme, posé, presque flegmatique - en bref, du Ash tout craché - avec peut-être une toute petite pointe d’incompréhension au fond de la voix.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scampi-chan.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   Mer 22 Oct - 18:37

Il ne fuyait pas, non, il est vrai, il regardait avec attention tout ce qu’il ne fallait pas faire en matière de colorant textile. Il était à espérer que le vert ait changé au lavage, ou à cause de l’effet de la lune ou d’un autre mystère physique ou chimique, car ce coloris ne devait pas inspirer confiance à l’achat ! Asch n’aurait jamais mis un tel truc, ce n’était pas dans ses couleurs, il préférait le rouge, le violet, le bleu… mais le vert… Il n’en mettait jamais, ou alors rarement, car avec la teinte de sa chevelure, le vert ne s’accordait pas toujours. Bref, cet homme n’avait aucun goût vestimentaire !
Après un rapide coup d’œil sur l’homme en question, Asch retrouva son point d’observation, quelque part entre le comptoir et les bouteilles qui se pressaient les unes contre les autres dans un brouhaha de couleurs et d’étiquettes. Il se fichait bien de cet homme, en tout cas, pour l’instant, il aurait pu être l’éphèbe univers, rien qu’à cause de cette épouvantable veste, il avait été rangé dans la mauvaise case. Il n’existait plus, comme le reste d’ailleurs, à part cette satanée boule noire qui rampait à quelques centimètres de lui. Si il n’avait pas eut la flemme d’agir, il l’aurait déjà écrasé de ses chaussures, mais… il avait autre chose à faire, comme ruminer tout seul sa colère, sa gêne et son énervement. Il prenait tout, l’attisait jusqu’au point culminant, pour ensuite tout retourner contre lui dans un torrent d’injures mentales, au point qu’il se ficherait des coups de poings en se traitant de tous les noms... Quoi que ça pouvait se faire dans une bonne baston générale. Dommage, il était pas Ysir…
Ash pouvait bien se demander ce qui se passait, il pouvait bien se demander ce qu’il avait pu faire ou dire, pour que ses envies d’arranger les choses et de sortir son Kage de sa boite à auto maltraitance se résume, tout à coup, à un échec critique, la réponse ne lui viendrait pas, puisque il n’avait rien fait de mal, à part sortir le roux de sa coquille un peu trop vite et de l’avoir amené à baisser sa garde.
C’est Asch qui s’énervait tout seul, parce qu’il se laissait aller trop brusquement. Il passait d’asocial à cette personne qui ne désire que rire, sourire, embêter les gens, enfin, les gens, Ash plutôt. S’ouvrir, oui, néanmoins s’ouvrir un beaucoup trop, non. Ca ne lui était pas permis, il risquait de se trahir de laisser échapper quelque chose. Il ne voulait pas être étiqueté d’être vile et pervers comme son jumeau ! Non, il n’était pas Tiky, et il ne le serait jamais !! Il ne voulait pas devenir une telle personne, l’amour était trop sacré dans l’optique d’Asch pour se mettre à agir comme son autre moitié.
Et puis, tout ceci était son jardin secret, rien qu’à lui. Il préférait conserver ça pour lui, et aimer inconditionnellement en silence et en douleur mêlés. Y’avait quelque chose de plus romantique, quelque chose de Shakespearien dans cette façon de voir la vie…
C’est pour toutes ces raisons, et pour bien d’autres encore que le roux cachait avec ferveur cette facette de lui, la contrôlait, pour mieux la dissimuler. Ce n’était pas la réponse de son boss, ni son crétin, ni même cette pichenette, c’était lui, lui qui avait décidé de dire des conneries, une méga boulette envoyée pour un peu mieux le piéger à cause de cette fausse désinvolture qu’il s’accordait en terrain amicale. C’était lui, qui avait failli passer au rouge, et pas de colère, pour un simple pincement. Que diable ! Que ferait-il si un jour quelqu’un lui prenait la main, ou lui caressait les épaules ?
Asch ne se maîtrisait pas, il partait au quart de tour, que se soit dans les bons, ou les mauvais moments. Pourtant au fond, lorsqu’il revêtait son ‘’costume de Kage’’, il devenait impassible et froid, réfléchi et ordonné. Une machine, prête à détruire la moindre menace. Tout ce qu’il voulait c’était agir aussi de cette façon avec ses sentiments et ses actes, tout maîtriser comme samouraï. Le soleil et l’acier…
D’ailleurs le Kage avait été réveillé par l’arrivée impromptue de cet homme et sa veste aromatisée à la chlorophylle. Asch ne calculait pas les gens, peut-être parce qu’il n’était pas obligé de rencontrer tout les nouveaux membres de la cité. Cependant, cette tenue, cette manière de s’installer et le fait qu’il n’était pas comme tout les autres, parti s’installer vers quelqu’un pour discuter ou boire rendit Asch nerveux. Il aurait pu ne rien ressentir, ne rien calculer, après tout, si il avait été seul ici, où aurait été l’importance de fixer les faits et les gestes de ce nouveau venu. Il aurait continué de l’ignorer lui et son habit de clown. Cependant, le fait que son Boss soit là, dans cette même taverne lui imposa la vigilance.
Lentement, la main du roux glissa dans la poche de sa veste, sortant l’un de ses précieux yoyos, prêt si l’occasion se présentait, à entamer les hostilités. Un homme averti en valait deux !
Ash avait presque disparu, pendant ces quelques instants, oh, si, il était bien assis à côté de lui, mais Asch ne voyait et n’entendait plus que l’homme à la veste vert mutant. Et tandis que le brun à côté se questionnait, le pouce d’Asch appuya sur le mécanisme du yoyo pour en faire jaillir une lame ronde hérissée comme une scie, le regard vert s’assombrit, puis se tourna vers le boss qui lui posait une question… LA question ! En une fraction de seconde le regard de tueur qui l’avait animé le quitta, pour que son air bougon reprenne la place qui lui était due.
Sa main attrapa la chaise de son boss pour la tirer avec une force peu commune, plus près de lui, assez près pour que la table puisse servir de bouclier si besoin était. Asch soupira, se tournant enfin vers Ash pour lui répondre avec franchise.

- Mon problème ? Mon seul et unique problème… tu l’as devant les yeux. Je suis mon seul et unique problème. Ce que je suis, ce que je voudrais être et ce que je semble être ne sont que des bribes d’Asch Jonaris. Je déteste me voir agir si librement lorsque je suis en ta présence. J’ai toujours l’impression que je vais trahir ce contre quoi je me bats depuis tant de temps. Serais-tu capable de faire de moi un être entier et libre d’assumer ses choix et ses actes ? Serais-tu capable de m’arracher de ces liens qui déchirent mon être, m’attachant au plus profond de ce chaos de pensées et d’ordres que je m’inflige jour après jour ? »

Ca avait pour but d’être aussi simple que vague, et aussi vrai qu’abscons. De quoi pouvait-il bien parler ? De tout et de rien ? Asch se battait avec ses facettes et il s’en sortait tantôt bien, tantôt maladroitement. Un parfait équilibriste qui essayait de marcher sur un fils lâche zigzagant dans tout les sens et priant pour ne pas tomber. Asch se redressa, se penchant vers Ash comme pour lui murmurer quelque chose au creux de l’oreille. Il voulait le dire, il allait le dire, ses lèvres allaient imprimer un mouvement, partager, rien qu’une fois ce qu’il y avait en lui, pour qu’il arrête de se prendre la tête avec ça. Cependant, une tâche noire se présenta sur la table, les yeux globuleux dirigés vers son maître. La boule roula vers l’assiette de gâteaux salés, si ils ne faisaient plus attention à elle, elle pourrait en voler un ou deux. Soit, elle préférait le sucré, mais son difficile et fin palais n’égalait pas sa goulue gourmandise. Vorace ? Si peu, voyons.
Le regard d’Asch se détacha de celui de son boss, puis il se recula, ajoutant un, je n’y arrive pas, presque aussi fugace que le vent. Se confier brûlait son orgueil. Il s'était fait seul, il n'avait besoin de personne... non personne...

- Bon, il vient ce verre, c'est pas possible, plus ça va, plus le service est lent dans cette taverne, j'y crois pas, un verre ça pèse pas des tonnes... tu crois qu'elle pourrait pas en amener un. En plus c'est pour le boss, et bien quel service... Mais regardez ça des vrais escargots je... »

Bang ! Asch s'arrêta brusquement, trop occupé à marmonner, il n'avait pas vu ledit verre s'envoler dans les airs pour terminer sa course contre son front. Service express cria la serveuse visiblement énervé par le caractère de son client !

- Aïeuh ! Ça va pas de traiter le client comme ÇA !! »

Si il avait une bosse, il lui en ferait tout un scandale, pour la forme ! Fallait pas toucher à son visage ! La main sur son front, avait échappé dans un mouvement maladroit d’auto défense le yoyo, qui avait dans un cling cling métallique roulé sur lui-même pour se cacher sous la table. Damned ! C’était la seule arme qu’il avait sur lui !
Revenir en haut Aller en bas
Ash Ezo
*[ Membre des Sept Etoiles.
*[ Membre des Sept Etoiles.
avatar

Féminin Nombre de messages : 193
Âge : 18 ans.
Capacité spéciale : Capable de s'endormir absolument n'importe où, peut-être ?
Signe(s) particuliers(s) : Aucun.

Clan : EZO.
Serment d’allégeance : Je ne jure pas allégeance, c'est les autres qui me jurent fidélité.

Porte-monnaie : 0.

{ All About You
Profession: Pirate - Boss.
Race: Humain.
Effets Personnels:
MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   Jeu 23 Oct - 20:55

Rien à faire, il ne pigeait pas. Et d’ailleurs, plus les minutes passaient, moins il comprenait !
Arg, ce que cette situation pouvait être agaçante… Pour passer le temps, Ash s’était mis à suivre la progression de la petite boule de suie avec attention, comme si le fait de la quitter des yeux ne serait-ce qu’une demi seconde allait faire exploser la taverne. En tous cas, le moins qu’on puisse dire, c’était que cette drôle de petite chose avait un sacré caractère, une endurance assez impressionnante pour sa taille et que, du haut de ses cinq centimètres tout mouillés, elle avait tout de même pas mal de courage. Enfin… Quoique. Qui sait, peut-être était-ce là une forme de masochisme bouboulaire ? Enfin, bref, toujours est-il que « La Chose » (appelons-là comme cela) s’était traînée tant bien que mal jusqu’à leur table et que cette dernière - bien que légèrement amochée - était déjà en train d’escalader la jambe d’Asch pour regagner la part de tarte qu’elle avait si brusquement quittée en tentant d’échapper à une des baffes de son maître. Quelle folie ! Franchement, à croire que ça l’amusait de se faire éjecter à grand renfort de claques - et Dieu sait si les claques du roux étaient… douloureuses ! Enfin, soit. Nous disions donc que la Chose avait faim et que, apparemment, son estomac passait avant tout le reste. Mais bon, en même temps, depuis qu’il l’avait envoyée dire bonjour au parquet, Asch ne semblait plus se soucier de son « animal de compagnie » sucrivore et que, du coup, cette dernière avait le champ libre pour regagner tranquillement sa tarte ! En fait, à vrai dire, l’attitude du roux avait encore changé : il semblait tendu, nerveux, crispé, comme si tous ses sens étaient en alerte. Sa main droite était lentement descendue sur sa hanche pour disparaître ensuite dans une des poches du pantalon, celles même qui dissimulaient ses précieux yoyos… Son regard était fixe et charbonneux. C’était comme si tout son être s’était soudainement déconnecté de la réalité, comme si plus rien d’autre n’existait, à part peut-être celui ou celle qu’il considérait dès lors comme sa « cible ». Alors bon, c’était plus que certain, Asch était un Kage compétent et exemplaire - peut-être même un des meilleurs de Suria - mais bon, parfois, il était quand même un peu flippant…

Oh ! Mais tiens, au fait, que se passait-il au juste ?! Asch avait-il repéré quelque chose de louche ? Bah, dans un sens, Ash s’en fichait un peu… C’était bien simple : il ne s’inquiétait jamais de rien ! Et si certains apparentaient cette attitude un peu trop décontractée à de l’inconscience, Ash pensait lui qu’il s’agissait plutôt de confiance. En effet, il croyait pleinement en les capacités que ses Kages avaient de remplir leur boulot convenablement et de ce fait, il n’avait aucune raison d’être inquiété. Quoique. Après tout, même avec son flegme légendaire, y’avait pas à dire, il trouvait tout de même le « mec-à-la-veste-verte » plutôt… bizarre. C’était assez difficile à exprimer avec des mots mais… Hum, comment dire… ? Il faisait tâche, quoi ! Non, vraiment, ce gars dénotait ; il « tâchait » le paysage familier que constituait la petite taverne pour le brun. Et puis bon, blague mis à part, mais il n’aimait vraiment pas sa tête. Il avait une sale gueule, une véritable face de rat ! Et si d’ordinaire Ash n’était pas très enclin à juger les gens sur leur apparence, là, c’était plutôt difficile de faire autrement. Sérieux, avec une tronche pareille, l’homme incarnait à la perfection le genre de types qu’on préfère éviter de croiser la nuit, dans une ruelle un peu trop sombre pour être honnête… Enfin, bref, revenons à nos moutons. Entre-temps, Asch avait eu l’opportunité d’assimiler sa question et, chose inespérée, il lui avait même répondu. Alors oui, oui, oui, il lui avait répondu, certes, mais bon, quelle réponse pourrie ! Franchement, c’était tellement abstrait, tellement vague qu’avec un peu d’imagination, cela pouvait vraiment dire tout et n'importe quoi ! C’était une réponse fourbe, une de celle qui vous embrouille plus qu’elle ne vous éclaire. De quoi parlait-il bon sang ? Ash le sentait, pourtant, il y avait un truc… Mais quoi ? Qu’est-ce qui pouvait bien miner le roux à ce point ?! A nouveau, il ne comprenait pas et cette façon un peu énigmatique de s’exprimer ranima malencontreusement les vieux souvenirs d’Ash. En effet, en cet instant, son garde du corps parlait exactement comme Nour… Elle aussi, elle avait l’art de laisser planer le doute, de ne donner que des morceaux de réponses et de vous embrouiller un max. Et, franchement, Ash avait toujours détesté ça. Il haïssait le fait de rester dans l’ignorance, de ne pas comprendre. Lui, il voulait qu’on lui parle simplement, qu’on lui explique gentiment pour qu’il puisse comprendre les choses sans se prendre la tête dessus pendant des heures. Malheureusement, Nour ne l’avait jamais entendu de cette oreille. Elle était pourtant gentille Nour. C’était la meilleure amie de sa mère et peu à peu, elle était devenu une sorte de marraine ou de grande sœur pour le petit brun. Après tout, à la « maison », elle était une des rares personnes à lui parler un peu gentiment… Et puis elle s’occupait de lui, le consolait quand le chagrin lui arrachait des larmes, lui racontait des histoires - elle venait même lui tenir compagnie, parfois, quand il devait passer la nuit dans le couloir et qu’il n’arrivait pas en s’endormir ! Alors oui, vraiment, Ash l’aimait beaucoup. La seule chose qu’il haïssait chez elle, c’était cette façon qu’elle avait de lui parler, cette façon qu’il avait de se perdre dans ses histoires… Après tout, peut-être était-ce lui qui était idiot ? Ce n'était pas impossible… Mais bon, dans ce cas, le brun aurait bien aimé que Nour lui parle plus simplement, pour qu’il puisse comprendre… Mais non ! Et voilà que maintenant, pour son plus agacement, Asch se mettait à causer tout pareil ! Arg, il détestait ça, il détestait vraiment ça ! Ca lui donnait envie de pleurer, comme quand il suppliait vainement Nour de lui expliquer les choses… C’était frustrant.

- …

Puis, comme dans un rêve, Ash vit le roux se redresser et se pencher vers lui. Ses lèvres s’approchèrent lentement de son oreille et le brun retint sa respiration. Il allait dire quelque chose, il allait se confier, il voulait se confier ! Plus que quelques petites secondes. Du coin de l’œil, Ash observa les lèvres du roux, guettant un signe, n’importe quoi. Elles allaient bouger, partager, rien qu’une fois. Elles allaient lui parler, lui expliquer. Plus que quelques secondes d’attente. Asch allait parler, il le voyait, il le sentait ! Il en était certain pourtant, mais non, rien. « La Chose » grimpa sur la table, coupant Asch dans son élan et ce dernier se retira, tout simplement… Encore une fois, le brun en aurait pleuré ! Un seul mot résonna dans son esprit : frustration !

- Bon, il vient ce verre, c'est pas possible, plus ça va, plus le service est lent dans cette taverne, j'y crois pas, un verre ça pèse pas des tonnes... tu crois qu'elle pourrait pas en amener un. En plus c'est pour le boss, et bien quel service...

Humpf. C’était typique : il changeait de sujet, il se refermait complètement et il s’éloignait de lui, avant qu’il puisse réagir à ses paroles !

- Mais regardez ça des vrais escargots je...

Pfiouuu ! Et ben dis donc, fallait voir à ne pas trop l’énerver la serveuse ! Quel lancé impressionnant… Asch allait certainement avoir une bosse ! Et la petite serveuse - Anny d’après ses souvenirs - qui lançait des regards consternés à la « victime » tout en essayant de calmer la « crise » de sa collègue… C’était décidément trop drôle !

- Aïeuh ! Ça va pas de traiter le client comme ÇA !

Tche. Quel Crétin. Mais qu’il ne pense surtout pas s’en tirer à si bon compte : Ash n’allait certainement lâcher l’affaire maintenant ! Pas question d’abandonner alors qu’il avait frôler son but du bout des doigts !
Clang.
Tiens, l’homme en vert s’était levé. Plutôt brusquement, d’ailleurs. Il avait repoussé sa chaise d’un geste impatient, se redressant dans un mouvement gauche et un peu raide. Peut-être avait-il oublié quelque chose ?
Se tournant à nouveau vers le roux, Ash l’attrapa par la manche, comme pour l’empêcher de fuir et l’obliger à lui répondre franchement. Il en avait assez de ne rien comprendre ! Assez d’être perdu ! Maintenant, il voulait des réponses. Il voulait la vérité. Toute la vérité. Et qu’importe qu’il faille pour cela cuisiner le roux pendant des heures !

- Je ne comprends rien et j’en ai marre ! Explique-toi clairement, bon sang ! Qu’est-ce qui ne va pas ?! Qu’est-ce qui te mine comme ça, enfin ?! Et si tu ne veux pas m'en dire plus, parles-en avec Tiky, au moins…

Il perdait son calme. Un peu. Mais bon, il avait toujours la désagréable impression de se heurter à un mur gigantesque. C’était horripilant et là, franchement, c’en était assez. Qu’importe les sacrifices, il allait détruire ce stupide mur une bonne fois pour toute ! Enfin… il allait essayer.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scampi-chan.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   Ven 24 Oct - 21:14

Non, le partage n’avait pas été effectué, et il était fort peu probable qu’il aille en parler à son jumeau, comme le suggèrerait Ash. Il parlait de moins en moins à Tiky. Ce n’était plus pareil dans la petite tête d’Asch. Il était devenu grand, débrouillard, un peu plus solitaire et aller se confier à son jumeau, c’était tout bonnement plus de son age !
C’était souvent Tiky qui lui ôtait les vers du nez, et Asch s’en trouvait encore plus blessé intérieurement. Il se faisait avoir, il s’ouvrait et ça sortait tout seul. Il détestait ces moments de faiblesses, dans lesquels il se mettait à déballer son sac, ouvrir tout, jeter, faire le tri et se mettre à chialer comme un gosse. Il était l’aîné, il était… en fait, il n’était pas si fort que ça ?!
Le roux voulait croire que ça ne se passerait plus jamais comme ça ! Qu’il garderait, s’il jugeait cela nécessaire, ses angoisses et ses secrets pour ne les livrer à personne ! Ou une personne bien ciblée, bien choisie… si jamais il se décidait à parler ! Il choisirait, lui, et lui seul à qui il livrerait toutes ces choses et surtout quand ! Oubliant ce qu’il avait failli faire, le roux s’en prit au service, fallait bien qu’il couine pour quelque chose, et n’oublions pas qu’il aimait chipoter pour un rien et en parler pendant trois heures ! Et ça la serveuse ne le savait que trop bien ! Et puisque lui et la jolie jeune femme jouaient à un jeu dangereux depuis le début de leur rencontre, il ne se priva pas pour ronchonner doublement. Elle adorait ça !
Cependant, ce qui lui arriva sur le coin du nez le clama, enfin, juste un peu. Jamais elle ne lui avait fait pareil coup, pour un peu, il se serait bien levé pour aller s’expliquer avec elle, quitte à se faire cogner à coup de plateau comme elle savait si bien le faire, mais au lieu de ça… Mr on me voit dans le noir grâce à ma super veste, fit un mouvement qui le mit en alerte une fois de plus. Et bien, que foutait-il ?! Il s’était levé comme un malade mentale en pleine crise ! Si c’était là un espion ou un tueur envoyé pour s’occuper du cas Ezo, il était pas discret le mec ! Qui avait pu envoyer un boulet pareil !?
Sa paupière gauche tressauta, évaluant le pic de dangerosité… Rien, l’homme ne se retourna pas, il resta très calme, peut-être la serveuse lui avait-il fait peur ? Ce n’était pas étonnant ! A la voir comme ça, on aurait cru un monstre avec des dents et des griffes de fauve ! Elle était… plutôt… belle cela dit, oui, enfin… il n’y avait jamais pensé avant cela dit. Cependant, derrière son visage d’ange se cachait presque sa sœur de sang, et c’était n’était que peu dire. Elle avait de la force dans le bras !

- Belle mais complètement folle ! J’adore je dois dire… »

Commentaire pour lui-même, dit un peu trop haut cela dit. Mais c’était vrai, il aimait les filles avec des caractères de cochon, ça le mettait plus à l’aise et en confiance que ces jeunes filles, qui, les yeux en forme de cœur, le regardaient passer dans la rue. C’était limite flippant comme attitude !
Son pied fit un mouvement rapide, poussant le yoyo dans sa direction, il fallait qu’il le rattrape, malheureusement, Ash n’en avait pas terminé avec lui. Il ne savait rien de cette Nour, de cette façon de parler qui leur été commune de temps en temps, d’Ash qui n’appréciait pas ce genre de discours… enfin, bref, il ignorait aussi beaucoup de son boss, peut-être autant que son boss en ignorait de lui.
Huuu… ha… ben… nan mais rendez-lui sa manche ! Ah oui, il n’avait pas répondu en toutes lettres à sa question… et alors ? C’était si important pour Ash qu’il lui raconte sa vie et ses petits tracas ? Pourquoi voulait-il tout savoir de lui ? Le Kage resta un moment sceptique, regardant le brun de biais, alors qu’il se demandait toujours pourquoi donc son boss s’inquiétait comme ça…

- Ash… »

Boss, tu… mais Ash, c’était bien la première fois qu’il utilisait le prénom du brun, ça lui faisait extrêmement étrange, et en même temps… Il ne rectifierait pas le tir, parce que c’est ce qu’il voulait dire. Cependant il fronça les sourcils et récupéra sa manche, posant sa main sur celle de son boss pour récupérer son tissu et aller chercher le yoyo qui faisait l’huître s’étant agrippé au sol de la taverne. Charmant, il faisait les poussières en même temps !
Trêve de plaisanteries ! Le yoyo dans la main, le visage du roux sortit de dessous la table pour se diriger, les cheveux un peu en pagaille vers son boss un sourire mitigé aux lèvres, sourire qu’il perdit vite lorsque par surchauffe de questionnements, il en était venu à penser que… que… a ben non !!!! Son visage fit concurrence à ses cheveux et le Kage attrapa sa bouteille pour hydrater sa gorge devenue extrêmement sèche.

- Ha… he… c’est rien, vraiment, rien… plusieurs choses, plusieurs… petites accumulations, oui, c’est ça. Mes problèmes avec Tiky, mon caractère de cochon… cette fichue boule de suie, mon… mes… problèmes de cœur… oui, c’est ça. Problèmes de cœur ! »

Il n’arrivait même plus à le regarder en face, oui, et si Ash s’inquiétait par ce qu’il… Ha non ! Il sentait sa chevelure s’hérisser rien qu’en y pensant ! Comment allait-il gérer un truc pareil ?! C’était improbable, on ne pouvait pas… avoir ce genre d’émotion pour lui. Il était un raté, un chieur, un… enfin voilà, quoi ! Il faisait tout ou presque pour qu’on le trouve antipathique. IM-PO-SSI-BLE ! Bien, que faire ? Ce n’était pas une situation dans laquelle il aimait se retrouver. Et puis, il s’était peut-être monté le chou pour rien… ben oui… c’était sûr, même ! Aller imaginer qu’un homme pouvait le draguer… non, pas un homme… Son BOSS ! Son leader ! Ash Ezo ! Ash avait de la classe, du charisme, toutes les femmes étaient folles de lui… il méritait ce qu’il y avait de mieux, tout à fait !
Reprenant une couleur plus… ‘’normal’’ quoi qu’encore rouge le Kage se racla la gorge, retourna vers son boss dont il prit garde à ne pas croiser le regard, il prit la parole.

- Je… la serveuse… enfin… c’est… heuuu… comment dire… »

Il allait finir par croire qu’il en pinçait pour la serveuse, non, non, il s’empêtrait lui-même dans des explications foireuses, finalement, toute à l’heure c’était plus clair ! La bouteille roula sur son front, tandis qu’il soupirait de lassitude.

- Je préfèrerais t’en parler dans un endroit… plus… calme voir désertique… ici c’est pas l’endroit pour dire un tel truc… Mais je te signal… si je te dis ça, la moindre allusion t’en sera fatale ! Ash, et je rigole pas ! J’ai assez de Tiky aux niveaux allusions ! »

Parler de ses problèmes, déjà, c’était pas simple, mais avec toutes ces oreilles qui traînaient… autant oublier une quelconque possibilité de voir le roux s’ouvrir librement comme ça. Et puis, il avait un peu peur du jugement de son boss. Cela dit, si ça ne lui plaisait pas… Asch s’en irait !
Le mec à la veste verte venait de se tourner brusquement dans leur direction… l’avait-il entendu prononcer le prénom de son boss ou c’était un pur hasard ?

- Tu veux ma photo ?! »

Asch serra son yoyo entre ses doigts, la lame lui broyait la chaire, mais rien à faire, la douleur n’était plus qu’une information à ce moment précis. Il se leva gentiment et se posta entre son boss et l’homme en vert avec un sourire qui n’annonçait rien de bon.

- Miss, tu mets ça sur ma note, je te prie, je crois qu’on va aller voir ailleurs. La compagnie n’est pas très bonne, ce soir… oh, sérieux, mon gars, cette veste est vraiment pourrie, si je te revois traîner par ici, même ta mère te reconnaîtra pas ! Ok ?! »

La main droite du Kage tomba sur l’épaule de l’homme, la broyant au passage, ce mec ne lui inspirait rien de bon.

- Tu connais le chemin jusque vers la sortie, je ne te retiens pas, hum ? A moins que tu veuilles savoir comment on s’occupe des espions et des traîtres, c’est très éducatif. Tu verras… »

Asch était confiant, il n’avait pas du se faufiler dans Eprona sans attirer la surveillance de certains, il pouvait le laisser partir, si espion il était, il ne sortirait pas vivant de cet endroit…
Revenir en haut Aller en bas
Ash Ezo
*[ Membre des Sept Etoiles.
*[ Membre des Sept Etoiles.
avatar

Féminin Nombre de messages : 193
Âge : 18 ans.
Capacité spéciale : Capable de s'endormir absolument n'importe où, peut-être ?
Signe(s) particuliers(s) : Aucun.

Clan : EZO.
Serment d’allégeance : Je ne jure pas allégeance, c'est les autres qui me jurent fidélité.

Porte-monnaie : 0.

{ All About You
Profession: Pirate - Boss.
Race: Humain.
Effets Personnels:
MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   Lun 27 Oct - 16:45

- Ash…

Wo…


… Alors ça… Pour un choc, c’était un choc ! Purée… S’il s’était attendu à « voir » un jour les trois petites lettres de son prénom sortir de la bouche du roux… C’était… pour le moins inattendu et… plutôt surprenant ! Et pourtant, niveau prénom, depuis la création du Clan Ezo, il en avait déjà eu à toutes les sauces ! Franchement, à force, le petit brun avait cru être complètement immunisé contre toute surprise liée à son nom… Après tout, rares étaient ceux qui, dans son entourage plus ou moins proche, ne déformaient pas son prénom au moins une fois dans leur vie ! Parce que bon, blague mise à part, mais entre les « Ash-chan », « Ashou », « Ashinou » et autres stupidités du genre, il ne s’étonnait plus de rien ! Sans parler de Nathalia qui aimait bien l’appeler « Toutou-chou » à l’occasion (on se demande bien le pourquoi de ce « Toutou-chou », sérieux. Tche, encore une bizarrie incompréhensible tout droit sorti de son esprit dérangé !). Enfin… pour ce dernier cas un peu plus… humiliant que les autres, Ash avait tout de même sa petite idée sur la question : à vrai dire, il était prêt à parier que la blonde le surnommait ainsi pour se venger de lui et de ses attitudes dissipées ascendantes irresponsables… Alors bon, pour ce qui était des gens qu’il côtoyait tous les jours, Ash ne se préoccupait plus de rien : peu importe qu’ils l’appellent par son prénom et au diable les politesses ! Après tout, ils étaient un peu comme une famille, non… ? Enfin… Quoique. … M’enfin si, d’une certaine façon, le Clan Ezo était sa seule attache, son seul « foyer ». Eprona, c’était sa maison, son royaume… Nathalia, Anise, Ivy, c’étaient presque des sœurs pour lui ! Bien entendu, il n’y avait aucun lien de sang entre lui et ses hommes mais Ash se sentait plus chez lui ici, avec eux, qu’il ne l’avait jamais été dans la maison close de Dolanaar, quand il vivait encore avec sa mère… Ainsi, ce n’était évidement pas le fait qu’Asch ait remplacé son habituel « Boss » par un « Ash » qui le choquait autant - Bien sûr que non ! - c’était juste que… que… Enfin… C’était la première fois qu’Asch prononçait son prénom, quoi… Et franchement, ça lui faisait tout drôle ! D’ailleurs, comme pour illustrer ses pensées tumultueuses, les yeux du brun s’étaient légèrement écarquillés et sa bouche demeurait entrouverte, asséchée par la surprise. Les secondes passèrent ; le temps semblait s’être arrêté. Encore un peu sonné par la précédente intervention du roux, Ash releva la tête, cherchant le regard du Kage. Il se heurta cependant à deux sourcils froncés. Euh… Oups ? Et, la seconde d’après, Asch avait écarté sa main, récupéré sa manche et plongé sous la table pour ramasser son yoyo. Humpf. Puis, lentement, il émargea à nouveau de sous la table, les cheveux en bataille et les joues légèrement rougies. Euh… Hein ?

- Ha… he… c’est rien, vraiment, rien… plusieurs choses, plusieurs… petites accumulations, oui, c’est ça. Mes problèmes avec Tiky, mon caractère de cochon… cette fichue boule de suie, mon… mes… problèmes de cœur… oui, c’est ça. Problèmes de cœur !

Wo, wo, wo ! Temps mort, deux minutes de pause ! … Pro… problèmes de cœur ?! Mon Dieu, jamais il n’aurait cru entendre un truc pareil sortir de la bouche du roux ! Pas qu’il soit complètement insensible ou hermétique à l’amour - Ce n’était pas ça du tout ! - mais bon… c’était Asch, quoi ! Et puis ben Asch, sous ses airs de gros durs et d’éternel râleur, bah… il était plutôt coincé. Sans compter que, pour ce qui était d’exprimer ses sentiments, il devait presque être aussi nul que lui, si pas pire ! Hum… Hum… Mais… attendez voir deux secondes… S’il avait des… problèmes de cœur, cela voulait dire que, forcément, en toute logique, il devait être amoureux, non ? Asch… amoureux ?! C’était… plutôt difficile à imaginer… Enfin, de toute façon, ce n’était pas ses affaires ; ça ne le regardait absolument pas ! … … … Aaaaah ! Mais là, c’était vraiment trop étrange, il voulait savoiiiir ! Sa curiosité était piquée au vif ! Surtout que bon, ce n’était pas tous les jours qu’il avait l’occasion de voir Asch s’empourprer de la sorte !
Ah lala, quand même, quelle surprise ! Asch… amoureux ? C’était difficile à concevoir ! Et puis surtout… de qui ?! Qui était donc l’heureuse élue ? Dit comme cela, cela pouvait peut-être paraître un peu stupide mais pour Ash, le roux avait toujours eu une sorte d’image de… d’ « asexué » collée à la peau. Oh, pas que l’orientation sexuelle des membres de son clan le passionne, à vrai dire, il s’en fichait pas mal, mais bon, c’était vrai que là, il restait incrédule. Après tout, le roux était quand même le frère jumeau de Tiky, cette espèce de pervers constamment en manque. Quoique. Au fond, ça n’avait pas grand-chose à voir puisque le caractère de chacun variait selon la personne et, bien qu’ils soient deux entités pratiquement identiques, chacun d’entre eux avait sa propre personnalité. Et puis, c’était vrai que de ce côté-là, les jumeaux ne se ressemblaient absolument pas ! Tiky était un séducteur. Il était égoïste et plutôt hypocrite. C’était également quelqu’un d’assuré et une personne qui ne possédait pas beaucoup de pudeur. Sans parler du fait que c’était un incorrigible pervers, du genre à prendre puis à jeter, sans aucune hésitation ni remords. Pour lui, blesser ses conquêtes d’un soir n’avait absolument aucune importance et bien qu’Ash n’approuve pas ce genre de comportements libertins, avec le temps, il avait appris à ne plus s’en étonner. Tiky était Tiky et quoi qu’il arrive, ce côté vulgaire de lui ne changerait probablement jamais. Et puis, bien entendu, le roux était bi. Ca, personne ne pouvait l’ignorer, même en dehors du clan, car le jeune homme s’amusait autant avec la gente masculine que féminine et il ne s’en cachait pas. Ainsi, sur le plan émotionnel, on pouvait dire que les jumeaux étaient parfaitement opposés.

- Je… la serveuse… enfin… c’est… heuuu… comment dire…

… Décidément, on allait de surprises en surprises… S’il s’était attendu à… enfin… S’il s’était douté que la mystérieuse soupirante du roux n’était autre que la folle au plateau ! C’était vraiment… D’autant plus que le petit brun ne pensait pas une seconde que le Kage lui avouerait pareil secret aussi facilement ! C’était… le monde à l’envers ! Mais bon, d’un autre côté, le brun comprenait maintenant beaucoup mieux les petites manies et habitudes du roux. Le « pourquoi-Asch-disparaît-toujours-dans-cette-taverne-précisément » lui apparaissait maintenant clair comme de l’eau de roche !

- Je préfèrerais t’en parler dans un endroit… plus… calme voir désertique… ici c’est pas l’endroit pour dire un tel truc… Mais je te signal… si je te dis ça, la moindre allusion t’en sera fatale ! Ash, et je rigole pas ! J’ai assez de Tiky aux niveaux allusions !

Euh… Hein ? Quoi ? Mais, enfin… de quoi parlait-il ? « Lui en parler dans un endroit plus calme » ? Mais… ne venait-il pas tout juste de le faire ?! Ok, Ash n’était un génie et il était parfois un peu lent à la détente, mais bon, il n’était pas débile au point de ne pas comprendre pareil aveu quand il se présentait à ses oreilles ! Tche, franchement !

Euh… Mais alors, s’il ce n’était pas de son penchant pour la serveuse, de quoi parlait le roux… ? Arf. Sérieux, là, il ne pigeait de nouveau plus rien !

- Tu veux ma photo ?!

Hum… ? Tournant la tête en direction du comptoir, Ash aperçu bien vite « l’homme-à-face-de-rat », debout devant son tabouret, mais cette fois-ci, tourné dans leur direction. Le détaillant rapidement des pieds à la tête, Ash esquissa une grimace dégoûtée : il était débraillé et ne semblait pas connaître la notion de bain ou de douche ; un seul mot pour le décrire : beeeuuurk ! Et puis, ce n’était qu’un détail insignifiant, mais sa paupière droite était fréquemment agitée par un tic nerveux. Enfin, ça, ce n’était pas franchement étonnant : après tout, Asch s’était levé, positionné entre eux deux et il avait sorti son sourire des mauvais jours… Puis, après avoir bien fait sentir au rat que ses jours allaient être sérieusement écourtés s’il ne vidait pas les lieux en vitesse, Asch le congédia. Pauvre gars… Apparemment, Ash ne s’était pas trompé : vu comment il détallait, il ne faisait effectivement pas partie du clan et pire que tout, il était maintenant un espion découvert en terrain ennemi. C’était un peu triste à dire mais il ne sortirait pas d’Eprona vivant, jamais…

- Ash-sama ! C’était un méchant ?!

Sourire. Cette petite Anny, du haut de ses 17 ans, était définitivement un spécimen amusant à observer. Sans compter le fait que, sous les airs de jeune écervelée qu’elle aimait se donner, il fallait avouer que la demoiselle était plutôt mignonne. Et puis, cette candeur un peu naïve avec la laquelle elle jonglait faisait à présent partie de son charme et le petit brun savait parfaitement que bon nombre de ses clients mâles appréciaient la chose et aimaient bien la taquiner.

- Oui, apparemment.
- Mais… vous le laissez filer ?
- Hum ? Oh… oui.
- Ah…
- Ne t’inquiète pas, il ne sortira pas vivant d’ici, ajouta-t-il finalement avec un petit sourire, histoire de la rassurée.

Bon et bien… Voilà une bonne chose de faite !
Hum… Apparemment, Asch vidait lui aussi les lieux. Bien. Parfait. … Mais euh… Qu’est-ce qu’il était sensé faire, lui, maintenant ? Tche. Ce sale rat avait tout gâché ! Et son super plan « Incrustons-nous à la table d’Asch » était complètement fichu ! Enfin, tant pis… Peut-être qu’un jour, un jour… Qui sait ! Après tout, il avait déjà essayé d’en savoir plus en cuisinant Tiky mais celui-ci n’avait jamais parlé… Héhé, fallait pas croire mais, même s’il faisait enrager son aîné, il savait tenir sa langue le p’tit frère, même sur demande du Boss !

- … Bon et bien… Euh…

Arf, coincé. Bon et bien finalement, réflexion faite, il allait laisser Asch causer !

_________________




Dernière édition par Ash Ezo le Mar 28 Oct - 17:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scampi-chan.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   Lun 27 Oct - 22:10

Un méchant, oui, un méchant venait de signer son arrêt de mort, Asch ne s'en formalisa pas plus que ça. Dans la vie, on devait faire des choix, il en avait fait un, et peut-être qu'un jour ça le tuerait, mais en aucun cas, il ne regretterait ses choix. C'était ça le plus important. Es-ce que l'espion allait regretter le sien ? Qu'importe... Le roux passa une main dans sa chevelure, s'apercevant que l'autre, avait été ouverte par la lame du yoyo. Pas grave ! Il en avait vu des pires pour se mettre à paniquer pour un peu de sang. Ca se soignerait !
Il inclina la tête vers la serveuse avec un petit sourire de biais qu'elle lui rendit discrètement. Il ne fit pas attention à celle qui parlait avec son boss. Il ne lui avait jamais adressé un seul mot. Ce n'était pas le genre de femme dont Asch entretenait la curiosité. Elle était gentille, trop gentille, un peu bête... pas du tout son genre ! Sans se retourner, la main saine attrapa Ash par le col pour le traîner hors de la taverne.
Il voulait savoir, il avait fait tout ce chemin, pour savoir, non ? Sans dire un mot, il traîna son boss quelques mètres, loin de l’effervescence de la taverne pour le relâcher soudainement. Il emprunta l'un des ponts suspendus et se stoppa d'un coup d'un seul. Il n'y avait personne par ici, ou tout du moins de personne assise, les oreilles aux aguets. Ici, tout le monde passait, tout le monde avait un but, quelque chose à faire, un endroit ou aller, personne n'avait le temps de s'arrêter et d'écouter aux portes. Non, personne... Asch soupira puis leva la tête vers le ciel pour la retourner vers Ash quelques secondes plus tard. Il se pinça la lèvre inférieure. Puis envoya un sourire vrai au brun.

- Je ne l'aime pas... la serveuse. Mais elle me fait passer le temps. Je crois qu'elle est mignonne, qu'en dis-tu ? Cependant, je ne m'en rends pas compte. Oh, j'ai essayé de la draguer, parce que... hé bien, je me disais que ça pourrait le faire, que je peux être celui que je ne suis pas. Mais voilà... »

Voilà, oui, elle l'avait castagné sans crier gare. Peut-être qu'il s'y été pris comme un manche, ou la main aux fesses n’avait pas plu du tout, à la charmante jeune femme, cependant, il avait pris ce plateau dans le visage comme un reflet de sa vie. Il était vrai, pourquoi essayer d'être ce qu'il n'était pas. Oh, ce n'est pas ça qui allait l'arrêter, il réessayerait, tout du moins, tant qu'il fermerait les yeux sur ses ''petits problèmes'' !

- Elle m'a refait le portrait. Je dois pas être ce qu'on appelle un... ‘‘Dragueur'' né. Je vais laisser ça à Tiky, il se débrouille bien mieux que moi. »

Il se demandait d'ailleurs comment faisait son frère pour avoir autant de charme. Il essayerait de le copier, un jour, juste pour voir, si c'était quelque chose de superficiel ou quelque chose d'inné. Si c'était le cas, il n'était pas né avec, Tiky avait du tout prendre pour lui tout seul. Un sourire glissa sur ses lèvres à cette pensée.

- Je n'aime pas les femmes. »

Il aurait pu le dire autrement, il aurait pu dire, j'aime les hommes, mais c'était... comment dire, trop direct, trop... Il n'était pas encore prêt à faire face à la vérité, mieux valait le rendre plus floue, plus dissimulée. Bien entendu, à part les femmes, que pouvait-on aimer ? Non, il n'était pas boule-de-suie-o-phile... D'ailleurs, elle était passé où, celle là ? Oh qu'importe, elle rentrerait dans la nuit, elle devait être dans la coupe à biscuits salés d'Ash, en train de les terminer.

- Qu’y a t’il de plus rageant, au fond, que de ne pas pouvoir se regarder en face. Que de voir ce jumeau libre de ses actes, de ses pensées, de ses choix, alors que je m'empêche de concevoir mon propre bonheur. Je hais Tiky pour ce qu'il est. Je hais Tiky pour ce qu'il arrive à faire si librement. Je hais Tiky lorsqu'il s'assoit sur leur genoux et qu'il... »

Le visage d'Asch se baissa, se dissimulant derrière un rideau de feu, il ne voulait pas qu’Ash le voie de cette façon… Pathétique. Il haïssait Tiky et l'enviait en même temps, c'était assez difficile à comprendre. Comment pouvait-on haïr et vouloir quelque chose, et ce, en même temps ? Un sourire moqueur lui étira les lèvres.

- Tu... arrives à y croire toi ? Détester et envier cette partie de lui d'une même force ? »

C'était n'importe quoi, il s'en rendait compte. Peut-être qu'il n'aimait pas les hommes ? Peut-être qu'il faisait fausse route... Peut-être qu'il cherchait une sorte de figure paternelle tout en la haïssant du plus profond de son être ? Après tout, avait-il déjà été amoureux ? Il commençait sérieusement à en douter...

- Je me pose peut-être trop de questions... »

Peut-être qu'il était trop compliqué, peut-être qu'Asch se perdait lui-même, comme si il s'était retrouvé dans un labyrinthe immense. Et peut-être qu'il n'y aurait jamais de réponse au bout du chemin, juste de nouvelles interrogations.

- Tu m'as demandé, si je voulais quitter le clan. Moi je te dis, que si je quitte cet endroit, je me détruirais pièce par pièce, jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien de moi. C'est parce que vous êtes là, que je ne m'enferme pas dans ces questions sans réponse. »

Il avait cru que ça serait dur, mais ça ne l'était pas. Ca sortait presque sans accroche, presque sans difficultés. Ce qui était dur c'était de s'entendre lui-même être aussi faible et méprisable ! Il voulait être fort, il voulait l’être pour les protéger, pour les protéger tous. Il voulait être meilleure, le meilleur, dans tout. Le meilleure Kage, le meilleur grand frère…

- J'ai oublié de m'occuper de moi. Ou peut-être que je n'ai jamais eu envie de me tendre moi-même la main. Je préfère m'occuper des autres, d'Ivy, de Luke, de Tiky ou de toi, et laisser ce que je suis aux oubliettes. Ash, as-tu déjà ressenti... quelque chose de si fort et de si puissant, de négatif t'étreindre et de ne jamais savoir quoi en faire ? Jusqu'à ce que tout ça te happe et qu'à chaque fois que tu te regardes dans un miroir, tu vois tout ce que tu as détesté et méprisé tout le long de ta vie... Je fais tout pour être détestable, car je le suis. Je suis mensonges, Ash. Je ne vaux peut-être pas mieux que Tiky, à ma façon… »

La voix du roux s'étranglait dans sa propre culpabilité, il n'en pouvait plus, il ne voulait plus entendre ça, s'entendre parler et livrer tout ce qu'il haïssait le plus chez lui. Asch posa les mains contre ses oreilles et ferma les yeux. De l'eau glissait contre ses joues. Il n'avait pas pour habitude de pleurer, pas devant des gens, et la dernière fois que c'était arrivé, il n'arrivait plus à en donner une date. Longtemps... très longtemps. Le Kage donnait une image pitoyable de lui, devant son Boss, devant la personne qui aujourd'hui comptait le plus à ses yeux, et après avoir dit toutes ces choses il sentait la peur lui grimper le long du dos. Il ne voulait pas qu'Ash le regarde comme il se regardait lui-même. Il ne voulait pas que son boss l'étiquette comme un moins que rien. Son dos calé contre la rambarde ripa contre celle-ci lorsque le Kage tomba contre le bois du pont. A genoux, refermé sur lui-même, le roux poussa un cri plaintif avant de reprendre la parole d'une voix enrouée et saccadée.

- Pas toi... ne me déteste pas... Ash, je t'en prie... »

Il n'avait voulu que lui parler de son goût pour les hommes, il avait voulu s'arrêter là, ne pas aller plus loin et comme d'habitude, il n'avait pas su s'arrêter, il en avait trop dit, beaucoup trop dit. Si Ash le regardait autrement, plus rien n'aurait la même valeur, plus rien ne serait pareil. On pouvait tout lui faire, Asch encaisserait, comme il encaissait d'habitude, Tiky pouvait le maudire, les gens pouvaient le haïr... il tiendrait le coup. Mais si Ash se détournait de lui... ça résonnait comme la fin du monde. Depuis quand l'avis du brun sur sa propre personne avait une importance aussi grande ?
Revenir en haut Aller en bas
Ash Ezo
*[ Membre des Sept Etoiles.
*[ Membre des Sept Etoiles.
avatar

Féminin Nombre de messages : 193
Âge : 18 ans.
Capacité spéciale : Capable de s'endormir absolument n'importe où, peut-être ?
Signe(s) particuliers(s) : Aucun.

Clan : EZO.
Serment d’allégeance : Je ne jure pas allégeance, c'est les autres qui me jurent fidélité.

Porte-monnaie : 0.

{ All About You
Profession: Pirate - Boss.
Race: Humain.
Effets Personnels:
MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   Jeu 30 Oct - 13:29

Alors là, sérieusement, il s’attendait à tout, sauf à ça ! Décidément, quel comportement imprévisible… il n’était pas le frère de Tiky pour rien ! … Bah, peut-être était-ce dû à l’alcool fort qu’Asch avait « joyeusement » ingurgité quelques minutes plus tôt ? Peut-être était-ce l’effet de la pleine lune qui pointait à l’horizon ? Ou peut-être était-ce l’altercation avec Nathalia puis la présence de l’espion qui échauffait ses nerfs de la sorte ? Sincèrement, le brun ne savait pas. Et pour être tout à fait honnête, dans son esprit, une seule chose était certaine : Asch n’était pas dans son état normal ! Après tout, s’il avait été bien dans ses chaussettes, là, il en aurait probablement profité pour se barrer et échapper à ses questions. Il l’aurait planté à la sortie de la taverne et aurait filé en ronchonnant, tout simplement. Or, au lieu de cela, il l’avait attrapé par le col et traîné à sa suite, l’abandonnant ensuite devant un petit pont suspendu alors que lui-même avançait pour s’appuyer contre la rambarde.

- Je ne l'aime pas... la serveuse. Mais elle me fait passer le temps. Je crois qu'elle est mignonne, qu'en dis-tu ? Cependant, je ne m'en rends pas compte. Oh, j'ai essayé de la draguer, parce que... hé bien, je me disais que ça pourrait le faire, que je peux être celui que je ne suis pas. Mais voilà...

Et il lui parlait… Tout simplement. Oui, aussi étrange que cela puisse paraître, le roux avait apparemment décidé de répondre à ses questions. Oh, bien entendu, peut-être agissait-il sur un coup de tête et que, demain, il regretterait amèrement ce court moment de faiblesse. Peut-être qu’il se maudirait pour en avoir trop dit ; certainement même. Mais bon, cela serait trop tard, le « mal » serait déjà fait, c’était le principal. Asch aurait beau se baffer mentalement ou se traiter de tous les noms, le petit brun n’oublierait pas sa « confession » pour autant.
Ainsi donc, il lui parlait… Il lui parlait de cette serveuse dont il ne connaissait même pas le nom. De ses tentatives de drague ratées. De ses « essais » manqués. vraiment ça le problème, c’était juste… bizarre, quoi. Enfin, soit… Après tout, c’était vrai : pourquoi pas ? La jeune femme était plutôt jolie… Elle avait de la prestance et ce « petit quelque chose » en plus qui brillait au fond de ses yeux. C’était également une jeune femme taillée à l’image d’Asch : aussi volcanique et imprévisible que lui ! Et puis bon, apparemment, la serveuse n’était pas avare de coups de plateau et de lancers de chopes en tous genres ; de quoi faire un couple explosif une fois casée avec le Kage ! Mais non, apparemment, il s’était trompé. En même temps, c’était vrai que… enfin… cela lui aurait certainement fait bizarre de voir le roux traîner dans Eprona, une jeune demoiselle accrochée au bras… enfin, on s’habitue à tout, hein, ce n’était pas le problème, c'était juste que…

Hum. C’était vrai que si on comparait Asch et Tiky au niveau séduction, Tiky remportait la palme haut la main. C’était inévitable. Mais bon, après tout, Tiky était un dragueur né, un joueur. Il aimait séduire et s’amuser avec ses « proies ». Tiky était beau, Tiky brillait. Mais au fond, ce n’était qu’une apparence - une apparence certes attrayante mais une simple façade tout de même… Qu’est-ce qu’il y avait de siiii valorisant d’être répertorié comme étant un « indécrottable égoïste », franchement… ? Tiky était cruel. Il voyait la plupart des gens comme des objets, des choses laissées sur Suria pour occuper ses journées. Et… c’était plutôt horrible comme façon de penser, non ? Asch, lui, était plus droit et, même si on avait un peu de mal à comprendre ses pensées, il… Enfin, c’était mieux, quoi. Et d’ailleurs, niveau filles, il avait autant de succès que son frère cadet ! C’était juste que… qu’il ne savait pas comment jouer avec ce que la nature lui avait offert à la naissance. Il était gauche et… un peu coincé, il fallait bien l'avouer. Mais bon, peut-être que ce petit côté réservé et ronchon faisait partie de son charme ?

- Je n'aime pas les femmes.

Hum ? Oh… Ca, il l’avait déjà remarqué. C’était comme si le roux devenait plus… nerveux en compagnie de demoiselles. Enfin, pas n’importe quelles demoiselles : juste celles qui étaient un peu trop… « féminines » (ou stupides) à son goût. Celles qui étaient trop « guimauve » pour être supportables, qui parlaient tout doucement, en accentuant les voyelles ; celles qui gloussaient pour un rien et qui vous regardaient passer dans la rue en rougissant, deux gros cœurs palpitants à la place des yeux. Celles qui, en un seul mot, étaient écoeurantes. Et d’ailleurs, lui non plus n’aimait pas trop ce genre de filles. Ca lui foutait le frisson et leurs manières le fatiguaient. Enfin, soit. Ainsi, les concentrés de… « féminité » n’étaient pas la tasse de thé du roux. Compréhensible. Mais bon, avec le reste de la gente féminine, ça allait plutôt bien, non ? Après tout, il n’avait pas de problèmes majeurs avec Nathalia ou encore Anise (quoique, étant donné les deux spécimens cités, cela aurait également pu être compréhensible voire tout à fait logique…). Alors quoi… ?
La deuxième interprétation, quoique plus improbable et surprenante que la première, aurait été d’affirmer que si Asch n’aimait pas les femmes, il aimait, au contraire, les hommes. Et, malgré le fait que cela soit un peu… étonnant, Ash penchait plutôt pour cette solution-là. Pourquoi ? Oh et bien… Peut-être à cause du ton employé par le roux, en fait. En effet, la phrase avait été lâchée d’une seule traite, comme s’il s’agissait d’une sentence ou d’une bombe prête à exploser. Dans les vibrations de sa voix, Ash avait compris que ce n’était pas là quelque chose que le roux lui avouait à la légère. Ses mots avaient un arrière-goût de secret, d’interdit, comme si parler pouvait se révéler dangereux… Hum… Ainsi donc Asch était… ? Et c’était ça qui le minait de la sorte ? Ca n’avait pourtant rien de… d’exceptionnel, non ? Enfin, quoi… De nos jours, ce n’était plus franchement rare comme situation… Et puis bon, Tiky couchait bien avec tout ce qui lui passait sous le nez - hommes ou femmes sans distinction ! - alors pourquoi Asch serait-il si… mortifié d’avoir ce genre de… de goûts ? D’autant plus que, sincèrement, tout le monde s’en fichait ! C’était quelque chose qui ne regardait que lui, non ? Personne n’irait le blâmer pour si peu… Sans compter le fait que… et bien… s’il avait déjà été attiré par des filles, il n’était pas non plus resté indifférent aux charmes de certains hommes et… et… et lui non plus ne savait pas trop quoi en penser, en fait. Enfin, il faut dire qu’il s’en fichait un peu, aussi. Il ne s’était jamais vraiment posé la question et comme il n’avait jamais été amoureux en 18 ans de vie… Quoique. Bah… En fait, pour être tout à fait honnête, il préférait ne pas y penser : les trucs d’amour et sentiments en tous genres, ça n’avait jamais été sa tasse de thé !

- Qu’y a t’il de plus rageant, au fond, que de ne pas pouvoir se regarder en face. Que de voir ce jumeau libre de ses actes, de ses pensées, de ses choix, alors que je m'empêche de concevoir mon propre bonheur. Je hais Tiky pour ce qu'il est. Je hais Tiky pour ce qu'il arrive à faire si librement. Je hais Tiky lorsqu'il s'assoit sur leur genoux et qu'il...

… Quand il parlait, Asch avait vraiment l’air torturé. Il avait l’air d’avoir mal, vraiment. C’était tellement flagrant, tellement voyant comme souffrance… Comment diable avait-il fait pour la cacher si longtemps ? Le petit brun était prêt à parier que même Tiky - qui était pourtant lié lui par beaucoup plus que le sang - n’était pas au courant… Quelle bêtise… Cela ne servait strictement à rien de se blâmer de la sorte ! Franchement, Asch devait vraiment avoir un côté masochiste, ce n’était pas possible autrement ! Pourquoi était-il toujours si dur avec lui-même ? Il n’avait pas besoin de faire ça… Vraiment, ce n’était pas nécessaire !

- J'ai oublié de m'occuper de moi. Ou peut-être que je n'ai jamais eu envie de me tendre moi-même la main. Je préfère m'occuper des autres, d'Ivy, de Luke, de Tiky ou de toi, et laisser ce que je suis aux oubliettes. Ash, as-tu déjà ressenti... quelque chose de si fort et de si puissant, de négatif t'étreindre et de ne jamais savoir quoi en faire ? Jusqu'à ce que tout ça te happe et qu'à chaque fois que tu te regardes dans un miroir, tu vois tout ce que tu as détesté et méprisé tout le long de ta vie... Je fais tout pour être détestable, car je le suis. Je suis mensonges, Ash. Je ne vaux peut-être pas mieux que Tiky, à ma façon…

Asch parlait et parlait encore. C’était comme si pour lui faire part de ses « penchants », il avait ouvert une petite vanne et que sous le poids de ses démons, de toutes ses questions et ses douleurs trop longtemps refoulées, le barrage cédait. Brusquement. Il parlait, il parlait sans s’arrêter ou presque, il parlait de choses incompréhensibles et il avait l’air si mal ! C’était… vraiment horrible à regarder. Surtout qu’Ash ne savait absolument pas quoi faire ni comment le faire ! Il était complètement paumé - après tout, il n’avait jamais vu Asch dans un état pareil ! - et pour tout dire, il avait un peu peur… Et pourtant, c’était lui qui avait voulu ça, lui qui l’avait suivi, lui qui l’avait provoqué, lui qui lui avait demandé d’expliquer, encore. Il l’avait cherché… Et pourtant, là tout de suite, en cet instant précis, il n’avait qu’une envie : partir en courant ! Fuir ; car il se retrouvait précisément dans le genre de situations qu’il détestait le plus au monde ! C’était tellement rageant : il ne savait pas quoi dire ni quoi faire. Il… enfin, il ne savait pas consoler les gens, lui ! Il n’aimait pas parler et les mots ne l’avaient jamais aimé en retour. Il était nul pour ça, vraiment ! Mais bon… Soyons réaliste, il ne pouvait pas non plus partir en courant, cela aurait été pire que tout. S’il faisait ça, Asch quitterait le clan, c’était pratiquement certain. Et pourtant… Et pourtant c’était si tentant ! … Il était lâche… Quand quelque chose le dépassait ou s’approchait un peu trop de lui, il commençait à paniquer et préférait fuir plutôt que d’affronter ses problèmes en face. Il était faible. Tche. C’était pitoyable… Asch n’avait pas à s’en faire : il était certainement bien plus fort que lui ! Oui, certainement… Après tout, lui, quand il ne contrôlait pas entièrement la situation, il paniquait. Il paniquait et il fuyait. Il avait toujours fuit : c’était tellement plus facile que d’affronter la vérité en face ! Alors… Peut-être ne s’en rendait-il pas compte mais énormément de gens admiraient Asch et pas seulement au sein du clan Ezo ! Il… Il ne devait pas se mépriser ainsi !

- Pas toi... ne me déteste pas... Ash, je t'en prie...

Sursaut. Ah… C’était trop prêt, ses mots étaient trop proches. Il… Il n’aimait pas ça du tout ! Il voulait que ça s’arrête et il voulait que ça s’arrête maintenant ! Pourquoi ça ne s’arrêtait pas ?! Pourquoi Asch ne partait-il pas en râlant comme d’habitude ? Pourquoi était-il presque recroquevillé contre la rambarde du pont, les yeux fermés et les mains sur les oreilles ? Qu’est-ce qu’il devait faire ?! Regard nerveux posé sur le roux. Voix étranglée. Par les Déesses… Asch ne pleurait pas… si ? Le petit brun se raidit violement. Il était comme tétanisé. La situation avait pris une tournure absolument horrifiante. A ce stade, il ne contrôlait plus rien du tout ! Mais que devait-il faire, bon sang ?!
Le temps semblait s’être étirer. C’était comme si les secondes devenaient des minutes et les minutes, des heures entières… Rien ne bougeait. Puis, finalement, après un long moment d’incertitude immobile, Ash s’approcha doucement du roux. Son pas était incertain mais il avançait, c’était le principal. Il s’approchait lentement, pas à pas, comme pour ne pas l’effrayer, comme pour ne pas s’effrayer lui-même. Il s’accroupit ensuite devant lui, restant immobile, indécis pendant un long moment, avant d’écarter ses mains pour dégager ses oreilles et de poser une paume maladroite sur son épaule. « C’est bon… Ca va allez… ».

- Je… Je ne te déteste pas. Je…

Fouaaah, et ben, c’était pas facile ! Les mots ne sortaient pas, ils restaient coincés dans sa gorge. Il tentait de le réconforter mais malgré tous ses efforts, sa voix lui parvenait faible, hésitante, presque fluette. Ce n’était pourtant pas lui qui pleurait ! Allez, un peu de courage !

- Je t’aime bien, tu sais. Enfin, je veux dire… Tout le monde t’aime ici ! Pourquoi voudrais-tu qu’on te déteste, franchement ? Tu fais partie de notre… famille. Et je… Enfin, je crois que tu devrais arrêter de penser. Tu te poses trop de questions, tu… tu te fais du mal pour rien. Tu devrais te détendre un peu… Personne ne te le reprochera, tu sais. Tu… Tu n’as rien fait de mal, Asch. Tu n’as pas besoin d’être si cruel avec toi-même. Tu sais, je… je ne comprends pas bien ce qui te blesse de la sorte mais je… enfin…

Arf, il n’arrivait pas à s’exprimer clairement, c’était horrible ! Et puis sa main qui lui tapotait maladroitement l’épaule, c’était… pathétique.

- Tu n’as pas à envier Tiky. Tu es quelqu’un de euh… très bien tout seul. Enfin, toi-même. Tu n’as pas à l’envier parce que si tu le voulais vraiment, je suis sûr que tu pourrais être un peu plus « comme lui ». Tu arrives toujours à faire les choses et tu… tu es très bien comme tu es ! Enfin je veux dire que… Tu vois, quand tu m’as demandé si parfois, quand je me regardais dans la glace, je voyais tout ce que je détestais le plus au monde ? Et bien moi, quand je regarde dans un miroir, je ne vois rien. Je ne vois rien parce je ne veux pas voir. Je ne veux pas voir parce que je suis un lâche. Si tu as le courage de regarder ça en face, c’est déjà mieux que moi, non ? Enfin, je pense… Et si tu n’aimes pas ce que tu vois, essais de le changer ! Je ne sais pas trop quoi dire mais je… Enfin… Tu sais, moi aussi, parfois je me déteste au point que j’en ai la nausée. C’est comme ça, il faut vivre quand même.

Il racontait n’importe quoi ! Il racontait vraiment n’importe quoi !
Et puis… Il n’avait pas encore abordé le sujet principal de cette conversation…

- Et puis, tu sais, si tu n’aimes pas les femmes, ce n’est pas grave. Après tout, c’est quelque chose qui ne regarde que toi, non ?

Ah… Il avait mal à la gorge. Il faut dire qu’il n’avait pas l’habitude de parler autant.

[ C'est un peu bâclé, désolée. >____<' ]

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scampi-chan.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   Mar 11 Nov - 1:51

(Complètement naze ! J'arrivais pas à me mettre dedans... Désolé !)

Asch avait craqué, coquille vide repliée contre lui-même, brisé par sa propre opinion qui avait terrassé son cocon protecteur. Il s'était retrouvé, là, les fesses contre le bois du pont, pleurant comme un enfant. Pathétique, lorsqu'il aurait repris ses esprits il se maudirait. Mais pour l'instant, Asch s'était perdu.
Il était normal qu'Ash se sente mal à l'aise devant ce spectacle. Qui aurait cru, oui, qui aurait pu croire qu'un tel chaos résidait à l'intérieur du Kage ? Personne, pas même Tiky, même si il imaginait que son frère était complexe, un brin autodestructeur, il était loin de la vérité, loin de saisir à quel point son frère souffrait de ne pouvoir être totalement lui, de ne pouvoir assumer ses choix, ses goûts, de ne pouvoir se regarder en face en se disant qu'il se sentait bien dans sa peau.
Non, c'était tout le contraire, pour un paraître qu'il voulait parfait, afin d'être cet homme qui accuse tout les chocs, qui sait prendre soin des autres, qui sait se sacrifier pour les autres, il avait monté tout un manège pour faire vivre un altruiste quasi parfait qui ne voulait pas voir ni entendre ses propres appels.

Quand la mèche allumée par Asch était arrivée au bâton de dynamite elle avait réduit en cendres grises tout ce qui avait fait l'enveloppe qui l'avait, autre fois, protégée. Pour sûr, il lui faudrait un moment pour redevenir lui-même. Pour former à nouveau ce mur qui empêchait quiconque de l'entendre, de le comprendre. Ce mur qui cachait avec ferveur à lui et aux autres ce qui composait son âme.
Quelque part, c'était réconfortant que celui qui était témoin de cette chute fût Ash Ezo. Parce que Ash c'était un ami, un ami autant qu'un boss, et il espérait qu'Ash ne le regarde pas comme un subordonné qui n'en pouvait plus, mais comme un ami, perdu, qui ne savait plus dans quelle direction il devait se rendre.
Il ne voulait pas le regarder, non, il voulait croire qu'Ash ne haïrait pas cette facette de lui autant que lui. Il espérait qu'Ash l'accepte entièrement, même imparfait.
Peut-être qu'il en avait trop sur la patate, peut-être qu'il avait trop bu, peut-être que la pleine lune faisait son effet, à moins que tous ces facteurs s’emboîtent pour le mener inexorablement à tout balancer. Tout, même ce qui était caché au fond de lui. Livrer, continuer à livrer, tout divulguer, mettre à jour cette contrefaçon !

Si pour Ash cette confession intime était anodine, oui, c'est vrai, ce n'était ni exceptionnel, ni extravagant d'être homosexuel, cependant, pour Asch, c'était une tâche qui résistait à tous les lavages. Une tâche qui maculait l'être qu'il voulait être, celui qu'il incarnait, les épaules larges et le dos droit. Faire face à ce terrible secret c'était montrer à son Boss qu'il n'était pas celui qui se fichait de tout, tout en chipottant pour un rien. On le connaissait, non ? Pour un pet de travers, Asch s'enflammait pendant deux jours, alors pour une telle aberration dans son personnage, Asch se détruisait à petit feu ; car si tout le monde s'en fichait, pas lui. Lui, il n'arrivait pas à fermer les yeux sur ses imperfections qui lui pourrissaient la vie. Il voulait tout gommer, barrer ce qu'il n'aimait pas, pour paraître encore mieux.
Faire de lui même un personnage dont il était et serait fier jusqu'à la fin.

Cependant malgré tout ça, malgré cette envie d'être ce qu'il n'était pas, Asch avait failli, comme tout à chacun le sait, prétendre être quelqu'un que l'on est pas n'est pas chose aisée. Il y avait toujours une encoche, un faux pas inattendu. La vérité revenait toujours au grand galop. Et au moment précis où le roux se laissa choir à terre, ce n'était ni le Asch qu'il voulait être, ni celui qu'il était vraiment, mais une pauvre âme à la limite de la rupture. Il était certain d’une seule chose, si Ash le laissait, ou ne pouvait pas faire face à cette détresse, le roux disparaîtrait de la circulation.
Cependant les mots qu'il attendait arrivèrent à lui. Il ne le détestait pas, il ne le regardait pas avec mépris, Ash le prenait comme il était, même imparfait, même dans cet état de faiblesse pitoyable. Asch ferma les yeux, brûlés par les larmes. Ash lui parlait à ça façon, oui, c'était Ash, monsieur le grand orateur.
Toutefois, même si il ne s'attendait pas à un grand discours assuré, il était loin de se douter que le boss allait justement trop parler, dans l'état actuel des choses, Asch n'attendait qu'une seule chose, un ordre, un coup, tout ce que l'on voulait pour le faire réagir, pour l'enflammer à nouveau et le faire cesser de chialer comme l'ombre de lui-même. Mais ce n'était pas dans les habitudes de son boss, non...
Le Kage n'était pas en état pour écouter tous ces mots réconfortants un peu beaucoup bancal. Il releva simplement la tête afin de regarder Ash, essayer de suivre, même si tout se bousculait en lui, essayer de lire ses lèvres lorsque sa voix était recouverte par les cris qui résonnaient en lui.

- Tu n'es pas doué pour ça... »

La voix du Kage encore enrouée s'éleva à peine. Sa gorge nouée ne lui permettant pas d'hausser la voix. Il pensa brièvement qu'une telle chose n'était peut-être encore jamais arrivée au brun. Après tout, de ce qu'il en savait, Ash était enfant unique, il n'avait pas ce côté grand frère, intégré dans les gênes, un peu, comme lui.
Tout grand frère qu'il était, aujourd'hui c'était à lui de demander de l'aide à un aîné. Néanmoins, Ash n'était définitivement pas le bon numéro.
Ces paroles étaient gentilles, quoi qu'il doutât âprement de leur véracité, surtout avec un Ash qui cherche toujours ses mots. Il n'aimait pas cette façon de faire, ce tact dont le brun essayait de faire preuve. Asch savait très bien se détruire seul, ce qui lui fallait maintenant, c'était simplement un coup de ciment pour repartir, l'assurance qu'Ash ne trahirait pas ce moment et qu'il l'acceptait aussi fort que faible. Le roux inclina la tête, préférant cacher ses yeux rougis avant d'attraper son boss par le col et de froncer les sourcils.

- Lâche ? Tu serais un lâche, Ash, que je serais déjà parti. Tu serais un lâche, tu serais déjà loin, en train de dire à Tiky de venir me ramasser à la cuillère. T'es pas un lâche, Ash, tu es peut-être... simplement aussi perdu que moi. »

Finalement, ils n'excellaient pas dans leur rôle, Asch se dit qu'ils n'avaient qu'à les inverser, peut-être que ça marcherait mieux, -en tout cas pour lui- qu'un discours, certes flatteur quoi que manquant de conviction d'un boss trop souvent silencieux.
Asch soupira, il noyait le poisson, rien ne changerait réellement, cependant quelqu'un partagerait ses angoisses, ses peurs, ses soucis, quelqu'un saurait et se souviendrait de son vrai lui. Sa poigne attira le boss dans ses bras et il se serra, il le serra fort. Comme si à travers Ash il se donnait lui-même un peu d'affection. L'affection qu'il ne s'était jamais accordé.
Asch Jaunaris soupira, sa main droite glissa dans la tignasse brune du boss pendant qu'il enfouissait son visage dans son cou, se perdant lentement, oubliant les larmes, oubliant les peurs, l'anxiété.

- Merci... Ash. Maintenant ceci est tien autant que mien, c'est à nous, et je tiens à ce que cela reste ainsi, rien qu'entre toi et moi. »

Il ne voulait pas que les autres sachent à quel point Asch pouvait n'être qu'une illusion. Il n'était pas sûr de suivre les conseils du brun, car changer, c'était montrer à tous qui il était en réelle. Mais peut-être qu'il s'accorderait plus de temps pour lui, hors d'Eprona, bien entendu !
Mais avant ça, il voulait essayer une chose et après avoir chuchotté un excuse-moi contre l'oreille de son boss il glissa contre sa joue, profitant à fond de ce contact pour enfin déposer un baiser plein de retenu sur les lèvres du brun.
C'était en quelque sorte un premier baiser, un baiser enfin osé, sur les lèvres d'un autre homme. Bien sûr, Ash était beau, bien sûr, il était envoûtant, quelque part, c'était peut-être un rêve qu'il entachait de vérité. Mais qu'importe !
Un sourire satisfait peint sur le visage, alors que ses doigts glissaient avec légèreté contre la mâchoire de celui qu’il devait protéger.


- J'y penserais. »

Il verrait, il verrait si il se délivrait lui-même de ses liens invisibles qui le retenaient dans les ténèbres qu'il avait lui-même crée. Un soupire, un sourire, deux billes vertes perdues dans le ciel alors qu'une tête lourde de mots et d'obligations retombait contre les cordes de la rambarde, Asch Jaunaris venait de se révéler pour la toute première fois.

- C'est la première fois... que j'ose enfin. Désolé que se soit tombé sur toi. »

Il se l'était juré à lui-même tout le monde, tout le monde mais pas un membre du clan et surtout pas Ash. Parce qu’il était son supérieur, son Boss, un bodygard ne devait pas éprouver de sentiment ni d’attrait physique pour son protégé, car ça rendait tout beaucoup trop difficile à gérer. Parce que le brun n’avait pas à supporter son caractère au-delà d’une certaine frontière. Parce que l’amour était sacré, par ce que, et bien… Ash était sacré lui aussi.
Asch relâcha le brun, détournant le regard.

- Ash ? Qu’es-ce qui pourrait te dégoûter de moi ? Après ce que tu viens d’entendre, je n’arrive pas à te comprendre. Je ne sais pas si je pourrais toujours estimer quelqu’un me ressemblant. Et puis au faite… as-tu déjà aimé l’une de tes recrues ? »
Revenir en haut Aller en bas
Ash Ezo
*[ Membre des Sept Etoiles.
*[ Membre des Sept Etoiles.
avatar

Féminin Nombre de messages : 193
Âge : 18 ans.
Capacité spéciale : Capable de s'endormir absolument n'importe où, peut-être ?
Signe(s) particuliers(s) : Aucun.

Clan : EZO.
Serment d’allégeance : Je ne jure pas allégeance, c'est les autres qui me jurent fidélité.

Porte-monnaie : 0.

{ All About You
Profession: Pirate - Boss.
Race: Humain.
Effets Personnels:
MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   Ven 14 Nov - 20:15

(Tu rigoles ! De quoi tu te plains, ça va encore ! XD)

- Tu n'es pas doué pour ça...

Coupé dans le flot de ses paroles hésitantes et faibles, Ash rougit légèrement, esquissant une grimace contrite. Ce n’était pas une question, c’était une affirmation - et qui plus est, une affirmation tout à fait véridique ! Non, c’était vrai, il n’était pas doué pour ça… Il était même carrément nul. D’ailleurs, aussi loin que sa mémoire trouée voulait bien le porter, il avait toujours été particulièrement naze pour… « ce genre de trucs ». C’était vrai : dés qu’il s’agissait de parlotte ou de sentiments, il était paumé ! Donner des ordres, diriger et discourir, ça, il savait faire mais consoler quelqu’un, lui apporter soutien et réconfort, alors là, c’était bien au-dessus de ses maigres capacités ! … Bon, en même temps, avec le temps, il s’y était plutôt bien habitué : c’était ainsi, il était gauche mais heureusement, jusqu’à maintenant, il n’avait jamais vraiment dû s’investir dans une relation humaine. Et oui… Cela pouvait peut-être paraître étrange comme situation mais Ash ne s’en plaignait pas ; il n’avait jamais vraiment ressentit le besoin de s’attacher à quelqu’un en particulier. Après tout, les choses étaient comme cela depuis déjà pas mal de temps - depuis sa petite enfance, en fait. Alors bon, comment espérer consoler quelqu’un quand on ignorait déjà ce que certains petits trucs bateau comme partager un secret, avoir une conversation traitant de l’avenir ou remonter le moral de quelqu’un signifiait ? C’était impossible. D’ailleurs, pour être tout à fait honnête, cela devait probablement être la toute première fois qu’il… tentait de consoler quelqu’un. Vrai de vrai ! Alors bon, c’était plutôt normal qu’il soit nul. Ses hésitations étaient compréhensibles, pardonnables même ! Après tout, ce n’était pas sa faute : le fait était qu’il manquait cruellement d’entraînement… Parce qu’il n’avait jamais eu de frères ni de sœurs ; parce que jusqu’à l’âge de 8 ans, il n’avait même jamais rencontré d’enfants. Cela pouvait peut-être paraître bizarre mais c’était vrai, il ne mentait pas : à la « maison », ce bordel insalubre où travaillait jadis sa défunte mère, il était le seul gosse ; et comme il n’avait jamais été autorisé à sortir… En un sens, c’était plutôt déplacé d’oser se lamenter là-dessus car il avait déjà eu son lot de chance : il était né ! Et quand on savait que Kagetora noyait systématiquement la progéniture non désirée de ses employées, c’était un sacré beau cadeau ! Alors bon, le fait d’être bien en vie et à présent libre comme l’air valait bien quelques copains ratés… non ? Enfin, soit. Tout ça pour dire que le gêne « grand frère » ne lui avait pas été incorporé à la conception et qu’il faisait déjà pas mal d’efforts pour rassembler ses pensées et ne pas partir en courant. … Mais bon, quand même, c’était rageant. Lui-même s’en rendait compte : ses mots sonnaient faux, forcés, presque surfaits. C’était nul, franchement c’était nul ! Et pourtant… pourtant il voulait vraiment faire quelque chose pour Asch, juré craché ! Il savait parfaitement ce qu’il voulait lui dire, le problème c’était juste qu’il… qu’il n’arrivait pas à lui exprimer correctement ses pensées, à lui transmettre ses sentiments… Le « détester », franchement ! Quelle aberration ! Comme si Ash pouvait sincèrement détester le roux ! C’était stupide ! Asch c’était… c’était Asch, quoi ! On ne pouvait tout simplement pas le détester. Oh, bien sûr, le brun ne l’avouerait jamais - pas même sous la torture - mais il aimait vraiment beaucoup le roux et, en quelque sorte, il l’admirait. Parce qu’Asch faisait toujours de son mieux, parce qu’il était toujours fort. C’était quelqu’un de profondément gentil, un homme de parole et quelqu’un qui selon lui, méritait largement de devenir un modèle. Alors… si seulement il pouvait trouver les mots pour lui dire à quel point il avait tord…

« T'es pas un lâche, Ash, tu es peut-être... simplement aussi perdu que moi. ». Il l’avait attrapé par le col, comme ça, d’un coup, puis il lui avait balancé ces quelques mots à la figure. Ces mots si effrayants, si froids et déroutants… Pourquoi diable Asch disait-il ça ? Qu’est-ce qu’il en savait, d’abord ?! Hein ?! Qu’est-ce qu’il en savait… ? Après tout, Ash n’avait jamais raconté sa vie à personne et s’il connaissait les grandes lignes de l’histoire de tous les membres du clan, personne ne connaissait la sienne, pas même Nathalia qu’il considérait pourtant comme ce qui se rapprochait le plus d’une sœur. D’ailleurs, il ne racontait jamais rien à personne… Les gens n’avaient pas besoin de savoir. C’était ses pensées, ses peines, ses peurs, ses angoisses ; ça lui appartenait et ce qu’il avait vécu « avant » ne les regardait pas. C’était certes un peu gonflé mais de la même façon qu’il voulait absolument connaître un minimum du passé de ses « sujets », Ash ne voulait pas qu’on sache pour lui… Parce que c’était passé, terminé ; parce qu’il y avait certaines choses qu’il valait mieux oublier ; parce que parfois, il avait honte… Ca ne les regardait pas. Et puis… Ce n’était pas vrai ! Absolument pas ! Il n’était ni perdu ni rien du tout ! Tout allait bien, parfaitement bien et jam -

… Mon Dieu. Décidément, Asch avait vraiment grillé un fameux fusible ce soir ! Il venait de… de… Ah, purée ! Ash ne pouvait même pas nommer son… son « action » sans risquer de tourner de l’œil ! Dans l’état actuel des choses, dire qu’il était en état de choc avancé était encore un doux euphémisme ! … Mon Dieu… S’il s’était seulement imaginé que les choses tourneraient de la sorte ! La situation lui avait complément glissé des mains ! En effet, obéissant à Dieu sait quelle pulsion étrange, Asch venait de l’attirer à lui pour le serrer dans ses bras. Oui, vous avez bien entendu : le serrer dans ses bras. De quoi tomber par terre, franchement ! D’ailleurs, il avait de la chance que le self-control du petit Boss soit relativement bien développé : généralement, avec ce genre de contacts physiques soudains, le roux aurait théoriquement dû finir encastré 6 mètres plus loin, dans le mur le plus proche ! En tout cas, c’était ce qui était arrivé à une fille un peu trop entreprenante, du temps où il régnait encore sur les gosses de Dolanaar… Or, au lieu de l’instinctif mouvement de recule, Ash n’avait fait que de se tendre violement. Hum. Peut-être qu’il était trop choqué pour l’envoyer valser. Ou peut-être qu’il se ramollissait à force de se faire sauter dessus par Anise, Ivy et Leila ; c’était possible aussi… Enfin, bref, toujours est-il qu’il n’était franchement à son aise… Et d’ailleurs, la situation ne fit qu’empirer quand le roux enfouit son visage encore humide de larmes dans son cou et que sa main droite vint se glisser entre ses mèches sombres, lui envoyant par-là une décharge de frissons jusqu’en bas du dos.
Wo… S’il laissait ses doigts enfouis dans sa tignasse brune, ça n’allait vraiment pas le faire !

- Merci... Ash. Maintenant ceci est tien autant que mien, c'est à nous, et je tiens à ce que cela reste ainsi, rien qu'entre toi et moi.

Hum ? Qu’est-ce qu’il avait dit… ? Sincèrement, l’esprit d’Ash était bien trop accaparé par le léger « excuse-moi » que le roux lui avait soufflé à l’oreille et par la sensation de… de ses lèvres sur les siennes ?! … Ok, bon, alors là, il était définitivement passé de l’autre côté du miroir ! Ou non : il était en train de rêver ! C’était ça, hein ?! Il était en train de faire un rêve pas net et… et Asch l’avait embrassé… Ok… La fin du monde était-elle proche ?

- Qu’est-ce que… ?

Sincèrement, Ash n’aurait pas su dire quelle sensation l’emportait sur l’autre : la surprise ou la gêne ? Il avait l’impression d’assister à la scène d’un point de vue extérieur et pourtant, en même temps, il sentait son rythme cardiaque s’emballer, le sang venant battre ses tempes au fur et à mesure qu’il rougissait. Il piquait un far monstrueux mais bon, au point où il en était, ça n’avait plus tellement d’importance… D’ailleurs, la seule chose qui avait vraiment de l’importance en cet instant c’était… Asch, tout simplement. Asch et ses drôles de réactions. Asch et son esprit tordu. Asch qui regardait à présent le ciel d’un air absent, ses doigts frôlant légèrement sa mâchoire… Pourquoi avait-il fait ça ? Pour « essayer » ? Pour appuyer sa précédente confession ? Pour se convaincre ? Quelque part, servir de « cobaye » était une chose un peu… humiliante. Mais bon, si grâce à cela le roux avait réussi à un peu se calmer, Ash était content. Ils restèrent donc encore quelques longues minutes comme cela - le roux apparemment perdu dans ses pensées et le brun tentant désespérément de récupérer une couleur à peu près acceptable - lorsque finalement, Asch le relâcha, laissant ainsi son Boss légèrement sonné s’asseoir en tailleur à ses côtés.

- …
- Ash ? Qu’est-ce qui pourrait te dégoûter de moi ? Après ce que tu viens d’entendre, je n’arrive pas à te comprendre. Je ne sais pas si je pourrais toujours estimer quelqu’un me ressemblant.

Qu’est-ce qui pourrait le dégoûté du roux ? Et bien… C’était une bonne question ! A vrai dire, il n’en avait absolument aucune idée… Le fait était que, en temps normal, le brun n’était pas vite dégoûté ni même choqué. De la maison close à Dolanaar, il avait vu bien assez de choses douteuses et à présent, il était en quelques sortes « immunisé » contre le dégoût. C’était vrai : il avait déjà eu son lot de trucs choquants et un peu gores ; du coup, ça ne le touchait plus ou plus vraiment… Enfin… Maintenant, si Asch se mettait à faire des trucs pas nets avec Ivy, il aurait certainement un peu de mal à le regarder de la même façon mais sinon… Surtout que pour lui, l’homosexualité n’avait jamais été associée à quelque chose de répugnant ou de contre-nature. Sans compter que cela aurait été un peu stupide de prendre Asch en horreur alors que lui-même se considérait comme bisexuel…

- Et puis au faite… as-tu déjà aimé l’une de tes recrues ?

Tournant lentement la tête vers le roux, Ash ne répondit pas tout de suite. Il l’observa d’abord longuement, sans vraiment le voir, ses pupilles noires se voilant légèrement alors qu’il se perdait peu à peu dans ses pensées. Est-ce qu’il avait déjà aimé une de ses recrues… ? A vrai dire, la question la plus adéquate aurait été : « Est-ce que tu as déjà aimé ? » ! Ou plus exactement : « Est-ce que tu es déjà tombé amoureux ? ». Parce que bon, il était peut-être un peu étrange sur les bords mais son être n’était quand même pas fait de pierres ! D’ailleurs, pas mal de personnes avaient déjà réussi à se creuser une petite place dans son cœur - et ce, que ce soit actuellement ou par le passé… Par contre, Ash était certain de n’être jamais tombé amoureux. Jamais. Oh, bien entendu, il avait déjà éprouvé… « une certaine attirance » mais c’était toujours resté au stade de la chimie et des sensations physiques. Il n’était même pas certain de pouvoir un jour connaître ce sentiment : peut-être était-il définitivement hermétique à l’Amour, qui sait ? D’ailleurs, en parlant de ça, Ash se demandait bien si le roux avait déjà été amoureux, lui… Et puis… jusqu’où il était déjà allé avec une fille, aussi. Hey ! Que voulez-vous, mine de rien, Ash était plutôt curieux !

- … Si tu parles d’Amour, je n’ai jamais été amoureux de toute ma vie.

C’était clair, net et précis. Pour une fois depuis le début de cette étrange conversation, Ash avait parlé sans la moindre hésitation.

- Tu… trouves ça bizarre ?

Arf. Il aurait bien aimé lui demander s’il avait déjà été amoureux mais… enfin… il n’osait pas, quoi. C’était… un peu gênant et passablement intime comme question. Et puis quel motif pouvait-il bien invoquer pour justifier son indécrottable curiosité ?

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scampi-chan.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   Dim 16 Nov - 7:54

(buuuuh si, si je m'étais enlisé avec cette réponse... O_O)

Pourquoi avait-il embrassé Ash, c'est la question qu'il se posa, ensuite, plus tard, peut-être face à la gêne de son patron, peut-être à cause de cette bouille rouge qui lui donnait des envies de mère poule. Il était désolé et neutre à la fois. Il n'avait rien fait de mal, et puis, ça avait été un baiser tout ce qu'il y a de plus sobre. De toute façon Asch Jonaris ne se serait jamais amusé à... non, même pas en rêve !
Il ne regrettait pas, ce baiser volé comme un enfant. Il avait justement quelque chose de léger et innocent. C'était ce qui lui correspondait le mieux, en fait. Asch fit un court sourire en voyant son boss s'empourprer. Il ne releva pas, sachant combien Ash n'était pas à l'aise avec le contact d'autrui.
Cependant le Kage n'imaginait pas que cela puisse être à ce point handicapant pour le brun, jusqu'à le couper de tout sentiment plus prononcés qu'une simple et banale amitié. Oui, car Ash, à ses yeux, avait le mérite d'être un des hommes les plus attirant d'Eprona, si on laissait de côté ce mystérieux vendeur avec lequel il jouait au chat et à la souris. Mais oublions cet inconnu duquel il ne savait même pas le nom. Asch regarda son boss s'assoir en face de lui. Allait-il à son tour dévoiler quelque chose ?
Tout ce qu'Asch savait de lui ne venait que de son observation, que de ses hypothèses, ses impressions, il ne savait pas grand chose du brun, comme le brun ignorait, enfin, avait ignoré la plus part des choses qui tapissaient la vie du roux. Asch sortit une sorte de sachet dont il tira de ses dents la ficelle, tout ouïe, cependant, malgré sa tâche actuelle : à savoir se sortir une dose de nicotine fraîchement achetée ; pour écouter avec respect les interrogations du brun.
Ainsi donc, Ash n'était jamais tombé amoureux ?! Le kage releva un sourcil, étonné, rien qu'un peu, après tout il s'attendait étrangement à cette réponse, alors même qu'elle le troublait. Jamais... Asch n'était pas un monstre d'exemple en émotion sentimentale, il n'avait pas à s'indigner de ce genre d'aveux, car lui-même, il n'avait aimé personne, enfin pas comme ça. Pas de cette façon.

- Je crois que je devrais te dire oui. Cependant, bienvenu dans le club, j'ai rien à dire à ce sujet ! Les seules personnes que j'aime réellement se comptent sur les doigts de la main, sachant que deux d'entre eux, sont mes frangins, l'autre, un... petit bout de gamine aussi grande que trois pommes, quant à l'autre elle se tient devant moi. "

N'allons pas croire qu'il n'aimait pas les autres membres du clan, mais ce n'était pas la même façon, ce n'était pas les mêmes relations. Il aimait Ivy c'était indégnable, et c'était bien parce qu'il était en trêve avec son égo qu'il se permettait de dire ça avec désinvolture, Ash avait intérêt à noter car ce n'était sûrement pas des choses qu'il redirait, même après avoir bu soixante quinze bouteilles de rhum brun ! Le roux, occupé à rouler sa cigarette releva cependant les yeux quelques instants pour considérer le brun quelques courtes secondes.

- Je dis ça... mais... j'dis rien... C'est juste que... j'pense... tu vois... "

Comment dire ça, et même qu'allait-il dire, car sur le moment il n'avait pas réfléchi avant d'ouvrir la bouche.

- On fait une belle paire handicapés ! P't'être qu'un jour, faudrait qu'on prenne le temps de vivre normalement. Au moins un jour... un jour de trêve complet. Être en paix avec soi-même et avec les autres. Ou peut-être qu'égoïstement on fait en sorte de ne jamais se faire blesser par les autres en se protégeant de peur de se briser... "

Il devenait tout à coup très pensif, un brin philosophique, Asch posa son regard vert dans les iris de nuit de son vis-à-vis. Ils étaient beaux les grands garçons, non ? Asch poussa un tss rageur tandis qu'il calait sa cigarette entre ses lèvres. Il avait mal au crâne. Ça faisait trop longtemps qu'il s'était pas laissé aller à pleurer, il allait être d'une humeur cinglante et coupante demain. Un roulement des yeux suivit cette déduction oh combien éclairante sur sa personnalité.
Le regard à moitié dans le vide, un sourire glissa sur ses lèvres, alors que sa main décollait avec négligence la cigarette de ses lèvres pour les caresser. Il se demandait bien si Ash avait déjà embrasser un mec ? Et sans le regarder, il posa la question à voix haute, par curiosité, par envie d'en savoir un peu plus...

- T'es le premier homme que j'embrasse, j'éprouve ni honte, ni gêne... étrange... j'aurais même envie de recommencer. "

Un ricanement un peu artificiel glissa entre ses lèvres, disons, tant qu'un autre jour ne verrait pas le jour... Asch ferait avec, avec ce qu'il est, rien qu'une seule nuit, une seule, même si il se sentait pas totalement lui-même.

- Ha ! R'garde ça. J'étais parti pour passer une soirée beuvrie tout seul en totale autarcie et me voilà quasiment à poil devant toi ! T'es plutôt fort. Tu l'vaux bien ce premier baiser. Alors, et toi, première fois qu'un mec ose te faire un plan pareille ? "

La cigarette au coin des lèvres, Asch posa ses avant-bras sur ses genoux, intéressé par les réponses de son boss. Hypnotisé par la pâleur de la peau de son... partenaire... ami... boss... il ne savait même plus ce qu'il devait penser de ce garçon, en tout cas, le vert de ses yeux : suivaient le cou d'Ash, puis ses épaules, quelque chose le rendait nerveux : la façon dont il le regardait, l'impossibilité de détacher ses yeux du corps en face de lui, et tout ces envies qui lui passaient par la tête, du plus étrange au plus incongru, tout y passait. Il avait envie de caresser son cou, sa chevelure comme tout à l'heure, et là, il lui semblait avoir pris une baffe mentale tout seul.
Ash n'était plus un ami, il n'était plus un boss, c'était un homme, tout à coup, aussi détaché de lui que pouvait l'être ce vendeur, et tout aussi attirant. Quelque part, il venait de se mettre dans le pétrin, es-ce qu'il était vraiment en train d'essayer de... ... de... draguer le brun ?! Mais qu'es-ce qu'il fichait !!! Ses yeux papillonnèrent, si Ash parlait, il avait loupé ses paroles... le pont sous ses fesses venait de céder, il tombait au fin fond d'un gouffre. Fallait vraiment qu'il redevienne celui qu'il avait toujours été, c'était là, super urgent ! Cependant une pensée parasita son cerveau. Et si toutes ces boutades qu'il lui envoyait depuis qu'ils étaient proches n'avaient jamais eut que cette vocation et ce simple but ?

- Oh... damned... "

Était-il à ce point aveugle ? Ce qui était soulageant, c 'est qu'à part une attirance physique qu'il ne pouvait nier, il n'avait pas été jusqu'à se rouler dans le romantisme amoureux !
Revenir en haut Aller en bas
Ash Ezo
*[ Membre des Sept Etoiles.
*[ Membre des Sept Etoiles.
avatar

Féminin Nombre de messages : 193
Âge : 18 ans.
Capacité spéciale : Capable de s'endormir absolument n'importe où, peut-être ?
Signe(s) particuliers(s) : Aucun.

Clan : EZO.
Serment d’allégeance : Je ne jure pas allégeance, c'est les autres qui me jurent fidélité.

Porte-monnaie : 0.

{ All About You
Profession: Pirate - Boss.
Race: Humain.
Effets Personnels:
MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   Sam 22 Nov - 16:47

(Et bien... C'est à mon tour de m'être enlisé. ><')

- Je crois que je devrais te dire oui.

Hum. Effectivement, en y repensant bien, c’était un peu bizarre... Après tout, « aimer » était une des principales caractéristiques propres à l’être humain, non ? En effet, si on prenait l’exemple du poisson rouge tournant sagement dans son bocal de verre, Ash n’était pas certain que ce dernier puisse effectivement ressentir cette émotion si particulière pour un de ses congénères ou tout du moins, pour son « propriétaire ». Enfin… en même temps, il n’en savait rien - jusqu’à preuve du contraire, il n’avait pas le pouvoir de lire les pensées des poissons rouges ! - mais bon, de prime à bord, il n’était pas franchement convaincu de l’existence d’une quelconque romance entre bestiaux… Or (et ce, malgré le fait qu’il soit un être tout ce qu’il y a de plus humain) en maintenant 18 ans de vie, Ash était certain de n’avoir jamais aimé. Jamais. Ou du moins, pas de cette manière… Du coup, même si à la base c’était un mec tout ce qu’il y a de plus mec et que les mecs bah… c’étaient généralement moins « branchés guimauve » que la gente féminine, ça faisait tâche. Et, quelque part, bien que cela ne lui manque pas tellement, Ash trouvait ça un peu… triste comme situation. Parce que bon, quand même, parfois, ça avait l’air bien… Non ?

- Cependant, bienvenue dans le club, j'ai rien à dire à ce sujet ! Les seules personnes que j'aime réellement se comptent sur les doigts de la main, sachant que deux d'entre eux, sont mes frangins, l'autre, un... petit bout de gamine aussi grande que trois pommes, quant à l'autre elle se tient devant moi. »

Une chose était au moins certaine : vu sous cet angle, le nombre de personnes qui pouvaient se vanter d’avoir ne serait-ce qu’une toute petite place dans le cœur du grand roux formait une espèce en voie d’extinction ! Quatre personnes ; ni plus ni moins. Ce… n’était vraiment pas beaucoup… Quoique. En y réfléchissant bien, la liste d’Ash ne devait certainement pas être beaucoup plus longue…
Demeurant un instant plongé dans les méandres de ses pensées tumultueuses, le petit Boss pencha inconsciemment la tête sur le côté, fixant les mains du roux qui s’activaient délicatement autour du tabac sans vraiment les voir. Alors… S’il devait établir la liste des gens dont l’existence possédait une réelle valeur à ses yeux, qui y figureraient et qui n’y figurerait pas… ? Le premier nom qu’il lui vint en tête fut bien évidemment celui de Nour, suivit de près par celui de Mana. Vint ensuite naturellement les noms des personnes les plus proches de lui au sein du Clan Ezo : Nathalia, Ava, les jumeaux et le petit bout de soleil qui leur servait de demi-frère, Anise et Ivy - c’est deux petits bouts de femmes qu’il avait jadis ramassé - Hisoka… En fait, d’une manière schématisée et générale, Ash aimait tous les membres du clan. Et, à part les huit personnes précédemment citées, il les aimait… sans vraiment les aimer. Bizarre, non ? En même temps, c’était plutôt difficile d’expliquer les sentiments troubles qui le parcouraient à chaque fois qu’il pensait à tous ces gens : en effet, étant Boss, il n’avait pas franchement le loisir de faire ami-ami avec l’entièreté de la populace qui créchait à Eprona ! De certains, il ne connaissait que le visage et le nom, sans plus. Enfin, blague mise à part mais il était tout de même content d’entendre Asch lui avouer aussi directement l’affection qu’il lui portait. C’était un jour à marquer d’une croix ! Parce que bon, ne nous voilons pas la face inutilement : ça ne se reproduirait certainement plus avant un looong moment ! C’était plutôt dommage d’ailleurs parce que mine de rien, bien que cela soit également un peu gênant, c’était tout de même agréable d’entendre quelqu’un vous dire qu’il vous aimait - et ce, même si parfois, cette personne utilisait des moyens détournés pour atténuer la portée révélatrice de ses paroles… Mais bon, ce n’était pas comme si Ash avait absooolument besoin d’entendre le roux lui dire ce genre de choses : il n’était pas stupide et savait parfaitement que s’il s’était attaché au roux, ce dernier s’était également attaché à lui. Après tout, Asch était tellement protecteur parfois… Peut-être qu’il le voyait un peu comme un troisième petit frère sur lequel veiller ? Peut-être… ou peut-être pas. Peut-être qu’il le voyait seulement comme un chef qu’il faut protéger par devoir ou encore comme un simple et bon ami. Sincèrement, Ash ne savait. Mais bon, après tout, qui pouvait dire ce qui se passait dans la tête du Kage ?! Avec lui, rien n’était jamais clair et surtout pas les sentiments ! D’ailleurs, c’était exactement pareil pour ce qui était d’Ivy : cette gamine, le roux l’adorait mais s’il avait été en pleine possession de ses moyens, jamais au grand jamais il ne lui aurait avouer une chose pareille ! D’autant plus qu’encore aujourd’hui, alors que tout le monde était au courant depuis longtemps, Asch tentait toujours de cacher sa « passion » pour les trucs mignons. Mais bon, ça, c’était une autre histoire…

Quand Asch reprit la parole, le brun leva distraitement les yeux pour les planter dans les prunelles émeraude qui lui faisaient face. « Une belle paire d’handicapés », hein ? Bof, au fond et bien que l’expression soit quelque peu… dégradante, ce n’était pas tout à fait faux… Et d’ailleurs, peut-être bien que sa théorie un brin philosophique était elle aussi dans le vrai : après tout, c’était tellement plus simple de se couper du monde, de s’isoler ! Si on n’entretient pas de relations humaines - et surtout des relations avec des « histoires de cœur » vu que généralement, ce sont celles-là qui font le plus mal ! - c’est sûr, on ne risque pas d’être blessé ! Mais bon, peut-être qu’avec cette attitude ils perdaient quelque chose d’important, rataient quelque chose de merveilleux… Qui sait ? Tout en réfléchissant à la question, Ash se mis à détailler le roux. Il semblait littéralement épuisé et le léger froncement de ses sourcils indiquait à Ash qu’une vilaine migraine pointait certainement à l’horizon. Les pénibles « effets secondaires » des crises de larmes, quoi ! Les yeux vides et l’air détaché, Asch fumait sa cigarette tranquillement, en silence. Aucun d’entre eux ne parlait mais étrangement, ce calme n’avait rien d’embarrassant ni de pesant ; c’était juste… agréable. Enfin, jusqu’à ce que le roux lui pose finalement la question du jour précédée d’une déclaration pour le moins ambiguë…

- T'es le premier homme que j'embrasse, j'éprouve ni honte, ni gêne... étrange... j'aurais même envie de recommencer. »

A ces mots, Ash ne put s’empêcher de virer au cramoisi une fois de plus, sursautant légèrement alors que le roux lassait échapper un ricanement mécanique. Rapidement, il tourna la tête, laissant ses mèches noires et rebelles former un écran opaque devant ses yeux, tentant par-là de masquer ne serait-ce qu’un tout peu la couleur carmine de ses joues. Humpf. Qu’est-ce qu’il avait à dire tout haut des trucs aussi embarrassants, franchement ?! Surtout que s’il… continuait à faire ce genre de sous-entendus gênants, les pensées déjà un peu trop fébriles du brun allaient vraiment finir par dériver ! Ne pas penser, ne pas penser, ne pas penser, ne pas penser, ne pas penser, ne pas penser, ne pas penser, ne pas penser, ne pas penser, ne pas penser, ne pas penser, ne pas penser, ne pas penser, ne pas penser, ne pas penser, ne pas penser, ne pas penser, ne pas penser, ne pas penser, ne pas penser ! Mais c’était trop tard ! Il pensait et le sujet de ses pensées avait déjà tendance à devenir… tout aussi gênant que ses paroles…

- Ha ! R'garde ça. J'étais parti pour passer une soirée beuverie tout seul en totale autarcie et me voilà quasiment à poil devant toi ! T'es plutôt fort. Tu l'vaux bien ce premier baiser. Alors, et toi, première fois qu'un mec ose te faire un plan pareille ? »

Hum… Non. Non, ce n’était effectivement pas la première fois que ce genre de trucs lui arrivait. En effet, avant Asch, le petit brun s’était déjà retrouvé dans une situation similaire, quoique légèrement moins… plaisante. Il faut dire qu’Eeth, cette jeune Sentinelle complètement fêlée qui avait juré de l’envoyer à l’échafaud, n’était pas vraiment du genre à se soucier de son confort…

- Hum. Nan. En fait…

Mais… Pourquoi est-ce qu’il lui parlait de ça ? Personne n’était au courant de cet épisode ô combien humiliant de son existence et franchement, c’était tant mieux ! M’enfin, en même temps, il ne pouvait décemment pas faire la fine bouche alors qu’Asch venait de lui avouer un de ses plus grands secrets !

- C’était y’a deux ou trois mois. Le jour où les Sentinelles ont débarqué en masse et que notre abordage a vraiment mal tourné… Tu te rappelles ? C’était la galère et j’me suis retrouvé tout seul sur le pont arrière avec cette espèce de psychopathe aux cheveux gris… Eeth Machinchouette, ou truc du genre, un sale gosse de riche qui s’est juré de faire tombé les 7 Étoiles à lui tout seul. Un crétin, quoi… Le problème, c’était que même si c’était un parfait crétin, il était plutôt balaise... Et comme il n’arrivait pas à me trouer la peau avec son flingue, on a commencé à se battre au corps à corps. Mais bon, comme là non plus il ne réussissait pas à prendre le dessus, il s’est énervé et m’a pris en traite. J’me suis donc retrouvé plaqué contre le mur avec ce connard occupé à m’étrangler. Peut-être que ce jour-là, il aurait pu me supprimer une bonne fois pour toute, m’enfin toujours est-il qu’il a fait un truc vraiment stupide : il m’a embrassé… Comme ça, alors que cinq minutes plus tôt il essayait de m’étouffer ! J’te jure, il a vraiment un grain ce mec. Il faut toujours qu’il écrase ses adversaires. Il faut qu’il les humilie, il doit gagner sur toute la ligne sinon ça ne va pas.

C’était un drôle de type dans tous les cas. Ca avait été la toute première fois qu’un… mec l’embrassait et ça avait confirmé les suppositions d’Ash en matière de sexualité. En effet, malgré l’improbabilité de la situation, Ash avait… apprécié, d’une certaine manière. C’était un mec, un connard et qui plus est un Sentinelle mais pourtant, ça ne l’avait pas dégoûté. D’autant plus qu’Eeth était plutôt beau gosse et que ça se voyait clairement qu’il avait déjà pas mal d’expérience dans le domaine…

- La suite, j’m’en rappelle plus trop, en fait. J’devais être un peu trop choqué. Et puis de toute façon, on a dû battre en retraite…

Ash ramena ensuite son regard d’encre sur le roux pour se rendre compte que celui-ci ne l’écoutait pas. Il semblait absent, comme plongé dans une intense réflexion. Ses traits étaient légèrement tirés et ses sourcils restaient irrémédiablement froncés. Que se passait-il ? Il avait encore loupé un épisode… non ?

- Oh... damned...
- … Asch ? Un problème ?

_________________




Dernière édition par Ash Ezo le Mar 25 Nov - 0:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scampi-chan.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   Lun 24 Nov - 22:48

Parfois ça avait l’air bien, oui, c’est ce que se disait Asch quand il voyait un couple passer bras dessus et bras dessous en rigolant. Des meilleures amis avec un petit plus qu’on ne pouvait pas avoir un réel meilleur ami… maintenant, oui, c’était bien ; quand on regardait ça occasionnellement, mais Asch ne se voyait pas se lever tout les jours avec quelqu’un à côté de lui, faire des concessions tous les jours pour ne pas groumpfer, ou même sourire comme un niais, ou… enfin faire toutes ces choses de couple. Ca finirait par le lasser, pour sûr ! Aimer, oui, pourquoi pas enfin si il tombait sur la tête mais la vraie vie de couple… jamais. Enfin pas dans un cocooning renfermé comme on pouvait le rencontrer… La fidélité, oui, les entraves pas questions. Les couples c’était une prison dorée qui finissait par vous étouffer. En tout cas, c’était ce qu’il pensait.
Asch n’avait vraiment pas envie de se passer la corde au coup, téméraire oui, fou, pas du tout. Il était déjà assez occupé avec la laisse qu’il avait au tour du coup et que sa propre main tirait dans le sens inverse de sa personnalité. Alors si il fallait faire aussi avec les exigences d’une tierce personne, il ne s’en sortirait pas. Très vite il avait oublié ces histoires de couples pour se mettre en tête qu’il vivrait sûrement et à jamais… seul. Et ce n’était pas plus mal, en fait ! Lui et son acte de conduite étaient déjà assez nombreux. Il soupira, alors qu’il divaguait de plus en plus. Il se rendait compte combien il en avait dit, combien cette chose en lui s’était épanouie rien qu’en parlant, rien qu’en disant avec des mots tout ce qui l’angoissait. Il s’en voulait d’avoir été aussi faible, et en même temps, en même temps il était en paix. En paix avec lui-même et sa conscience. Et ce, malgré le mal de crâne qui lui broyait le cerveau, il fit un court sourire, la paix intérieur, c’était quelque chose qu’il devait savourer, car le chaos se réveillerait sûrement demain.
Mais au fur et mesure de son introspection, il était arrivé sur quelque chose d’assez… étrange. Ses actes, ses mots, il avait cherché des réponses, et ce qu’il venait de trouver lui filait les jetons. Parfaitement. Il s’était tellement éloigné de son frère, il l’avait tellement critiqué, tout ça, internement, s’il vous plait, que de se voir là, à demi mot essayer de draguer quelqu’un lui donna envie de sauter du pont. Il tombait de haut ! Et alors qu’Ash livrait lui aussi un morceau de sa vie, il n’avait entendu qu’une bribe d’information, un nom, un fait, qui n’eut qu’une seule réponse, un pic de chaleur communément appelé colère… enfin… serait-ce que de la colère. Colère, oui, car si il avait bien fait son boulot, Ash ne se serait pas trouvé tout seul face à une sentinelle qui avait essayé de le tuer ; C’était son job ! SON job ! Prendre soin de son boss, prendre soin qu’il ne soit pas blessé, et lui il faisait quoi à ce moment là. Il se battait aussi, mais il avait perdu de vu sa seule et unique priorité. Qu’importe les liens du sang, quand le danger devenait pressant, il n’avait qu’une personne à défendre et c’était Ash. Oui, il s’en voulait !
Cependant, pas le temps de repenser aux erreurs passées, comme le mot l’indiquait, on ne pouvait plus rien y faire, il ne restait que l’avenir, et son crédo, ne jamais recommencer les erreurs du passé ! Asch regarda soudainement le brun, de quoi ? hein ? Il avait parlé tout haut, damned ! Qu’allait-il répondre à ça ?! Il pourrait très bien ne rien dire, entammer une nouvelle discution, revenir sur ce sentinelle, ou… Asch sentit une chaleur désagréable remonter jusqu’à son visage, ça piquotait, limite c’était très désagréable, très désagréable, comment faire part d’un truc aussi… eurk ! C’est rien Boss, vous êtes mon fantasme vivant, et si on se donnait rendez-vous dans votre chambre pour voir si j’ai fait le bon choix… Asch détourna les yeux, puis le visage, regardant sa fumée monter en volutes bleutées.

- Je crois… enfin tout dépend de ce que l’on définit comme problématique. Si draguer par détournement son propre boss c’est vu comme problématique, je pense que oui, je suis dans la mouise. »

Bah, et maintenant qu’allait-il faire ? Hum ? L’envie de dézinguer une certaine sentinelle lui passa par la tête, si jamais leurs chemins se croisaient, ça allait vraiment mal se terminer. Asch avait envie de se lever, et de se barrer, sans rien ajouter de plus, sans se retourner, aller se coucher et se remettre les idées d’aplomb, et puis, en même temps… il n’avait même pas le courage de se lever. Par contre maintenant, il n’était pas sûr de vouloir continuer la conversation la dessus. Mieux valait passer à autre chose. Et ils allaient parler de quoi au faite ! Ils n’étaient pas des grands causeurs, et chacun avait du arriver à leur quota de mot pour la fin de la semaine, voir ils entamaient le quota de la prochaine.

- Désolé… je vais essayer de plus t’embêter avec ça. »

Même si c’était mignon de le voir s’empourprer comme ça, toutes les bonnes choses avaient une fin. Ash n’avaient pas à faire les frais de ses déviances ça devait l’emmerder.

- Enfin voilà, sujet clos. Pas la peine de te dire que personne ne sait tout ce que je viens de te dire. Surtout pas la dernière chose. Manquerait plus que ça ! Nathalia me tuerais je pense… »

Il ne savait pas pourquoi, mais il pensait sincèrement que Nathalia ferait office de tuteur légal si jamais une personne tournait autour d’Ash criant et usant s’il le fallait de force et d’autorité pour protéger le Boss. Il avait même pensé à une époque qu’elle et lui était en couple. Mais aujourd’hui cette idée saugrenue l’avait quitté. En plus il venait d’en avoir la preuve par trois. Ash n’aimait et n’avait jamais aimé personne. Pourquoi draguerait-il la personne qui lui ressemblait, au fond, c’était peine perdue, et puis c’était contre sa ‘’religion’’ et surtout, surtout, avec le respect qu’il éprouvait pour Asch, il ne voulait tout simplement pas briser quelque chose dont il avait absolument besoin. Ash lui était étrangement vital. Il réfléchirait à ça une autre fois, il en avait marre. Marre d’essayer de comprendre, marre de se rendre compte qu’il n’était pas différent de toutes les facettes qu’il haïssait chez Tiky. Le roux se frappa le crâne. Il était temps qu’il aille se cacher tellement il était pathétique. Et bien qu’il crevât d’envie de l’embrasser une nouvelle fois, tout en parcourant sa chevelure brune, Asch préféra la facilité.

- Tu ferais mieux de rentrer, Nath risque de s’inquiéter si elle te voit pas. Et puis t’as pas à t’inquiéter, je ne vais ni partir, ni débarquer au prochain conseil avec un bouquet de rose. De là t’as pas à t’en faire…»

Et puis qui disait qu’il acceptait finalement son penchant pour les hommes. Oh ça non ! Son habitude était trop encrée pour pouvoir passer outre maintenant. Il recommencerait à essayer de draguer des filles, sûrement, pour passer le temps pour ne pas y penser. Asch soupira, espérant tout à la fois qu’Ash s’en aille et reste. Il avait vraiment un problème le gars. Il y avait encore tellement de chose qu'il voulait lui dire, tellement de chose qu'il voulait lui demander... C'était nul d'être aussi handicapé socialement, il allait finir par regretter de ne pas être comme Tiky !
Revenir en haut Aller en bas
Ash Ezo
*[ Membre des Sept Etoiles.
*[ Membre des Sept Etoiles.
avatar

Féminin Nombre de messages : 193
Âge : 18 ans.
Capacité spéciale : Capable de s'endormir absolument n'importe où, peut-être ?
Signe(s) particuliers(s) : Aucun.

Clan : EZO.
Serment d’allégeance : Je ne jure pas allégeance, c'est les autres qui me jurent fidélité.

Porte-monnaie : 0.

{ All About You
Profession: Pirate - Boss.
Race: Humain.
Effets Personnels:
MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   Sam 27 Déc - 22:39

(C'est nul, vraiment nul. Je m'excuse d'avance pour cette… chose, j'étais super crevée quand je l'ai pondue. >____<' Pardon, pardon, pardooon. T-T)

- Je crois… enfin tout dépend de ce que l’on définit comme problématique. Si draguer par détournement son propre boss c’est vu comme problématique, je pense que oui, je suis dans la mouise.

Trop choqué pour répondre, Ash écarquilla légèrement les yeux et entrouvrit la bouche comme pour parler, avant de la refermer violement et de pincer les lèvres. Bon sang, Asch n’avait vraiment aucun tact ! Avec lui, c’était toujours blanc ou noir, jamais gris ! Soit il ne disait rien et ressassait en silence, soit il livrait ce qu’il avait sur le cœur, directement, sans chercher à détourner la vérité ! Sérieux… Il fallait s’accrocher quand on voulait avoir une conversation un tant soit peu « complète » avec un tel phénomène ! Mais bon, en même temps… Le roux avait toujours cette façon exquise de présenter les choses, cette façon très « Jonaris » de parler, tellement drôle dans l’abattement dont il faisait preuve qu’Ash se retint de très peu d’éclater d’un petit rire incontrôlé. Se mordant presque les joues pour réfréner son hilarité nerveuse, il pinça à nouveau les lèvres, pensant à raison qu’il serait sans doute mal venu de se mettre à rire, alors que le roux redoutait certainement sa réaction. D’ailleurs, à propos de réaction, Ash se sentait un peu perdu : à vrai dire, il ne savait pas trop quoi penser de cette pseudo révélation ni quoi ressentir face à ces mots. Devait-il en être dégoûté ? Si c’était le cas, lui aussi était dans la mouise parce que s’il ne ressentait absolument aucun dégoût à l’égard du roux, il se sentait en fait beaucoup plus surpris que choqué par le comportement du Kage. C’était… comme si, finalement, la situation ne le dérangeait pas plus que ça, comme si ce comportement étrange n’était pas totalement irréel et improbable, comme si le fait qu’Asch puisse vaguement tenter de le drag… Wo, deux secondes ! C’était du délire ! Bon sang… Mais qu’est-ce qu’il racontait à la fin ?! C’était tout bonnement impossible un truc pareil ! Ce… Ce bâtard de roux… qu’est-ce qu’il foutait ? Se moquait-il de lui ? C’était ça ?! Non content de compliquer sa propre existence, il se mettait à chambouler la sienne maintenant ! Bon, en même temps, c’était lui qui l’avait tellement poussé à parler, à se confier mais… Merde ! Bon sang, il ne savait vraiment plus quoi penser maintenant ! Ah lala… Ce gars, il avait vraiment l’art de…

- Désolé… je vais essayer de plus t’embêter avec ça.

Hum. Alors ça, c’était… typiquement aschien comme tactique ! Bon sang… Après avoir été si loin, après s’être autant exposé - tellement qu’il en mourrait certainement de honte le lendemain ! - le roux se rétractait violement. Il se fermait comme une huître… Parce qu’un Asch sans sa coquille, était-ce toujours un Asch ? Ca lui arrivait souvent : il donnait un peu puis prenait peur et s’enfuyait comme un voleur… Allait-il également s’enfuir aujourd’hui ? Alors que c’était lui et personne d’autre qui l’avait attiré ici, alors qu’il lui avait tellement parlé, alors qu’Ash avait pratiquement effleuré du doigt ce qu’il n’avait encore jamais soupçonné chez son garde du corps, allait encore se lever et partir sans se retourner ? Il ne pouvait pas faire ça… C’était bien de parler, Ash en était heureux et espérait que - peut-être - cela soulagera un peu la conscience torturée du roux mais bon, d’un autre côté, toutes ces choses qu’Asch avait consenti à partager avec lui l’avaient… un peu chamboulées. Il ne savait plus trop où il en était - même si au fond cela ne changeait que peu de choses. En effet, Asch était toujours le même : grognon, chiant, compliqué mais tellement attendrissant quand il le voulait bien. Et puis bon, autant voir le bon côté des choses : au moins, le but premier de sa mission « incrustons-nous à la table d’Asch » avait été parfaitement atteint. Oui, maintenant, il était fixé : apparemment, Asch n’était pas prêt de tout laisser en plant pour le… les quitter.

- Enfin voilà, sujet clos. Pas la peine de te dire que personne ne sait tout ce que je viens de te dire. Surtout pas la dernière chose. Manquerait plus que ça ! Nathalia me tuerais je pense… »

Ash laissa échapper un petit rire sincère, relâchant ainsi toute la pression que son corps avait accumulée tout en essayant de visualiser la tête que ferait cette furie de Nathalia si jamais elle apprenait qu’Asch l’avait « un peu bousculé » façon Tiky. Sûr qu’elle en ferait un infarctus ! Pire encore : si jamais elle apprenait qu’Asch avait osé poser - que dis-je, effleuré ! - ses lèvres sur les siennes ne serait-ce qu’un millième de seconde, la blonde ferait d’Eprona un immense champ de bataille brûlé à feu et à sang ! Enfin… peut-être qu’il exagérait un peu mais en tous cas, il était clair que si jamais les récents évènements venaient à s’ébruiter, le roux passerait un mauvais quart d’heure ! Après tout, Nathalia l’avait toujours couvé d’une étrange manière, entre la mère aimante, la grande sœur protectrice et l’amante un peu trop envahissante…

- Ca ne fait aucun doute. Mais… bizarrement, j’ai l’impression que si jamais je… partage un bout de vie avec quelqu’un, la pilule passera mieux si cette personne est un homme. Je ne sais pas pourquoi mais… enfin, si c’est une femme, je pense franchement qu’elle va me faire des crises de jalousie. Elle aura l’impression qu’on lui pique sa place.

Il ne s’adressait pas vraiment au roux, réfléchissant et parlant à voix haute sans trop s’en rendre compte. Oui, il était définitivement certain qu’une relation avec un homme passerait bien mieux qu’une hypothétique amante auprès de celle qu’il considérait comme sa grande sœur. Après tout, Nathalia avait la première personne à le suivre, la première personne à croire en lui, à l’aider et à le soutenir. Il l’aimait énormément et la considérait comme une partie de lui, de sa vie. D’ailleurs, par le passé, nombreuses étaient les rumeurs qui affirmaient qu’Ash Ezo et son « charmant » Second étaient beaucoup plus l’un envers l’autre que de bons amis… Ceci étant, c’était réellement une des plus grosses absurdités qu’Ash ait pu entendre de toute sa vie ! En effet, si notre petit brun l’aimait comme une sœur, jamais au grand jamais il ne pourrait… enfin… avec elle quoi… Sans parler du fait que Nathalia était complètement barge et sacrément violente, surtout avec lui. Alors bon… peut-être que la demoiselle était bien roulée et plutôt jolie mais quoiqu’on en dise, comment voulez-vous filer le parfait amour entre deux baffes ? C’était tout bonnement impossible !
Enfin, s’il fallait se méfier de maman poule version Nathalia qui s’assurerait à coup sûr que son petit protégé de Boss vieillirait entre de bonnes mains, c’était sans aucun doute Anise qu’il fallait fuir comme la peste. Parce bon, même complètement bouché et aveugle comme il pouvait l’être parfois, Ash n’avait pas pu faire autrement que de remarquer le véritable culte que cette petite chipie lui vouait ! Le pirate ne savait pas trop si c’était dû au fait qu’il l’ait jadis sauvée et recueillie ou si c’était grâce à son physique d’apollon mais cette gamine s’était entichée de lui. Et quand il disait « entichée », ce n’était pas un mot lâché à la légère ! Cela sous-entendait en réalité qu’Anise était accro et vachement bien accro ! Enfin, assez pour que cette dernière échafaude déjà des projets de mariage… Alors bon, dans ses conditions, Ash ne donnait pas cher de la pauvre âme en peine qui se risquerait peut-être un jour à s’approcher assez de lui pour ne serait-ce que lui effleurer la main ! D’ailleurs, si jamais une femme se montrait un peu trop engageante avec « son » Boss, Anise la réduirait en purée, c’était certain. Déjà que la petite brune rêvait ardemment de lui voler son tout premier baiser (chose qui, malheureusement pour elle, avait déjà été dérobée il y avait pas mal temps) … Mon Dieu, si jamais cette furie apprenait qu’Asch avait… enfin… elle allait l’étriper, en faire de purée ou le découper en rondelles ! Quoique. Peut-être arriverait-elle à se contrôler, ne serait-ce que pour faire plaisir à Tiky mais bon… ce n’était absolument pas certain.

- Tu ferais mieux de rentrer, Nath’ risque de s’inquiéter si elle te voit pas. Et puis t’as pas à t’inquiéter, je ne vais ni partir, ni débarquer au prochain conseil avec un bouquet de rose. De là t’as pas à t’en faire… »

Est-ce qu’il… le chassait ? …
Bizarrement, dés qu’Asch eut fini de parler, Ash ressentit un grand froid, comme si une brise glacée s’était mise à souffler à l’intérieur de ses entrailles. L’espace d’un instant, le petit brun frissonna. Levant ensuite doucement les yeux vers son aîné, le pirate pris cette fois-ci le temps de le détaillé minutieusement, sans pour autant lui répondre. C’était un peu bête à dire, mais Ash ne regardait jamais les gens ou plutôt, il ne les regardait jamais vraiment. Depuis son plus jeune âge, il avait toujours détesté qu’on le fixe sans dire un mot. En effet, quand il vivait encore à la maison close, il arrivait fréquemment que sa mère se mette soudainement à le regarder en silence, sans aucune raison apparente. Elle restait là, immobile et droite, le fixant pendant de longues minutes avant de se détourner et de retourner vaquer à ses occupations quotidiennes. Cet étrange comportement maternel l’avait toujours mis horriblement mal à l’aise ; il avait l’impression que sa mère le sondait entièrement du regard ou qu’elle cherchait quelque chose en lui, sans jamais réussir à le trouver. A l’époque, il n’était encore qu’un enfant et le comportement bizarre de sa génitrice lui faisait peur. Aujourd’hui, cela n’avait plus vraiment d’importance bien qu’il se souvienne encore clairement de ces grands yeux noirs le scrutant, indifférents. C’était vrai, cela n’avait plus vraiment d’importance mais depuis lors, il ne pouvait supporter que des yeux les détaillent, ça l’agaçait vraiment. Du coup, il évitait inconsciemment de le faire avec les gens, question de logique. Mais avec Asch, c’était un peu différent. Il laissa donc son regard onyx courir sur le visage las et renfrogné du roux, détaillant le dessin de ses sourcils froncés, les joues légèrement creusées par la fatigue. Asch, bien qu’il ne soit pas aussi cadavérique que lui, avait le teint plutôt pâle, l’impression de clarté étant encore accentuée par le fauve de ses cheveux. Et puis, il y avait les yeux verts, magnifiques, qui fixaient le vide, inexpressifs. C’était un véritable problème… En effet, plus il le fixait et moins il avait envie de partir. C’était fou, vraiment, le nombre de petits détails qu’on pouvait voir quand on se rapprochait un peu et qu’on regardait vraiment. Pourtant, Ash savait bien que le roux ne dirait plus rien ou du moins, rien qui concerne leurs précédents sujets de conversation ; il savait bien qu’il lui faudrait bientôt partir. Il le savait. Il le savait et pourtant, il n’avait toujours aucune envie de bouger, de se lever. Pour dire vrai, il ne savait pas trop quoi faire ni même s’il avait réellement envie de faire quelque chose. Quelle était la question déjà… ? Ah oui, « Tu ferais mieux de rentrer ». Comment faire ? Que pouvait-il bien dire pour rester ? Et surtout : que pourraient-ils bien faire si jamais il ne rentrait pas ? Après tout, ce n’était pas comme s’ils étaient deux grands causeurs… Ah lala. Il se sentait incroyablement fatigué tout d’un tout.

- Oui, tu as probablement raison…

Alors… pourquoi est-ce qu’il ne se levait pas ? Pourquoi est-ce qu’il ne partait pas ?

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scampi-chan.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   Mer 7 Jan - 0:39

(c'est pas top non plus mais on va faire avec. Ecrire dans le train c'est grave pas classe !)

Probablement raison… comment ça probablement ???! Bien entendu qu’il avait raison ! Alors pourquoi Ash ne s’en allait-il pas ? Pourquoi il ne se levait pas, pourquoi il restait là, à le regarder, sans rien dire, sans rien faire ?! Asch aurait voulu qu’il se mette en colère, qu’il parte en hurlant qu’il prenne la mouche qu’il le maudisse, qu‘il le frappe ou le pousse dans le vide -au moins il ne se petit suiciderait pas demain matin en se rendant compte qu‘il s‘était lui-même bafoué jusqu‘aux os !-… mais non, rien ! Il n’avait AUCUNE réaction ce Boss narcoleptique! Un ’sale pd m’approche plus’ lui aurait parut ’normal’ ou tout du moins l’aurait rassuré, ou même un ronflement aurait pu en dire beaucoup, et même réserver ses secrets idiots aux oreilles du brun ! Dans tous mes cas, il aurait su quoi faire en face d’une de ces réactions, mais celle-ci… que voulait-elle dire ? Ash ne semblait ni dégoûté, ni même… attiré, non, il était tout aussi neutre que sa boule de charbon préférée. Cool ! Il attirait la neutralité, c’était pas vraiment ce qu’il avait espéré !
C’était en fait à la limite du supportable !
Asch se serait bien mis en colère, pour au moins casser cette scène définitivement, pour chasser Ash ou pour se chasser lui-même. Cela dit, il n’avait aucune envie de se mettre à brailler sur le boss… bien au contraire. Et ce silence pesant ne fit que le précipiter un peu plus dans sa coquille. En fait, il aurait mieux fait de se taire ! Il aurait mieux fait de sauter dans le vide ou de se casser les deux jambes et le coccyx plutôt que de raconter des conneries -qui n’en n’étaient pas vraiment- et passer pour un abrutit aux yeux d’Ash !
Voilà, il avait retenu la leçon, c’était bien la dernière fois qu’il se mettait dans l’embarras comme ça ! Qu’on le remette dans cette situation, et Ash pourrait toujours attendre le dégel pour entendre le son de sa voix. Il ne ferait part de plus rien ! C’était décidé.
Le roux emmêla sa chevelure de feu nerveusement, mordillant l’intérieur de ses lèvres. L’être plat et calme se mettait tout à coup à se mouvoir dan s tout les sens, d’abord les muscles de ses jambes qui le firent faire un hostilement digne d’un métronome, ensuite sa tête qui fixait tour à tour Ash et le vide, puis vint les mains qui s’emmêlaient et se démêlaient, puis son dos qui se voûtait puis s’étirait… Asch ne tenait plus en place, car depuis que le bosse avait parlé de Nath’ et qu’il avait dit la phrase magique : tu as probablement raison, rien ne s’était passé !

Il voulait juste une réaction, car après avoir divulgué une telle chose, Asch se sentait comme perdu. Il était perdu. Assis sur un pont dont il n’avait plus réellement conscience.
Il avait l’impression d’être un gosse assis dans le noir les genoux contre la poitrine terrorisé à l’idée d’être seul dans un endroit inconnu. Asch cherchait quelque chose à quoi se cramponner, et une baffe aurait fait suffisamment l’affaire. Ça aurait été une suite logique, en tout cas pour lui, fallait dire dans son esprit auto destructeur ça aurait presque valu un baiser !
Oui, ça l’aurait contenté. Il se serait levé en grommelant, il aurait dit deux trois gros mots puis il se serait isolé dans un coin pour dégroumpfer tranquillement tout en se jurant de ne pas recommencer une telle chose. Il aurait même pu sauter sur la barman pour le plaisir de se faire défigurer à coup de plateau. Ensuite il serait parti se coucher, et puis demain il se serait zappé le moral tout seul, comme un grand, et cela pendant deux trois jours jusqu’à temps qu’un oui ou un nom ne fasse redémarrer la machine du grommellement sonore et irascible du Kage.
Un cycle, un cycle entier à la façon Aschienne… Malheureusement (?) pour lui, Ash ne l’avait pas fracassé alors comment allait-il repartir du bon pied ?

- J’adore être soutenu par les gens qui me sont chers ! C’est fascinant de voir à quel point je peux rendre les gens tellement neutres que j’ai plus l’impression d’être là! Mais ça ira, je vais pas en mourir ! Non, mais sérieux j‘arrive pas à y croire ! Youhou tu as bien entendu ce que je viens de dire ? Parce que moi, un mec me dit ça, mais… je lui éclate la figure, ensuite je lui dis un truc du genre t‘approche plus de moi, et ensuite je m‘en vais… Tu vois, une ré-a-ction ! Ça fait toujours du bien d‘avoir un échos après avoir dit une telle chose ! Même si c‘est un coup de poing… aller fait-toi plaisir Ash, un petit coup, une grossièreté, je sais pas mais fait quelque chose ! »

Le roux se tourna vers le boss, essayant de le convaincre de lui en mettre une, la main du Kage tira le bras de son boss pour lui faire mimer une réaction aussi sotte que possible, mais une réaction. Il ne s’attendait pas à une effluve de bons sentiments, ni d’un je t’aime Asch auréolé de toute une panoplie de niaiseries qui lui filait des frissons et la nausée. Plutôt mourir jeté dans le réacteur d’un Aérostat !

Peut-être avait-il tout intérêt à se lever et partir tout seul comme un grand. Cependant il était à prévoir que le roux deviendrait fantôme après une telle chose de peur de croiser à nouveau ce regard et peut-être alors que ce que craignait Ash arriverait et qu’il se barrerait sans même prévenir. Plus il y pensait plus Asch se disait que c’était sa seule porte de sortie maintenant.

- Ok, pas grave… J’ai compris… »

Asch lâcha la manche puis détourna le regard. Il se sentait bien ici, enfin, il s’était toujours senti bien. Il avait une famille, des amis… Y’avait Ivy, Luke, son frère, Nath et tout les autres… Et c’était lui qui venait de s’exproprier de ce cocon… Il était idiot !
Revenir en haut Aller en bas
Ash Ezo
*[ Membre des Sept Etoiles.
*[ Membre des Sept Etoiles.
avatar

Féminin Nombre de messages : 193
Âge : 18 ans.
Capacité spéciale : Capable de s'endormir absolument n'importe où, peut-être ?
Signe(s) particuliers(s) : Aucun.

Clan : EZO.
Serment d’allégeance : Je ne jure pas allégeance, c'est les autres qui me jurent fidélité.

Porte-monnaie : 0.

{ All About You
Profession: Pirate - Boss.
Race: Humain.
Effets Personnels:
MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   Mer 7 Jan - 17:55

( Tu écris dans le train ? O_o Wo, tu es motivé ! XD )

Il restait là. Immobile. Silencieux. Comme si toute essence vitale avait définitivement quitté son petit corps. Il fixait le vide, impassible, préférant éviter de croiser le regard émeraude du roux. Il ne bougeait pas et c’était à peine si on l’entendait respirer. Il ne réfléchissait pas non plus. En fait, c’était comme si sa tête était complètement vide. Á la place du grand hangar mi-ordonné mi-fouillis qui lui servait habituellement de cervelle, il n’y avait qu’une grande pièce blanche sans aucun contenu. Vide, neutre et froide. La vérité, c’était qu’en essayant de soulager le Kage, en essayant d’y voir plus clair, Ash avait semé une sacrée pagaille dans sa propre tête et dans ses pensées. Il se sentait légèrement perdu mais bon, en même temps, ‘faut le comprendre : lui qui n’aime déjà pas trop discuter, en l’espace de quelques heures, il s’était retrouvé à écouter les confidences d’un Asch effondré (ce qui soi-disant passant n’était pas franchement habituel), à se faire embrasser puis presque agresser, parce le dit roux avait atteint ses limites et qu’il était au bord de la crise de nerfs ! En effet, Asch n’appréciait apparemment ni le silence pesant qui s’était abattu sur le petit pont ni la réaction - ou plutôt, l’absence de réaction - de son Boss. D’ailleurs, il ne se gênait pas pour lui faire bien comprendre ! Asch avait l’habitude d’être de mauvaise humeur et grognon mais c’était bien la première fois qu’Ash le voyait réagir ainsi : mi-désespéré mi-coléreux. Cela faisait également pas mal de temps que le brun n’avait pas vu autant de mots - et de phrases aussi longues - sortir de la bouche du roux - enfin, ça changeait un peu des grognements habituels et au fond, ce n’était pas plus mal… Mais bon, c’était tout de même déroutant !

Et ça ne s’arrangeait pas en plus ! Après les reproches implicites et le coup du « je suis seul au monde, personne de me comprend », Asch se mis à l’asticoter, tentant vainement d’obtenir la claque qu’il estimait apparemment lui revenir de droit. C’était tout juste s’il ne lui demandait pas clairement de le frapper ! … Ah, autant pour lui : Asch venait à l’instant de le « prier » de lui en coller une ! Purée, qu’est-ce qu’il ne fallait pas entendre ! … Il voulait une réaction de sa part, hein ?! Très bien. Très bien ! Mais bon sang, que voulait-il qu’il fasse ? Que voulait-il qu’il dise ?! Était-ce sa faute s’il considérait les « problèmes » d’Asch comme minimes, insignifiants ? Lui, il n’avait jamais fait de complexes pour une histoire d’attirance envers ses congénères masculins alors qu’Asch soit… enfin… qu’il « n’aime pas les femmes » - pour reprendre ses propres mots - ne lui faisait en réalité ni chaud ni froid, si ce n’est un instant de surprise et… ce petit « quelque chose d’autre » qu’il n’arrivait pas bien à définir. Quoique le roux puisse en penser, la confession qu’Asch avait faite ne changeait rien pour le brun : Asch restait Asch et si ce dernier n’arrivait tout simplement pas à s’accepter tel qu’il était, Ash n’avait lui absolument aucun problème pour le faire. Après tout, il cautionnait bien la bisexualité de Tiky et ses batifollages libertins alors pourquoi se mettrait-il soudain à regarder Asch de travers ? C’était stupide ! Et puis c’était quoi ça : « Parce que moi, un mec me dit ça, mais… je lui éclate la figure, ensuite je lui dis un truc du genre t’approche plus de moi, et ensuite je m’en vais… » ? Il n’aimait pas les femmes mais méprisait durement les hommes attirés par les hommes ? Ce n’était pas logique, enfin ! Arf, comment était-il possible d’autant se compliquer la vie ? C’était… du masochisme !

Soit. Asch voulait teeellement se faire frapper ? C’était ça, son trip du moment ? Et bien parfait, si c’était le cas, Ash se ferait un plaisir de lui en coller une bonne, histoire de lui remettre les idées en place. Parce que bon, mine de rien, les propos que tenait le roux commençaient sérieusement à lui taper sur les nerfs, d’autant plus qu’il était plutôt douloureux de voir Asch agir aussi… bizarrement. Quelque part, sa faisait un peu peur…

- Ok, pas grave… J’ai compris… »

Cet abattement dans la voix, cette façon un peu misérable de lâcher sa manche, tout ça ne ressemblait tellement pas à Asch que le brun fit un demi pas en arrière, inconscient mouvement de recule et de stupéfaction. Serrant les poings, il foudroya son Kage de regard. Il était en colère. Agacé, irrité et terriblement frustré. Ca n’arrivait pas souvent et généralement il se contrôlait plutôt bien mais là, c’en était trop ! Franchement, on n’avait pas idée de se mettre dans des états pareils pour une chose aussi… insignifiante ! De même qu’il ne le laisserait pas s’abattre de la sorte, c’était aussi humiliant pour Asch que pour lui ! Il ne voulait pas avoir pitié du roux ; il détestait la pitié, c’était sale, dégradant. Asch n’avait pas besoin de pitié et il allait se remuer. Tout de suite.

- Tu me fais vraiment chier !

Pire qu’un murmure, c’était un grondement. Furibond, Ash releva les yeux, ses prunelles flamboyantes de colère et d’irritation se braquant brusquement sur Asch. Tant pis si ça ne marchait pas, tant pis s’il perdait le contrôle, tant pis s’il faisait pire ! Là, ça suffisait. Une fois n'était pas coutume, il allait réagir !

- Bordel ! Remue-toi un peu ! Qu’est-ce que tu me fais là ?! Tu fais peine à voir, c’est vraiment pathétique !

Les mots qui s’échappaient de sa bouche étaient glacés et coupants comme du verre. Ils étaient blessants, agressifs, Ash le savait parfaitement. S’il avait été à sa place et qu’en face de lui, c’était Asch qui les prononçait, le brun savait bien qu’il en serait mortifié et pourtant… pourtant, il ne pouvait s’arrêter.

- Tu veux une réaction ? Tu veux que j’te frappe ? C’est pas un problème ! J’veux bien te casser le bras si ça peut te faire plaisir ! Et après ? Qu’est-ce que ça va t’apporter ? Tu te sentiras mieux, peut-être ? Tsss. Faudrait voir à affronter la vérité en face, comme un homme ! Peu importe la douleur, peu importe que je hurle… Tu veux peut-être que je t’ignores, que j'te regarde avec dégoût, comme si t’était qu'un tas de bouse ? C’est ça que tu veux, Asch ? Bah alors d’accord ! Si ça peut te soulager, j’veux bien te rayer de ma vie là, sur-le-champ ! Mais bon, si c’est ça, à moins que je ne signifie vraiment rien pour toi, t’as vraiment un problème ! C’est pas sain ! Franchement, j’comprends vraiment pas ce que tu attends de moi… Que je parte en courant ? Tu comprends pas que filles ou garçons, je me fiche avec qui tu peux bien baiser ?

Bon, là, ce n’était peut-être pas tout à fait vrai, mais bon…

- Bon sang, Asch. Y’a des choses plus importante dans la vie que tes préférences sexuelles ! Sincèrement, je m’en fiche… Par les Déesses, si tu savais à quel point je m’en fiche ! Asch reste Asch, non ?! Le plus important, c’est qu’on soit tous ensemble, pas qui dort dans ton pieu ! Que... Que veux-tu que je te dise de plus enfin ?!

Il reprit sa respiration un instant, essoufflé d’avoir tant parlé. Bon sang, c’était fou ce qu’il pouvait devenir bavard une fois mis en colère ! Il avait l'impression d'avoir couru un marathon... mais sa colère n'avait pas diminué pour autant. S'il avait un revolver à disposition, sûr qu'il lui aurait collé une balle entre les deux yeux, histoire de se défouler un peu !

- Pourquoi est-ce que tu compliques toujours tout comme ça ? Ca me fait vraiment chier ! … Je… Tu te rends compte de ce que tu dis ? Si t’étais à ma place et moi à la tienne, tu m’aurais cogné ? Tu m’aurais vraiment cogné juste pour… ça ?

Et qu’il ne réponde pas de travers, surtout ! Sinon, ils allaient vraiment finir par en venir aux mains… Enfin, peut-être était-ce la meilleure façon de régler cette histoire et d’en finir une bonne fois pour toute avec l’atmosphère dérangeante qui s’était installée entre eux ?

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scampi-chan.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   Lun 12 Jan - 21:49

Tu me fais vraiment chier ? Hum ? Avait-il oublié sur le moment qu'Ash pouvait devenir quelqu'un d'aussi détestable que lui ? Oui... Il avait un peu oublié qu'Ash pouvait devenir une sorte de grand méchant boss capable d'être agressif. Il n'aimait pas ce côté du brun. Oui, pour être honnête, ce côté latent lui fichait une peur bleu. On ne savait jamais ce qu'il avait dans la tête à ce moment précis -enfin on ne le savait jamais mais c'était plus dérangeant de ne pas le savoir quand son regard sombre devenait aussi incisif-, on ne savait jamais trop ce qu'il allait faire, ou même si il allait vous décocher son poing dans la mâchoire. C'était toujours étonnant de voir un tel calme faire place à un volcan pareille !
Maintenant il l'avait gagné sa réaction, oooh que oui ! Il y avait droit, soit, presque comme il l'avait formulé et souhaitait, cela dit ça le calma un bon coup. Oui, après tout c'est comme ça qu'on allait repêcher un Asch au trente sixième dessous.
Autant dire que le regard cloua le rouquin sur place. Il venait de comprendre qu'il avait été trop loin qu'il s'était lui même sabordé et qu'il paraissait encore plus pathétique qu'il ne l'était à ses propres yeux. Il comprenait, oui, il comprenait la colère d'Ash. Il comprenait sa fureur de le voir ainsi comme une larve qu'il n'était pas. Ce n'était pas lui, ça... Ce n'était pas Asch Jonaris ! Il le savait ! Oooh que oui, il le savait ! Mais il lui semblait être impuissant face à cette facette de lui, cette facette qui prenait un malin plaisir à lui maintenir la tête sous l'eau. C'était en lui, à lui, un secret entre lui et son surmoi masochiste.
Mais alors quel vocabulaire ! Ça lui arrivait de parler de la sorte, seulement personne n'en était surpris, c'était dingue comme de simples mots pouvaient laisser sans réaction. Ash... son petit Ash...
Le roux se mettait souvent des œillères et regardait toujours le boss comme un gamin, un petit frère à surprotéger, il devait veiller sur lui, après tout c'était son travail, mais pire encore, à le voir comme ça toujours somnolant, toujours calme, Asch avait envie de le protéger deux fois plus. Cela dit... à le voir comme ça, il se demandait si il avait autant besoin de lui que ça...
Les mots ne pouvaient rien lui faire, non, Asch avait une assez grande carapace pour que les mots rebondissent dessus. Enfin, normalement car ils n'étaient pas sortis de la bouche de n'importe qui, mais du boss, et là y'avait un arrière goût âpre qu'il s'empressa de sur doser pour se booster encore plus rapidement. Il avait raison, dans un sens, enfin c'était compliqué. Asch ne se fichait pas de ça, justement pas, c'était important qu'il trouve un écho de ses propres pensées parce qu'il était en période d'auto sadisme. Par ce qu'il espérait que si on le critiquait, et bien il ferait de son mieu pour changer, pour être la personne qu'il rêverait d'être. Cela dit, Ash le prenait comme il était et ça, c'était bien quelque chose qu'il n'arrivait pas à comprendre, car lui il détestait ça, il détestait cette partie de lui, autant qu'il détestait cette partie de son frère.
Il y avait un oxymore gigantesque dans son esprit et maintenant il ne savait plus qui avait tord ou raison. Lui ? Ou Ash ?
Pourquoi il se compliquait tout ? Il n'en savait rien, il avait toujours été comme ça, aussi dur avec lui même aussi destructeur que possible. Il aimait les autres autant qu'il maudissait ce qu'il était !
La dernière question d'Ash le laissa perplexe, un instant... il le regarda avec curiosité. Et si... si les rôles avaient été inversé ? Oui, oui, il l'aurait fracassé, c'était presque sûr. Ca aurait était sa première réaction, il en était certain. Bien entendu après coup, il s'en serait voulu, et puis il aurait essayé de se faire pardonner... après tout ce n'était pas comme si il ne considérait pas Ash... Il réfléchit encore un moment. Es-ce qu'il l'aurait frappé, ou bien es-ce qu'il l'aurait incendié verbalement en le prévenant qu'une seconde fois lui vaudrait quelques dents ? Es-ce qu'il arriverait à frapper Ash ?
A chaque fois, il entendait un oui, au creux de son oreille, à chaque fois il se sentait mortifié de ses propres réactions, même si celles-ci n'était qu'hypothétiques...

Le roux se leva lentement, soupirant un grand coup.

- Sache une seule chose Ash, c'est bien quelque chose qui m'insuporte par ce que je le suis. Je ne le serais pas, je crois que ça ne me ferait ni chaud ni froid. Je serais donc totalement à ta place je te dirais la même chose. Maintenant en restant ce que je suis, tu me dirais ça... oui, je t'en ficherais une. Une sorte de façon de m'en prendre à ce qui ne va pas chez moi... Je suppose. Oh, je le regretterai, bien entendu, parce que je n'ai pas envie de me froisser avec toi, j'aurais essayé de me faire pardonner mon acte, mais oui, je l'aurais fait, ou je me serais barré trop tenté par mon envie de te refaire le portrait. Mais peut-être que le pire dans tout ça, c'est pas le coup de poing que tu aurais pu prendre, c'est pas non plus le dégout que j'aurai pu irradier dans mon regard, c'est que les deux réunis n'aurait été tourné que sur moi, et moi seul... Maintenant que tu me comprennes pas c'est normal, moi même j'ai du mal. Je devrais pas parler de moi aussi simplement. J'avais juste envie de... de ne plus être seul dans ma propre tête, mais c'est idiot car tu ne seras jamais moi. »

Un sourire en coin, Asch soupira puis se frotta le crâne, il n'était pas encore remis sur ses rails, mais demain... serait sûrement un autre jour. Il haussa les épaules puis jeta son mégot dans le vide.
Il était difficil à cerner, il était difficile de comprendre sa façon d'être. Tout ce qu'il avait voulu c'est peut-être montrer un bout de tout ce qui allait pas chez lui, montrer un morceau de son mécanisme. Cette colère qu'il cultivait, sa rage... il venait de dévoiler à Ash d'où elle venait, pourquoi il était comme ça, pourquoi il explosait sur les autres aussi violemment. Cela dit c'était peut-être trop confus pour que quelqu'un d'autre que lui voie ce qu'il voyait au travers du vert de ses yeux.

- Je comprends que tu puisses t'en foutre, en fait, en tout cas j'imagine, ou tout du moins j'essaye. Enfin, oublions ça, tu ne reverras plus jamais cette facette de moi, mieux vaut pour tout le monde que cet Asch retourne d'où il vient. »

Asch s'étira comme un chat, ses pas le rapprochèrent de son boss sur l'épaule duquel il laissa tomber une main puissante. Un sourire plutôt convainquant franchit ses lèvres. Cela dit la nuit était loin d'être finie pour son tête à tête mental.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   

Revenir en haut Aller en bas
 
Groumpf en si bémol
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Krahan - "Groumpf"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Suria :: ARCHIVES. :: Topics terminés :: RP Terminés-
Sauter vers: