AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Groumpf en si bémol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Ash Ezo
*[ Membre des Sept Etoiles.
*[ Membre des Sept Etoiles.
avatar

Féminin Nombre de messages : 193
Âge : 18 ans.
Capacité spéciale : Capable de s'endormir absolument n'importe où, peut-être ?
Signe(s) particuliers(s) : Aucun.

Clan : EZO.
Serment d’allégeance : Je ne jure pas allégeance, c'est les autres qui me jurent fidélité.

Porte-monnaie : 0.

{ All About You
Profession: Pirate - Boss.
Race: Humain.
Effets Personnels:
MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   Dim 25 Jan - 1:55

( Désolée de t'avoir tant fait attendre. >< Ces derniers temps, j'ai été pas mal occupée par l'école. =/ )

Il fulminait. Littéralement. Et sincèrement, cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas été aussi irrité. À vrai dire, ce n’était pas tellement l’agacement qui le dérangeait, non, le problème, c’était que chez lui, la colère qui en résultait était une sorte de cercle vicieux, de « boucle labyrinthe » dont il ne pouvait se soustraire volontairement. Une fois qu’on allumait la mèche, qu’on mettait le feu aux poudres, c’était généralement trop tard. Il s’enflammait. Il explosait. Littéralement. Et plus on l’agaçait, moins il se contrôlait. La colère montait lentement mais sûrement, elle emplissait tout son être, le noyant sous ses assauts brûlants, dévastateurs. Il se perdait et quelque part, c’était flippant, même pour lui. Parce que quoiqu’il fasse, peu importe qu’il veuille se contenir, Ash n’arrivait tout simplement pas à se contrôler. Chez lui, la colère, c’était un peu comme s’il entrait en transe. Il quittait la terre ferme et rassurante de Suria pour s’isoler dans un autre monde, un monde volcanique, brûlant et brûlé. Sa raison fuyait dans un endroit reculé où sa seule sensation, sa seule perception était la colère, toujours la colère, sournoise, violente, manipulatrice. Bien malgré lui, en grandissant, Ash était devenu l’application vivante de l’expression « péter les plombs » et quelque part, il trouvait ça triste et effrayant… Et c’était entre autres pour cette raison qu’il restait neutre, intouchable. Pour éviter la perdition et les actes inconsidérés, il fallait se détacher des choses, même si cela signifiait perdre peu à peu sa saveur et devenir fade, inerte, insipide… Sa vie entière était un combat inconscient contre l’irritation. Ne pas se fâcher. Ne pas s’énerver. Rester calme, respirer, oublier. Ne surtout pas se mettre en colère. Tels étaient les leitmotivs qui emplissaient l’esprit du brun, tapis dans l’ombre. Rester calme. Toujours et quelque soit la situation. Rester maître de soi. Après tout, qu’y avait-il de plus effrayant, de plus horrible que ne pouvoir se contrôler ? Depuis qu’il était devenu « Ash Ezo, Boss du clan Ezo », le caractère incisif d’Ash s’était apaisé. Il n’était plus la terreur de Dolanaar, celle même qui riait à la vue du sang. Il n’était plus ce gamin arrogant, méchant, destructeur. Et pourtant, c’était de notoriété publique : on ne se débarrasse jamais complètement du passé. C’était ainsi. Il fallait vivre avec, s’en accommoder. C’était ainsi, et les colères noires que piquait parfois Ash devaient certainement venir de là.

Suite à sa dernière question, Asch s’était levé lentement, comme si un poids énorme poussait sur ses épaules, le clouant au sol et dans un souffle, il avait soupiré. Il s’était ensuite lancé dans une longue tirade qui lassa à Ash un sentiment mitigé. D’un côté, bien qu’il ne puisse comprendre le dégoût violent que le roux semblait éprouver pour sa propre personne, Ash comprenait, vaguement, le pourquoi de son hypothétique réaction. En effet, sachant que c’était d’Asch qu’on parlait, quelque chose d’aussi tordu était tout à fait plausible. Frapper à regret, mais frapper quand même, quitte à se blesser. Frapper quelqu’un, mais se frapper soi-même, à travers le corps de cette personne. C’était tordu, mais tellement « Asch » qu’en d’autres circonstances, le brun en aurait certainement rit. De plus, bien que cette façon de penser lui soit totalement incompréhensible, cela reflétait bien la manière de faire et de fonctionner du roux. Chiante et compliquée. De toute façon, avec Asch, tout était toujours compliqué, même les sentiments que les autres éprouvaient pour lui ! D’un côté, il comprenait - un peu - Asch et de l’autre, le roux restait un véritable mystère pour le brun. Un mystère agaçant, par-dessus le marché !

- J'avais juste envie de... de ne plus être seul dans ma propre tête, mais c'est idiot car tu ne seras jamais moi.

À l’entente de cette dernière phrase, Ash tiqua. Et pas qu’un peu. Tout d’abord, parce qu’il sentait le démon de sa colère se retourner dans ses tripes, attisé par son « mais c’est idiot ». L’idiot, c’était lui ! Il pouvait parler, il le pouvait, bon sang ! Et ce n’était pas parce qu’Ash ne pouvait comprendre sa vision des choses, que le roux devait rester seul, enlisé dans ses idées noires jusqu’au cou. Il y avait un moment où il fallait s’ouvrir, ne serait-ce qu’un tout petit peu, si on ne voulait pas s’effriter de l’intérieur et tomber en morceau. Même lui, un jour… Il le fallait, au moins pour gagner sa place au paradis. Ainsi, même si voir Asch dans cet état de perdition était difficile pour le brun, Ash était heureux, en quelque sorte, que le Kage accepte de se confier, de lui parler. Il était le Boss, ok, mais plus que ça, il… aimait vraiment Asch. Vraiment. Tout comme Tiky, tout comme Nathalia… Il les aimait tous et il veillerait sur eux. Parce qu’ils étaient devenus sa famille et parce que - même si ce n’était qu’un boulot - Asch aussi veillait sur lui…

- Je comprends que tu puisses t'en foutre, en fait, en tout cas j'imagine, ou tout du moins j'essaye. Enfin, oublions ça, tu ne reverras plus jamais cette facette de moi, mieux vaut pour tout le monde que cet Asch retourne d'où il vient.

Et c’était tout. La discussion était close, expédiée. Asch s’étira longuement, se rapprocha de lui et posa sa main sur son épaule. Une main chaude, puissante, qui ne tremblait pas - ou plus. C’était fini. Asch continuerait à fuir ce qu’il était. Il continuerait à se morfondre en silence, se maudissant, souffrant inutilement, dans un accès de bêtise. C’était… tellement frustrant, tellement agaçant de savoir ça ! Pour quelqu’un comme Ash qui aspirait à la tranquillité et à l’extinction de toute souffrance, le comportement autodestructeur et clairement masochiste du roux était source de colère, d’incompréhension et de révolte. Ça le remuait jusqu’au fond de son être. Comment était-il possible de penser de cette façon ? Comment était-il possible d’être aussi cruel et intolérant avec soi-même ?! Ça le dépassait. Ah… Il aurait tellement voulu l’aider, lui montrer, lui faire comprendre que cette façon de penser était idiote… Mais comme il lui avait précédemment dit, Asch restait Asch, jamais il ne pourrait le changer, tout au plus l’apaiser… D’ailleurs, même cela, il n’était pas sûr de pouvoir y arriver. Après tout, comment espérer en aider un autre quand on ne savait déjà pas s’occuper de soi-même ? C’était stupide. Oui… Il valait mieux en rester là. De toute façon, il fallait qu’il s’éloigne d’Asch. Maintenant. Parce que toute cette histoire l’avait fait sortir de ses gonds et que présentement, il sentait ses poids se serrer et se desserrer alternativement, suivant un rythme inexistant mais néanmoins menaçant. De temps en temps, Ash sentait ses doigts s’agiter, remuer comme des prédateurs en attente. Ses épaules frissonnaient de colère, imperceptiblement, et il gardait les lèvres pincées. C’était mauvais signe. Il fallait qu’il s’éloigne du roux avant de commettre une bêtise, de faire quelque chose qu’il regrettait plus tard. Il ne voulait pas péter les plombs, pas maintenant, pas quand il était seul avec Ash, pas quand il n’y avait aucune Sentinelle dans les parages pour apaiser colère et pulsions destructrices. Il ne voulait pas perdre le contrôle…

- Je…

Doucement, il repoussa sa main et recula de quelques pas. Il enfonça ensuite négligemment ses mains meurtrières dans ses poches, comme pour les empêcher de s’éloigner, de s’égarer et de commettre un acte inconsidéré. Inspirer, expirer. Penser à autre chose. Ne surtout rien casser

- Tout est dit, donc. Je pense que tu fais une grave erreur. C’est triste. Tu ne seras jamais heureux comme cela. M’enfin, après tout, c’est ta vie, ça ne me regarde pas.

Il marqua une courte pause, luttant contre l’envie de l’étrangler ou du moins, de lui casser un poignet, histoire de se calmer les nerfs et de remettre les idées du roux en place.

- Il est tard, hein ? Tu ferais mieux d’aller te coucher.

Tiens ? Les rôles étaient inversés… Lentement, il recula encore d’un pas, comme pour affirmer ses dires. Tout son être fulminait et inconsciemment, Ash priait pour que le roux fasse ce qu’il savait tellement bien faire, d’habitude, dans ce genres de situation glissante : fuir. Il se fuyait bien, lui et la vérité, alors pourquoi ne fuirait-il pas aussi sa colère ? Tu sais ? Il paraît que la nuit porte conseil…

_________________




Dernière édition par Ash Ezo le Sam 7 Mar - 22:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scampi-chan.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   Dim 22 Fév - 20:19

Et un mois plus tard… sorry é___è)

Jamais heureux, hein ? Ca dépendait des jours, en fait. Asch ne se sentait particulièrement triste ou malheureux… enfin sauf quand il était seul avec sa tête. Mais avec sa nouvelle famille, avec Ivy, ses deux frères, Nath et Ash, il l’était… heureux. Il n’avait besoin de rien d’autre pour se sentir vivant. Il avait un rôle, ils avaient des gens qui comptaient pour lui et qui comptaient sur lui. Et quand l’adrénaline lui faisait bondir le cœur et qu’il se mêlait à une bataille pour épauler ceux qu’il voulait absolument protéger, Asch devenait quelque un d’autre, un sourire aux lèvres, le cœur gonflé de bien-être et d’auto satisfaction. C’était ça, sa joie… défendre sa famille, défendre les causes qu’il croyait juste. Alors pour toute réponse sont sourire ne se fit que plus sincère. Il savait être heureux, peut-être pas avec lui, de lui, mais le frère protecteur qu’il incarnait était, lui heureux de sa vie. Asch relaissa tomber sa main dans le vide. Il avait peut-être eut tord de s’ouvrir comme ça, sans crier gare… mais quelque part il était soulagé qu’Ash l’est appris de cette façon. Ca aurait pu être pire, y’a encore quelques temps, ça aurait été encore bien pire. Aujourd’hui il arrivait presque à vivre avec, alors qu’il y a encore quelques temps… rien que le regard d’un homme pouvait le mettre dans un état incisif et colérique. Nombre de fois, il avait finit dans des bagarres de rues à frapper sur tout ce qui bougeait tout ça parce que un regard c’était fait ci, ou bien même parce qu’un geste c’était fait ça. C’était cette époque, où Asch sortait toujours d’Eprona pour prendre ses cuites. Aujourd’hui, bien malgré lui, il lui arrivait de perdre son regard sur un homme et d’en oublier tout le reste. Alors on pouvait dire que quelque part ça c’était arrangé, même si au fond il était loin de se faciliter la vie. Mais Asch ne serait plus Asch si justement il devenait trop heureux et roucoulait pour un rien. Il était né avec un caractère de feu, il se devait d’en être digne et d’être le plus chiant de la troupes avec ses crises de grognon attitude et "d’enflamement" spontané après une remarque qui ne lui plaisait pas.
Ce fut cependant au tour d’Asch de tiquer lorsque le boss lui proposa d’aller se coucher. La façon dont il lui avait dit ça n’était pas habituelle, en fait, c’était un peu normal, vu qu’Asch avait rarement vu le brun dans cet état et avait opté souvent pour le repli stratégique lorsqu’en de rares occasions il avait croisé. Ash recula encore, le roux continua de l’observer, quelque chose lui disait de partir, et en même temps quelque part la curiosité le laissait là, incapable de bouger. Il n’avait jamais essayer de connaître cette facette de son Boss. Trop dangereuse ? Ou es-ce que ces prunelles sombres teintées de colères lui rappelaient quelque chose.

- Et toi, que vas tu faire, Boss ? »

Il ne s’approcherait pas, il ne bougerait pas, oh, il ne craignait pas pour sa vie, ni pour ses abatis ce n’était pas les coups qu’il craignait en fait, c’était de savoir son boss, seul, dans cet état. Lui il se faisait mal à coup d’attaques mentales plus ou moins dévastatrice, mais il connaissait la réputation d’Ash, même si il n’avait jamais voulu la prendre en compte, où voir dans ce personnage sympathique et mou, cette créature ignoble dont on lui avait parlé.
Trouvant sa manie de détailler son Boss très peu appropriée, Asch se détourna, collant une nouvelle cigarette au creux de ses lèvres; Si il le fallait il ne dirait plus rien, si il le fallait il se ferait cogner dessus, mais il refusait de laisser cet être de colère mal contenue s’éloigner dans la nuit pour faire on ne savait qu’elle connerie. Y’avait assez d’un barré dans l’équipe, et il tenait à garder ce privilège…

- Je préfère si ça ne te dérange pas, m’assurer que le loup s’est rendormi avant de te laisser te balader dans tout éprouvant Après tout puisque c’est moi qui l’est réveillé c’est à moi de m’assurer de le rendormir… Alors messire Loup, votre petit chaperon rouge va vous escorter à vos appartements ! »
Revenir en haut Aller en bas
Ash Ezo
*[ Membre des Sept Etoiles.
*[ Membre des Sept Etoiles.
avatar

Féminin Nombre de messages : 193
Âge : 18 ans.
Capacité spéciale : Capable de s'endormir absolument n'importe où, peut-être ?
Signe(s) particuliers(s) : Aucun.

Clan : EZO.
Serment d’allégeance : Je ne jure pas allégeance, c'est les autres qui me jurent fidélité.

Porte-monnaie : 0.

{ All About You
Profession: Pirate - Boss.
Race: Humain.
Effets Personnels:
MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   Sam 7 Mar - 22:56

( Aucun problème. :3 )

Du coin de l’oeil, Ash avait observé l’expression indécise de son Kage. Silencieux, il avait examiné son regard vague, hésitant, la nouvelle cigarette qui fumait doucement entre ses lèvres blanches et, surtout, son… immobilité. En effet, malgré sa précédente « recommandation », Asch ne bougeait pas d’un poil. Il ne poussait pas non plus le vice jusqu’à avancer dans sa direction, mais bien que les minutes passent, s’étirant sans fin dans la nuit, le roux ne semblait pas disposé à… gentiment regagner ses quartiers. Ash pensait pourtant avoir été clair - son « conseil » s’était clairement teinté d’une touche d’autorité, presque comme un ordre. C’était bien simple : il n’avait plus envie de le voir… D’ailleurs, il ne voulait voir personne. D’une part, parce qu’il avait les nerfs en pelote et qu’il n’était absolument pas d’humeur à jouer les « gentils idiots » pour faire bonne figure et d’autre part, parce qu’il craignait un geste malheureux de sa part…

Enfin, heureusement, cela ne lui arrivait pas souvent. Avec le temps, l’âge et la pratique, Ash avait peu à peu réussi à se contrôler et aujourd’hui, il arrivait sans peine à dompter ses crises d’hystérie et autres pulsions dévastatrices, jusqu’à obtenir une maîtrise sentimentale et émotionnelle assez impressionnante - même pour quelqu’un comme lui. Ainsi, à présent, ses colères n’étaient plus un problème pour son entourage et en moyenne, elles n’éclataient qu’une quinzaine de fois par an - en cas d’agacement intense ou de grande peur de la part du petit brun. La dernière fois, cela avait été lors d’un abordage particulièrement délicat. Les Sentinelles s’en étaient évidemment mêlées et lors de l’affrontement, Ash avait eu l’occasion de faire la désagréable connaissance d’Eeth, ce taré qui ne semblait vivre que pour arrêter les Sept Étoiles - un fou, en somme. Par ailleurs, Ash se rappelait très clairement de sa « crise » le jour où il avait récupéré Anise. Quand il avait vu ce malfrat de bas étage sur le point de supprimer la fillette, son sang n’avait fait qu’un tour et son corps avait bougé tout seul, avant même qu’Ash ne lui en donne l’ordre : dans un immonde craquement, le brun lui avait brisé la nuque. En quelques secondes à peine, l’homme était passé de vie à trépas, et quelque part, même s’il ne regrettait absolument pas son geste, Ash le trouvait un peu… dégoûtant. C’était d’ailleurs pour cela qu’il préférait rester seul, isolé, quand il sentait le démon de la rage s’agiter en lui. Il fallait qu’il s’éloigne, car quand Ash se mettait en colère, il pétait les plombs, littéralement. Submergé, aveuglé par des vagues de colère brûlante, il perdait pied, raison et pitié l’espace de quelques heures, le temps qu’il reprenne ses esprits et redevienne l’endormi de service que tout le monde appréciait. Ainsi, peu importe la raison qui puisse le pousser dans ses retranchements, Ash avait horreur de se mettre en colère. Sincèrement, ça devait être une des choses qui le débectait le plus au monde. Et d’ailleurs, c’était facilement compréhensible : à chaque « pétage de plombs », il perdait la tête, devenait une espèce de bestiole sadique assoiffée de destruction ! Rester impuissant face à ce comportement incontrôlable lui filait le frisson, bien plus que l’idée de souffrir ou de mourir. Ne pas pouvoir se contrôler, sentir sa raison s’effacer au point de commettre l’irréparable, c’était un sentiment absolument ignoble. Il détestait ça, non seulement parce que c’était dans ces instants-là qu’il sentait à quel point il pouvait être instable et faible, mais aussi parce qu’il avait l’impression de devenir une espèce de… de monstre.

- Et toi, que vas tu faire, Boss ?

Pour toute réponse, Ash émit un léger grondement, entre la plainte et l’avertissement. Qu’est-ce qu’il allait faire… hein ? Bah… Déjà, il allait s’éloigner d’Asch et d’Eprona, histoire de ne pas être accompagné au cas où la fureur l’emportait. Maintenant que leur conversation avait mis le feu aux poudres, sa colère pouvait encore brûler pendant des heures ! C’était un cercle vicieux : la colère l’énervait, entraînant de la colère qu’il l’agaçait encore plus, et ainsi de suite jusqu’à ce que le feu étouffe ou dévore tous le combustible à disposition. Étant donné l’avancement de la nuit, Ash allait certainement passer une nuit blanche. Bah… une de plus ou une de moins ! De toute façon, à l’heure actuelle, l’important c’était de regagner son calme et non de dormir. Oui, mais voilà… comment faire ? D’habitude, quand il pétait un câble, le danger n’était pas loin : querelles, bagarres, abordages, … il y avait là de quoi se calmer les nerfs : un ou deux morts, quelques membres brisés dans la cohue, et le tour était joué ! Ici, c’était différent. Il était seul, sans ennemis notables à éliminer. C’était une première, d’ailleurs. Comment diable Asch avait-il réussi à le faire réagir aussi violement ? Comment pouvait-il être sorti de ses gonds à cause d’une « simple » conversation ? C’était impensable ! Sans compter qu’étant donné la nouveauté, Ash ne savait absolument pas comment gérer l’affaire…

- Je vais… aller me… promener, marmonna-t-il finalement, plus pour lui que pour Asch.

Il était tellement accablé par sa propre fureur, tellement concentré sur le faible contrôle qu’il conservait sur ses émotions agitées, qu’il entendit Asch de loin, faiblement, comme si sa voix feutrée avait été étouffée par du verre. Ses mots, sans qu’il en comprenne véritablement le sens, parlaient de « loup » et de « petit chaperon rouge »… Vraisemblablement, dans cette situation, la logique voulait qu’il soit associé au « grand » méchant loup, tandis qu’Asch dû se contenter du petit chaperon. Étrangement, bien qu’Asch ne ressemble en rien à la gamine du conte, Ash trouvait que l’image lui allait bien. C’était… amusant. Quant à lui, le terme signifiait parfaitement l’abomination qu’il incarnait parfois ; après tout ne désignait-on pas le canidé par « grand méchant loup » dans ce conte… ?
Un léger ricanement ébroua ses frêles épaules.

- C’est vrai, il serait regrettable que je me mette à égorger tout le village, n’est-ce pas ? lança-t-il finalement, une pointe d’hystérie dans la voix. Il roula des yeux. Tss. J’ai pas besoin de baby-sitter, sérieux. Et puis… j’ai pas envie de rentrer. Pas maintenant. … J’ai pas besoin de toi - donc, s’il te plaît, casse-toi, cracha-t-il finalement, avant de reculer d’un troisième pas.

Inspirer. Expirer.
Arg, parler n’était pas une bonne idée, c’était comme avec les pleurs : ça aggravait les choses, comme si on fissurait le barrage à la pioche. Par ailleurs, Ash était parfaitement conscient d’avoir l’air un peu dément, là, à raconter n’importe quoi, les mains crispées, le corps tendu et tremblant, un tic nerveux agitant de temps en temps sa paupière droite. Arg. C’était mauvais… sa dernière colère remontait à plusieurs mois et l’absence de « crises » ces derniers temps rendait celle-ci encore plus difficile à réprimer. Il avait envie de mordre, de briser, de… faire mal. Là, tout de suite.
Inspirer. Expirer. Tenir.

- J’vais aller faire un tour, marmonna-t-il vaguement, avant de tourner les talons et de s’éloigner lentement, marchant droit devant lui, sa démarche agile ayant soudain perdu de sa souplesse.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scampi-chan.skyblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   Jeu 19 Mar - 3:11

Ashe se mit à soupirer, regardant fixement la silhouette de son boss s'en aller dans une direction opposé. Il avait fait une boulette, mais... après tout, était-ce vraiment de sa faute ? On lui avait demandé de s'ouvrir, il l'avait fait. Il avait montré à quel point le chaos résidait dans son être. A quel point il se torturait volontairement pour rien.
Que ça ait fichu son boss en boule... il pouvait essayer de le comprendre, mais en fait non... ou si... enfin, c'était compliqué. Tout était compliqué dans la peau de Asch Jonaris. Il avait vaguement tenté de rester avec son boss le temps qu'il se calme, mais ça avait foiré... A croire qu'il n'était bon à rien en ce moment... A rien du tout !
Un nouveau soupire franchit ses lèvres fines, bientôt Ash se perdrait dans la pénombre. Il avait tellement envie de rester avec lui, de perdre soin de lui... mais cette facette ne semblait avoir besoin de personne. Ce Ash se fichait éperdument de son Kage et l'envoyait baladait comme la peste. Tant pis... Il suréleva les épaules et se détourna lui aussi de son bosss. C'était mieux ainsi, non ? Il fallait qu'il laisse cette chose gerrer elle-même cette colère qui bouillait en elle. Ash n'avait surement pas envie qu'on connaisse de trop près cette personnalité dormante.
Chacun ses secrets, non ?
Asch baissa la tête, en même temps ça allait le miner toute la nuit, au moins il ne la passerait pas à penser à ses problème de cœur et d'esprit... oui...
Les pieds traînant et le dos vouté, le Kage retrouva le chemin dans les talons, le moral dans les chaussettes. Il était vraiment idiot, oui, comment avait-il pu mettre Ash dans cette position ?! Lui, un Kage ?! C'était le monde à l'envers, et depuis quand les Kage se permettaient de mettre le Boss en rogne comme ça ?
Et oui, il finalement, il allait passer la nuit à se maudire...
Demain il devrait trouver quelque chose pour s'excuser, demain il irait faire quelques courses, ça serait l'occasion de faire des cadeaux à tout le monde ? Non ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Groumpf en si bémol   

Revenir en haut Aller en bas
 
Groumpf en si bémol
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Krahan - "Groumpf"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Suria :: ARCHIVES. :: Topics terminés :: RP Terminés-
Sauter vers: