AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Races - Classes Sociales.

Aller en bas 
AuteurMessage
Suria.
~ Fondateur ~
avatar

Nombre de messages : 289
Âge : Déjà bien plus de 3000 ans !
Porte-monnaie : 0.

{ All About You
Profession: Maître du Jeu.
Race: Je ne suis rien et je suis tout.
Effets Personnels:
MessageSujet: Races - Classes Sociales.   Dim 8 Juin - 22:54

RACES

  • Humains :
    Depuis la Guerre des Races, ce terrible conflit qui jadis opposa les hommes aux elfes, les humains constituent la race dominante de Suria. Ils sont très nombreux et plutôt pacifiques, étant donné le très faible pourcentage d'elfes restants. Bien plus cupides et curieux que leurs nobles voisins les elfes, les hommes forment une race parfois un peu « décadente » qui flirte volontiers avec le vice et la luxure. Naturellement doués pour le maniement des épées et des armes à feu, ce sont de terribles combattants.

    Humains (avec membres bioniques) : Ce sont des humains qui, suite à un accident, une bagarre, un règlement de comptes ou autres, ont perdu un ou plusieurs membres - que cela soit un bras, une jambe, un oeil, etc. Ces organes perdus ont alors été remplacés par des greffes bioniques.


  • Elfes :
    C'est un peuple extrêmement ancien qui, lors de la Guerre des Races, a été presque entièrement décimé par les hommes. Peu nombreux à l'heure actuelle, les elfes vivent donc souvent en groupes, reculés de la société et loin des hommes. Certains d'entre eux ont cependant décidé d'accepter la « domination humaine » et vivent depuis plusieurs générations déjà parmi les humains, parfaitement intégrés dans la vie surienne. Par ailleurs, très loin de leur apparence fragile et vulnérable, les elfes sont des créatures très habiles et ingénieuses. Redoutables combattants, ils manient l'arc et l'épée avec une dextérité et un savoir-faire incroyable. Toujours calmes et posés, leur agilité, leur vitesse et leurs capacités physiques sont également indéniablement supérieures à celles des hommes. D'une manière générale, les elfes sont des êtres très endurants et acharnés.

    Dotés d'un corps plus grand et plus fin que celui des humains, ce sont généralement des créatures d’une rare beauté, aussi gracieuses qu'élégantes. Leurs oreilles sont longues et pointues, ce qui permet de les reconnaître au premier coup d'œil, sans confusion possible. Habituellement, à part quelques tribus du sud, les elfes possèdent une peau pâle et des cheveux clairs. De nature un peu hautaine et souvent arrogante, les plus conservateurs d’entre eux ont tendance à vouer un mépris démesuré aux humains, préférant mourir plutôt que de côtoyer l’envahisseur. Par ailleurs, en règle générale, les elfes sont des êtres très calmes, dignes et froids. Très intelligents, ils sont également dotés d'une longévité supérieure à celle de la race humaine (même si paradoxalement, un trop profond chagrin peut les envoyer directement dans la tombe). En effet, si les hommes de Suria atteignent péniblement les 90 ans, les elfes peuvent aller jusqu'à 150 ans, voire plus (pour des conditions de vie adaptées au mieux à leur morphologie, c’est-à-dire quand ils vivaient encore dans les forêts). Actuellement, en s'adaptant à la vie humaine, avec la pollution de certaines villes et le racisme dont ils sont très souvent victimes, les elfes ont une espérance de vie de 120 maximum.

    Pour terminer, les elfes sont des êtres peu féconds puisque dans leur culture, un enfant signifie généralement l'accomplissement d’un amour véritable. Les naissances sont donc plutôt rares et généralement, une elfe ne porte pas plus de deux enfants dans sa vie. C'est un peuple qui aime apprendre et se cultiver, un peuple qui évolue sans cesse. Ils sont très proches de la nature et vénèrent donc eux aussi les Sept Déesses de Suria.


  • Hybrides :
    Les hybrides sont très rares et donc, très peu nombreux. Ce sont des enfants dont les parents appartiennent à deux races différentes ; le sang des hommes ayant des difficultés à s'acclimater avec celui des elfes, les enfants résultant des ces unions naissent donc généralement hybrides. Ces enfants sont appelés « hybrides » car ils possèdent des particularités physiques hors du commun. En effet, ces êtres à part naissent avec des attributs animaux tels que les oreilles et la queue d'un chat ou d’un renard, des cornes, des écailles, des plumes, des rayures ou autres. Le pourquoi de ces « malformations » n'est pas encore explicable par la science de Suria... (Attention, tous les enfants nés de parents issus de races différentes ne deviennent pas forcément des hybrides !).

    Les Hybrides Artificiels : Comme leur nom l'indique, ce sont des hybrides nés de façon artificielle. Ils sont le résultat de la cupidité et de la folie des hommes. En effet, à Suria, il est bien connu qu'à défaut d'être aimés et acceptés par la société, tous les hybrides nés naturellement (ou presque) naissent « Élus des Dieux », comme s'il s'agissait là d'une compensation de la part des Sept Déesses de Suria. Ainsi, étant des Élus, ces hybrides possèdent de fabuleux pouvoirs qui sont soit craints (ce qui est plutôt rare vu qu'à Suria, on part du fait que tout ce qui vient des Déesses est forcément une chose positive), soit énormément enviés, admirés. Nombreux sont ceux qui jalousent et désirent ardemment acquérir les pouvoirs des Élus, espérant secrètement s'en servir pour servir leurs intérêts personnels. C'est donc de cette envie malsaine que sont nés les Hybrides Artificiels. En effet, certaines personnes aussi brillantes que mal intentionnées ont commencé des recherches, puis des expériences horribles dans le but de recréer ces « Hybrides Élus des Dieux » (et ce, pour ensuite les utiliser - eux et leurs fabuleux pouvoirs - à des fins personnels).

    Ces expériences génétiques consistent en deux méthodes différentes : l'une étant la manipulation génétique (et pourtant formellement interdite !) sur des embryons, fétus, bébés et parfois même sur de jeunes enfants, croisant ainsi leurs gênes, les modifiant dans le but de faire d'eux des hybrides surpuissants. L'autre méthode essaie elle de créer un hybride à partir de cellules humaines et elfiques. Nombreux sont les « projets » qui échouèrent, mourant après quelques semaines, voire quelques jours à peine. Heureusement, certains d'entre eux - les plus forts et résistants - survécurent et finirent par s'échapper des laboratoires (et c'est entre autres comme cela que le Grand Conseil eut vent de ces immondes pratiques, prenant par la suite des mesures drastiques pour tenter d’arrêter et de châtier les coupables). Malgré toutes leurs recherches et leurs expériences, ces scientifiques fous ne réussirent jamais à créer un hybride artificiel qui soit un Élu des Dieux. Certes, tous leurs projets naissaient sous le signe d'une Déesse protectrice, mais aucun d'entre eux ne possédait une affinité supérieure à la moyenne.

    À l'heure actuelle, la plupart des scientifiques détraqués qui jadis jouaient avec la génétique croupissent en prison. Mais le Grand Conseil ne se voile pas la face : il en reste encore. Quelque part à Suria, cachés sous terre ou dans les airs, ces créatures du démon qui jouent effrontément avec la vie cherchent encore et toujours à mener ces effrayantes recherches à bien...


  • Sang-mêlés :
    Les sang-mêlés sont les enfants nés de l'union d'un humain et d'un elfe. Grossièrement, ce sont en fait les « mélanges » de race qui n'ont pas mal tournés à la conception. Ce sont les « mélanges » dans lesquels le sang humain et le sang elfique ont réussi à s'acclimater sans trop de problèmes. Ils ne possèdent donc aucune autre caractéristique que celle d'être le résultat positif d'un mélange de races. Généralement, les sang-mêlés sont très intelligents et naturellement doués. Ils possèdent aussi très souvent une affinité puissante avec leur Déesse, jouissant ainsi de petits pouvoirs mineurs mais tout de même largement supérieurs à la moyenne.


Dernière édition par *[ Suria le Jeu 28 Mai - 21:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suria.
~ Fondateur ~
avatar

Nombre de messages : 289
Âge : Déjà bien plus de 3000 ans !
Porte-monnaie : 0.

{ All About You
Profession: Maître du Jeu.
Race: Je ne suis rien et je suis tout.
Effets Personnels:
MessageSujet: Re: Races - Classes Sociales.   Sam 11 Oct - 21:58

CLASSES SOCIALES


  • Le peuple :
    C'est l'ensemble des citoyens de Suria ne faisant pas partie de la Haute. Il y a les citoyens riches, modestes et pauvres, ainsi que les personnes que le Grand Conseil aime nommer la « racaille » (c'est-à-dire les citoyens - généralement très pauvres - et le gens du petit peuple qui ont « mal tournés »). Généralement, les enfants issus du « petit peuple » ne vont pas à l'école, leurs parents n'ayant pas les moyens de leur payer une scolarité décente.


  • La Haute Société :
    Ce sont tous les riches de Suria ainsi que l'ancienne noblesse humaine (cette dernière ayant été abolie après la Guerre des Races). Généralement, ce sont des gens froids, hautains et imbus d'eux-mêmes, des filles et fils à papa, des gens frivoles et superficiels, des êtres snobs et désagréables qui ne pensent qu'à s'amuser et à dépenser leur montagne d'argent sans plus se soucier du peuple.


  • Les membres du Grand Conseil :
    Les membres du Grand Conseil, aussi appelés les « Conseillers », sont vingt-et-une personnes élues par le peuple et la Haute lors des élections qui ont lieu tous les sept ans à Suria. Ils sont considérés comme les personnalités les plus sages de tout le pays et c’est à eux que revient le pouvoir de diriger le pays. C’est donc à eux que revient la tâche de voter les lois (la proposition de loi, après avoir été introduite auprès du Grand Conseil, fait l’objet d’un vote entre les Conseillers ; que la proposition de loi soit acceptée ou refusée, c’est toujours la majorité qui l’emporte). De plus, c’est également à eux de régler et/ou de prendre les mesures nécessaires quand il s’agit de cas graves, de problèmes importants (ex : crise économique, catastrophe naturelle, apparition des pirates de l’air, etc.). Chaque décision prise par le Grand Conseil fait toujours préalablement l’objet d’un vote entre les Conseillers. C’est le Grand Conseil qui, il y a maintenant quelques années, a décidé de créer la « Brigade Anti-Piraterie » chargée de lutter contre les pirates de l’air. Le siège du gouvernement surien avec ses vingt-et-un membres se trouve à Anthélima, capitale de Suria, dans une immense tour appelée la « Tour Mirage ».


  • Les membres de la Brigade Anti-Piraterie :
    Ce sont des agents spéciaux formés et durement entraînés pour traquer et exterminer les pirates de l'air qui pullulent de plus en plus à Suria. Ils sont aussi appelés les « Sentinelles » et ont absolument tous les droits (ou presque). Ils sont entre autres chargés de protéger les citoyens de la menace pirate en intervenant rapidement et efficacement lors des abordages. Mais ce n’est pas tout, car ils doivent également enquêter dans le but de débusquer les cités et les planques pirates pour ensuite pouvoir les neutraliser. En général, les Sentinelles essaient de capturer et d’emprisonner les pirates de l’air qu’elles rencontrent, mais si cela se révèle impossible, elles sont autorisées à tuer… En savoir plus sur les Sentinelles ?


  • Les gitans :
    Ce sont des hommes et des femmes à la peau tannée par le soleil et aux yeux sombres qui vivent en communautés fermées (familles, clans, etc.). Ils passent leur vie sur les routes, chantant, dansant, s'amusant et chapardant parfois dans les villes et les villages. Ils ne sont pas très appréciés par le reste des suriens. Par contre, contrairement à ces derniers (et surtout, contrairement à la Haute Société qui y est totalement opposée), beaucoup d’entre eux soutiennent les pirates de l'air (beaucoup de gitans finissent d'ailleurs pirates !). Les gitans se déplacent dans de vieilles roulottes, refusant pour la plupart les vaisseaux et autres brillantes technologies récemment nées à Suria (ce sont d’indécrottables conservateurs). Les kidnappings sont très fréquents chez les gitans car c'est une « race » naturellement belle et robuste qui donne de très bons esclaves (et bien que cette pratique soit totalement interdite, le trafic d’esclaves perdure dans les coins les plus malfamés de Suria…).


  • Les pirates de l'air :
    Ce sont des marginaux qui vivent du vol et de l'abordage des vaisseaux croisant leur route. Ils vivent entre eux, formant différentes bandes rivales, ennemies ou alliées appelées « clans » ou « bandes » (selon leur puissance) qui vivent toutes sous le signe (et l’autorité) de la Confrérie des Pirates, aussi appelée « la Confrérie d'Arhen » (Arhen étant la cité pirate la plus importante de Suria ; elle appartient à la Confrérie. C'est également la seule cité qui soit neutre et accessible à tous les clans et bandes pirates sans exception). Parmi ces pirates, il y a de tout : des citoyens pauvres ayant « mal tournés », des elfes rejetés par la société humaine, de jeunes riches issus de la Haute cherchant à échapper à l’emprise familiale, des hybrides (notons d’ailleurs que ces derniers deviennent souvent pirates car ils sont rejetés ; il est même très fréquent que leurs propres parents ne les acceptent pas) et bien d’autres encore. En savoir plus sur les pirates ?


  • Les mercenaires :
    Ce sont tous les pirates de l'air « non reconnus » par le Grand Conseil. En effet, ces derniers travaillent en solo. Ils bossent pour leur propre compte uniquement et ne sont donc attachés à aucune bande ou clan pirate. Comme ce sont des pirates isolés, ils sont généralement méprisés par le gouvernement (même si les autorités telles que la police est chargée de mettre ces « criminels » de seconde zone aux arrêts !), en le sens que celui-ci ne les considère que comme des « petites frappes », de la racaille de bas étage (car ils pensent que les pirates de l’air eux-mêmes n’en veulent pas, ce qui est faux pour 70 % de ces pirates dits mercenaires). Ils sont persuadés que ces derniers ne représentent pas un danger réel pour la société surienne. Généralement, les mercenaires n'ont qu'un seul et unique but dans leur vie : intégrer un clan pirate et s'élever dans cette société constituée de hors-la-loi ! Les autres sont tout simplement des pirates minables ou bien considérés comme « traîtres » (les « déchets » de la piraterie, en somme !). Ces pirates-là ne sont donc plus acceptés dans aucun clan pirate.


  • Les prêtresses :
    Les prêtresses sont de jeunes filles qui vivent en communauté dans les différents temples de Suria. Elles sont parfaitement libres de leurs mouvements et donc autorisées à quitter leur temple quand elles le désirent (elles doivent cependant regagner leur « logis » avant la tombée de la nuit, d’une part pour une raison de sécurité et d’autre part pour garder une certaine discipline au sein du temple). Les prêtresses supérieures, de part leur statut, ne sortent que très rarement de l’enceinte du temple, préférant le confort aux longues journées de marche dans les rues. Les prêtresses sont des jeunes femmes placées par leurs familles, des orphelines recueillies par les temples (ou des fillettes abandonnées par leurs parents à l’entrée de ces derniers), des volontaires ou encore des enfants « Bénies des Dieux » : des jeunes femmes capables de lire les rêves.

    Les enfants bénies des Dieux ne sont ni des Élues des Dieux ni des filles possédant une forte affinité avec leur Déesse protectrice. Elles naissent avec une sorte de lien spécial qui les lient étroitement à leur Déesse protectrice et leur permet ainsi de voir l’avenir dans les rêves. Généralement, ces filles deviennent toutes prêtresses. Dans les temples de Suria, les nouvelles recrues sont prises en charge et instruites par les Prêtresses Supérieures et les Suivantes. Tout d'abord appelées Aspirales, les nouvelles recrues sont longuement formées et instruites pour devenir de véritables prêtresses (et non des étudiantes) qu'on appelle alors « Suivantes ». Ensuite, après quelques années d’étude et d’expérience supplémentaire, ces dernières passent au rang de « Prêtresses Supérieures ». Le rang le plus élevé dans un temple surien est celui d'« Odyle ». Cette dernière n'est autre que la prêtresse en chef et la dirigeante légale du temple. Durant son vivant, l'Odyle en fonction se choisit une héritière à qui elle va léguer son titre et son pouvoir une fois l'heure de sa mort venue. Les prêtresses ayant reçu une formation guerrière sont appelées les « Cerbères ».

    Les prêtresses sont très importantes dans la vie quotidienne de Suria et immensément respectées par ses habitants. Pour exemple, il est strictement interdit de lever la main sur une prêtresse, sous peine de devoir purger de longs mois de prison ferme. En effet, ces dernières se doivent de remplir plusieurs rôles plus ou moins primordiaux à la bonne marche de la société :


      Rôle religieux : Elles prient et rendent les différents cultes dédiés aux Sept Déesses de Suria. Ainsi, les prêtresses sont à leur manière les liens physiques qui relient la population surienne aux sept divinités qu'elles honorent depuis la nuit des temps. Ce sont également les personnes qui s’occupent du côté religieux des fêtes de Suria telles que la « Fête du Printemps », la « Fête aux Lampions » ou encore la « Nuit des Sakura » (fête célébrant l’éclosion des premières fleurs de cerisier). En outre, ce sont également elles qui célèbrent le premier mariage, rendent les bénédictions, etc. (cf. contexte).

      Rôle artistique : Les prêtresse sont également les garantes de l'art de Suria (et ce, que cela soit dans le domaine de la musique, de la danse, de la peinture, du théâtre ou autres !). Elles pratiquent et enseignent gratuitement l'art aux jeunes enfants de Suria qu’ils soient issus du peuple ou de la Haute Société. Le rang social importe peu pour les prêtresse (même si ceux qui viennent suivre ces cours sont en grande majorité issus de la Haute Société ou du moins, d’une couche plus ou moins aisée de la population). Généralement, les enfants viennent prendre leur cours artistique en matinée et ce, jusqu’à ce qu’ils aient atteint leurs 14 ans.

      Rôle pédagogique : Les Aspirales ont pour habitude de sortir enseigner dans les rues des quartiers populaires des matières telles que les sciences, la géographie, l'histoire, la lecture, plus rarement l’écriture, les calculs simples (surtout apprendre aux enfants – et parfois aux adultes – à compter jusqu’à cent), etc. ou tout simplement pour raconter des histoires et des légendes aux enfants pauvres.

      Rôle archiviste : Si les Aspirales se contentent simplement de recopier les textes anciens et abîmés (les espèces de « bibliothèques » qu'on retrouve dans les temples importants sont immenses ; elles rassemblent à elles seules la presque totalité de l’histoire de Suria !) qui sont jugés trop fragiles ou menacés (cela fait partie de leur instruction et c’est également un excellent exercice calligraphique !), les Suivantes (et parfois les Prêtresses Supérieures) possèdent quant à elles un rôle archiviste extrêmement important. En effet, elles retranscrivent l’histoire (les évènements plus ou moins importants, que cela soit du point de vue social, culturel, environnemental, technologique, politique, etc.) le plus fidèlement possible et avec une optique totalement impartiale. Ce sont les témoins de Suria, celles qui veillent à ce que l’histoire ne soit ni perdue ni oubliée.

      Rôle protecteur : En effet, les prêtresses sont également les protectrices des temples (le gouvernement n'intervient en rien dans les affaires qui concernent les prêtresses) et les gardiennes de Suria, fidèles servantes des Déesses de ce monde. Pour se faire, elles sont capables de créer des barrières magiques appelées « Kekkaï ». Ces Kekkaï sont d’ailleurs une des toutes premières choses enseignées aux novices. C’est une technique extrêmement difficile à assimiler (et également la seule forme de « magie » que vous trouverez à Suria), mais terriblement puissante !

      Rôle médical : Après un long et difficile apprentissage, certaines prêtresses nées sous le signe de la Lumière sont également capables, grâce à une forme de méditation couplée à la prière, d’augmenter leur taux d’affinité avec leur Déesse protectrice (seules les prêtresses sont capables d’une telle prouesse). Dés lors, ces jeunes femmes à forte affinité peuvent dispenser des soins et guérir les blessures et autres maladies (mais attention, seulement dans une certaine mesure !) grâce à l’intervention d’une lueur blanche, cadeau de la Déesse de Lumière (notons cependant que certaines personnes nées sous le signe de la Lumière sont capables de guérir naturellement : cela fait partie de leur pouvoir ; néanmoins, une telle capacité n'est pas à la portée de tout le monde : il faut une forte affinité !).

      Rôle social : En plus de leurs tâches religieuses, les prêtresses remplissent aussi un rôle à l’aspect plus « social » au sein de la société. En effet, le temple étant ouvert à tous, les Aspirales et les Suivantes accueillent (quand elles n’étudient pas) très souvent les enfants pauvres au temple. Elles passent alors d’agréables moments en leur compagnie, jouant avec eux (généralement les Aspirales) et prêtant une oreille attentive à ce qu’ils ont à dire. De plus, un temple surien marche comme une église terrienne : on peut y demander l’asile. Ainsi, les âmes en peine, qu’elles soient de sexe masculin ou féminin, trouveront toujours une main secourable et surtout, un repas chaud, en frappant à la porte des très respectées servantes des Déesses. Bien entendu, les hommes ne pouvant résider en compagnie des prêtresses, ces derniers sont placés dans un pavillon isolé situé à l’extérieur de l’enceinte du temple. Et comme cela représente toujours un danger d’accueillir « n’importe qui » sous son toit, certaines prêtresses (ce sont des volontaires) reçoivent de la part d’un instructeur une formation guerrière dans le but de pouvoir protéger les autres prêtresses de tout débordement. Ces prêtresses sont appelées les « Cerbères ».

      Enfin, pour terminer, les Prêtresses Supérieures jouent également un rôle plutôt incongru : ce sont de remarquables dames de compagnie, des « confidentes ». En effet, étant extrêmement cultivées, clairvoyantes, sages et (normalement) impartiales, les hommes politiques aiment s’adresser à elles dans les moments d’incertitude. Il n’est donc absolument pas rare de voir des politiciens, des hommes riches ou à la tête de grosses compagnies – et même des membres du Grand Conseil ! – passer une soirée ou l’autre dans un des élégants petits salons du temple, en compagnie de Prêtresses Supérieures. Ces dernières, en plus d’exercer leur art musical pour détendre l’atmosphère, ont alors pour tâche de conseiller et d’éclairer leur hôte au détour d’une conversation…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Races - Classes Sociales.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Classes sociales
» 02 - Les classes sociales et les métiers
» Vertiges des classes sociales ! Ft. Naoki
» Races et classes de personnages
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Suria :: AUX NOUVEAUX ARRIVANTS ! :: Suria : Comment ça marche ? :: Contexte.-
Sauter vers: