AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lawrence Bell

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Lawrence Bell   Jeu 16 Oct - 20:33

DJ (Dans Jeu) :

*/ Etat Civil :


Nom : Bell
Prénom(s) : Lawrence
Surnom : Law'
Age : 21 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Race : Sang-mêlé
Signe : Ténèbres
Lieu de Naissance : Kelatolie
Lieu de Résidence : Cité pirate d'Eprona
Métier : Stratège
Classe Sociale : Pirate
Clan : Ezo
Elu des Dieux ? Non
Partisan(e) ? Non


*/ Histoire :


S'armant d'un aimable sourire et d'un air attendri, elle avança vers Nartys, son mari depuis deux années déjà, et enveloppa de ses bras l'enfant qu'il tenait, un poupon âgé de deux semaines tout au plus. Le père souriait à son fils endormi, jusqu'à ce qu'il lui soit enlevé. Eliade avait rêvé de ce bébé des mois durant. « Il est... Oh... » Elle aurait dit « parfait », car oui, avec ses airs de petit ange, son visage rond et joufflu, son petit nez et ses poings fermés, il lui parut dénué de quelconques défauts mais, il fallut qu'il n'ouvre les yeux qu'une fois pour qu'elle constate la méprise. Lorsqu'il pleura, elle ne le réconforta pas, et l'observa plutôt en fronçant les sourcils, interdite. Levant un regard interrogateur vers Nartys, elle attendit une réponse. « C'est normal. » Normal comment? Il n'y a rien de normal à posséder un tel regard. « C'est hideux, tu veux dire. -Hideux? -Hideux. »

C'était l'automne, le vent soufflait et faisait danser les feuilles mortes sur les trottoirs. Pourquoi on dit « feuilles mortes »? se demandait, accoudé contre le bord d'une grande fenêtre, un garçon à la monture de lunettes plus large que sa tête et aux verres plus épais que la lentille d'un télescope. Il avait les yeux bleus et c'est sur un ballet de rouge, d'orange et de jaune qu'il les dardait, dans une observation des plus critiques qui soient. Derrière lui, une femme lui brossait les cheveux, tête légèrement inclinée sur le côté, rêveuse et appliquée à sa tâche tout à la fois. Son mari lisait tout près, assis dans un grand fauteuil brun, penché sur une oeuvre de poésie. « Une coupe de cheveux ne ferait aucun tord, non? » Haussement d'épaules des deux côtés, le même, identique, et aucun regard pour elle. Elle lâcha les cheveux du garçon et repartit sans un mot. Elle revint au bout d'un moment, à la fenêtre, à son fils, reprit dans sa main les longs cheveux et les coupa d'un coup de ciseaux. Ils tombèrent doucement sur le sol et elle, impassible, repartit, mais ne revint pas, abandonnant à l'incrédulité les deux autres, et bien vite à ses larmes le petit Lawrence.

« Pourquoi elle a fait ça!!! Pourquoi!!! » Il se retrouvait les cheveux courts à pleurer auprès de son père, assis sur son lit. La caresse dans son dos n'y fit rien, ni le fait d'être conscient que des cheveux, ça repoussait toujours. Le plus dur, c'était de ne pas savoir pourquoi et, lorsqu'il le lui demanda, à elle, sa mère, quelques jours de silence plus tard, elle lui répondit, sans lever le nez de sa broderie, que c'était pour son bien, que tout ce qu'elle faisait était pour son bien et rien d'autre, qu'il le croit, veuille, ou non. Il lui demanda comment elle savait ce qui était soi-disant bien pour lui et elle répliqua qu'elle était sa mère et donc qu'elle savait tout de lui. La Déesse des Ténèbres lui avait donné le mode d'emploi pour bien élever les Lawrence Bell. Il repartit sans ajouter quoi que ce soit.

À l'école, quelques années plus tard, lorsque le meilleur copain de Lawrence lui avait demandé qui c'était, la dame qui venait le chercher après les cours, il lui avait répondu qu'il s'agissait de sa tante un peu folle, et qu'elle avait la tête qu'elle avait parce qu'elle prenait trop de médicaments. Ils avaient bien rigolé seulement, quand le professeur avait pris Lawrence à l'écart, le lendemain, pour lui demander si tout allait bien à la maison, si ce n'était pas trop difficile, avec sa tante, la blague avait trouvé, prématurément à l'avis du garçon, sa fin. Son ami Loïk l'avait laissé pour une bande de gamins qui avaient la cote, et il avait abouti avec les intellos. Et elle, la dite tante folle, elle avait sorti ses ciseaux, quand le principal avait téléphoné, et s'était coupé les cheveux, prenant soin d'accuser Lawrence dès son retour. « Regarde ce que tu m'as fait!!! »

Rien n'est facile, mais tout est simple. Les gens réagissent aux actions des autres et entraînent de nouvelles conséquences, une sorte de cercle vicieux s'installe, mais il serait stupide de songer qu'il est impossible de le briser, ce serait fataliste et le fatalisme est aussi près de l'ignorance que la croyance aveulge l'est. Croire en rien, c'est aussi bête que croire en tout. Alors je m'efforce de tout remettre en question, tout, ou presque. Ce fut simple pour moi aussi, je n'ai pas encore trouvé d'exception à cette règle. Mais quand la porte fut refermée derrière moi, j'avoue avoir hésité à la rouvrir et, quelques secondes je suis demeuré là, la main sur la poignée, espérant que quelqu'un la tourne pour moi : difficile. Personne n'est venu, les cris se sont poursuivis à l'intérieur et dehors, les feuilles tombaient dans une pluie de jaune. Je m'y suis perdu, laissant à leur tempête mon père et ma mère. Qu'importe ce que j'ai entendu, elle demeure ma mère, car celle qui m'a élevé.

Les Bell ont toujours fêté le Nouvel An en famille et c'est dans le manoir de M et Mme Bell que tous, aussi nombreux sont-ils, se retrouvent le soir venu afin de manger et festoyer ensemble. Frères, soeurs, maris, femmes, cousins, cousines, tous étaient au rendez-vous cette année-là, y comprit Lawrence et sa cousine, Lylou, installés au grenier, derrière la lentille d'un télescope. Ils avaient neuf et onze ans, Lawrence étant l'aîné des deux.

« -C'est vrai que t'as fait passer ta mère pour ta tante folle?
-Oui.
-Mais on a même pas de tante folle.
-Et alors? C'était un mensonge, de toute façon. Regarde.
-Je vois rien. Pourquoi t'as menti?
-Parce que j'en avais envie, j'avais envie de rigoler un peu, je savais pas qu'elle le prendrait aussi mal.
-Ah. Pourquoi tu portes des lunettes?
-Devine.
-Parce que tu vois mal?
-Sans doute.
-Lylou rend-les moi!
-NON D'UNE DÉESSE! MAIS T'AS VU TES YEUX!?!?! »

Les lunettes de son cousin en main, la fillette disparut dans l'escalier en hurlant que « LAWRENCE A[VAIT] DES YEUX COMPLÈTEMENT FOUS! ». Et lui, gêné, trouva refuge dans une garde-robe après un coup d'oeil sur les lieux, un immense grenier où étaient entreposés nombre de meubles recouverts de draps, à une extrémité, et quelques boites à l'autre, ainsi que la garde-robe. Tête basse, il attendit, sachant très bien qu'il devrait sortir de là bientôt, mais profitant de cet instant dans la noirceur pour assembler la force dont il aurait besoin pour affronter le regard de sa mère. Ils se retrouvèrent une trentaine entassés dans le grenier à écouter la blondinette discourir au sujet de ce qu'elle avait vu. Lawrence se demanda si elle parlait du bon garçon. À son souvenir, il avait toujours porté des lunettes. Dès le levé il les enfilait et au moment du couché seulement il les retirait et, à bien y songer, il ne s'était jamais vu sans. Les seules images qu'il avait de lui en tête lui renvoyait un reflet où deux grands yeux bleus étaient encadrés par d'épais contours de plastique noir. Mais d'après Lylou, il n'était question que d'un oeil bleu. Eliade de son côté, avait déjà dit à Lawrence qu'il portait des lunettes pour corriger son strabisme et que s'il les enlevait plus fréquemment que la nuit uniquement, il pourrait en perdre la vision. Du coup, il l'avait écoutée, jusqu'à aujourd'hui. Sans qu'on le lui demande, il sortit du meuble, interrompant la jeune fille dans ses grandes descriptions, et posa les yeux sur les nombreux regards qui se rivèrent aussitôt au sien. Certains se rapprochèrent, d'autres semblèrent étonnés, sa grand-mère sourit et fut la première à briser le silence. « Comme c'est joli! » Et alors des « oooh » et des « aaaah » et des « siiii » se mirent en coeur pour faire entendre leur approbation. Lawrence n'avait aucune idée de ce qu'ils voyaient, il supposait qu'on avait pitié de lui, parce qu'il louchait. D'un coin de la pièce, Eliade l'observait, froide, bras croisés sur sa poitrine.

« Pauvre Eliade » répéta-t-on de nombreuses fois chez les Bell. On la dit malade, innocente mais souffrante car instable mentalement. On trouva raison à ses sautes d'humeurs et à sa tendance au mensonge, on l'excusa et l'aima d'autant plus. « Pauvre Eliade. »
Lawrence en vomit, quatre fois dans la nuit, il vomit tant on plaignit sa mère pour lui, et tant on oublia vite ces yeux que l'on avait décrit « si exceptionnels ». Il se remit à porter ses lunettes deux semaines après les avoir retirées au grand jour pour la première fois.

Assis sur un banc dans un parc près de la Tour Mirage, Lawrence mangeait un sandwich aux tomates. Il avait dix-neuf ans, était vêtu d'un complet.

« -Monsieur Bell, j'ai terminé de lire ce bouquin, sur la guerre...
-Et?
-Bien... C'est intéressant...de...
-De...
-De... constater à quel point...la situation actuelle est pas...
-N'est...
-N'est pas... mieux.
-Hm.
-... Monsieur Bell? Ca fait bizarre quand même, vous trouvez pas? Je suis de dix ans votre aîné et c'est moi qui est le stagiaire.
-Je trouve ça très drôle.
-Ouais...! Ouais, c'est drôle, au fond...un peu, quand même... »

La politique est un concept aujourd'hui mal exploité. On appelle politique la démocratie, alors que la démocratie a perdu toute sa consistance, elle n'est que mots et excuses pour ceux qui s'en plaignent. À coups de discours sur les « droits » et l'« égalité », on fait taire les incertains. Tout le monde a droit à un procès, mais tout le monde n'a pas droit d'avoir dans les poches de quoi se payer une pomme. J'ai démissionné, aujourd'hui, je n'en pouvais plus de répéter ces non-sens à ces brutes de Sentinelles.

Étendu sur un toit, mains derrière la tête, sans emploi, sans abri, sans rien si ce n'est un faramineux compte en banque dont il n'avait aucunement envie, Lawrence regardait le ciel, mais pas n'importe lequel, un ciel animé, un ciel de sang et de feu, un ciel de guerre. Les pirates et les sentinelles s'affrontaient dans une bataille pour un butin : un gros aérostat marchand. Des failles, des deux côtés il y en avait. Lawrence suivait les hostilités avec une incroyable concentration. Les Sentinelles avaient un sens de l'organisation efficace. Ils agissaient en groupe et rapidement. Les pirates, un peu moins, mais ils avaient l'audace et la passion. Sortant de son sac papier et crayon, Lawrence se mit à griffonner, dessinant des petits vaisseaux pirates et des petits chasseurs, traçant des flèches, anotant, raturant, corrigeant... Le lendemain, il se retrouvait sur la place d'Ysir à aborder ceux qu'il devina aisément être des recruteurs qui tous, nièrent être ce qu'ils étaient pourtant bel et bien. La deuxième journée, il rangea son veston avant de se rendre sur la place. On ne l'aborda toujours pas et on l'évita lorsqu'il tenta quelques rapprochements. La troisième journée, Lawrence prit soin de se décoiffer, déboutonna le premier bouton de sa chemise et rangea définitivement ses lunettes. « Qu'est-ce tu veux!? » Ils étaient trois et le regardaient d'un drôle d'air. Lawrence se présenta, tendit sa main, mais aucun des trois ne la serra. C'est sur un visage amical que se portèrent ses yeux, incrusté entre les trois autres, et la main qui empoigna la sienne ne le lâcha qu'une fois qu'il fut entraîné à l'écart. À l'écart de bien des choses et, plus qu'il ne l'espéra, à sa place.

Ma mère biologique est une elfe, j'ignore si elle vit toujours. Mon père est un pauvre homme qui croit vivre et ma mère adoptive est une tante folle, morte, d'une certaine manière. Aujourd'hui j'ai un titre : stratège, et je me sens digne de ce pourquoi j'existe : ma raison. Bref, j'en suis ici et je compte y rester. J'aspire à une révolution.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lawrence Bell   Jeu 16 Oct - 20:35

*/ Personnalité :


• Caractère général :

Naturellement lui vient son style. Style de galant jeune homme, poli, souple de sa verve comme de toute sa personne, Lawrence Bell n'est pas n'importe lequel de tous ces garçons, dans la rue, à faire ce qu'ils font. Il sait parler. Il a appris à bien le faire, c'est différent. Et marcher, c'est pareil. La qualité est une affaire d'éducation, tous les Bell le savent et le disent et le crient haut et pas très fort. C'est un secret. Lawrence Bell incarne à lui seul ce secret. Il est, de loin, cette grande chose étroite aux allures d'intello-courtois qui sait plus ou moins où il va mais qui le fait dans l'élégance et la facilité. C'est naturel, je vous l'ai dit, ou presque. Et en plus d'être issu d'une lignée de gens qui naissent avec le maintien d'un danseur de ballet et la convenance d'un seigneur, le jouvenceau fait partie de la crème de la crème car, en plus d'être Bell, il est Lawrence et, qui dit Lawrence dit esprit aiguisé, incroyablement capable, réfléchi et instinctif à la fois, car pourvu d'une intuition fort efficace. Ajoutons à tout cela que la patience est un art qu'il maîtrise avec toute la grâce dont il fut armé, c'est donc dire : pas mal. Aussi sera-t-il du type calme et gentil, apte à sourire avec grande aisance et à donner avec tout autant de légèreté. Lawrence, Lawrence, Lawrence, mais où va-t-il chercher toute cette quiétude dans l'âme? À croire parfois qu'il la joue mieux qu'il ne la vit véritablement. Hmm... La perfection n'est pas de ce monde, il sera le premier à l'affirmer et à le défendre. Et parfois, quand la grâce et l'esprit n'arrivent plus à le contenter, le sarcasme s'installe, autant dans le malin sourire dont il est ô combien capable que dans les sous-entendus un peu piquants, un peu moqueurs... Être intelligent quand d'autres sont bêtes peut devenir lourd, quelques fois seulement... Faut bien faire sortir le soi-disant méchant! Sinon bien, son intelligence n'en est pas seulement une logique et stratégique, mais une tout autant sensible et émotive. L'inconvénient, c'est que Lawrence n'a pas le même contrôle sur le côté plus sensible de sa personne. Les émotions lui rentrent dedans sans avertir et le laissent sans défense. C'est toujours là-maintenant-right now que ça se passe, pas le temps pour les ruses. Il travaille là-dessus, d'ailleurs, et aspire sérieusement à mieux comprendre tout ça dont l'être humain semble malheureusement être fait, toutes ces choses qui sont sans mots et qui ne s'expliquent que par le sentiment. Reste qu'avec l'expérience on développe des trucs, question de prévention, et pour se protéger, Lawrence choisit le plus souvent d'affronter en face tout ce qui le perturbe. Il a affronté son passé et n'en demeure aujourd'hui que bien peu d'éléments contrariants, j'oserais dire près d'aucun. Il n'y pense que rarement et se concentre plutôt sur le présent et sur l'avenir, sur ce qu'il souhaite en faire. Et les garçons et les filles de son âge? (Ou pas.) Qu'en veut-il? Qu'en fait-il? C'est là un souci secondaire à ceux qu'estime Law'. Anarchiste diplomate voué à sacrifier son cerveau pour la cause des Pirates, ça, c'est quelque chose. Aux grands mots les grandes pensées, n'est-ce pas, mais attention, Lawrence est peut-être bien spécialement intelligent, reste qu'il est jeune, et plus jeune encore qu'il ne l'est vraiment, car un peu enfant, des fois. Mais on s'en fiche d'abord c'est même pas grave. On reste zen.
Qualités : Magistralement intelligent, courtois, calme, aimable, généreux, gracieux...
Défauts : Capable de blessantes plaisanteries, mauvais perdant, pas aussi indépendant d'esprit qu'il ne croit l'être (en d'autres termes : peut être naïf si on sait s'y prendre un peu habilement...)
Goûts : La lecture est une occupation à laquelle il se voue quotidiennement, qu'il s'agisse d'ouvrages documentaires, d'essais sur divers sujets ou autres. Il lit parfois des romans, mais moins régulièrement et il est plus capricieux de ce côté. Il s'intéresse beaucoup à l'histoire et est du genre un peu philosophe, résultat d'un heureux mélange d'amour de l'astronomie et de tendances à se poser des questions. De sa vie d'antan lui demeure les attraits de la musique, du théâtre, des discussions avec les gros bonnets que fréquentait son père, et plus encore.



*/ Physique :


• Physique Général :

À y voir de plus près, la grande chose étroite aux allures d'intello-courtois qu'il est n'a rien de bien extravagant, si ce n'est ses yeux, dont il offre désormais à qui le veut bien le luxe de les voir tels qu'ils sont, dépareillés. L'un est bleu profond, l'autre violet. Quand on ne le regarde pas, Lawrence ne sourit pas, heureusement, et a plutôt l'air de réfléchir, il le fait souvent d'ailleurs, trop souvent peut-être, si c'est possible. Sérieux, il n'en demeure pas moins poli et ce, de toute sa personne. La « haute » aisance qui l'habite transparaît dans sa tenue, dans sa manière d'inspirer le calme et l'assurance. Lawrence est un volcan qui dort la plupart du temps, mais qui reste imprévisible. Fait sur le long plus qu'en largeur, il est grand et très mince, moins qu'ordinaire à ce niveau. Faut dire qu'il se fiche un peu de ne pas être un Apollon, son corps n'étant parfois à ses yeux qu'un fardeau à porter. Si ce n'était de sa grandeur, Lawrence passerait facilement pour plus jeune qu'il est vu la bouille qu'il a. Encadré d'une chevelure noire, son arrondi visage est à quelques traits près le même qu'il avait enfant. Ses oreilles dépassent toujours de chaque côtés, s'infiltrant entre les mèches tombant plus ou moins irrégulièrement sur sa tête. Il faut cependant lui concéder une certaine allure agréable de jeune gentleman vicié par la piraterie, malgré tout.


Signe(s) Particulier(s) : Ses yeux vairons, sa grosse tête. (métaphoriquement parlant...)
Taille : 1m80
Poids : 58 kg



* - STUFF


• Arme(s) utilisée(s) : Un pendule extensible en argent qu’il manipule comme il le veut (ou presque…) ! Et des petites billes explosives (fabriquées par Eva), aussi. Ce sont en fait de petites sphères de couleur noir qui explosent quand elles rencontrent un obstacle dur quelqu’il soit.
• Animal de compagnie : Un rat qui s'appelle Antinoüs.
• Objet(s) fétiche(s) : Sa fameuse pendule, qu'il a toujours accrochée à son pantalon, rangée dans sa poche droite.
• Moyen(s) de transport : Ses pieds, principalement.
• Pouvoirs : Aucun.


HJ (Hors Jeu) :

Qu'est-ce qui vous a incité à vous inscrire ? En fait, ce personnage, c'est le second du second de la ligue des supers Sentinelles. Et ouais...
Comment avez-vous connu ce forum ? J'sais pas hein.
Connaissez-vous déjà quelqu’un sur ce forum et si oui, quel est son personnage ? ...
Quel est le code ? Sushi...
Avez-vous un autre commentaire à faire ? J'ai terminé!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lawrence Bell   Jeu 16 Oct - 20:57

Bienvenuuuue ^_^.
Revenir en haut Aller en bas
Ash Ezo
*[ Membre des Sept Etoiles.
*[ Membre des Sept Etoiles.
avatar

Féminin Nombre de messages : 193
Âge : 18 ans.
Capacité spéciale : Capable de s'endormir absolument n'importe où, peut-être ?
Signe(s) particuliers(s) : Aucun.

Clan : EZO.
Serment d’allégeance : Je ne jure pas allégeance, c'est les autres qui me jurent fidélité.

Porte-monnaie : 0.

{ All About You
Profession: Pirate - Boss.
Race: Humain.
Effets Personnels:
MessageSujet: Re: Lawrence Bell   Jeu 16 Oct - 21:18

Rebienvenue, donc ! ^___^
Niarf, j'aime ta fiche. *O*
*Lawrence président ! =O*

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://scampi-chan.skyblog.com
Suria.
~ Fondateur ~
avatar

Nombre de messages : 289
Âge : Déjà bien plus de 3000 ans !
Porte-monnaie : 0.

{ All About You
Profession: Maître du Jeu.
Race: Je ne suis rien et je suis tout.
Effets Personnels:
MessageSujet: Re: Lawrence Bell   Jeu 16 Oct - 21:22

Re-bienvenue !

Tu es validé !
Occupe-toi bien de notre petit Lawrence. <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lawrence Bell   Jeu 16 Oct - 21:46

Merci merci et merci. ^^
J'ai bûché sur celle-là... Après une première version quasiment aussi longue, j'ai tout recommencé à zéro. -_________-
Mais bon, c'est bien de voir que ça vous plaît, finalement, héhéhé...
Et je prendrai soin de Lawrence, c'est promis. Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lawrence Bell   Jeu 16 Oct - 21:58

Bienvenue parmi nous, amuses-toi bien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lawrence Bell   Ven 17 Oct - 18:46

Bienvenue ^^
Ca va être marrant quand il y aura une guerre entre les pirates et les sentinelles x)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lawrence Bell   Sam 18 Oct - 5:50

Merci des bienvenues. Et Dist, c'est un détail auquel j'avais pensé... Mais c'est tout, je n'y avais que pensé, pas réfléchis. Alors en fait, j'ai rien à répondre si ce n'est que ouais, ça risque d'être marrant. ^^' Je vais me faire la guerre. Mad
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lawrence Bell   Mar 21 Oct - 0:38


    Mais... Mais... Mais... Pourquoi-euuuuuuuuuuuuuuuh ???!!! Evil or Very Mad

    Bienvenue quand même hein... Mais pourquoi Ezo ? T___T

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lawrence Bell   Mar 21 Oct - 21:22

Merci quand même et, pourquoi Ezo? Parce que Lawrence Bell, tout simplement... ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lawrence Bell   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lawrence Bell
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» di 4 mai 2009 Interview accordée par Me Bell Angelot au journal Le Porte Parole
» Katie Bell, Rogue, McGonagall et Mimie Geignarde (libre)
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Billets pour Billy Talent au Centre Bell
» Eikichi Bell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Suria :: ARCHIVES. :: Anciennes fiches-
Sauter vers: