AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Eren Abel' - (Hybride - Élu des Dieux).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Eren Abel' - (Hybride - Élu des Dieux).   Ven 11 Juil - 16:43

DJ (Dans Jeu) :

I/ Etat Civil :

Nom : Abel'.
Prénom(s) : Eren.
Surnom : /
Age : 21 ans.
Sexe : Masculin.
Sexualité : Homosexuel.
Race : Hybride.
Signe : Terre.
Lieu de Naissance : Tinkreet.
Lieu de Résidence : Anthélima.
Métier : Prostitué.
Classe Sociale : Peuple.
Clan : /


II/ Histoire :

Je suis ce qu'on appelle un hybride. Un mélange dégénéré entre deux races trop disparates pour donner un être vivant normal. Quelqu'un qui ne devrait pas se trouver là, pas exister. Et pourtant... C'est ma mère qui m'a élevé, contre toute attente, j'ai eu une enfance sans connaître mon géniteur. Un humain. Le nom suffisait à faire reculer les membres de ma "bande". Car nous étions une bande, une petite société de six elfes, et moi, qui trainions dans les ruelles sales de Tinkreet, terrés dans des appartements vides, à l'abandon. L'obscurité était le lieu de vie de ma famille improvisée depuis la Guerre des Races, ceux qui composaient le groupe étaient tous des conservateurs, refusant catégoriquement de s'intégrer à la vie majoritaire sur Suria, et de ce fait isolés. Une petite communauté fermée, adulant les Sept Déesses et appréciant la solitude, le calme tranquille de leur vie solitaire. Des gens qui n'aimaient pas être dérangés, et étaient devenus des cibles désignées pour les humains à la mauvaise réputation qui se promenaient dans les environs. On ne compte plus les persécutions, et les déménagements sauvages de la petite troupe, toujours plus haut, sur les toits. Etrangement, les elfes s'y sont faits, comme face à la fatalité, l'inéluctable, sans répliquer autrement que par la fuite pure et simple. Je me demande toujours pourquoi de si bons tireurs ne se sont jamais défendus. Peut-être que leur courage avait déjà été mis en pièces par la misère qui régnait là, l'élimination de leur race, et qu'ils s'étaient fânés, n'attendant plus que de mourir un à un.

Je suis né d'une de ces râfles des humains enivrés, de l'enlèvement de ma mère dans l'indifférence la plus générale. Elle-même ne semble pas en être troublée, ou choquée, peut-être qu'elle s'est un peu débattue au début, ballotée sur l'épaule de son ravisseur. Après elle a laissé ses longs cheveux bruns s'envoler et elle a sans doute humé l'air frais de la nuit, en pensant sereinement qu'elle était morte. Mais personne ne l'a tuée. Au matin elle s'est levée, sous l'oeil horrifié d'un homme ayant repris ses esprits, priant les divinités, et elle s'est jetée par la fenêtre sans dire mot, n'attendant aucune explication, suivant juste son instinct de fuite. Ma mère a une grande affinité avec la Déesse de son signe, l'Air, qui lui permet de faire des sauts démesurés. Doublé de l'agilité naturelle des elfes, elle s'envole littéralement quand elle se déplace. Si on l'avait quand même attrapée la veille, c'est qu'elle avait été prise par surprise, incapable de réagir. Maman a "volé" de toit en toit, le béton et les fils électriques devenant son terrain de jeu, pour finir par retrouver la troupe. Ces elfes ne se tenaient jamais loin quand l'un des leurs disparaissait, d'abord pour prier pour lui, et aussi tendre des mains secourables au cas où il en réchapperait. L'espace de quelques jours du moins, ensuite ils se volatilisaient à nouveau. Elle a été accueillie par les siens, avec dignité, et la vie n'a jamais été aussi semblable qu'auparavant. Jusqu'à ce qu'on s'aperçoive que la jeune elfe était enceinte.

J'ai causé bon nombre de débats avant même de voir le jour. Le chef autoproclamé de notre bande s'appelle Belil. Belil Awen, et il est encore plus hautain et froid qu'un elfe de bas étage. Ce n'est pas lui qui prend toutes les décisions, nous avons une forme de démocratie qui fait que chacun doit participer à la survie du clan, mais son avis est très souvent celui qu'on suivra. Comme dirait l'autre, "il en impose". Belil est quelqu'un qui n'a jamais pu accepter que quelque chose puisse naître d'un elfe et d'un humain. Dès le jour où le ventre si plat de Maman s'est mis à gonfler, il lui a lancé l'ultimatum de se débarasser de moi, faute de quoi c'est elle que l'on laisserait ici. Une décision radicale qui a vite battu de l'aile sous les protestations des autres, plus pacifiques et modérés, mais qui annonçait déjà la couleur. Et l'hostilité déclarée du chef de meute, ce qui n'est pas forcément enviable. J'ai été mis au monde sous les étoiles, par une mère aidée de ses compagnes féminines, sous le signe de la Terre. Je n'ai jamais rien demandé à la déesse, mais elle m'aime beaucoup, alors elle me fait don de ses abilités, parfois. Je lui rends son affection en m'en servant le mieux possible. Bientôt, je me rendrais compte que c'était le seul amour que je recevrais jamais.

Je passe mon temps dans les jupes de Maman. Non, ce n'est pas une image, je suis vraiment toujours accroché à ses vêtements, parce que c'est dangereux pour moi de me promener seul sans sa protection, les autres ont parfois des réactions bizarres en me voyant. Un peu comme de l'agressivité, même mes tantes ne supportent pas vraiment que je reste flâner avec elles. Elles disent que je les gêne, et c'est sûrement vrai, ma présence les indispose. Je sais pourquoi : je ne suis pas comme eux. Pourtant, je ressemble beaucoup à ma mère dans le physique, on a les mêmes cheveux foncés et vaporeux, les mêmes yeux acier, et je suis aussi fin que n'importe quel elfe. Il y a quelque chose qui ne va pas... Je suis plus pataud, moins doué qu'eux, et je me transforme vite en fardeau. Alors je ne quitterai plus les plis des habits de Maman, et elle sera mes jambes. Je n'aime pas les airs où on vit en permanence. Le sol est dangereux, m'a-t-on dit, et il ne faut jamais y rester longtemps. C'est Jillian, le plus jeune après moi, qui me l'a dit. Nous sommes sept. Maman, mes deux tantes Irine et Kurea, Belil, Jillian, Gô (un illuminé qui philosophe beaucoup et croit aux déesses plus fort que quiconque), et moi. Je suis un fauteur de troubles parce que je mange avec difficulté ce dont ils se nourrissent. C'est de la faute de mes dents, et ils me maudissent d'avoir besoin des plus gros morceaux et des plus durs. Ils doivent croire que je le fais exprès. Alors je n'ose pas les importuner plus en leur parlant de ce qu'il y a dans mon dos. Au début ça n'était pas grand chose, ma peau est devenue un peu plus visqueuse sur l'os de la colonne, mais ça semble se généraliser et descendre de plus en plus bas. En ça, je dois être différent des elfes.

En fait, je me demande pourquoi ma mère me tient encore près d'elle, et pourquoi elle se met le reste de la petite troupe à dos. Il y a longtemps ils étaient une famille, je me sens un peu coupable. J'aurais pu m'enfuir pour ne plus être égoïste, disparaître une bonne fois pour toutes, mais la fois où je l'ai fait on m'a retrouvé frigorifié, adossé à un mur quelconque. Ma mère ne me couve pas d'un regard doux ou affectueux. Elle fait juste son devoir de parent. Je le ressens comme ça. Peut-être que quand je serai assez grand, je devrai partir. Oui, c'est sûrement ça. On m'accepte comme on accepterait un étranger, un invité, avec réticence, et le jour venu, où ils considèreront qu'ils ont assez oeuvré pour quelqu'un comme moi, je devrai partir. Pourrai partir. A partir de là, quelle importance que j'aille sur la terre ou sur les toits, il n'y a personne qui m'y attende dans les deux cas. Quand j'ai pensé ça, je ne savais pas encore ce qui se passerait. Qui pourrait prévoir... J'ai 15 ans, le visage de ma mère, et je me tiens toujours à une distance raisonnable d'elle, même si je sais répondre aux quolibets et aux petites moues des autres. Je ne sais plus trop lequel de nous est le plus hostile, entre les adultes vulnérables voyant d'un mauvais oeil une créature anormale, et l'adolescent montrant les dents à la moindre contrariété, un peu comme le ferait un chien. J'aime m'éloigner du groupe, mais je suis toujours obligé de rentrer, ramené par Jillian, parce qu'ils en profiteraient pour m'abandonner sur place, et moi j'ai encore besoin qu'ils me donnent à manger. Juste un peu. Quelques temps. Je sens qu'il y a quelque chose, autre part. Je veux dire, des villes. Il ne peut pas y avoir que cet unique taudis que je ne peux plus supporter sur la surface de Suria... J'aime bien jouer avec les plantes. Les petites fleurs bleues qui poussent dans un coin de terre oublié, entre des dallages. C'est une matérialisation de ma déesse, de mon signe, bien loin de tout ce que peut débiter Gô dans sa croyance aveugle, et je les aime, et elles m'aiment. En parlant de Gô... C'est sans doute grâce à lui tout ça. Grâce à son irruption subite sur le toit, qui m'a tant fait peur, et à ses yeux écarquillés qui regardaient la chlorophylle comme attirée par mes doigts, et à ses cris entre peur et colère. "Cette chose est un démon, cette chose est un démon" ! Après ça, je ne pouvais plus décemment rentrer. Pauvre vieillard...

J'ai toujours 15 ans, et je suis resté dans notre bidonville, mais seul. J'ai oublié comment on faisait pour voler. Mais le sol est plus agréable, même s'il est sale quand on n'a pas de chaussures. Je m'enfonce dans les coins sombres. Les recoins de murs, les lieux déserts, et j'observe, beaucoup. Les autres, ceux qu'on ne devait pas approcher, les humains. Parce que j'ai un peu faim, et je n'arrive pas à me résoudre à manger les petites plantes que j'affectionne tant. Oui, je fais les poubelles. C'est pas glorieux. Les humains qui viennent à Tinkreet sont surtout de sexe masculin, mais j'ai parfois vu des femmes très élégantes, en contraste total avec l'environnement. Haaaa... Je crève la dalle. Alors je me nourris de leurs paroles, m'abreuve de ce que j'entends, du Conseil, d'Anthélima, des déesses comme des pirates. Mon esprit est plein de très belles histoires, et ça m'aide à imaginer que mon ventre est plein. Je me dis souvent qu'ils ne sont pas pires que les elfes. En fait, tous se valent. Les premiers sont juste frustrés d'avoir perdu leur guerre, je préfère encore me ranger du côté de la majorité, moi. Ca, c'est une admiration qui n'est pas restée longtemps. Parce qu'à la question de ce qu'ils pouvaient bien penser des fruits de l'union d'un des leurs avec un elfe, j'ai eu une réponse tout à fait parlante. Mes mains fouillaient, je plongeais mes doigts dans les sacs plastiques pour les percer et tâtonner dans le noir une matière un peu moins répugnante que de la pois ou des sauces. Baaah, des bouts de poisson. L'odeur est toujours aussi ragoûtante, j'aimerais vite filer d'ici, les humains à l'intérieur de la maison ne vont pas tarder à sortir un énième sac poubelle, parce que le repas est fini. J'entends les pas de l'adulte qui ramène son corps par ici, des pas lourds, parce qu'il a des talonettes, et je ne peux pas m'empêcher de baisser mes yeux un peu brillants dessus. Passe ma langue sur mes lèvres. Relève les yeux sur un visage visiblement apeuré qui me regarde. Après il y a des jurons, des cris, et il s'en va en courant, lui aussi persuadé d'avoir affaire à une quelconque entité démoniaque. J'ai envie de dire : "Au moins, il a laissé le sac poubelle". Il y a des trucs un peu chauds dedans, pas encore mangés par les mouches. Je monte un peu sur les toits, assez pour être tranquille et déguster. Les gens jettent des trucs hallucinants des fois. Non, en fait, ce qui me taraude un peu plus, c'est que je viens d'avoir la preuve que même les humains ne veulent pas de moi. Est-ce que ça vaut bien la peine de rester là à manger des restes alors ? Je pose les yeux sur "en bas", une rue que je surplombe de cinq mètres. Mouais, non, c'est haut quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Eren Abel' - (Hybride - Élu des Dieux).   Ven 11 Juil - 16:44

Le lendemain, mon estomac me crie que la viande avariée c'est mal, et je saute sur le premier gars qui passe pour lui demander ses chaussures. Il est un peu réticent alors son sol adoré tremble sous lui, et se dérobe sous ses pieds, à un tel point qu'il tombe par terre et qu'il ne me reste plus qu'à tirer un peu sur ses pieds. Après, je m'en fous un peu de ce qu'il peut bien lui arriver, à cet homme. Je marche et c'est un exercice difficile pour moi, en plus de me rendre compte que je suis sale et que je dois faire peur à voir.

Anthélima, la capitale de Suria. Il y a beaucoup de gens là-bas, beaucoup plus que là où je suis né. Les humains qui y vivent ne fuient pas quand ils me voient, ils changent juste de trottoir et leurs regards en disent long. C'est mieux. C'est assez étonnant que ma réputation me précède, je ne pensais pas qu'ils pouvaient s'attendre à voir quelqu'un de difforme comme moi. Les belles rues dans lesquelles j'évolue sont claires, trop claires pour mes yeux qui ont été habitués à voir tant de noir. Le matin, je vais au marché, deux-trois étalages couverts, coincés entre les maisons et le centre commercial pour les amateurs d'authentisme. Parce que c'est là qu'il est le plus emprunté, et où je peux aisément attraper tout ce que je peux pour le mettre sous mon pull. Je ne me suis pas encore fait prendre, mais j'aime la sensation d'adrénaline que procure le vol, et la fuite dans les rues avec son précieux butin. Enfin, ça ne saura tarder. Et ce jour-là, je sais ce qui va arriver. Je me revois encore dans les ruelles un peu sales qui me rappelaient ce que j'aurais pu ironiquement appeler "chez moi". Le jour où on m'a attrapé la main pour m'hurler dessus, puis laissé partir sans avertir la police, je n'ai plus osé revenir. J'ai été là où mes pieds me portaient, en rêvant bêtement d'un bain. Après je ne sais plus trop, tous ceux de ce quartier me ressemblaient. Pleins d'Eren décharnés aux yeux clairs, arpentant du regard les murs.

J'ai 16 ans. L'homme qui me manipule a l'air fasciné par quelque chose. Je n'ose pas ouvrir la bouche, parce qu'il verrait ma mâchoire, et me contente de le regarder de l'air le plus farouche que je peux. La preuve que ça ne doit pas être très convaincant, vu que je me suis déjà laissé attraper dans ce bout de rue. Après il dit que je suis beau, et ça me fait plaisir, il regarde mes dents sans rien dire et ses paroles deviennent des plus caressantes. On me dit que j'aurai à manger si je le suis. Que je pourrai me laver si je le suis. Que j'aurai de beaux vêtements. Et que je ne serais jamais plus choyé ailleurs. Alors que voulez-vous que je dise, bien sûr que je me laisse entraîner. La sensation de l'eau sur sa peau, quand on n'a jamais pris de bain, juste des toilettes rapides avec le liquide qu'on trouve, la gorge sèche qui a du mal à avaler ce qu'on lui donne. Combien j'ai pu manger, me laver, me mettre de parfum et coiffer mes cheveux ? A longueur de temps, je dirais. Après venait la petite affaire délicate de mon protecteur. Un mois après. Je l'ai écouté en mangeant un fruit dont le jus me coulait entre les doigts, d'un oeil qui avait retrouvé son aplomb acéré, écouté dire que tout ça ne serait pas sans retour et qu'il avait besoin de moi.

Il m'a expliqué.

J'ai demandé si j'aurais encore des kimonos et à manger, et il a dit que j'aurais tout ce que je voudrais.

Alors, j'ai dit oui.

Une première fois, une deuxième, une quatrième. Dizième. Trente-deuxième. La capote est devenue ma plus fidèle amie. Au fur et à mesure, Dienthal, l'honnête proxénète qui a repéré une telle beauté dans les rues des mauvais quartiers d'Anthélima, m'a autorisé à ne plus prendre que les hommes. Je n'aime pas les femmes, elles me rappellent toutes Maman, et il faut être assez malade pour vouloir baiser sa mère. Je sers à quelque chose, je suis utile, je crois. Les types qui viennent assouvir leurs pulsions sur moi ne font pas attention à mon physique atypique, parce que je ne suis qu'un rêve d'une nuit, quelque chose qu'ils ne reverront jamais, et c'est pareil pour tous les jeunes puceaux qui viendront un jour me voir. Il y a quelques marginaux dans les prostitués qui m'aiment bien. Comme si en m'approchant ils pouvaient se vanter de leur bonté de bien vouloir d'un hybride comme moi. Je crois que les clients m'aiment bien aussi, Dienthal me paye de plus en plus de belles choses, que je laisse choir par terre dès que ma nuit est finie mais qui rendent jaloux mes compagnons. Là où il est un peu moins satisfait de moi, c'est quand je glisse entre les doigts de ses hommes de main pour me volatiliser, l'espace de quelques heures, parfois jours. Juste goûter au glissement sifflant des roues de mes AT's sur le sol, celles qui me font slalomer entre des passants indignés et grimper sur des murs, pour m'allonger sur les toits que je hais tant, et regarder le ciel.


III/ Personnalité :

Caractère général : Eren est à ranger dans les gens aux capacités d'adaptation étonnantes. Non, il n'est pas lunatique, même si ses étranges "sautes d'humeur" et de comportement le laisseraient croire. Il y a d'abord l'attitude qui ne lui ressemble pas, celle du prostitué qui doit raccoler. Un regard plus que froid, presque hautain, et la même fierté très raide dans tout le corps. Une allure digne, un peu désintéressée de son client, comme s'il considérait tous ceux qui osent l'approcher comme des inférieurs. Et derrière, son air de princesse kidnappée, la politesse, les exquises paroles et les bons mots cultivés, appris par coeur et dits un peu maladroitement. C'est la tenue qu'on lui a appris à avoir depuis qu'il est à la maison de passe. Un joli masque qui l'éloigne de la triste réalité... Par cette technique, Eren a le sentiment de jouer un rôle, et se sent donc un peu mieux que si ça avait été le vrai "Lui" mis en cause.

Car bien sûr, l'hybride n'est pas fier de son métier. Qui le serait ? Imaginez qu'on vous demande "ce que vous faites dans la vie" et que vous deviez répondre quelque chose comme : "Heu... Péripathéticien ?". Avec le brun, c'est facile, il ne parlera jamais de sa superbe carrière professionnelle à quiconque qu'il croiserait dans un autre cadre que son boulot. Mais, me demanderez-vous, comment peut-il "croiser quelqu'un dans un autre cadre que son boulot ?". C'est simple, il suffit d'avoir le caractère réel d'Eren. Donc une personne qui a son orgueil, et même tendance à se sentir chez lui... partout, au point de donner des ordres à quiconque s'approcherait trop près. Cette autorité naturelle, si elle n'est pas respectée à la lettre par les autres, il l'imposera. Au point de s'accorder lui-même des sorties en ville, grâce à son insolence et, il faut le dire, ses AT's. Pour ça, il suffit de quitter les petites troupes qui vont au dortoir, une rue plus loin, et de s'évanouir en silence dans la nuit, pour revenir des jours plus tard. Il a du mal à craindre quelque chose, et si c'est le cas ce sont des choses idiotes, insignifiantes pour quelqu'un de normal... Comme ce que "les autres" vont penser de moi, se retrouver seul dans une rue en face d'un plus grand nombre d'humains, des sortes de séquelles de son enfance, toujours actives. Avant même de se faire insulter pour son statut d'hybride, il s'isole de lui-même. D'abord pour éviter les insultes en question, mais aussi parce que le fossé qu'il creuse entre lui et les humains est... long de cent kilomètres. A la limite de la paranoïa. Le moindre iris qu'il verra posé sur lui, ce sera celui d'un type qu'il dégoûte de sa simple vue, si on essaye de s'approcher de lui, c'est certainement car on veut le frapper. Méfiant, et un peu solitaire... Le jeune homme vit donc dans son propre monde, forgé par et pour les "gens comme lui", et il garde une hostilité respectueuse envers la race humaine. De quoi adresser la parole à des commerçants s'il a l'argent pour leur acheter quelque chose.

Il vit ses pouvoirs comme un bouclier, une protection contre tout ce qui est hostile, et n'a même pas idée de les utiliser autrement qu'en cas de légitime défense - pour le moment. Inutile d'ajouter que la déesse de la Terre est de loin sa préférée, mais il a perdu l'habitude de la religion pure et dure comme ça a pu être le cas auparavant. C'est donc à présent une relation un peu profane qu'il entretient avec la source de ses dons, il n'ira jamais au temple, se contentant de lui vouer de la sympathie et de se sentir naturellement aimé par elle. De quoi choquer les plus croyants des Suriens.
Généralement, il apprécie les recoins d'un bar branché où il pourra se terrer en silence sans qu'on le dérange, juste pour observer les corps se mouvoir, ou le haut des bâtiments, les toits en pente, là où on n'aurait pas l'idée de le chercher. Tout lui est accessible avec les technologies actuelles, et il en profite. Rester des après-midis à lorgner sur les divers vaisseaux qui sillonnent le ciel... Les pirates, bien sûr. Ceux-là, pour Eren, ils ont peut-être la classe, mais ce n'est pas pour lui, avoir les pieds au-dessus du sol trop longtemps. Peut-être que son signe en témoigne, en tout cas il n'est qu'une stupide autruche, faite pour avoir des ailes inutiles. Et être une citadine dévouée.

Il n'est pas dit qu'Eren est issu d'une classe sociale très riche, voire même qu'en fait, il a plutôt peu d'argent, très peu. Assez pour être considéré du bas peuple, déambuler dans les foules sur les chemins maintenant un peu poussiéreux des mauvais quartiers, et avoir un langage de charretier. Ha ça, quand il s'exprime... Argot, mots raccourcis, surnoms, tout passe par ses lèvres, ternissant un peu l'idée du beau garçon androgyne qu'on se fait. Il est relativement espiègle dans son genre, et a tendance à dire le premier truc qui lui passe par la tête quand il est passé en mode "normal". A déduire qu'il parle fort, mal, de manière empressée et qu'on sait maintenant pourquoi ses cheveux ne tiennent pas en place.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Eren Abel' - (Hybride - Élu des Dieux).   Ven 11 Juil - 16:46

Qualités : Assez flexible, il s'adapte à toutes les situations qu'il pourrait rencontrer, dévoilant ses multiples facettes selon la personne. Pas bête pour un sou, mais il manque de culture et cherche souvent ses mots. On peut aussi dire d'Eren que c'est quelqu'un d'énergique, sans savoir si c'est une qualité ou pas. Il sera toujours partant pour certains coups, les bons... comme les mauvais.

Défauts : Trop grande paranoïa, presque une phobie des humains qui le pousse à les éviter et à se sentir perpétuellement agressé. Orgueilleux au point d'imposer ses propres règles à ses supérieurs sans se soucier de ce qu'ils pourront en penser. Un peu taciturne selon le moment... Et impulsif. Ce qui le fait regretter d'être lui, parfois.

Goûts : Ses goûts ?... D'accord, mais c'est vaste, des goûts. Vestimentaires, vous dites ? Il fait toujours très simple, n'ira pas chercher à être élégant à chaque fois qu'il sort. Des hauts unis, des pantalons en jean, on ne peut pas dire qu'il ait un style à proprement parler. Goûts alimentaires, maintenant... Il peut tout manger. Tout, c'est-à-dire que son régime alimentaire n'a pas l'occasion d'être très varié alors chaque nouveauté est acceptée de bon coeur, et même mangée voracement. On peut penser qu'il a un attrait plus particulier pour la viande, d'abord parce qu'elle est plus facile à manger pour lui que les petits grains de riz ou les végétaux en général. Goûts... En matière d'hommes ? Car on le sait, il préfère les hommes. Là, je peux juste dire que les fillettes, très peu pour lui. L'image du mâle fort et dominant, aussi. De toute façon il n'a pas le droit de s'attacher, alors... Hormis ces petites précisions, l'hybride aime les espaces vides, un peu ombragés, goûte avec plaisir à des moments de solitude donnée, et ses yeux si inexpressifs regardent beaucoup le ciel. La pluie qui te goutte doucement sur le visage, coule dans tes cheveux, c'est pas mal aussi, non ?

IV/ Physique :

Physique Général : En général... C'est-à-dire quand on l'observe de la tête aux pieds, d'assez loin ? En premier lieu, on verrait une silhouette haute, altière, à la démarche aussi assurée que si Eren avait été un capitaine, et Suria, son bien aimé navire. Il se tiendra toujours droit, même assis, même immobile au beau milieu d'une rue, le menton légèrement relevé, posant bien un pied devant l'autre sur une ligne droite, un peu comme le ferait un funambule à qui la moindre erreur dans les pas serait fatale. Ses membres sont élancés, assez pour le tenir à une taille honorable, et fins au niveau des articulations comme le poignet ou les chevilles. Son cou assez long et mince renforce l'impression paradoxale qu'on a en voyant la fragilité apparente du corps, mais la confiance de son propriétaire. Ne sortant pas souvent des quartiers mal famés entourant la maison de passe, il est rare de le voir autrement que vêtu comme un aguicheur. Sa préférence va vers les kimonos, assez ouverts pour dévoiler un torse ou une jambe jusqu'à la cuisse, les mêmes kimonos ou vêtements amples qui tombent d'une épaule au moindre mouvement, et qu'il faut remettre en place à longueur de temps. Son proxénète attitré joue beaucoup de la chevelure de l'hybride : rien ne serait plus beau qu'une nuque dégagée où flottent encore quelques mèches basses, alors on fait mine d'attacher ses cheveux avec les accessoires les plus ouvragés qu'on puisse trouver. Il ne sera pas rare de trouver des traces de ruban, de bois peint ou même de perles entre les mèches du prostitué. Ca, c'est l'image d'Eren qu'il vend, adaptée à un bon nombre de fantasmes. Quand sa journée de "travail" est terminée et qu'il retrouve son dortoir sombre, il n'a d'autre choix que de quitter ses vêtements de princesse, et d'adopter le jean troué et le sweet. En citoyen ordinaire, il apparaît alors beaucoup moins impressionnant.

Eren a un visage androgyne. Le lecteur doit entendre par cela qu'on a du mal à déterminer son sexe à première vue. Ses traits ont quelque chose de la dureté d'un homme, mais des caractéristiques plus douces se cachent derrière, un soupçon de féminité pour certains. On aura du mal à trouver peau plus pâle que celle d'Eren, et cette particularité ne fait qu'accroître son physique pour le moins... étrange. Il n'a pas de rondeurs, pas de formes, juste des lignes froides et lisses qui s'entremêlent pour donner un corps standard, celui imposé par les top model et les canons qu'on peut voir à la télévision. Ses lèvres ne sont pas exceptionnellement boudeuses, même plutôt fines au contraire, et ses yeux... Parlons-en, des yeux. Gris perle, longs cils, et jamais trop ouverts, comme s'il n'aimait pas recevoir le soleil dans sa rétine. Ils dispensent un regard vu comme neutre, voire un peu sec, et il est assez rare de les voir trahir des sentiments. Même si tout son visage se déformait à forces de larme, ses yeux resteraient les mêmes, étrangers au reste du faciès, comme posés là par erreur. Les cheveux qu'on affectionne tant sont noirs, un noir sans reflets, presqu'irréel. Fins et longs, ils lui arrivent jusqu'à la taille une fois détachés, et ne fonctionnent pas comme une masse, mais un ensemble de mèches toujours éparpillées un peu partout, notamment sur les épaules de leur propriétaire. Presque impossibles à coiffer donc. Du moins il n'essaye pas. Etait-ce l'idée que vous vous faisiez d'une description générale ?...


Signe(s) Particulier(s) : Oh, nous allons pouvoir aborder un point important du physique d'Eren. Nous savons que les enfants issus d'un elfe et d'un humain ont toujours eu des caractéristiques détonnantes, en partie responsables du fait qu'ils soient aussitôt reconnus et, par la même occasion, rejetés. Notre androgyne peut se pamer de pouvoir être... discret, dans ce domaine-là. Tant qu'il n'ouvre pas la bouche. Mais que se trouve-t-il donc dans une bouche ? De la muqueuse, une langue, des gencives... Oui, vous y êtes, des dents. Et pas n'importe quelles dents. Non non, rien à voir avec les petites incisives, molaires et autres canines. Celles d'Eren s'apparenteraient plutôt à... un requin. Oui, vous savez. Des grosses dents. Mais pointues surtout. Oh, bien blanches, là n'est pas le problème. Juste que vous n'avez pas intérêt à vous mordre la langue. Au moins, il a le sourire le plus carnassier qu'il a été donné de voir à Suria depuis des lustres... Et ça lui vaut à la fois la méfiance et le regard critique des autres.
Plus discrètement, car il faut quand même le déshabiller pour s'en apercevoir, à certains endroits sa peau laisse place à des écailles, lisses et grises. Le long de sa colonne vertébrale en fait, seule la nuque semble avoir été épargnée, pour pouvoir être exposée aux regards appréciateurs des clients. Bien évidemment, on ne sait ni pourquoi elles sont là, ni pourquoi il a une dentition si particulière. Il le vit assez mal, mais pas par rapport à lui, en effet il s'assume et ne peut pas empêcher d'envoyer un sourire "ravageur" aux emmerdeurs, juste que le regard des autres est parfois trop... trop.

Taille : 1m75.
Poids : 65 kilos.

V - STUFF

Equipement : Une unique paire d'AT's pour se déplacer, car il a du mal à supporter les regards qui se posent sur lui quand il prend les transports en commun.
Pouvoirs : On le sait, les hybrides naturels sont très souvent des Elus des Dieux, et on sait aussi, magie magie, qu'Eren est né sous le signe de la Terre. Par déduction, on peut donc affirmer que son pouvoir est lié à cet élément. Et même en être complètement sûr quand on voit avec quelle facilité il se lie d'amitié avec les plantes. Par "se lier d'amitié", on entend bien sûr plus qu'un simple arrosage et quelques gouttes de soleil, oui, Eren donne vie aux plantes. Un petit effleurement de la paume et pouf, elles oscillent doucement de la tête et suivent ses doigts, écoutent ce qu'il peut bien dire, obéissent aux ordres les plus simples (dans la mesure du possible d'une plante, bien sûr, mais ça se transforme vite en cauchemar quand on sait que le don de l'hybride fait que les tiges s'allongent sous ses mains). Evidemment, c'est un pouvoir très utile et assez redoutable... quand il y a des plantes dans le lieu où il se trouve.
Si ce n'est malheureusement pas le cas, il a un pouvoir "de secours", qu'il utilise toujours en deuxième position et en cas d'extrême urgence : la capacité d'avoir recours à de violentes secousses sismiques, l'espace d'un instant, dans un lieu localisé. C'est un don épuisant, qui brûle une partie de son énergie durant son utilisation.


HJ (Hors Jeu) :

• Qu'est-ce qui vous a incité à vous inscrire ? En premier lieu le design, les pirates (en plus je suis en plein trip en ce moment sur FF12 alors les pirates du ciel vous comprenez)... Et le forum en général, bien fourni niveau contexte et explications pour les nouveaux ^^. C'est vraiment très sympa, j'espère qu'il marchera.

• Comment avez-vous connu ce forum ? Par un top site mais je ne me souviens pas duquel @_@.

• Connaissez-vous déjà quelqu’un sur ce forum et si oui, quel est son personnage ? Pas à ma connaissance.

• Quel est le code ? Heuuuuu... Laissez-moi réfléchir... [code validé]

• Avez-vous un autre commentaire à faire ? Heuuuuuu... J'espère que c'est bon pour la race et la particularité physique d'Eren, que ce n'est pas trop "tiré par les cheveux" u_u... Tout comme pour son pouvoir, bien sûr. Enfin l'admin me dira tout ça, et je changerai si besoin est @__@. *croise les doigts pour que sa fiche soit à la hauteur T^T* J'espère n'avoir pas visé trop haut en décidant d'incarner un Elu des Dieux, si ce n'est pas de mon niveau je comprendrai u_u. En tout cas, je trouvais que c'était très intéressant comme personnage, plein de particularités... Au départ j'aurais aimé faire un pirate, mais comme il y en a déjà, mieux vaut diversifier la faune ^^.
Revenir en haut Aller en bas
Suria.
~ Fondateur ~
avatar

Nombre de messages : 289
Âge : Déjà bien plus de 3000 ans !
Porte-monnaie : 0.

{ All About You
Profession: Maître du Jeu.
Race: Je ne suis rien et je suis tout.
Effets Personnels:
MessageSujet: Re: Eren Abel' - (Hybride - Élu des Dieux).   Ven 11 Juil - 17:29

Bienvenue à Suria ! =D

Et bien, c'est une superbe fiche que nous avons là ! ^___^
*happy, happy*
Tu es validé et n'y a aucun problème pour tes pouvoirs, tes particularités physiques ni pour le fait que tu incarnes un Elu des Dieux.

Bon jeu sur Suria donc ! =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eren Abel' - (Hybride - Élu des Dieux).   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eren Abel' - (Hybride - Élu des Dieux).
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [EVENT] Omnia, la fête de tous les dieux
» Nos chers auteurs...(Abel/Lola)
» Groupe #4 : Les dieux sont-ils avec ou contre nous ?
» Bob marley c'est dieux
» Caïn Abel, 1er Vampire ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Suria :: ARCHIVES. :: Anciennes fiches-
Sauter vers: