AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nazrÿne Helh (Prêtresse)

Aller en bas 
AuteurMessage
Nazrÿne Helh
*[ Habitant de Suria ]*

avatar

Nombre de messages : 66
Âge : 22 ans.
Capacité spéciale : Capable de générer des Kekkaï, de charger l'air d'électricité statique & d'électrocuter légèrement ceux qui la touche (sous certaines conditions).
Signe(s) particuliers(s) : Vous la reconnaîtrez à ses vêtements de prêtresse.

Serment d’allégeance : Sept Déesses. <3


Porte-monnaie : 92 myrs.

{ All About You
Profession: Prêtresse - Suivante.
Race: Humaine.
Effets Personnels:

MessageSujet: Nazrÿne Helh (Prêtresse)   Dim 2 Aoû - 17:20

DJ (Dans Jeu) :

*/ Etat Civil :

    Nom : Helh.
    Prénom(s) : Nazrÿne ; qui se prononce « Nas-rine ». C’est le prénom elfique que sa grand-mère maternelle portait.
    Surnom : Généralement, les gens n’osent pas s’aventurer à lui donner des surnoms...
    Âge : 22 ans.
    Sexe : Féminin.
    Sexualité : ... Elle considère ce genre d’informations comme confidentielles.
    Race : Humaine.
    Signe : Foudre.
    Lieu de Naissance : Kelatolie.
    Lieu de Résidence : Temple d’Anthélima.
    Métier : Prêtresse – Suivante.
    Classe Sociale : Prêtresse.
    Clan :
    Elu des Dieux ? Oui [ ] Non [x]
    Partisan(e) ? Oui [ ] Non [x]


*/ Personnalité :

• Caractère général :

En réalité, la personnalité de Nazrÿne est assez simple. En gros, elle se structure en trois grands traits de caractère ; le premier étant son côté calme. En effet, la jeune femme n’est pas du tout quelqu’un d’agité ni de remuant. Quoiqu’elle fasse, elle le fait toujours à son rythme, tranquillement, sans jamais vraiment se presser ; à moins que l’urgence d’une situation ne la pousse à se remuer un peu plus qu’elle ne le fait habituellement, bien évidemment. De même, toujours dans cette optique, on peut dire sans mentir que Nazrÿne n’est pas du tout quelqu’un d’impulsif : prudente et intelligente, c’est une personne remarquablement réfléchie et organisée. Elle est structurée et efficace, procédant toujours par étapes, avec méthode quand elle doit accomplir quelque chose. Elle est également de bons conseils et son jugement est généralement avisé, car la jeune femme possède un esprit de synthèse et d’analyse assez impressionnant. En outre, étant de nature détachée et impartiale, Nazrÿne est capable de prendre des décisions aussi justes que sensées. Vous l’aurez donc compris, pour ce qui est de réfléchir et d’utiliser sa tête, on peut compter sur elle ! Habituellement paisible et terre-à-terre, la jeune femme n’est pas non plus du genre à se mettre rapidement en colère ; néanmoins, si elle s’énerve rarement, Nazrÿne est très vite agacée : une personne désagréable, un bruit un peu trop persistant, une erreur de sa part, une légère contrariété, etc. ... et la voilà tout de suite frustrée ! Elle boude facilement et ronchonne vite, mais peut paradoxalement faire preuve d’une patience à toutes épreuves. Enfin, pour terminer, nous dirons simplement que Nazrÿne est une personne pleine de distinctions, digne, respectueuse, humble, polie, et qu’elle possède les manières d’une princesse et le savoir-vivre d’un roi.

Le second trait de caractère qui la caractérise le plus est sa douceur naturelle. En effet, même si elle peut parfois paraître dure, voire même un peu aigrie sur les bords, Nazrÿne est quelqu’un de profondément bon. Elle est gentille et généreuse, ne rechignant jamais à rendre service ou à aider son prochain. Si elle ne fait pas vite confiance aux gens, on peut croire en elle et compter sur son aide. De même, c’est quelqu’un de complètement désintéressé et de bienveillant. Elle aime beaucoup les enfants et ceux-ci lui rendent bien : contrairement aux adultes, ces derniers voient immédiatement la gentillesse derrière ses airs hautains et son masque de froideur. Nazrÿne est également quelqu’un de simple, elle se satisfait de finalement très peu et ne demande pas grand-chose ; elle est facile à vivre et agréable, quand on fait l’effort de s’intéresser à elle et d’apprendre à la connaître réellement.

Et enfin, le dernier très de caractère qui exprime le mieux la personnalité de Nazrÿne est sa froideur. En effet, la jeune femme est quelqu’un de très renfermé, avec un visage toujours désespérément inexpressif, ce qui a souvent tendance à mettre les gens mal à l’aise dans son entourage. Elle est en réalité très timide, et malheureusement pour elle, Nazrÿne ne peut exprimer cette timidité maladive que sous un visage de glace, aussi sévère qu’impassible. De même, étant régulièrement contrariée, la jeune femme a tendance à froncer les sourcils et à pincer les lèvres d’agacement, ce qui a pour conséquence d’assombrir encore son visage pourtant des plus agréables. Cette apparence fermée, presque hautaine, lui cause énormément de problèmes, car elle a pour conséquence d’éloigner les gens, rendant ainsi les relations avec autrui difficiles : en effet, effrayés par son apparence austère, les gens préfèrent souvent l’éviter, ou du moins, ne cherche pas à engager la conversation, à créer un contact avec la jeune femme. Ils restent souvent méfiants, hésitant à lui faire confiance et n’osant pas se confier à elle ; ce qui est somme toute déplorable étant donné les conseils avisés que notre prêtresse est capable de prodiguer !


Qualités : Calme, posée, réfléchie, simple, facile à vivre, efficace, appliquée, désintéressée, gentille, généreuse, douce, intelligente, polie, cultivée.
Défauts : Un peu coincée, froide, sévère, autoritaire, inexpressive, impassible, renfermée, parfois un peu hautaine, trop sérieuse.
Goûts : Nazrÿne aime... le silence. Ou plutôt, la tranquillité. Elle aime par exemple se lever tôt et se promener toute seule dans le temple, respirant l’air épuré du matin et écoutant le chant cristallin des oiseaux. Elle aime passer des heurs à lire ou à jouer de son biwa, tranquillement installée près de la fenêtre de sa chambre. Elle aime le soleil et les journées chaudes de printemps, l’eau, les arts, la littérature... Côté nourriture, notre prêtresse n’est pas non plus très difficile : elle mange de tout, même s’il est vrai qu’elle n’apprécie pas particulièrement les viandes ou les plats trop gras. Elle aime par contre énormément les légumes et les plats cuisinés à la vapeur. Elle n’aime pas particulièrement les animaux, mais ne les déteste pas et ne rechigne jamais à la tâche ; peu importe celle-ci d’ailleurs. D’une manière générale, Nazrÿne n’est pas difficile, même s’il est vrai qu’elle ne peut pas supporter les gens égoïstes et les commères.

*/ Physique :

• Physique Général :

Nazrÿne est... une jolie fille. Oui, on peut dire ça. Elle possède un peu un « visage de poupée », avec sa peau blanche et délicate, ses traits doux et aristocratiques, mais quoiqu’on en dise et peu importe comment on le voit, cela reste joli, doux... Un petit nez aquilin, une bouche aux lèvres roses et bien dessinées, deux jolis yeux vert clair surmontés de sourcils fins et sans courbe... Nazrÿne a la chance de posséder un joli visage où le maquillage n’est qu’accessoire, servant uniquement à rehausser la beauté froide de ses traits, tout en camouflant les petits défauts. Elle ne se maquille d’ailleurs pas énormément, effectuant les geste quotidiens plus par habitude que par nécessité : un peu de poudre pour égaliser le teint, un soupçon de rouge à lèvre lors des grandes occasions... La seule chose qu’elle aime à barbouiller, ce sont ses yeux. Très jeune, elle a pris l’habitude de souligner leur couleur si particulière de gros traits de khôl, recourbant les cils à la brosse, tout en assombrissant ses paupières d’un far tantôt rose clair, tantôt vert, jaune pâle ou même bleu ciel. Cependant, cette petite plus sophistiquée reste légère et harmonieuse, conservant ainsi l’impression de simplicité qui se dégage habituellement de la prêtresse.

Les cheveux de la jeune femme, tout comme ses jolis yeux clairs, constituent une des pièces maîtresses de son charme. Longs et très fins, ils sont comme une cascade d’encre sur ses épaules clairs, brillant sous les rayons des astres suriens. Ils semblent doux au toucher et leur profonde couleur noire, sans aucune once de nuance, fascine. Très disciplinés, tout comme la chevelure nuit de sa mère, vous n’y verrez jamais le moindre frisottis ; même sous la pluie. Ils restent toujours impeccablement raides et ne s’emmêlent pas facilement, ce qui constitue un avantage non négligeable quand on considère leur longueur. Cela fait trois mois que Nazrÿne les a fait recouper, se décidant finalement pour une touche de fantaisie : une frange, tout simple, qui encadre joliment son long visage. Généralement, la jeune femme les garde détachés – elle est de toute façon complètement nulle quand il s’agit de coiffer, maniant la brosse et le peigne comme le ferait avec un tournevis ! Il lui arrive cependant de glisser négligemment une pince à l’arrière ; mais c’est surtout pendant l’été, quand la chaleur devient trop forte et que ses cheveux deviennent difficiles à supporter. Nazrÿne déteste avoir les cheveux dans les yeux, mais heureusement, comme sa chevelure reste relativement disciplinée peu importe les tâches qu’elle accomplit, elle n’est pas souvent gênée par leur longueur.

La silhouette de Nazrÿne est très fine et plutôt courte sur pattes : en effet, la jeune femme n’est pas très grande. Elle est fort frêle (et ne possède d’ailleurs pas énormément de poitrine), chose qui normalement pourrait lui donner des airs fragiles, voire même vulnérables... Mais il n’en est rien. En effet, malgré le peu de muscles qui la caractérise, notre jolie prêtresse a plutôt tendance à impressionner les gens plutôt qu’à susciter leur sollicitude. La tête haute et le dos extrêmement droit, elle peut parfois même paraître un peu hautaine aux yeux des gens qui la connaissent encore mal. De même, son air assuré, sa façon très calme et posée de se comporter, son air sévère – parfois même un peu dur – ainsi que son visage impassible et maladivement inexpressif sont autant de raisons qui tiennent généralement les gens à distance. C’est bien simple : Nazrÿne fait peur, et surtout aux prêtresses les plus jeunes, alors qu’elle n’est en réalité pas bien méchante, juste un peu... coincée. En bref, oui, c’est une très jolie femme, mais elle le serait encore beaucoup plus si un sourire venait éclairer de temps en temps le marbre brut de son visage.


Signe(s) Particulier(s) : Son expression faciale est presque toujours sévère ; c’est un détail assez important, car cela effraye souvent les nouvelles aspirales et les plus jeunes prêtresses du temple, tout en donnant à Nazrÿne.
Taille : 1m67, aux dernières nouvelles.
Poids : Elle ne sait pas exactement, pour tout vous dire.


* - STUFF

• Arme(s) utilisée(s) : Une prêtresse ne peut en aucun cas user de la violence sur autrui, les armes sont donc des choses qui n’ont pas leur place entre ses mains. Néanmoins, en cas de danger, Nazrÿne est – comme toutes les prêtresses de son niveau – capable de générer une barrière protectrice appelée « Kekkaï ».
• Animal de compagnie : Elle n’en a pas.
• Objet(s) fétiche(s) : Généralement, Nazrÿne évite de s’attacher aux objets, mais si elle devait absolument choisir cela serait des livres ou encore son biwa, son instrument de musique fétiche.
• Moyen(s) de transport : Elle utilise uniquement ses pieds.
• Pouvoirs : Comme toutes prêtresses qui se respectent, Nazrÿne est capable de générer un Kekkaï. Les siens ont la particularité d’être très résistants et la jeune femme est capable de les maintenir longtemps, son record étant de trois heures. Par contre, elle ne peut pas projeter sa barrière magique très loin ; le cube que forme son Kekkaï est donc assez étroit. Par ailleurs, quand elle est en colère, Nazrÿne est connue pour charger l’air d’électricité statique, rendant ainsi l’atmosphère très lourde. Elle est également insensible aux décharges électriques. Quand elle est effrayée ou sous le coup d’une forte émotion, son corps réagit et quiconque la touche se fera électrocuter très légèrement (quand elle est au comble de la panique, la décharge peut quand même engourdir un homme adulte de taille moyenne). Ce ne sont pas des capacité exceptionnelles, mais Nazrÿne s’en contente parfaitement, étant donné que son affinité avec sa Déesse est plutôt faible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nazrÿne Helh
*[ Habitant de Suria ]*

avatar

Nombre de messages : 66
Âge : 22 ans.
Capacité spéciale : Capable de générer des Kekkaï, de charger l'air d'électricité statique &amp;amp;amp; d'électrocuter légèrement ceux qui la touche (sous certaines conditions).
Signe(s) particuliers(s) : Vous la reconnaîtrez à ses vêtements de prêtresse.

Serment d’allégeance : Sept Déesses. <3


Porte-monnaie : 92 myrs.

{ All About You
Profession: Prêtresse - Suivante.
Race: Humaine.
Effets Personnels:

MessageSujet: Re: Nazrÿne Helh (Prêtresse)   Dim 2 Aoû - 17:22

*/ Histoire :


Le moins qu’on puisse dire c’est que l’enfance de Nazrÿne fut aisée, voire même carrément « dorée », comme on dit. En effet, la famille Helh faisant partie de la Haute Société depuis des générations (du temps de la noblesse humaine, leurs ancêtres possédaient le titre de « marquis » et étaient considérés comme une des familles les plus respectables de Kelatolie), la jeune femme ne manqua jamais de rien, vivant dans l’opulence et le luxe. Monsieur et Madame Helh n’étaient pas vraiment de mauvais parents, mais ce n’était pas non plus la panacée : naturellement très occupés par ses obligations patronales, le père n’était que très rarement présent à la maison, délaissant ainsi énormément ses cinq enfants ; de même que la mère, qui préférait nettement sortir avec ses amies et faire les boutiques plutôt que de changer des couches... Ainsi, comme dans la plupart des familles riches de Suria, ce fut surtout la nounou de Nazrÿne qui fit office de véritable maman, lui apportant attention, encouragements et affection, la rassurant et consolant ses pleurs quand personne d’autre n’était là pour chouchouter et border la gamine. Néanmoins, malgré la négligence parentale plutôt flagrante, la petite fille n’avait pas non plus à se plaindre : elle ne manquait de rien, ses parents étaient volatiles mais tout de même aimants et elle avait la chance de bénéficier d’une éducation des plus remarquables ! Ainsi, si elle ne fut pas entièrement comblée, Nazrÿne ne fut pas non plus une enfant malheureuse. À vrai dire, les véritables problèmes arrivèrent vraiment avec l’âge ; notamment l’année de ses 16 ans. En effet, dans la famille Helh, l’avenir de chaque enfant était décidé, orchestré et tracé par les parents, ne laissant en réalité qu’une très petite marge de manœuvre aux principaux concernés. Pour exemple, son grand frère Maël, l’aîné de la famille, fut naturellement orienté vers la politique, devenant bien vite Responsable du Département de la Justice. Le second fils de la famille fut quant à lui envoyé étudier dans la Haute École de Kelatolie et devint par la suite une Sentinelle brillante ; au troisième enfant fut confié la lourde tâche de reprendre l’entreprise familiale une fois le père décidé à prendre sa retraite. Que dire ? Trois fils puissants et reconnus, trois avenirs brillants : la famille était aux anges ! Tout le contraire du « cas » de leur fille aînée ! En effet, Nazrÿne était certes brillante et très bonne élève, mais elle n’avait pas suffisamment de hargne pour se lancer dans une carrière politique ou même judicaire (son père voulait tout d’abord en faire une avocate), de même que travailler aux côtés de son frère au sein de l’entreprise familiale ne lui disait strictement rien. En outre, n’étant pas la benjamine de la famille (ou autrement dit : la petite fille pourrie gâtée par papa et maman !), Nazrÿne représentait un poids mort, une sorte de « boulet » pour cette si illustre famille. Que faire d’elle ? Sur quelle voie la pousser pour ne pas perdre la face ? Le couple Helh savait de toute façon pertinemment bien que quoiqu’ils décident, leur fille ne se rebellerait pas, celle-ci étant beaucoup trop calme, effacée et pacifique pour décider de se brouiller avec ses parents. La seule chose à faire était donc de se décider. Du coup, à force de retourner le problème dans tous les sens, la solution pris finalement le visage des Ordres et en quelques mois à peine, la décision fut prise ; sans que la principale concernée ne donne jamais clairement son accord. C’est ainsi qu’à l’aube de ses 17 ans, Nazrÿne fut envoyée à Anthélima et devint prêtresse novice, aussi appelée « Aspirale ». C’était une voix comme une autre et en définitif, cette nouvelle vie lui convint parfaitement. Elle était tranquille, vivait simplement, consacrant son existence à quelque chose qu’elle trouvait « bien », important. Elle rendait service à la communauté et servir les Déesses était un tâche qu’elle accomplissait volontiers, d’autant plus que la vie paisible du temple s’adaptait parfaitement aux besoins de sa personnalité tranquille. En outre, en tant qu’Aspirale, Nazrÿne avait accès à un savoir et une connaissance démentielle : le savoir ancestral des prêtresses. Nazrÿne avait toujours été une enfant curieuse et éveillée, mais ce qu’elle aimait par-dessus tout, c’était de s’améliorer et d’apprendre : autant vous dire qu’au temple, elle se sentait désormais comme un poisson dans l’eau ! La bibliothèque était d’ailleurs très vite devenu son endroit préféré, comme une sorte de refuge. Oui, elle aimait sincèrement sa vie de prêtresse, elle croquait à pleines dents cette vie en réalité tellement libre par rapport à son ancienne existence de « petite fille modèle ». Et puis, ses aînées lui enseignaient tellement de chose... C’était excitant. Finalement, le temps passa et Nazrÿne grandit. De petite Aspirale, elle devint Suivante, perfectionnant ses connaissances et sa technique de Kekkaï au fils du temps, vivant certes très éloignée de sa famille restée vivre dans la région de Kelatolie, mais étant tout de même étrangement heureuse de la tournure inattendue qu’avait pris son existence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Nazrÿne Helh (Prêtresse)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Songe du jour : peut-être une âme en détresse [Pv Xalina]
» Jeune Maîtresse du Savoir cherche .....
» Loria [Grande Prêtresse]
» 2 petits vieux en détresse-sauvés
» Xalith Vyk'zlade [Haute-Prêtresse] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Suria :: PRÉSENTATIONS. :: Présentations. :: Fiches validées.-
Sauter vers: