AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sales gosses!

Aller en bas 
AuteurMessage
Awa Kolle
*[ Habitant de Suria ]*

avatar

Féminin Nombre de messages : 44
Âge : 20 ans.
Capacité spéciale : Aucune.
Signe(s) particuliers(s) : Cherchez pas. Passez vot' chemin.

Porte-monnaie : 152 myrs.

{ All About You
Profession: Sans
Race: Hybride artificielle
Effets Personnels:

MessageSujet: Sales gosses!   Sam 20 Fév - 20:01





Awa a la mine des mauvais jours.
La faire sortir, elle, de son trou à rat?! De son quartier malfamé?! de ses ruelles sordides?! De ses terrains vagues?! Non mais pour qui il se prend ce petit morveux!
Elle shoote dans un caillou du bout de sa doc mauve flambant neuve. Le caillou rebondit, encore, heurte le bord du trottoir et tombe dans le caniveau. Y a vraiment qu'un gamin pour lui donner cette peine! S'il savait combien ça lui a coûté à elle! (Non, pas la paire de docs...) D'entrer dans un poste de police, de quémander un môme au doux nom de Bryan, de signer le registre et de fermer la porte sans la claquer. Et puis d'abord pourquoi les parents y sont pas aller le chercher c'te gamin?! Il s'est fait choppé hier à chaparder des beignets sur le marché. Ils avaient toute la journée pour y aller. Pourquoi c'est elle qu'on est venu chercher? Merde, c'est pas pour rien qu'elle en veut pas des gosses! Des responsabilités supplémentaires, très peu pour elle!

Awa bouscule le Bryan en question, attrape la main moite du petit voleur et l'entraîne dans la foule. Elle songe quelques instants à le sermonner, mais elle se tait. Elle n'est pas sa mère, et de toute façon, cela n'y changerait rien. Demain, le môme reprendra son chapardage intempestif... Et ce tant qu'il n'y aura pas suffisamment à manger le soir chez lui.
Il n'est pas le premier à s'être fait attrapé par la police pour vol à l'étalage. Dans la bande de morveux qui gravitent autour d'Awa, ils y sont tous passés ou presque. Milieu défavorisé oblige. Et même si elle se refuse à l'avouer, la jeune femme aurait fait la même chose pour tous les autres.

Ce qui l'ennuie c'est la foule. Dès qu'un rayon de soleil pointe, la Grand Place d'Anthélima est toujours noir de monde. Entre les voleurs à la tire et les jeunes BCBG qui s'y promènent, il est parfois de plus en plus dur de faire la différence. A croire que les riches sont à la recherche de sensation, du petit frisson d'adrénaline qui manque dans leur vie idéalisée.
Le contact permanent, les frottements, la sueur qui suinte sous les chemises bien boutonnées, le parfum trop pompeux des "dames"... Tout ça l'insupporte, et plus encore, elle étouffe.
Awa augmente la cadence, à grands pas, elle fend la foule, traîne le fautif derrière elle comme un vulgaire sac à patates. Mais sa main est ferme, ses gestes précis, l'oeil aux aguets, le casque sur les oreilles, le menton enfoncé dans son foulard, elle veille à ce qu'on ne s'approche pas trop près de son petit protégé. Il y a eu trop d'enlèvement, trop de mères démunies qui se sont vues arracher leur gamin au détour d'une ruelle. Bryan ne viendra pas grossir le rang de ceux-là. Bryan restera avec elle. (Qu'il le veuille ou non d'ailleurs!)

Quelques riffs endiablés plus loin, elle se heurte au rebord de la fontaine, manque de vaciller. Et merde, c'était pas la bonne direction! Décidément, c'est vraiment pas l'bon jour!
Le casque glisse dans son cou, elle attire Bryan contre elle.

" Sale môme va, tu m'en auras fais voir des vertes et des pas mûres toi, hein! Hey! Rigole pas!
Mouais...

Hep, mamz'elle! C'est par où la sortie?! Euh, enfin... La Place d'Ysir? "



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sales gosses!   Lun 22 Fév - 14:36

« Quand il fait beau et que les oiseaux chantent. »

    « Ce matin là, Juliet voulait sortir de ses éternelles quatre murs. Pas qu'elle en avait assez de rester enfermé, simplement il y avait un marché aujourd'hui, et se serait l'occasion de s'amuser un peu -voir beaucoup. Avec les protestations de son père, Juliet sortit avec un grand sourire, habillée comme tous les jours. Un corset rose pâle serré, une chemise à manches longues se la même couleur, une jupe blanche-crème qui lui arrivait au dessous des cuisses, des bottes à lacets vernis et un manteau gris clair qui lui arrivait au dessus des genoux. Même pour sortir, il fallait faire un minimum de présentation et ça, la petite Lea Shell l'avait bien comprit. Comme à son habitude, elle prit un taxi pour se rendre à destination, eu eut, non pas l'horreur, mais la joie de voir tout ce monde sur la Grande Place. Elle trouvait cela un peu normal, vu qu'il faisait beau. Le soleil à son zénith, Juliet avait tout son temps pour jouer un peu.

    Rie ne disait que le temps allait subitement changer, même pas un petit nuage blanc. Elle enleva sa capuche, souriait à chaque personne qui la regardait d'un air comment dire.. Bizarre ? Ou plutôt curieux ? Que faisait donc une fille de la Haute avec les autres habitants d'Anthélima ? Malgré ses envies de ne pas se mêler à la foule populaire, aujourd'hui était exceptionnel. Enfin, pas tellement mais il était rare que la jeune femme veuille bien faire abstraction à ses idées pour aller jouer un peu. Dieu, qu'elle était compliquée. Bien entendu, impossible de sortir sans un sac à main -fermement garder par ses mains de poupées- qui contenait -toute- sa vie. Son argent, un peu de maquillage, un miroir -inséparable ces deux là- un livre et d'autres babioles pas très lourds.
    Marchant tranquillement à travers le marché, elle vit des enfants courants dans les rues sans leurs parents, des hommes criant à ne plus avoir d'haleine, des femmes papotant et riant comme des comères. Est-ec qu'elle serait devenue comme cela si elle serait née dans une famille de classe modeste, voir pauvre ? Voilà une question bien épineuse auquel Juliet réfléchit une bonne demi-heure. "Seulement" une demi-heure, car elle se fit héler par quelqu'un avec disons... un langage pas très soutenue.

    -"Hep, mamz'elle! C'est par où la sortie?! Euh, enfin... La Place d'Ysir? "

    Juliet se retourna, voyant que c'était une femme qui venait de l'interpeller. Autour d'elle se trouvait des bambins qui couraient dans tous les sens, mais un seul était tenu par la main de la femme. La jeune fille burne sourit et pointa un doigt vers ladite Place, lâcher légèrement son sac au passage.

    -Par là, Madame.

    Il serait difficile pour cette fille de traverser toute la Grande Place pour se retrouver sur celle de Ysir. Il y avait tellement de monde, et avec ces enfants, ça allait lui compliquer la tâche. Mais après tout, pourquoi Juliet s'en soucierait? »
Revenir en haut Aller en bas
 
Sales gosses!
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Mission de Rang D] Oh voleur, les sales garnements (Lamia Scale)
» Faites l'amour pas la guerre. Enfin non faites pas l'amour ça fait des gosses, ça crie, c'est chiant. Faîtes des crêpes, c'est bon les crêpes.
» LES MAINS SALES
» Déabarquement palpitant [pv. Kelen]
» Droite populaire: attention danger fascisme imminent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Suria :: ARCHIVES. :: Topics abandonnés. :: RP Inachevés-
Sauter vers: