AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le dortoir (côté hommes)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le dortoir (côté hommes)   Jeu 17 Juil - 15:18

[topic-lieu]


=> Maison de passe.

Un sourire joua à étirer ses lèvres. Sempaï était mignon quand il était gêné. C'était rassurant de le voir arborer d'autres expressions que celles qu'il affichait à la Maison. Les personnes qui sont si sûres d'elles et vers qui toutes les lumières sont tournée, elles nous font une drôle d'impression quand on voit leur côté humain. Et on se sent bête d'être surpris pour si peu de choses. Un sourire c'était peu de choses ne ?
Marcher l'un à côté de l'autre. De cette façon il ne pouvait pas le regarder sans que ça semble louche. Mais ça allait il était encore capable de se déplacer en regardant autre chose que le dos de ses aînés.

- Pour tes 18 ans ?... Tu as quel âge Eren ?

Ce fut à son tour de sourire, un peu gêné, parce qu'il imaginait les boite et autres moments glorieux qu'il allait devoir subir sous les yeux de son sempai. Non pas qu'il tombait systématiquement sur des Air Trecks, mais il imaginait juste le pire.

- Ouais, ce serait franchement cool d'en faire pendant nos moments de pauses
.

Il supposait qu'il y avait bien des moments de pause et qu'il n'étaient pas obligés de baiser 24h/24. Le contraire aurait été extrêmement déprimant quand même.

Ce qu'on appelait "dortoir" était un énorme rectangle construit dans la même matière que tous les autres bâtiments des bas quartiers d'Anthélima. Des fenêtres toutes simples, un bâtiment très géométrique à la façade vaguement délabrée. Ca se fondait dans le décors. Les quelques maisons autour n'étaient pas habitées et étaient totalement noires. Elles devaient servir à autre chose, comme des entrepôts peut-être.
Il n'étaient pas les seuls devant la porte, mais aucun des jeunes hommes ici présent ne lui fit l'honneur d'un regard ou autre chose, alors il resta sagement derrière Eren, à attendre leur tout pour entrer.

L'intérieur c'était... glauque. Très glauque.
Des énormes salles où on avait entreposé un maximum de lit les un sur les autres, des corps à la maigreur plus prononcée que la sienne, des rassemblements, un bruit de fond de foule discrète, mais pas celui d'une foule joyeuse. Quand des regards se tournaient vers lui c'était soit de la hargne, soit de l'indifférence. Il n'aimait pas ces gens, il n'aimait pas leurs visages, mais peut-être était-ce juste parce qu'il faisait tard et qu'il était fatigué qu'il stressait comme ça.

- Y'a plusieurs dortoirs dans le quartier. Cui-là c'est un de mecs, et c'est les filles qui doivent surveiller... Parce qu'il y a pleins de gays, et on aurait peur qu'ils se montent dessus avec les gardiens pour partir, tu vois ?

Mmm mouais. Il acquiesça vaguement, regardant autour de lui même si ça lui donnait un peu mal quelque part dans le ventre. Les filles qui surveillaient, il ne les voyait pas. Il y avait bien une ou deux personnes aux cheveux et angles douteux dans le visage pour lesquels il avait eu besoin de regarder la poitrine plate pour savoir que c'étaient des garçons. A côté des quelques androgynes il y avait aussi des travellos, plutôt groupés entre eux par ailleurs. Mmh. Il secoua doucement la tête. Spécial comme endroit.
En suivant Eren il avait vaguement espéré que son sempai aurait le droit à une pièce à lui tout seul, ou un lit en retrait des autres. La cruelle réalité faisait qu'il occupait un lit entre deux autre, entre une couchette vide pour l'instant mais qui devait appartenir à quelqu'un, selon les dires du brun, vu qu'il devait dormir avec lui. Soupir de soulagement qui fut plutôt un léger souffle entre ses lèvres. C'était bien la seule chose qui se passait comme il le voulait.
Il grimpa aux quelques barreaux pour rejoindre son sempai qui s'était massé contre le mur, et ramena de son mieux son corps entre les bords de la couchette. Peu importe si l'environnement extérieur était glauque, il avait choisi de dormir le visage contre le torse d'Eren pour s'en isoler. Oui l'hybride aux cheveux bruns était la seule chose rassurante dans sa nouvelle vie un peu dingue. Par contre... Il faisait chaud. Déjà que l'intérieur des dortoirs était vaguement moite et lourd, là cntre lui, avec les autres corps un peu partout qui s'agitaient plus ou moins c'était... peu agréable.
Il se tortilla pour enlever son haut qu'il coinça entre ses genoux, ne sachant pas vraiment où le mettre, puis se blottit de nouveau les yeux fermés contre le débardeur blanc. Dormir contre quelqu'un il savait faire. Sa main alla même chercher une poignée de longues mèches pour la ramener de son côté, s'emmeller les doigts dedans et refermer son poing dessus. Comme s'il avait peur de se faire abandonner pendant son sommeil. Remarque c'était peut-être ça, tout au fond. Tout ce que Shane savait sur ce geste c'est qu'il l'avait fait parce qu'il avait envie.

...
Tip tap...
Les heures qui passent ne font pas de bruit. Celui de quelques conversation perdurait encore, chuchotées d'une couchette à l'autre. Contre lui Eren s'était endormi. Enfin ça il le supposait. Son souffle était régulier, et lui allait dans les cheveux. C'était apaisant. Depuis les années qu'il dormait avec son frère dans son lit, il s'était habitué à tout ce qui gêne en temps normal ; le contact avec un autre corps, sa chaleur et ses mouvements, le bruit et le souffle de la respiration, celui du coeur... Tout ça l'aidait à dormir. Depuis un peu moins d'une heure la couchette au dessus d'eux n'était plus vide. Il ne connaissait pas le type qu'il y avait dessus, mais depuis qu'il était endormi il gémissait sourdement. Ca c'était moins cool pour dormir.
Longtemps encore à écouter ces gémissement, ne pas pouvoir dormir parce que ça le réveillait aux abords du sommeil. Shane frottait sa tête entre Eren et le matelas, essayait sans doute de l'enfouir sous l'un ou l'autre, pour ne plus l'entendre. Un peu plus réveillé par un bruit plus sonore que les sonores, il s'amusa à prendre le poignet de son sempai, le lever, marquer un arrêt, vérifier que sa respiration était normale.
Mains chaude de sempai sur l'oreille. Mais ça n'allait pas. Complètement relâchée, elle n'empêchait aucun bruit de passer. Il ne s'en souciait déjà plus, remarque. Il fit glisser la main jusqu'à sa joue, et bizarrement s'endormit comme ça.

Le matin... La matin il était réveillé par Eren qui remuait contre lui. Il cligna des yeux, leva une main se trouva celle empêtrée dans les cheveux noirs et ferma les yeux en guise d'excuse au grognement. Shane n'était pas vraiment du matin. Il ne rechignait pas à se lever mais mettait du temps à émerger. Il pencha sa main, regardant les mèches tomber touts seuls un certain temps, puis secoua pour que le reste tombe. Sa mobilité était assez limitée. Il se retourna, approcha ses mains du rebord et doucement, si doucement qu'on aurait une farce, bascula son corps comme s'il avait oublié qu'il n'était pas à vingt centimètres du sol. Ce qui n'était pas le cas.
Chose aux cheveux blancs aux yeux à moitiés fermés encore qui se réceptionne sur ses pieds, chancelle un peu, pose un regard très endormi sur le type-de-la-couchette-d'en-bas qu'il avait réveillé en sursaut. Ouais désolé. Il s'appuya à une des barres de bois qui tenait les lit et promena son regard autour. Pleins de gens plus ou moins ensucqués comme lui, certain s'étirant sur leur couchette, d'autres se traînant avec leur gueule du matin jusqu'à leur connaissance leur dire bonjour. Lumière jeune palote de matin. Sourire. Ca faisait moins peur là tout de suite.

Quelque part, dans le même bâtiment, il ne se réprait pas trop, il y avait une grande salle comportant une double rangée de vasques et de vieux lavabos, en face de cabines de sanitaires et tout au fond, des douches sans paravent, un peu comme dans les gymnases d'école ou les colonies. Apparement il y avait des heures pour les douches, instaurée à la va-vite pour ne pas lorgner sur un c*l inconnu pendant qu'on se lavait les mains. Le petit blanc s'approcha d'un lavabo: mis ses mains en coupe pour recueillir l'eau et enfouir son visage dedans. Gné. C'était froid en plus. Et il n'y avait rien qui ressemblait des serviettes dans le coin. Le contraire l'aurait étonné. Il passa une main sur son visage, attendrait bien que ça sèche, et se décida à repasser son haut qu'il avait noué autour de sa taille, après que son maître adoré et vénéré ne le lui jette à la figure du haut de sa couchette, parce qu'il l'avait oublié dedans.
Donc...
Quota d'éveil à un peu plus de six sur dix. Ca pouvait aller. Il retourna trouver Eren qui l'attendait, résista à la tentation qu'il avait de poser son front sur son épaule et fermer les yeux, et se demanda pour la première fois de la journée combien de temps il avait dormi cette nuit.
Eren parlait bien sûr, sa voix se distinguait mal du bruit de foule. Shane pensait béatement qu'on se croirait vraiment en colonie. Sauf qu'ils avaient tous en commun leur métier, ils étaient tous putes. Cette pensée le fit sourire et il suivit sans broncher un grand brun qui souhaitait le traîner dehors pour il-ne-savait quelle raison. Son grand Eren qui était de plus de trois ans son aîné.
Dehors le bruit s'estompait un peu. Il y avait un soleil timide qui se battait avec des gros nuages, un petit courant d'air frais dans la rue, des flaques d'eau qui n'avaient toujours pas séché, et l'humidité du matin qui traînait là. Selon Eren-sama on retournait à la Maison.


Maison, porte d'entrée des artistes, vestiaire, et ensuite...

- Bonjouuuuur.

Shane sursauta et tira machinalement sur son shorty pour finir le mettre sur ses fesses. Coup d'oeil en arrière. Entre ses quelques mèches blanches il voyait un type un peu plus vieux qu'Eren, plus grand aussi, habillé de vêtements noirs et blancs assez près du corps dans l'ensemble. Il boutonna son vêtement sans regarder, attrapa son manteau attitré qu'il mettait sur ses épaules.

- Bonjour.

Bah, que dire d'autre ?
L'autre en tout cas le regardait de haut en bas, avec ce resgard qu'avait parfois eu Eren, celui de jaugeage de la marchandise. ledit eren qui s'était approché de lui cinq secondes pour lui souffler que cette aimable personne s'apellait Isaac.

- Alors c'est toi le nouveau. Tu te ballades comme ça pour l'instant ?

Il s'approcha pour lui tourner autour sans gêna apparente, effleurant parfois la fausse fourrure pour s'en rappeler la texture.
L'inconnu passa une langue sur ses lèvres, l'air mécontent.

- T'espères attirer quelqu'un entre tes cuisses avec ça ? A moins de miser sur ta jolie petite bouille, ce qu'à ta place je ne ferais pas.

Ce disant il fouillait dans une armoire qu'il avait ouvert en grand, poussant les cintres jusqu'à trouver ce qu'il cherchait. Un manteau quasi identique -capuche, longues manches, fourrure blanche synthétique- mais qui s'arrêtait au moins au milieu de son dos.
Tape appréciative sur ses fesses. Il faisait de gros efforts pour ne rien relever.

- C'est sur ça que tu dois compter.
- Je m'en souviendrais...

Le type en noir qui n'était donc pas chargé de la sécurité fit une petit moue exagérément triste.

- Finalement vous n'aviez pas tant besoin de moi. Quoique. Viens voir petit ?

Doigts très autoritaires sur le contour de sa mâchoire. Et dire que sa tronche l'intéressait pas il y avait pas deux minutes. Il louchait dessus maintenant.

- Tu as déjà pensé au maquillage ?
- Pas intéressé.
- Tant mieux, tant mieux.

Tant mieux, tant mieux ? Là ça commençait à devenir carrément... Il s'autorisa son premier coup d'oeil désespéré en direction de son maître.

- Eren je t'emprunte le petit un heure ou deux. Il... m'inspire.

Hiiii. En général quand quelqu'un chargé de coiffures ou d'apparence plus largement disait ça, ça se soldait par une horreur. Shane eu le temps de stresser, tout traîner qu'il était jusqu'à une petite pièce, dans le même couloir étroit et sombre que le bureau du boss. Il finit assis sur quelque chose, à moitié balancé dessus il fallait dire, pendant qu'"on" poussait le verrou.
Isaac se retourna avec vers lui et un sourire découvrit ses dents. Très blanches, rien à dire dessus. Il passa à côté de lui dans un froissement de vêtement, tripota quelque chose sur le mu avant d'ouvrir les volets de la minuscule fenêtre.
Reflet sur une aiguille qui s'approchait. Hiiiiii.


Eren avait du revenir vers la porte au bout d'une heure et demie. En tout cas il était là quand Shane sortit de la petite pièce et il se jeta dessus avec un air passablement traumatisé. Derrière lui le... styliste n'est-ce pas émergeait à son tour de l'ombre avec un sourire de gamin satisfait sur le visage.

- C'était cool, depuis le temps que je rêvais de faire ça.

Et Shane qui chougnait à l'abri dans les bras du brun. Il s'avérait pour l'histoire qu'Isaac, engagé à plein temps pour la paperasse et qui à ses heures perdues jouait le modéliste, était un passionné de petits trous. Pour l'anecdote il avait parfois des fixettes songeuses sur les dents d'Eren. Son hobby à lui c'était les piercings, et ce qui devint vite son fantasme c'était de trouver uun jour un corps jeune et vierge de trous pour se défouler dessus un jour. Se défouler de beaucoup de frustration, en plus de ses papiers passionnants s'ajoutait le fait que les quelques personnes parmi les prostitués qui avaient vraiment un visage à la hauteur de ses attentes arboraient déjà un ou deux piercings.
Donc le petit Shane, après une observation plus poussée, avait un visage qui pourrait facilement être assorti à des petit bidules de métal, avec ses yeux bleu et ses cheveux blancs. Il avait été fébrile d'effleurer ces oreilles vierges, au lobe doux et immaculé.
Le Shane qui s'accrochait aux bras de son sempai avait les oreilles rouges. A la gauche percée une fois au lobe et agrémenté de trois anneaux d'argent dans le cartilage, à droite deux petites boules d'argent au lobe et deux anneaux. Quelques mois pour cicatriser dans l'ensemble.
Isaac s'approcha pour lui ébouriffer les cheveux, sifflotant d'un air plus joyeux qu'en temps normal, laissant un chaton ignorant qu'il avait servi d'exutoire d'au moins sept ans de frustration. Chaton qui finit par se relever, les lèvres résolument serrées. Il ne voulait pas essayer de parler pour l'instant. Il regarda son sempai quelques instants, puis tira la langue. Eclat d'une petit boule argentée. Il ne savait même pas s'il devait en être fier ou non.


Dernière édition par Shane Nocteë le Jeu 17 Juil - 21:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le dortoir (côté hommes)   Jeu 17 Juil - 18:29

- Pour tes 18 ans ?... Tu as quel âge Eren ?
- ...Bah, 21.

Il ne se rappelait pas si on lui avait répondu par autre chose qu'un "Mmh" en signe d'aquiescement, juste qu'on lui avait dit que le chaton, lui, avait près de 4 ans de moins que lui. Dans la mémoire embrumée d'Eren, ça voulait dire que le petit Shane était mis au monde quand lui il se faisait porter de toit en toit par sa mère. Ca ne signifiait pas grand-chose... En 4 ans, il n'avait pas vu énormément plus de choses que le blanc.

Maintenant il dormait. Vite oubliés, les murs délabrés, les regards, les murmures qu'il sentait toujours adressés à lui, l'hybride avait appris à les occulter. Généralement, dès que le voile de ses paupières se refermait, un rideau tombé sur le spectacle du monde, on pouvait dire qu'il dormait. Tout de suite, ou dans la minute. Son cerveau avait mis en place un ordre silencieux, celui de dormir, qu'on le veuille ou non. Il se laissa donc tomber dans les limbes de ses nuits sans rêves, celles où il pensait distraitement, juste avant, que, peut-être, Dienthal le ferait coucher chez lui le dimanche d'après, et qu'il pourrait prendre un bain. La seule raison pour laquelle il restait encore ici. Il ne sentit pas les petits doigts de Shane attraper ses cheveux bruns, ni son visage collé contre son torse, ni la douleur de Matan, ni rien d'autre jusqu'au lendemain matin.


Argh, par contre là il le sentait, le poing serré et emmêlé dans ses cheveux !
L'hybride n'avait pas foncièrement de mal au réveil, pas une humeur plus massacrante qu'à une autre heure, mais la vision du petit Shane endormi contre lui comme un bienheureux alors qu'il était censé bosser dans quelques heures le poussa à secouer le chaton par les épaules. Pas quelque chose de bien méchant, juste de quoi le mettre en phase de pré-réveil et le laisser faire le reste tout seul avec un air de shooté. Et en attendant il pouvait essayer de le faire lâcher - sa tignasse avait une tendance désespérante à s'emmêler sur tout ce qui traînait, et maintenant qu'il pouvait la conserver en bon état il appréciait... qu'on la laisse tranquille.

La petite mine endormie de son apprenti disparut bientôt, en slalomant entre les corps étendus jusqu'à l'endroit réservé à l'hygiène de la Maison. On y trouvait généralement assez peu de gens en pleine journée, les moments les plus bondés étant le matin ou le soir, là où les garçons se massaient à plusieurs sous les grands jets de gouttes d'eau un peu tièdes censées les laver. Il n'aimait pas, et il se mettait souvent derrière Yuürei et Farbe quand il traversait l'esprit des surveillantes de faire une séance de nettoyage collectif. Pour être impeccables au moins une fois par mois... Ce matin il n'irait pas, car ça ne servait à rien, il bossait de jour. Là où il aurait vraiment besoin de gratter toute la crasse et la sueur qui s'était accumulée sur son corps, ce serait une fois que ce serait fini. Comme un mauvais moment à passer.
Pour l'instant il avait profité de la disparition de Shane pour se glisser au bas du lit, et en refaire un peu les draps, les cheveux emmêlés. Il salua le "type de la couchette en-dessous", peigna ce qu'il pouvait de ses doigts (de toute manière les brosses pour lui se trouvaient à la Maison), et s'étira comme il put.

Mmh, c'était pas frais, ici... Ha, une bonne âme avait eu idée d'ouvrir une des fenêtres. Le froid du matin en fit râler quelques uns, on referma. De toute manière Eren s'était déjà désintéressé de la question, se faufilant dans une autre salle. Coup de pied dans le ventre d'un brun maintenant bien connu, avec ses yeux verts de séducteur, et qui avait préféré occuper sa matinée à faire semblant de dormir.


- D'bout.
- Mmh...
- Je veux tes AT's.
- Hein ? Comment ça ? Tu as prévu de te barrer quelque part ?
- Nan, c'est pour le petit.
- ...Va voir sous le matelas de Farbe.
- Et Isaac ?
- Oui oui, il sait.
- T'es un vrai pote, allez dors.

Il s'était courbé légèrement le temps de ramasser la paire de rollers, sous les airs un peu jaloux d'autres qui étaient encore couchés. Une bonne chose de faite... Le temps qu'ils récupèrent les siennes égarées près de sa couchette et Shane était revenu, l'air un peu plus dispos. Eren dispensa quelques remarques sur sa tête de déterré, le fait qu'il n'attirerait personne comme ça et aussi l'information sans doute importante que tous les deux travaillaient de jour aujourd'hui, ce qui signifiait faire acte de présence à la Maison avant midi, même si on ne faisait que se préparer.

C'est sur ces douces paroles qu'ils sortirent, succédés par un autre groupe de braillards. Dans une main il tenait les paires d'AT's, ce qui pouvait paraître étrange puisqu'il avait émis l'hypothèse de les porter pour aller bosser. Personne ne comprit trop, il se contenta de les attacher par les lacets aux ceintres qu'ils s'étaient attribués, en faisant mine de lancer un clin d'oeil et un sourire ravageur à son disciple. De quoi lui demander fermement de ne pas ouvrir sa petite bouche si on lui posait des questions là-dessus. Il enlevait son haut quand le dénommé Isaac rentra. Le "styliste" d'ici, du moins qu'il reconnaissait comme ayant du goût, bien qu'un côté un peu détraqué, comme tous les artistes. C'était même pas un véritable employé à proprement parler, juste un type assigné à la paperasse de Dienthal... Mais il le sentait souvent rôder près des vestiaires, et il avait toujours été là, d'aussi loin qu'il se souvenait.

L'hybride suivait l'échange entre son chaton interloqué et le manager comme un show, du moins quelque chose d'amusant, un sourire en coin aux lèvres.

- Eren, je t'emprunte le petit une heure ou deux. Il... m'inspire.


Regard bleu désespéré.
Grand sourire dévoilant les dents acérées.


- Pas de problème.

Il laissa donc le petit adolescent effarouché aux soins de quelqu'un qui, il l'espérait, le rendrait un peu plus présentable pour ce soir, et acheva de se déshabiller. Le kimono, ce n'était pas très dur. Il retrouvait sa position de belle plante dénudée tout en s'occupant de ses cheveux, avec tout le démêlant et les brosses qu'il pouvait trouver là. Voyons, mh... Le soir, quand il y avait plus de monde, on l'aidait pour mettre en place les aiguilles compliquées ainsi que les longues lignes de perles nacrées entre ses mèches brunes. Mais les matins comme ceux-ci, où il croisait avec peine quelques filles de mauvaise humeur, il devait se débrouiller par lui-même, avec un miroir de poche un peu esquinté.

Première aiguille.
Quelques mèches relevées, d'autres retombant sur ses épaules, on remet une manche en place et on recommence. Rubans. Trucs qui brillent. Tu mets en forme quelques petites choses et voilà.

Le gigolo qu'on avait l'habitude de voir dans le hall illuminé de la maison close sortir de sa loge, le temps de quelques pas, parce qu'alors ses "types en noir" préférés lui tombaient dessus, le temps de donner des indications pour la matinée. C'était sans doute ce qui arriverait à Shane dès qu'il sortirait... Généralement, il fallait le dire, ça consistait surtout à ranger, nettoyer, astiquer de fond en comble, parce que les femmes de ménage n'étaient pas légion ici, et on préférait donner un double-emploi aux salariés. Ceux qu'on avait jugés les plus attirants avaient le droit de se chauffer un peu, laissant une image de marque à la maison pour les personnes qui avaient la chance de passer devant. Quelques personnes punies, assises sur le trottoir avec leur jupe ouverte sur le côté, et les chambres qu'on finissait de vider. Bientôt le "dortoir" assigné à la maison se viderait et les places de choix seraient prises, aussi il fallait faire vite.

Son proxénète passa rapidement pour lui balancer que ce matin-là c'était en vitrine que ça se passait pour lui. Et aussi où était "Shane-kun", mais il répondit qu'il ne savait pas. En parlant du petit chat...

Son dos se posa sur le mur en face de la porte, les bras croisés. Et bientôt la petite bête aux yeux bleus sortait, précédée d'Isaac. Les yeux gris s'écarquillèrent face au spectacle. Des... boucles d'oreille partout... Il accueillit Shane sans broncher, les iris comme impressionnés face au style qu'avait pu donner le styliste grâce à quelques trous dans la peau. Ca restait un jeune félin, mais avec une touche d'irrévérencieux qui lui allait plutôt comme un gant. Eren songea l'espace d'une seconde qu'avec ses vêtements à lanières d'"après le show", son look s'en trouverait encore arrangé. Mais il n'avait rien à redire à la fourrure polaire et au shorty qui se pressait contre lui.
Petite bille argentée sur le bout de la langue.


- C'est très mignon Shane-kun. Allez, remercie Isaac. Après tu me laisseras y goût...

Grosse voix d'un gorille affairé qui avait eu le malheur de passer près du couloir sombre.

- Vous là ! Arrêtez de vous becquotter ! Le nouveau, tu vas aussi en vitrine.

Il attendit que le dos entouré de noir soit parti pour lâcher un sourire.


- Quelle surpriiiiiise, Shane-kun va travailler avec moi !

Et il n'y avait pas que le jeune Shane... De leur côté du bâtiment, on avait assigné comme par magie Farbe et Yuürei, en sachant très bien que les trois plus anciens avaient tendance à traîner ensemble et donc, à faire quelque chose de mieux à plusieurs. Concert de voix, de discours, d'interrogations sur les poses à prendre sur les tabourets qu'on leur avait assignés... Au début ils étaient seuls dans leur cabine, et on avait placé le chaton d'un commun accord au milieu. Après, une fois lassés, on se jetait des coups d'oeil provocateurs, ceux auxquels la rivalité donnait un éclat étrange. Des couples enlacés derrière des vitres, un bout de cuisse dévoilée ou un torse exhibé au grand air. Tout s'apparentait à un jeu quand il devait bosser avec les deux autres, et attirer son "disciple" dedans lui plaisait, il fallait le dire. C'était mieux que devenir une pute dépressive alpha comme ils en voyaient tant...

Ce que les clients qui bossaient de nuit et n'avaient de temps pour venir que le matin pouvaient bien penser, il ne le savait pas. A un moment il rejoint l'autre brun de la petite compagnie, où ils s'affrontèrent longtemps pour savoir qui ferait le dominé, et puis aussi son petit chat des neiges et ses adorables boucles...


Edit Suria : J'ai créé un nouveau sous-forum spécialement pour vous dans la Maison Close, je déplace donc ce sujet. =D
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le dortoir (côté hommes)   Sam 26 Juil - 16:24

[Merci =D.]

Arrow Quartiers Populaires d'Anthélima / Le Carré / Escapade

De temps à autre, Shane s'arrêtait de danser, l'effort physique l'épuisant, et il revenait toujours au même endroit, là où l'attendait Eren. L'hybride ne dansait pas. Il ne l'avait jamais fait, et se serait sans doute senti ridicule, en plus de considérer la musique vomie par les enceintes comme impure pour porter ses pas. Entrer dans une discothèque ne l'avait jamais fait changer d'avis, ne lui avait même pas inspiré l'envie de se lever pour rejoindre la masse compacte qui ondulait. Il se trouvait à l'écart sans y être, un peu là, un peu absent, membre indifférent de la foule et individu. Connaître quelqu'un dans la boîte revenait au même. Les cheveux blancs de Shane appartenaient à la foule, mais ils devenaient spéciaux selon les yeux qui les regardaient. Yeux bleus, il est mignon, yeux marrons, bof, yeux gris. Il le laissa l'embrasser sans y répondre, parce qu'en réalité c'était sans doute un jeu, maintenant qu'ils étaient ici. Un jeu que de paraître proches alors qu'ils ne pouvaient pas prétendre se connaître, même en ayant couché ensemble, même en ayant dû dormir l'un à côté de l'autre, même en travaillant tous les deux, et ce depuis quatre jours. L'attachement c'était bien loin des sensations physiques - en tout cas il essayait de s'en persuader. C'était caresser des cheveux fins sans penser que le petit en-dessous était désirable, lui demander d'inscrire chaque instant dans sa mémoire et le faire sortir de son rêve éveillé en lui donnant la main.

Quitter la salle sombre, bruyante, qui avait imprimé des milliers d'images dans sa rétine, fut vécu comme une libération. Ses oreilles bourdonnaient un peu, avant de siffler et de s'éteindre complètement. Silence retrouvé dans la ruelle, à présent vide, avec les chansons de la boîte de nuit en fond sonore, mais étouffé, mais déjà très lointain. C'était fini de s'apitoyer, hein ? N'empêche qu'il avait toujours un sentiment d'amertume, de retrouver un monde très différent de toute la "normalité" qu'il pouvait croiser ici, quand il franchissait à nouveau la porte du dortoir sous les yeux d'un quelconque Yuürei. Eren lâcha les doigts de Shane, balança les AT's sur le goudron dans un fracas qui lui fit du bien et finit par se pencher pour les remettre.

Aucun des deux ne forçait sur ses Air Trecks. Les moteurs tournaient au pas, tandis qu'on retrouvait des rues austères qu'on avait fuies avec tant de bonheur des nuits auparavant. C'était idiotement son "chez lui", qu'il n'était pas pressé de retrouver. Le brun improvisa un saut au-dessus d'un tas de planches, mais en voyant qu'on ne le suivait pas, il abandonna toute tentative pour donner un aspect agréable à ce qu'ils étaient en train de faire. Finie la liberté pour quelques temps, ils allaient passer aux fers. En se rendant compte qu'on prenait la route de la maison close, il dévia sur une route adjacente, indiquant d'un "Par là" qu'on se rendrait innocemment au dortoir pour ce soir. Il n'avait pas envie de devoir quoi que ce soit à Dienthal, comme une nuit de boulot, ou même qu'on vienne l'ennuyer avec un quelconque client à tête de con. Mais qu'on ne s'inquiète pas, demain tout serait redevenu normal. Comme avant.



Eren poussa la porte.
Les regards posés sur eux se partageaient entre perplexité, surprise, hostilité. Quelques visages plus émaciés que quand ils avaient quitté l'endroit, d'autres faméliques, et certains nouveaux. Rien de plus habituel donc, les râfles du proxénète étant fréquentes, mais l'augmentation des couchettes rarement conséquente. Ils slalomaient doucement entre les lits, pour faire le moins de bruit possible, et personne ne fit de remarque, même s'ils "étaient au courant". Les filles censées les garder semblaient être parties papoter avec leurs collègues, ou bien elles prenaient un café dans la salle à côté, en tout cas elles ne se trouvaient pas là - elles l'étaient rarement, juste pour les douches collectives. Ca l'arrangeait assez pour ce qu'il devrait faire des AT's.

Ils retrouvèrent Farbe assis sur son lit, comme s'il les avait attendus, avec son collier de toutou docile. Il ne savait pas pourquoi il pensait comme ça, il n'avait aucune agressivité contre son collègue de boulot habituellement. De rapides paroles échangées, il apprit que Matan était mort sans être secoué tout d'abord, avant qu'un malaise ne s'installe. Mais il parlerait de ça plus tard, n'est-ce pas ?... En attendant, au moins, on avait trouvé un lit potable pour Shane. Le petit avait fait une petite moue et ne semblait pas être d'accord, quand bien même les deux silhouettes hautes d'Eren et de Farbe l'obligèrent à grimper sur l'échelle pour se nicher en haut, au milieu des couvertures.


- Dors un peu, ok ? Demain ce sera dur sinon.

Il n'attendit pas de réponse, descendit les quelques barreaux qui le ramenèrent au sol, et dit adieu du coin de l'oeil aux iris bleus qui devaient s'être cachés derrière leurs paupières, à présent. La paire d'AT's que Shane portait finit sous le matelas de Farbe, et la sienne dans un coin de son lit, de la même manière. Ils n'avaient pas encore trouvé de latte de plancher où les fourrer, pas dans un endroit comme ça. En même temps qu'ils accomplissaient leurs actions mécaniques, les deux garçons se soufflaient quelques mots, à mi-voix, surtout pour que le plus jeune au-dessus ne les entende pas et ne se soucie pas de problèmes qui le dépassaient.

- Il est mort quand ?
- La nuit après que vous soyez partis. On l'a pas gardé longtemps ici, ils sont venus le chercher et on l'a sûrement enterré maintenant. Pas d'famille.
- ...
- Les gars du dortoir ont voulu faire quelque chose. Dans la chambrée C, y'a un tas de... fleurs, et de bougies, je crois. Tu pourras apporter un truc si tu veux.
- Tu crois que j'ai "un truc", moi ?
- Dis pas n'importe quoi.


...

- C'était bien avec le petit ?

- Peut-être.

Il tourna les talons en sentant ses cheveux voler à la figure de son interlocuteur, de quoi faire quelques pas jusque dans la pièce où dormait Yuürei habituellement. Bien sûr, il n'y avait pas que Yuürei ici, mais tous ses colocataires, ses collègues, endormis ou à la porte des rêves, remuant faiblement. Une silhouette sombre se trouvait accroupie sur une couchette du haut, jouant avec ses doigts. Un tas de fleurs... Et de bougies. Eteintes pour la plupart, il ne faudrait pas mettre le feu. Etrange que l'odeur ne l'ait pas interloqué. Quelques visages vite rendus fantomatiques par les petites flammes dansantes, qui le regardaient s'agenouiller, sans expression sur le visage, pas même du respect. Sa main se tendit, au-dessus des barres de cire, au-dessus de la photo. Ca, c'était fait.

De grosses fleurs écloses au point de rupture, et des bougies.

Quand il revint près de leurs trois couchettes, Farbe s'était glissé dans la sienne sans bruit et faisait mine de dormir, en tout cas leur conversation était terminée. Il ne savait pas si Shane avait bougé, et décida de ne pas monter pour vérifier, s'arrêtant dans sa progression sur l'échelle à son matelas peu épais, derrière lequel il sentait la froideur du métal. L'air était moite, l'hybride tira sur les pans de son débardeur pour l'ôter, le maintint contre lui en prévention des voleurs, et s'endormit. Noir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le dortoir (côté hommes)   Ven 15 Aoû - 15:14

Ses petites mains se refermèrent sur les barreaux à contre-coeur. Il monta sans tourner la tête, mais il sentait les regard insistant de ses sempai vriller un point entre ses omoplates. L'autorité passait par un regard. C'était injuste, juste parce qu'il était plus grands et plus vieux. Il s'enveloppa sur sa couche. Le plafond était près de lui, dix centimètres au dessus de sa tête quand il était assis. Si le plafont tombait ce serait sur lui avant tout. Cette proximité l'oppressait, pesait sur ses poumons et l'empêchait de les remplir correctement. Il s'enroula un peu plus dans la couverture trop petite qui traînait là, la ramenant sur sa tête. Il flottait au milieu d'une odeur inconnue. Il espérait vaguement que "Matan" n'avait pas fait de trucs sales dans son lit. Que son fantôme n'était pas resté squatter l'endroit où il était mort, que sa maladie n'était pas contagieuse. Non vraiment... c'était pas un cadeau de dormir ici. Le seul truc cool c'est qu'il n'était pas loin de la couchette d'Eren.
Il resta parfaitement immobile, respira lentement et fit semblant de dormir, pour que le sommeil vienne a lui de cette façon. Les mouvement à l'extérieur de son cocons n'étaient que des nuisances qui l'empêchaient de dormir, mais que son cerveau n'enregistrait pas. Peut-être qu'il s'endormit quelques temps aussi, mais il se réveilla un temps plus tard à cause d'un bruit quelconque.

Les yeux ouverts sur le noir, les oreilles remplies de bruissements, bruit étouffée de conversations lointaines, de gens qui marchaient, dehors ou dans les allées. La grand majorité du dortoir dormait. Il attrappa le bord de son lit pour pencher la tête vers la couchette inférieure. Silhouette recroquevillé autour d'un morceau de tissu, et le fleuve silencieux et raide des cheveux noirs.
Shane posa un pied sur le bord de la couchette, concentrant tout ce que son cerveau avait de réveillé pour ne pas tomber. Une main s'accrocha une latte de ce qu'on lui avait attribué comme sa couche pour se glisser à l'intérieur de celle d'Eren. Et voilà. Il avait réussi. Il était vaguement fier. Pencha à côté du dormeur, il le regarda un instant, les pensées vagues, avant de poser les yeux sur un torrent de cheveux qui était devant ses genoux. Il l'attappa et enroula la mèches autour de ses doigt, tandis qu'il faisait glisser son corps pour se coucher contre Eren. Geste qui n'avait rien de bizarre pour lui. Il avait toujours dormi avec quelqu'un depuis son enfance, avait toujours dormi avec son sempai depuis qu'il le connaissait. Il s'endormit au milieu d'une odeur qui ne lui était plus étrangère, le visage pressé contre le dos de l'hybride.


Il se réveillait trop facilement dans ce dortoir. Les anciens comme Eren et Farbe savaient faire abstraction du bruit mais pas lui. Il papillona des yeux et passa quelques heures blotti contre Eren en essayant vainement de se rendormir. Certains se lever très tôt, parce qu'ils avaient l'habitude de mener leur vie le matin, avant le travail. Il flottait dans un état proche du sommeil quand le corps contre lequel il se pressait se retourna. Sans signe annonciateur de réveil, rien. Seulement Eren qui se retournait d'un coup et le regardait de ses yeux gris. Il n'avait pas pensé au moment où il devrait lui expliquer qu'il s'était tapé l'incruste au milieu de la nuit parce qu'il ne voulait pas dormir là-haut ni ailleurs.
Il s'expliqua quand même plus ou moins en ces termes, rendus à moitié incompréhensibles parce qu'il était roulé en boule et parlait en regardant le matelas. "Je ne voulais pas dormir en haut".

Il se redressa et fit pendre prudemment une jambe par dessus sa couchette. Décidément il n'utilisait pas des masses la petite échelle. On disait souvent que ceux de son signe avaient des courant d'air dans la tête. Une main puissante attrapa sa cheville et tira un coup sec dessus, et il glissa du lit en poussant un cri étonné. Il atterrit pèle-mêle dans les bras de Farbe qui avait un sourire appuyé et le posait par terre.
- Réveillé petit ?
- Ouais plutôt.
Rester droit, faire comme si on n'avait pas du tout eu peur et comme si le cri de fille qui venait d'être poussé ne nous appartenait pas. Il regretta de ne pas avoir enlevé son haut pendant la nuit. Il le retira prestement pour lui faire prendre l'air. Et puis il voulait se doucher. Il se sentait très sale, depuis les quelques jours où il n'avait pas vu l'eau. Il demanda à mi-voix où se trouvaient les douches et on lui indiqua celles qu'il avait déjà vues dans la salle des sanitaires. Il n'existait pas de cabine individuelle. Il se sentait un peu mal à l'idée d'exhiber ses fesses blanches à tout le monde de bon matin. Il aurait du se lever deux heures plus tôt quand il y avait que trois clampins qui se balladaient.
Il triturait son piercing à la langue, hésitant longuement jusqu'à ce que Farbe le pousse en avant en précisant qu'il l'accompagnait pour lui éviter des embrouilles. Shane pour sa part trouvait peu rassurant de savoir qu'il risquait des embrouilles simplement en se lavant, mais si Farbe était avec lui ça devrait aller... Il supposait...
Le brun se chargea de tenir Eren au courant et traîna Shane vers les douches histoire d'en finir vite. Comme celui aux cheveux blanc prenait le plus de temps possible pour jearter ses vêtements -et pourquoi pas un panneau "j'attends mon violeur" tant qu'on y est?- il se chargea de lui retirer brusquement son haut et de lui baisser son pantalon sur les chevilles, sous-vêtement compris. Après ça le jeune eut l'air d'avoir compris la technique et se savonna très rapidement le corps. Il leva les yeux au ciel quand il le vit s'occuper de ses cheveux par la suite. Son soupir s'apparenta à un sifflement. Eren ne lui avait donc vraiment rien appris d'utile? Se laver les cheveux, on faisait ça dans les lavabo. Les siphons n'étaient pas bouchés par le Saint Esprit. Le gamin se croyait en colonie de vacances peut-être ?

Il n'essaya rien de plus que des regards appuyé sur les fesses, qu'il ne vit pas car il avait le dos tourné. Farbe avait l'air énervé pour une raison qu'il ne parvenait pas à comprendre, et on lui lança une serviette rèche et usée qui avait déjà du essuyer bien des corps avant le sien. Il essaya de ne pas trop y penser et renfilla rapidement son pantalon et son boxer.
Le brun parti a grand pas, mais lui resta près des lavabos pour rincer et passer son haut au savon, histoire qu'il sente moins la sueur. Et puis ensuite pour le faire sécher ? Il se posait désespérément la question e, l'essorant. Il pensait à l'étendre sur un lit mais ça le mettrait en évidence. Il ne savait pas trop... Il retourna en direction des lit pour demander à Eren, un peu à la façon d'un gosse qui revenait demander des trucs à sa mère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le dortoir (côté hommes)   Sam 16 Aoû - 0:12

A vrai dire, il n'avait pas senti ni entendu le froissement de son matelas quand les genoux de Shane s'étaient posés dessus, ses mouvements aveugles dans l'obscurité, ses doigts pâles dans des cheveux sombres. Aussi bien que tout le reste, les déambulations des prostitués entre les couchettes, le murmure de leurs conversations en fond sonore, il avait fait abstraction de son apprenti, de la raison pour laquelle il était là, de son existence, de sa naissance, de son "être". Tout était noir l'espace d'une nuit, il avait déjà oublié, fui les jours paisibles qui s'étaient écoulés, pour ne pas sentir le goût âcre du regret emplir son palais et sa langue. Quelques heures de plus, il fuierait les mauvais jours à venir annoncés par l'oracle de la mort de Matan.

Le réveil fut moins aisé que sa chute dans le sommeil. Il mit un temps assez long à émerger, passant d'un prélude à un état d'éveil total, celui où il pouvait ouvrir les yeux sans sentir ses paupières lourdes peser dessus, sans avoir la bouche qui réclamait de s'écarter pour laisser passer un bâillement. Peu à peu il reprenait contact avec le mur de plâtre en face de ses yeux, comme l'on retrouve sa maison après être allé en vacances deux semaines - quelle ironie. Puis les sensations reprirent place en lui, et il dût assimiler la présence désagréable d'un corps chaud massé contre son dos, lui en rappelant un autre près duquel il avait pris la petite habitude de s'endormir. Serrant machinalement le tissu de son débardeur contre son torse, il ne lui fallut qu'une fraction de secondes pour se retourner et fixer le vol... Ha non, tiens donc, Shane.
Rougissement furieux réprimé par l'ensemble des cellules de ses joues.

Le silence qui s'ensuivit sembla gêner la petite créature aux cheveux blancs, qui après une pause où Eren essayait de masquer son air de merlan frit derrière l'impassibilité, commença à se justifier en bafouillant des explications dont il ne comprenait pas la moitié. Tout cela pour qu'il finisse par acquiescer face à un petit gamin qui n'avait pas supporté qu'on le laisse tout seul. S'il avait eu un bébé animal c'aurait été la même chose, il n'aurait pas voulu le lâcher de peur de se retrouver abandonné. Air perplexe. Il avança la main vers les cheveux blancs qui lui faisaient signe : "Touche-moooooooi ! Serre-moi dans tes doigts owiiiiii ! Encore !", et lui passa le meilleur savon qu'il put tout en lui foutant involontairement un coup de coude dans le ventre.


- La prochaine fois je m'endors pas tant que tu pionces pas ! Gamin !

La dispute se solda par la descente de Shane de SON lit à lui qu'il aimait. Tiens, un peu subite, d'ailleurs, la descente, et accompagnée d'un léger cri aiguë comme aurait pu l'être celui d'une fille. En entendant la voix de Farbe se mêler à celle de son disciple, il ne chercha pas à aller analyser la situation, en se disant d'un accord tacite avec son cerveau blasé que le petit n'avait pas dû se briser la nuque en tombant. Dans un soupir lourd de sens, il se laissa tomber sur le dos sur son oreiller, les bras en croix, ouvrant le plus possible les yeux. Ha, ce qu'on était bien, les deux petites minutes de battement où l'on fait semblant de dormir encore avant de partir pour le boulot ! En fait, pour dire la vérité, il ne savait absolument pas en quoi consisterait ce "boulot" aujourd'hui - nuit, jour, vitrine, trottoir ?, mais à l'inverse pensait pertinemment que cesser la provocation et rappliquer tout de suite à la maison était le plus juste à faire. Il acquiesça sans trop y penser à la réplique de Farbe, qui semblait emmener Shane aux douches. C'était bien, il allait pouvoir parlementer longuement avec lui-même en regardant le plafond (ou les lattes de la couche de Shane, à Shane, faite pour qu'il dorme dedans). Soupir amusé en repensant au visage embarrassé de s'être fait prendre, malgré la petite lueur de défi dans les yeux bleus qui lui allait bien.

Le nouveau soupir qu'il poussa fut plutôt un grognement, alors qu'il passait ses jambes hors de son lit, les laissant pendre dans le vide à l'image du disciple quelques minutes auparavant, assis. Il eut le temps d'observer les endormis et les actifs à sa guise, de se demander s'il devrait aller sauter sur le lit de Yüurei qui avait été de nuit pour se faire incendier, et puis une petite figure toute blanche revint vers lui avec de nouvelles conneries à raconter, alors il oublia. En fait...

Il regardait la loque mouillée dans une des mains de Shane, et l'autre qui la désignait de son index. A bien y regarder ça ressemblait au haut à lanières qu'avait le jeune homme quand il était arrivé à la Maison, le même qu'il avait porté tout ce temps où ils bondissaient sur les toits en AT's, bref, ses vêtements civils. Humide, donc. Et on lui demandait où on devrait le faire sécher. Alors qu'ils partaient ce matin.


- ...

Seigneur. Eren passa lentement une main devant ses yeux fermés, histoire de se remettre les idées en place, et puis les planta de l'air le plus scandalisé qu'il pouvait sur la petite silhouette de Shane.

- A quoi il sert, Farbe ?! Tu comptes aller travailler tout à l'heure torse à poil ? Si tu veux je peux prendre ton futal pour me faire un bandana aussi, comme ça tu pourras tout exhiber !

Comment dire, les sermons de l'hybride étaient toujours très... très Eren quoi. Pas franchement agressifs mais plutôt saugrenus, humiliants et assez désespérés, comme s'il avait décidé de faire culpabiliser jusqu'à la mort tous ceux qui ne suivraient pas ses ordres. Deuxième phase, le regard gris perle presque embué sur la mine du pécheur.

- Shane-kun... Laisse-le sur mon lit. On a Yüurei à réveiller, il te faut un haut.

Soi-disant qu'il n'avait pas excessivement envie de traîner un torse nu tout blanc derrière lui, bien dévoilé à tous les pervers qui passaient. Mais de toute façon il y aurait forcément des pervers qui le regarderaient et feraient même plus, à ce torse, dans d'autres circonstances. Dieu que c'était compliqué, un esprit encore endormi et passablement indécis d'Eren.



Seuls quelques cheveux bruns dépassaient du rouleau de printemps qu'ils pouvaient admirer, étendu et ronflant comme un bienheureux au milieu de la salle. Certains chuchotaient en le regardant, l'oeil amusé, on pouvait même percevoir quelques rires discrets. Ce crétin se donnait en spectacle même lorsqu'il dormait. Bam. Il roula un peu pour défaire le corps de la couverture après s'être reçu un coup de pied bien ajusté de quelqu'un que nous ne donnerons plus la peine de citer. Pour le fun, nous l'appellerons Machin. Donc Machin, accompagné d'un garçon passablement trauma montrant sa poitrine et ses hanches à qui voulait, avait assené un terrible coup à Yüurei, qui s'était ainsi réveillé. Deuxième acte, soit les yeux verts rageurs qui étaient sortis de leur coma et la voix si douce marmonnant des "Quoi ? Tu reviens juste pour me faire des bleus ?!".
Sourire exquis décoré de dents tranchantes. Ou ce que nous appellerons communément un "Gni". Machin saisit Shane par les épaules, l'amenant devant lui tout en disant :


- J'ai besoin de vêtements pour ça.
- ...Tu t'es promené tout nu comme ça dans Anthélima, Shane ?
- Mais bien sûr que oui.

Le sourire joueur sur les lèvres du réveillé indiqua que sa requête était acceptée. Machin soupira intérieurement.
Yüurei était un des rares du dortoir à avoir plusieurs tenues. En réalité il les faisait tourner entre le trio infernal, soit lui-même, Eren et Farbe. Certaines avaient été volées, d'autres récupérées, et il y avait les loques qu'ils possédaient en entrant ici, aussi. L'hybride brun avait gardé son jean élimé à cause de la longueur de ses jambes, qu'aucun autre pantalon ne pouvait couvrir, mais le tissu blanc qui recouvrait son torse n'était pas à lui au départ - c'était Dienthal qui lui avait laissé en le faisant travailler ici. On essaya sur Shane ce qu'on pourrait nommer "un tas de choses", plus par envie de fashion que par réel besoin : les deux eurent un rire sarcastique en passant les sweets, voire toute la garde-robe de Farbe au corps tout frêle de Shane, puis les débardeurs possédés par Yüurei. Mais ça n'allait pas. Ses bras étaient là, pâles, découverts, à nu, si exposés, si touchables, par n'importe qui. Il se dit que c'était parce qu'il avait eu l'habitude de le voir avec son fidèle sweet-shirt sanglé, puis posa des yeux appréciateurs sur un pull troué.

Quelque chose de gris, avec une poche sur le ventre, et surtout de longues manches, des petits trous comme grignotés par les souris ou accrochées à des clous rouillés. C'était trop grand pour Shane, mais c'était normal, son dernier possesseur avait mesuré 1m75 et il le revoyait encore, le visage un peu plus creusé, les yeux hagards, ses longs cheveux bruns comme une tignasse discontinue flottant sur son dos alors qu'il longeait les murs.
Sa pupille sembla s'étrécir.


- Ca lui va très bien.
- Tu rigoles, c'est moche.
- Non moi je trouve que c'est parfait, merci Yüu.

Eren tira le bras de Shane, de quoi l'obliger à le suivre alors qu'ils sortaient avec son "nouveau vêtement". Une fois le point de rendez-vous, soit le lit, fut rallié, ce fut l'opération pliage de couvertures, aussi bien sur la deuxième que la troisième couchette. En même temps que la couette lui glissait entre les doigts, il expliquait à l'adolescent la suite du programme, d'une voix qui se voulait neutre, comme parlant de banalités.

- Il faut faire profil bas maintenant Shane-kun. Ca veut dire qu'on va direct à la Maison. Tu devrais rien avoir, t'inquiète, je te couvre de toute façon. Mais c'est heu... la politesse, si on peut dire, du moins être sûr que... Enfin voilà, je sais que tu comprends.

Il passa une main aux longs doigts dans ses cheveux, juste pour peigner quelques mèches dans un geste inutile.

Bientôt ils sortaient côte à côte, un hybride plus grand à l'air nonchalant traînant avec un garçon pâle portant un pull complètement défoncé. Doucement il jouait avec un caillou du bout de sa basket, les yeux baissés sur ses pieds, tout en posant des questions stupides comme des "Bien dormi, au fait ?", "Tu t'en sortiras pour aujourd'hui ?". Tout ce qu'il avait oublié de dire au réveil quand il s'était retrouvé nez à nez avec des iris bleu givre coupables.

Arrow Un topic quelconque dans la maison de passe
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le dortoir (côté hommes)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le dortoir (côté hommes)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Anthéa de Prouville // La faiblesse des hommes font la force des femmes !
» Proverbe du Jour: Les hommes ont 4 poches, les femmes n'ont 1 poche
» Pourquoi les hommes sont-ils heureux ?
» Bande d'Hommes Bêtes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Suria :: ARCHIVES. :: Topics terminés :: RP Terminés-
Sauter vers: