AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Archibald Lonia - (Élu des Dieux et Hybride)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Archibald Lonia
~ Élu des Dieux ~
~ Élu des Dieux ~
avatar

Masculin Nombre de messages : 14
Âge : 22 ans.
Capacité spéciale : Chute non mortelle, Vitesse accrue, Saut amélioré
Signe(s) particuliers(s) : Queue de loup, yeux d'ambre, pattes de loup et cicatrices dans le dos.

Porte-monnaie : 0.

{ All About You
Profession: Artiste
Race: Hybride
Effets Personnels:
MessageSujet: Archibald Lonia - (Élu des Dieux et Hybride)   Lun 18 Avr - 19:23

DJ (Dans Jeu) :

*/ État Civil :

    Nom : Lonia
    Prénom(s) : Archibald
    Surnom : Le Cabot
    Âge : 22 ans
    Sexe : masculin
    Sexualité : bi
    Race : Hybride (Loup)
    Signe : Air
    Lieu de Naissance : Tinkreet
    Lieu de Résidence : Darnasus
    Métier : Peintre
    Classe Sociale : Peuple
    Élu des Dieux ? Oui [x] Non [ ]
    Partisan(e) ? Oui [x] Non [ ]



*/ Histoire :
Un vieux livre fatigué, sa couverture bordeaux écaillé, ses coins de page plus cornées les un que les autre - donnant l'impression que ce dernier possédait plus de page qu'en réalité - à intervalle irrégulier. Aucune étiquette de quelque sorte que ce soit, aucun titre que ce soit sur la face ou la tranche. Il est posé sur quelques papiers, sûrement des factures ou quelque chose de semblable, bien que la pièce ne sembla pas appartenir a un marchand. Autour, quelques pinceaux se battaient en duel, non loin d'une toile à peine commencé, et sans doute jamais terminée. Des toiles comme ça, si l'on tournait la tête, il n'y en avait pas qu'une. Des dizaines s'entassaient dans des coins, l'esquisse d'un sourire, d'un regard, le commencement d'une poupe, un bout de mer, un bout de ciel... Et non loin, un homme a la respiration régulière. Ce dernier, allongé à même le sol, un vieux drap cachant partiellement son corps. La fenêtre entrouverte ne laissait pas passer assez de lumière pour pouvoir le détailler. Un coup de vent, et tout de suite tout est plus clair. Ce jeune homme ne devait pas avoir plus d'une vingtaine d'année. Ses longs cheveux blond se répandaient sur le sol, auréole autour de son visage lui donnant un petit air angélique du plus bel effet. Un corps maigre et peu musclé apparut lorsqu'il se retourna au détour d'un rêve. Un dos couvert de cicatrice, sans doute des restes de quelques escarmouche par ci par là desquels il n'était pas sortit sans verser un peu de sang. Le drap glissa encore un peu, et quelque chose de moins humain apparut. Une joli queue, touffu juste ce qu'il fallait, qui battait doucement l'air, ou plutôt passait un coup de plumeau sur le sol, vu la position du jeune homme. L'organe, dans les ton du gris argent, était rattaché au squelette du jeune homme au niveau de sa chute de rein, légèrement au dessus du bassin, pour être plus précis. Nous aurions pu nous approcher un peu plus, pour l'observer d'un peu plus près (le jeune homme, pas son organe supplémentaire), mais une porte s'ouvrit, et une jeune femme rentra. Un joli brin de fille que cette Myenta. Pirate de son état, les yeux encore plein de sommeil, la jeune femme s'approcha du corps endormit, tout en ajustant sa ceinture, la dite ceinture supportant un pistolet et une rapière, en plus de son pantalon. Elle mit un genou à terre, en veillant à ne pas s'appuyer sur la chevelure éparpillé, tout en détaillant son hôte de haut en bas. Son regard s'arrêta sur la queue de celui ci, avant de revenir à son visage. Un visage long, aux sourcils fin, et de ce qu'elle avait pu voir la veille, des yeux jaune. Des yeux de loup, comme on aurait dit par chez elle. Parfaitement en accord avec sa queue. Ces hybrides étaient intéressant à regarder de temps en temps... Elle se pencha sur le visage endormis et laissa un baiser sur la joue de l'hybride. "Merci pour le lit et le logement pour mes hommes, Le Cabot." Le Cabot, un surnom de circonstance, il était vrai, pour ce jeune éphèbe. La jeune femme sortit, quelques bruits de conversations purent être entendu de l'intérieur, un bruit de moteur, puis à nouveau le silence et le chant du vent. Un oiseau rentra par la fenêtre et s'approcha du Cabot, avant de pousser quelques piaillement. Les sourcils qui se froncent, la main qui part pour chasser le gêneur...Sans succès. Un bâillement plus tard, nous donnant une jolie vue sur une dentition que l'on aurait plus vu dans la gueule d'un canidé que dans une bouche humaine, Le Cabot ouvrit un œil. Il fixa d'un regard noir l'oiseau qui avait fait office de réveil, en essayant de l'attraper d'un geste vif mais vains. Mais évidement, la cible esquiva sans aucune difficulté la main qui s'approchait de lui, avant de s'envoler par la fenêtre. Le jeune homme se leva, laissant au sol ce qui lui avait servit de drap pour avancer nu dans la pièce. Il tendit l'oreille, mais aucun bruit dans la pièce d'à côté. Il y glissa la tête, pour voir que la chambre était vide. Il en conclut que ceux qu'il avait hébergé hier soir étaient déjà repartit. Il s'approcha de la salle d'eau, une petite salle en pente douce, contenant un seau en fer, qui servait à puiser un peu d'eau dans la petite source qui alimentait le "bac" d'eau au fond de la pièce, un vieux poêle éteint qui avait du brûler toute la nuit, dont il se servait pour réchauffer l'eau, et un petit bloc de savon déjà bien entamé. Il huma l'air, sentant une odeur qui ne lui était pas familière. Ainsi, la capitaine s'était un peu décrassé hier soir ? Il était pourtant certain qu'elle dormait lorsqu'il avait quitté la chambre... Il finit par rallumer le poêle, a y faire chauffer un peu d'eau et a verser le tout un petit coup sur sa tête. Pendant qu'un second seau était mis a chauffer, il avait commencé à se savonner un peu, tranquillement. Il allait le faire hier quand tout ce beau monde était arrivé... Enfin, il écrirait ça tout a l'heure. Pour le moment il se savonnait tranquillement, et aimait ça. Pouvoir prendre son temps, c'était un luxe qu'il pouvait s'offrir. Sa douche prise, il s'approcha d'un tas de vêtement propre qu'il enfilât rapidement. Une chemise qui avait perdu sa blancheur éclatante depuis bien longtemps, un bon vieux pantalon qui commençait tout de même à s'user un peu, une paire de bretelle neuve (les dernières avaient rendu l'âme à la suite d'une course poursuite sur quelques toits...), et tout de suite il était beaucoup plus présentable. Juste a temps, apparemment, car il n'avait pas finit d'attacher sa bretelle que la porte s'ouvrait doucement sur la silhouette d'une jeune personne. Colette de son prénom, se trouvait sur le pas de la porte. Enfin, la moitié de son corps se trouvait a l'intérieur, mais ce n'était qu'un détail, ça. "- Mr Lonia ? Vous êtes réveillé ?
- Pour sur que je le suis, pourquoi ? Tu as besoin de moi ?
- Pas moi, mon père. Il voudrait savoir quand est ce qu'il pourrait avoir le tableau qu'il vous a commandé avant-hier. Il a une réception demain soir et il aimerait pouvoir l'afficher dans son salon...
- Demain soir hein... Hum, dis lui que je vais voir a essayer de le terminer dans la journée, mais que je ne lui promet rien.
- D'accord... Merci.
- C'est plutôt a moi de remercier ton père de me commander quelque chose, lança il avec un sourire.
- Et...Heu...Par rapport à ce dont on avait parlé...
- Hum, ton tableau ? Passe à l'atelier dans les jours prochains, si je n'ai pas trop de travail, je m'occuperais de ça. TU pourra t'amuser à rendre jalouse toutes tes amies avec ça.
- Merci Mr Lonia !
- Arrête de me donner du monsieur, je pourrais être ton frère !
- D'accord Mr Lo...Archibald !
- Voilà qui est mieux."


Une fois la jeune fille partie, un juron discret fusa, alors que Archibald s'approchait du vieux livre qui se trouvait sur son bureau. Il l'ouvrit, rageusement. Comment avait il put oublier ça ? Ce tableau qui allait lui permettre d'être tranquille pendant un petit moment au niveau financier... Il fallait vraiment qu'il arrive à guérir ces amnésies intempestives. Il avait beau marquer tout ce qui concernait sa vie dans ce livre, il n'allait pas le relire entièrement tous les matins tout de même ! Enfin, il sentait que sa mémoire était plutôt brumeuse ce matin, et ça faisait longtemps qu'il n'avait pas lu tout ce qu'il y avait marqué au fur et a mesure des années. Grommelant, il ouvrit les pages de ce vieil ouvrage.

"Alberto viens de me donner ce livre pour que j'y marque tout ce qu'il m'est arrivé depuis ma naissances. Enfin, tout ce que je me souviens. Ma mémoire va et viens depuis que j'ai été testé dans le laboratoire. Alberto ne sait pas si ça s'arrêtera un jour ou si ça continuera jusqu'à ma mort... Alors il m'a dis de noter tout ce que je sais là dedans. Je suis né à Tinkreet, entre une poubelle et l'entrée d'une maison close. Ma mère est morte lors de l'accouchement. Enfin, c'est ce que l'on m'a dit. On, c'est la propriétaire de la maison close, Lyn. Une de ses filles m'a vu, là, dans mon petit coin d'ordure, et a décidé de me ramener à l'intérieur. Les orphelins, ça courait les rues dans cette ville. mais abandonné aussi tôt dans les ruelles, et encore en vie, c'était quelque chose de rare. Et puis, la queue canine qui prenait son essor au bas de mon dos a fait que je suis devenu encore plus précieux à leurs yeux. Les années passèrent, et je grandis tranquillement dans le local. Les filles étaient attentionnées avec moi, j'étais en quelque sorte leur enfant à toute. J'ai très vite compris ce qu'il se passait en ce lieu. Enfin, j'en ai compris les grandes lignes rapidement. Le reste aura été plus tardif. Lyn m'a appris à compter, à lire, à parler... Je lui doit tout. Elle n'était pas toujours présente, mais ce n'était pas grave. L'important, c'est qu'elle m'aimait, et qu'elle me le montrait. C'est à 8 ans que j'ai tenu ma première arme...Et que j'ai tué pour la première fois. Un homme qui violentait l'une des filles. Grand, musclé, il l'avait acculé dans un coin, et j'avais entendu son cri. La patronne n'était pas là, sortit quelques minutes faire des courses dans les marchés de la cité. Je ne savais pas ce qu'il se passait, mais je savais que Milane, le jeune femme qui avait crié, avait des soucis. Et l'une des choses que j'avais compris, c'est que lorsqu'une fille a des soucis, on se dépêche de dégager son client. La patronne faisait toujours ça avec le fusil qui se trouvait adossé à son bureau. Le canon vers l'homme, en lui indiquant la sortie. C'est tout naturellement que j'étais allé cherché le fusil, et que j'avais ouvert la porte de la chambre. Milane se trouvait contre un mur, la lèvre ouverte. L'homme s'était retourné en entendant la porte, et avait crié qu'il voulait être seul. Puis il m'avait vu, avait éclaté de rire, et avait continué ce qu'il faisait. Comment le coup partit, je ne sais plus. Mais le résultat, ce fut que l'homme s'effondra dans un coin de la chambre, pendant que Milane sortait. Après ce moment là, le trou noir. De ce que l'on m'a dis, je suis resté là, sans bougé, le fusil pointé sur l'homme, jusqu'à ce que la patronne, Lyn, me l'enlève des mains. Les souvenirs suivant se passent quelques années plus tard, alors que je tente de fuir de la cité. On est entrain de nous emmurer vivant, la ville vivant selon ses propre loi (ce qui dérangeait le pouvoir en place) depuis trop longtemps. Moi qui fuit, Milane qui me tiens la main, Lyn qui nous suit, puis s'arrête, et nous dit qu'elle reste. Qu'elle doit veiller sur les filles. Mais qui fait un geste à Milane qui m'entraîne rapidement derrière elle, malgré mes cris. Elle se fait attraper par un grand homme en noir, puis je reçois le même traitement. On reçoit un coup d'un objet étrange qui nous fait perdre immédiatement connaissance.

Quelques heures plus tard, enfin, j'imagine que c'est quelques heures plus tard, on se réveille, chacun dans une cage. Un vieil homme s'approche, et nous annonce que l'on est devenu sa propriété, et que l'on est dans un laboratoire. Le cauchemar commencera à partir de là. Et mes pertes de mémoires aussi. Tout les jours, on essayera de nouvelles choses sur Milane et moi. Des produits chimiques, des exercices physiques, de la réflexion... Tout y passera. Et ça dureras 3 mois. Trois mois pendant lequel j'ai ingérer, couru, combattu, cicatrisé...J'ai vu Milane qui devenait de plus en plus faible aussi... Et c'est après sa mort qui j'ai eu assez de volonté pour me soustraire à l'effet des drogues pour tenter de sortir de là. La cavale, et puis Alberto. C'est lui, un vieux peintre itinérant, qui m'a recueillit et élevé comme son fils. Il m'a appris le dessin, la peinture, le fusil... Je lui dois beaucoup."


Un instant, Archibald s'arrêta dans sa lecture, et essuya la larme qui venait de couler lentement sur sa joue. Milane... Il n'avait jamais réussi à accepter totalement la mort de la jeune femme, et ne pouvait s’empêcher de penser que c'était de sa faute si cette dernière y était resté. Il avait eu beaucoup de mal en arrivant ici, à se lier au vieil homme qui deviendrait rapidement comme un père pour lui. Son arrivé n'avait pas été forcement bien vu par les habitants à l'époque. Que le vieil homme se retrouve avec un enfant du jour au lendemain, cela avait toujours alimenté les récits de toutes les langues de vipère du coin. Il avait été rejeté à son arrivé, que ce soit pour ça ou pour son attribut et ses manières canine.

Il se remit à lire l'écriture qui au fur et à mesure s'améliorait :

"Aujourd'hui, je reprend l'écriture de ce vieux journal. Je fête mes 16 années aujourd'hui. Depuis que j'ai laissé tomber ce livre en oublis, il ne s'est finalement pas passé de chose réellement importante pour moi. J'excelle maintenant dans l'art du dessin et de la peinture. Enfin, j'y arrive assez pour que Alberto me laisse finir des toiles pour lui. Il commence à se faire réellement vieux, et semble, malgré ses bougonneries incessantes, apprécier la voie que mon trait à prit. Il me parle souvent de sa succession possible. Je sais que je reprendrais l'atelier s'il lui arrivait quelque chose. Les personnes ici ont fini par adopter ma présence. Enfin, la plupart. Je me fait encore courser par quelques gamins qui n'aime pas ma queue ou mes manières, mais dans l'ensemble, tout est pour le mieux."

Puis quelques temps plus tard :

"Aujourd'hui, Alberto m'a fait un cadeau qui peut paraître étrange, un vieille pipe en bois et un peu de tabac. Il m'a montré comment bourrer la pipe, comme l'allumer et comment tirer de longues bouffées tranquilles. Bon, les premiers coups ne furent pas vraiment concluant, la fumée me brûlait la gorge. mais j'y ai vite prit goût. Depuis, on fume tous les deux, sur le rebord de la fenêtre le soir. Par longtemps, trois ou quatre minutes, mais ces trois ou quatre minutes avec lui, je ne les échangerait pour rien au monde. On discute, de la journée, de mes progrès, des commandes... C'est reposant."

"Alberto ne va vraiment pas bien aujourd'hui, j'ai peur qu'il ne lui arrive quelque chose. On tente de l'aider, mais je ne sais pas s'il arrivera à se remettre cette fois ci. Il ne mange plus, il boit peu... Depuis que je suis arrivé ici, et pour la première fois, j'ai peur."

"Alberto... Il m'a fait ses adieux. Je n'arrive pas a croire que je ne le verrais plus le matin, à griffonner dans son atelier, qu'il ne s’assiéra plus jamais à notre table pour manger l'une de mes soupes, qu'il ne pourras plus jamais me corriger, m'aider...M'aimer."

Le vide était conséquent cette fois aussi. Il n'avait pas supporté de perdre son père adoptif, et avait faillit mettre fin à ses jours de nombreuses fois, des tentatives qui se solvaient par des échecs grâce (ou à cause) des habitants qui arrivaient toujours à le trouver à temps. Ce ne fut qu'en manquant de perdre une de ses seules amies de cette façon qu'il compris la valeur de la vie, et qu'il s'employa à reprendre l'atelier.

"Les affaires ne marchent pas aussi fort qu'avant, mais j'ai largement de quoi vivre, et c'est l'essentiel. Quelques fois, un bourgeois me commande un tableau. Apparemment j'ai tapé dans l’œil de quelques unes des familles aisées vivant aux alentours. Cela me permet de manger à ma fin, chaque tableau que j'arrive à finir pour eux me permettant d'acheter sereinement de la nourriture pour un petit moment. Et puis, avec un peu d'argent que je met de côté, je peux aller boire un petit coup de temps en temps avec Alphonse et Alicia, au bar du village. Il n'y a pas a dire, ces deux là, je ne sais pas ce que je ferais sans eux. Alphonse, c'est un bon vivant. Toujours le mot pour dérider la plus bougonne des sentinelles, une bonne carrure, celle d'un pilier de bar à vrai dire. Toujours là pour me donner un coup de main lorsque j'ai des ennuis. Et un as du lance-pierre avec ça, je me souviens encore de la fois où il à arrêté ce vieux brigand de Willy alors qu'il approchait trop d'Alicia en lui faisant tomber un pot de fleur sur le crâne. Qu'est ce qu'on avait pu courir après ça. Alicia, c'est un véritable garçon manqué. Les cheveux courts, habillé comme un homme, elle possède quand même ce petit quelque chose qui fait que les garçons la regarde. C'est elle qui m'a fait prendre conscience que la vie était précieuse. Je n'aurais pas supporter de la perdre si l'on était mort de cette chute du toit de la mairie... Et d'ailleurs, le direct qu'elle m'a mit juste après m'a bien fait comprendre qu'il ne me fallait plus jamais recommencer."

"Aujourd'hui, j'ai aidé une pirate. Un joli brin de fille qui s'est écrasé non loin de la ville. Elle était mal en point, mais rien qui ne semblait réellement grave. Elle est en ce moment dans mon lit. J'ai réussis à la laver, avec son consentement et son aide, ce qui a semblé lui faire du bien. Elle doit dormir pour récupérer en ce moment. Je dors dans l'atelier en ce moment, entre les quelques toiles en cours de réalisation. Le premier soir, je me suis couché sans rien d'autre que mes vêtements, et j'ai eu la surprise de découvrir un drap posé sur mon corps le lendemain matin. Mon invitée m'avoua que c'était elle qui me l'avait déposé, craignant que je n'attrape mal. " .... "....et hier soir j'ai dormis dans mon lit. Cela faisait plusieurs jours qu'elle tentait de me faire revenir dans ce meuble qui m'appartenait auparavant, et elle est enfin arrivé à ses fins hier soir. Nous avons passé la soirée blottis l'un contre l'autre. Je n'avais pas dormis avec quelqu'un depuis plusieurs années, et j'ai été surpris de remarquer à quel point il c'était agréable de sentir le contact de cet autre corps contre le mien. Elle n'avait pas fait de remarque par rapport à ma queue, qu'elle observait à la dérobé de temps en temps."

"Elle est partie ce matin. je me suis réveillé dans un lit vide, avec le goût de ses lèvres sur les miennes. J'ai décidé de devenir partisan."

Archibald relu cette dernière phrase. Il avait par la suite accueillit pas mal de pirate dans son atelier. La jeune pirate était revenu plusieurs fois par la suite, avec ou sans ses pirates. Souvent pour se cacher ou réparer, d'autre fois, moins courantes, pour un simple bonjour. Myenta était devenue une bonne amie pour lui. Il enviait sa liberté.

Il prit la plume, la trempa rapidement dans l'encre et écrit les dernières choses qu'il lui était arrivé cette semaine. Après quelques paragraphes, il referma le livre, remit la plume à sa place et se mit à travailler sur ses tableaux...


*/ Personnalité :

• Caractère général :
Archi est une personne serviable, toujours prête a vous donner un coup de main si vous avez quelques travaux à faire ou quelques choses à porter, sa proposition sera spontanée et n'attendra pas forcement une quelconque compensation de quelque sorte qu'elle soit. C'est un garçon au tempérament calme...Du moins tant que la situation ne touche pas l'un de ses proches. Il est toujours prêt à se sacrifier pour ceux qu'il juge important, et que cela soit en prenant sur lui toute la faute d'une personne ou en se plaçant entre elle et une arme à feu. Lorsqu'il a essayé de se suicider en se jetant du haut d'un des bâtiments de la ville, Alicia, l'une de ses amies, s'est jeté avec lui. Il s'est débrouillé pour la rattraper au vol, et pour se placer de façon à amortir sa chute à elle. Bien entendu, il ne connaissait pas l'étendu de ses capacités à l'époque, et ne pouvait donc pas savoir qu'il ne se briserait que quelques os à tomber ainsi en portant Alicia. C'est d'ailleurs cet incident qui mis fin à la mélancolie qui l'avait gagné à la mort de son mentor. Sa rencontre avec Myenta l'avait rendu plus "humain" en un sens. Elle avait chassé les dernières bribes de ce cauchemar qu'il tentait d'oublier, et lui avait permit de faire quelque chose de sa vie.
Archibald est devenu quelqu'un qui se montre a peu près sérieux devant les clients, mais d'une flegme incomparable lorsqu'il est avec l'un de ses amis, a boire un petit coup au bar du coin en tirant sur la vieille pipe dont lui avait fait cadeau Alberto au bout de quelques années, pour qu'ils puissent se retrouver tous les deux, assis à la fenêtre, a tirer sur un peu de vieux tabac en observant le soleil se coucher à l'horizon, un sourire au lèvres et le cœur léger.
Comme on peu s'en douter, Archibald n'a rien contre la piraterie, au contraire. Il tient pour responsable de sa séparation avec sa première famille, et de la mort de Milane le gouvernement en place, et fait ce qu'il peut pour leur donner un coup de main? Ça ne l’empêche pas de donner le change lorsqu'il le faut, en mettant à profit son goût de la scène et du déguisement. Il ne compte plus le nombre de fois où il a courut dans les rues de la ville, vêtu comme un flibustier pour dérouter une cohorte d'anti-pirate.
Malgré son sourire, qu'il affiche en toute circonstance, net et franc, ne vous y trompez pas, c'est quelqu'un qui à été profondément marqué par la vie, et qui risque de frapper fort si la vie lui donne l'occasion de se venger.

Qualités : Serviable comme tout, toujours prêt pour s'embraquer avec vous dans une aventure complètement folle et vouée à l'échec, hospitalier
Défauts : Ne sait pas montrer ses sentiments, possède toujours cette flamme noire qu'il tente d'étouffer depuis des années mais qui le dévore petit à petit et continuera jusqu'à ce qu'il se venge.
Goûts :Simple, il ne lui faut pas grand chose. Amateur de bleu (la couleur), de vert, de verres et de vers.

*/ Physique :

• Physique Général :

C'est un jeune homme qui ne semble pas avoir plus d'une vingtaine d'année. Il possède une magnifique longue chevelure blonde, de ces chevelures qui vous donne pour vos interlocuteurs l'air d'un ange. Un visage long, aux sourcils fin, surplombant l'abysse de ses yeux d'ambre si particulier. Des yeux de loup, comme on dit dans certains villages. Parfaitement en accord avec ce qui lui servait de dentition. De véritable crocs que l'on aurait préféré trouver dans la mâchoire d'un canidé plutôt que dans celle d'un humain. On peut le dire, il n'a jamais eu de problème pour manger un bout de viande...

Son corps est maigre et peu musclé, tout en finesse et en longueur. Son dos est remplis de cicatrices plus ou moins étendu, qui disparaissent presque à côté de celle qui traverse sont dos de la scapula au bassin. Autant toutes ces petites cicatrices provenaient d'escarmouches avec des gamins de la cités (ou avec les forces de l'ordre...), autant celle ci était beaucoup plus ancienne et rappelait à Archibald qu'il avait été détenu dans un laboratoire dont il n'était pas sortit intact... Continuons de descendre lentement le long de ce joli corps qui s'offre a nous, pour découvrir, au niveau de sa chute de rein, une joli queue, touffu juste ce qu'il faut, qui bat lentement l'air. Cet organe, c'est ce qui avait fait qu'il s'était fait attaquer par les enfants à son arrivée en ville. La fourrure qui la recouvrait était d'un joli gris argent, plus foncée à la base qu'au bout. Elle est rattaché au squelette du jeune homme juste au dessus de son bassin. Enfin, il n'a pas de pied à proprement parler. Son humanité s'arrête au niveau de ses genoux. À partir de là, lentement mais sûrement, sa peau se couvre de fourrure et ses articulations prennent la forme de celle du canidé avec lequel son humanité est mélangée. Ses pattes sont semblables à celles d'un loup, bien que plus grandes, évidement, et un peu plus longues, ce qui lui permet de tenir debout facilement. Au niveau des griffes, oui, il en a, non, il ne les limes pas vu qu'il n'en a pas l'utilité, la seule personnes aillant partagé sa couche ne s'en étant pas plainte.

Mais arrêtons donc de le détailler comme ça, une chemise qui a perdu sa blancheur éclatante depuis bien longtemps, un bon vieux pantalon qui commence tout de même à s'user un peu, une paire de bretelle neuve (les dernières avaient rendu l'âme à la suite d'une course poursuite sur quelques toits...), et tout de suite il est beaucoup plus présentable.

Signe(s) Particulier(s) : Sa queue de loup gris argenté, ses yeux jaunes, une large cicatrice de la scapula gauche à la droite de son bassin en plus des plus petites qui parcourent son dos. Ses dents à faire pâlir un doberman et ses pattes de loup.
Taille : 1m90
Poids :55kg


* - STUFF

• Arme(s) utilisée(s) : Un vieux fusil, un rasoir.
• Animal de compagnie : Un corbeau qu'il nourrit de temps à autre
• Objet(s) fétiche(s) : Son carnet à croquis, la pipe de Alberto.
• Moyen(s) de transport : Ses pieds
• Pouvoirs :
-Saute plus haut et plus loin que la moyenne (3 à 4 mètres)
-Ne peux mourir en tombant, lors d'une chute l'air se densifie sous lui pour le ralentir. ça n’empêche pas qu'il peut se briser des os ou se tordre une cheville à atterrissage.
-Vitesse supérieure à la moyenne.

HJ (Hors Jeu) :

Qu'est-ce qui vous a incité à vous inscrire ?...
Comment avez-vous connu ce forum ?Un top rpg
Connaissez-vous déjà quelqu’un sur ce forum et si oui, quel est son personnage ? Non
Quel est le code ? Code validé par Dante Kilstrong.
Avez-vous un commentaire à faire ou une suggestion pour améliorer le forum ?


Dernière édition par Archibald Lonia le Mar 26 Avr - 21:19, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dante Kilstrong
| Modératrice |
avatar

Masculin Nombre de messages : 219
Âge : 18 ans.
Signe(s) particuliers(s) : Couleur de neige

Porte-monnaie : 20 myrs.

{ All About You
Profession: Coursier.
Race: Hybride Artificiel.
Effets Personnels:

MessageSujet: Re: Archibald Lonia - (Élu des Dieux et Hybride)   Lun 18 Avr - 20:10

Tout d'abord, bienvenue à toi sur Suria!

J'ai lu ta fiche avec beaucoup d'attention. Une bien agréable fiche d'ailleurs, malgré le fait que j'y ai constaté quelques erreurs et d'autres petites choses que je me dois de te faire remarquer.

Tout d'abord, il manque le physique. Je sais, tu en parles dans l'histoire et tu respectes le nombre de ligne (Vu ta fiche, je n'irai pas t'ennuyer avec le nombre de lignes x). Cependant, il serait sans doute agréable que tu le mettes aussi dans un paragraphe qui lui est proprement réservé, par soucis de clarté. Tu peux copier ce que tu as mis dans l'histoire sans problème. Pour moi, ce sera correcte et validé, puisque l'ensemble est tout de même très bien travaillé.

Ceci dit, c'est pour faciliter tes échanges avec d'autres joueurs qui désireront sans doute lire le caractère et le physique de ton personnage sans forcément lire la fiche entière. (Oui, je me justifie ~)

Ensuite, même si tout est vraiment bien écrit, j'ai trouvé ceci dans ton texte:

" Archibald est devenu quelqu'un qui se montre a peu près sérieux devant les clients, mais d'une flegme incomparable lorsqu'il est avec l'un de ses amis, a boire un petit coup au bar du coin en tirant sur la vieille pipe dont lui avait fait cadeau Alberto au bout de quelques années, pour qu'ils puissent se retrouver tous les deux, assis à la fenêtre, a tirer sur un peu de vieux tabac en observant le soleil se coucher à l'horizon, un sourire au lèvres et le cœur léger. "

Par soucis du détail cette fois, je pense que tu devrais relire ton texte et penser à y insérer quelques points supplémentaires, pour rendre le tout moins lourd (J'ai eu du mal à parvenir à la fin de ce morceau, je l'admets!).
Il y aussi quelques petites fautes d'orthographe et de ponctuation par-ci par-là, mais je ne m'attarderai pas trop là-dessus.

Au final, il y a surtout une chose qui m'a dérangée et c'est peut-être même la plus grave. Tu ne précises pas tout à fait de quel animal ton personnage est l'hybride. Tu cites plusieurs fois le nom de "cabot" et la dentition digne d'un canidé, mais tu dis aussi qu'il a une queue de loup.
Alors chien, ou loup? (A savoir qu'il y a déjà un hybride artificiel de Loup sur le forum).


Je pense que j'ai fait le tour! Encore félicitation pour cette fiche. N'hésite pas à me faire signe pour que je vienne relire tout ça et valider une bonne fois pour toute!

Courage,
Dante.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Archibald Lonia
~ Élu des Dieux ~
~ Élu des Dieux ~
avatar

Masculin Nombre de messages : 14
Âge : 22 ans.
Capacité spéciale : Chute non mortelle, Vitesse accrue, Saut amélioré
Signe(s) particuliers(s) : Queue de loup, yeux d'ambre, pattes de loup et cicatrices dans le dos.

Porte-monnaie : 0.

{ All About You
Profession: Artiste
Race: Hybride
Effets Personnels:
MessageSujet: Re: Archibald Lonia - (Élu des Dieux et Hybride)   Lun 18 Avr - 21:59

Bonsoir;

Je m'occupe de refaire une partie "physique" de ce pas. (et pas besoin de te justifier pour ça)

Je vais m'occuper de rajouter quelques lignes dans l'histoire à ce sujet. Pour ma défense, j'avais attaqué cette fiche il y a un petit moment, et lorsque je l'ai terminé aujourd'hui, je n'ai pas fait la chasse aux petites incohérence de ce type. Je m'occupe d'arranger ça une fois ce message posté.

Et enfin, par rapport a l'hybride, pour moi, c'était un loup. "le cabot", c'est un surnom affectueux, et je rappelle que le loup est un canidé Wink Ceci dit, si il me faut changer d'animal, merci de me le signaler que je m'en occupe tout de suite.

Sur ce, je m'attaque aux changement a faire !

Archi'

EDIT : J'ai ajouté quelques paragraphes par rapport à des personnages annexes, le physique à été réécris, et j'ai précisé (Loup) dans la présentation.


Reste il autre chose ?
(Changement de l'hybride, point obscure...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dante Kilstrong
| Modératrice |
avatar

Masculin Nombre de messages : 219
Âge : 18 ans.
Signe(s) particuliers(s) : Couleur de neige

Porte-monnaie : 20 myrs.

{ All About You
Profession: Coursier.
Race: Hybride Artificiel.
Effets Personnels:

MessageSujet: Re: Archibald Lonia - (Élu des Dieux et Hybride)   Mar 19 Avr - 0:55

Pardon pour cette réponse un peu tardive!

Pour ce qui est du loup, je sais tout à fait qu'il fait partie de la classe des canidés (Ham, Dante, mon propre personnage, est l'hybride artificiel dont je te parlais plus haut =3). Mais je préfère que tout sois bien précis, sait-on jamais!

Sinon, pour le reste, pas de problèmes. Toutes tes modifications sont parfaites, j'estime que ta fiche est donc bien remplie et qu'elle correspond à ce que nous demandons pour accepter les membres sur Suria.

Je suis émue, tu es ma première validation officielle en tant qu'Admin *Renifle*.

Je te souhaite donc à nouveau la bienvenue sur le forum, en espérant que tu puisses passer de nombreuses heures parmi nous à écrire, écrire et écrire encore.

Welcome home,
Dante.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Archibald Lonia - (Élu des Dieux et Hybride)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Archibald Lonia - (Élu des Dieux et Hybride)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [EVENT] Omnia, la fête de tous les dieux
» Groupe #4 : Les dieux sont-ils avec ou contre nous ?
» Archibald Vaughn
» Bob marley c'est dieux
» Après la folie des dieux....[PV Shion, Urio]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Suria :: PRÉSENTATIONS. :: Présentations. :: Fiches validées.-
Sauter vers: