AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Qu'est-ce qu'il a mon oeil ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sirius Heartless
*[ Habitant de Suria ]*

avatar

Masculin Nombre de messages : 8
Âge : 19 ans.
Capacité spéciale : Odorat développé
Signe(s) particuliers(s) : Borgne

Porte-monnaie : 0.

{ All About You
Profession: Mercenaire
Race: Humain
Effets Personnels:

MessageSujet: Qu'est-ce qu'il a mon oeil ?   Mer 20 Avr - 17:56

Tiens, c'est marrant les ombres...

Ça bouge, c'est vivant sans vraiment l'être, leurs formes peuvent soit prendre une allure banale, soit se distordre de la manière la plus étrange. On peut imaginer des tas de trucs avec une ombre projetée sur un mur en bois aussi sale que celui-là. Moi, je vois des chiens, des chats, des canards, des crabes, des serpents, des dragons... Tout ça lors d'un mouvement perpétuel et insensé, cyclique oserais-je dire. Parfois je crois que je suis dans un rêve, ce genre de rêve où tu sens une boule dans ta gorge, une boule qui à elle seule te rappelle la réalité, tu sens progressivement monter en toi un sentiment bizarre, un mal de tête atroce. Ton corps se bourre de tics, tu agites les coudes et les genoux, tu réalises que tu étais en train de dormir, à plat sur ce sol sale et bordé d'immondices. Puis, une main géante te soulève par le col et te balance furieusement contre une table de poker. Tu entends le bris du bois, tu vois les cartes voler, tu es réveillé.

- Espèce d'enfoiré ! T'as dit quoi sur ma mère, hein ?!

Un grand gaillard, un chauve à la barbe tressée, te regarde avec des yeux injectés de sang, le visage grimaçant, il est en colère. Après le rêve, la réalité ressurgit comme un coup de poing dans la gueule, et ce qui était évident dans le rêve te semble absurde et tout ce que tu avais oublié revient à une vitesse presque absurde. Tu te souviens, tu sais ce que cette montagne de muscles te veut, mais tu peux pas t'excuser. T'auras beau ravaler ta fierté, ça te nourrira pas des masses, car t'es bourré, mon vieux. Trempée dans l'alcool, ta langue fourchue s'envenime en racontant les pires conneries.

- J'ai dit... huh... que ta mère devait sûrement avoir un... putain de gros cul... pour accoucher... d'un... héhé... macaque comme toi. Hic !

Je suis réveillé, je suis bourré, j'ai mal au nez. Le gorille pousse un rugissement, il est pas vraiment jouasse après de telles insultes sur sa maman adorée. Il me soulève une nouvelle fois, je dévale toute la longueur bar sur le ventre, je me cogne contre une armoire et une bouteille de vin tombe sur mon ventre. L'ivrogne ses réflexes, je la débouche et bois comme un goret, le liquide rosé dégouline sur ma gorge. J'entends cet écervelé se moquer de moi, prendre sa revanche contre ma mère, mon supposé père, ma sœur etc...

Il croit qu'il en a fini avec moi. La bonne blague. Ce qui est bien avec la bière, c'est que ça ravive en toi un amour-propre, une fierté sans objet. Je dois dessaouler, ne serait-ce qu'un tantinet. Le barman, envoyé du ciel, pose à côté de ma dépouille une bassine d'eau glacée, il aurait lu dans mes pensées ? Nan, c'est juste son boulot, qu'il mêle à la pitié, bon gars va. Ni une, ni deux, je noie ma tête dans l'eau, je sens mes joues brûlés par le froid, mon œil aussi, comme si le simple fait de le fermer ne le préservait pas de la douleur. Pourtant l'autre, ça va, pourquoi ? Ah, c'est vrai, saleté de bière, ça fait un bail que j'ai plus d'œil gauche. Et là je me dis que si je me suis rendu compte de ça, c'est que je dois déjà avoir repris un peu mes esprits. Je dégage la tête de la bassine et prend une grande bouffée d'air devant l'œil hébété du vieux proprio qui croyait sûrement à ma noyade. Ça aurait été une triste fin, non ? Non ? Non... c'est vrai, de toutes façons, j'en suis même pas encore a commencement... tiens, mon taux d'alcool semble encore avoir baissé. Il est grand temps que j'aille demander mon reste.

Je me relève, difficilement. Tout est encore flou mais je distingue la silhouette énorme de cet énergumène. J'empoigne ma bouteille à-demi remplie...
Il parade, il rigole, il se moque encore. Il montre ses biceps, acclamé par un brouhaha agaçant. Ses dents jaunes se dévoilent par petites interstices, moquerie après moquerie. Il se doute de rien, ce bon vieux singe, mes son rire gras s'arrête net lorsqu'il sent des gouttes tapoter le sommet de son crâne, là il tire carrément la gueule. J'entends les cris dissuasifs du barman, je les ignore. Le chauve à la longue barbiche se retourne lentement, il retrouve sa jolie grimace, je lui sourie en bon ami. Imbibé d'alcool, il me hurle au visage, puis se prend un coup de boule, il bouffe mes cheveux roux dans sa face et s'écroule sur son tabouret, le nez en sang. J'ai pas arrangé ma migraine mais je me sens bien mieux, et ça se voit. Mon sang brûle, mes lèvres se tiraillent et mon regard devient encore plus noir que mon bandeau, je serre les poings. Un public improvisé se rassemble autour de nous et frappe les tables, frappe le sol avec une excitation hors-norme, ils hurlent "Baston ! Baston ! Baston ! Baston !".

Je sens que je vais bien me marrer. Je ne sais pas d'où ça vient mais une musique retentit à mes oreilles, probablement des clochards, prêts à faire sonner les guitares pour une pièce de plus. Je tendis le bras et lui fis signe :

- Allez, le gros bébé à sa maman, ramène-toi !

Il ne se fait pas attendre et balance sa droite, je l'esquive en me reculant. Il persiste, une gauche, une droite, un crochet, tout ça je le vois et je l'évite, coup de sang par coup de sang, chaque poing dans le vent soulève mon cœur et fait monter l'adrénaline. Je bloque le quatrième coup avec ma main et riposte par une gifle bien sentie. Je tergiverse trop, il me bloque le bras et me pète le nez avec son coude. Deux gouttes de sang pleuvent sur le sol. Mon taux d'adrénaline chute brusquement, bordel, il a repris l'avantage. Mais qu'est-ce qui m'a pris de vouloir jouer les danseuses ? Je lui rebalance une claque, ça lui fait rien, il me met une droite, ma tête part en arrière, retenue par sa ferme emprise sur mon col, son favori. Le "combat" continue : une claque, une droite, une claque, une droite... Mon col devient la seule chose qui me permet de tenir debout, mes jambes ne sont plus que des carcasses vides, croulantes. Teigneux, je lui crache au visage. Furieux, il étreint ma gorge. Je n'arrive plus à riposter, ce salaud a des bras en béton, il veut me tuer ou quoi ? Je prends en compte ma dernière option, je lâche ses poignets et cherche dans la poche de mon pantalon, j'en sors un briquet. Dans un dernier sursaut, je mets le feu à sa barbiche imprégnée du vin que j'avais renversé. C'est l'enfer sous son menton, preuve qu'on vent pas que de l'alcool de merde dans le coin. Il panique et tire encore plus la gueule, il s'enfuit tout feu tout flamme du pub et se jette dans une flaque de pluie, une chance pour lui que la journée d'avant était humide.

Le coup de grâce comme on dit. J'empoigne fermement un tabouret et enfonce la porte de sortie. Il est là, allongé dans la boue en train d'éteindre les dernières flammèches. A peine sort-il la tête de la merde qu'il se prend mon projectile en pleine tête. On peut être bourré et bon viseur, c'est compliqué, mais c'est possible. Je le laisse dans sa mare et revient au bar commander une bière aimablement payée par les spectateurs. Aux flutes et aux guitares suivirent les applaudissement d'une foule qui aura au moins vu un truc d'intéressant aujourd'hui.

- J'ai pas de quoi payer, mais c'est ma tournée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lohan Lawford
*[ Habitant de Suria ]*

avatar

Nombre de messages : 10
Âge : 19 ans
Signe(s) particuliers(s) : Yeux gris tournant vers le violet.

Serment d’allégeance : Les Sentinelles.

Porte-monnaie : 0.

{ All About You
Profession: Sentinelle
Race: Humain
Effets Personnels:

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'il a mon oeil ?   Jeu 21 Avr - 3:57

Le tabouret avait fait un merveilleux vol plané : un de ces vols qu'on n'oublie pas en l'apercevant. Il avait d'ailleurs suivi dans ce ballet improvisé l'homme qui s'était fait éjecté dans la boue en dessous du trottoir, un genre de mélasse peu ragoûtante qui envahissait les caniveaux après un temps pluvieux. La rencontre du pauvre objet avec la tête de l'individu avait émis un bruit sonore, presque creux, poussant un passant à s'arrêter pour observer avec attention. Les deux mains dans les poches comme il avait l'habitude de le faire, Lohan avait stoppé sa promenade lorsque l'énorme silhouette lui avait barré la route pour s'affaler devant lui. Parfaitement calme, le jeune homme arqua l'un de ses sourcils, poussant un sifflement limite impressionné. Au moins, dans ce quartier, c'était animé : tout ce qu'il lui fallait pour se divertir un peu. Ca, au moins, c'était autre chose que les dîners forcés chez son "père", parmi les gens de la Haute qui levaient le petit doigt pour soulever le moindre aliment, la moindre fourchette, le moindre récipient. Ca, c'était les quartiers malfamés et ils se rapprochaient bien plus de ceux de Darnasus : le genre d'endroits qui lui étaient bien plus familiers en somme. Jetant un regard vers le chiot qui l'accompagnait, Lohan hocha la tête et fit mine de se diriger dans la direction de l'entrée de la bâtisse. Il n'avait eu l'honneur d'y entrer qu'une seule fois et avait approuvé un accueil appréciable : peut-être que l'amusement serait de mise cette fois en plus du reste ? Un sourire se formant sur ses lèvres, il fit donc de son mieux pour se rendre présentable, essuyant négligemment la semelle de ses chaussures sur le gros tas qui gisait sur le sol avant de pénétrer dans la place, suivit de près par Pocky.

L'attraction locale semblait être un bonhomme à l'air pas frais qui faisait mine de boire près du comptoir. Des applaudissements retentissaient de partout, tandis que l'auteur de la mise en ambiance bagarreuse se plaisait à déguster une boisson qui serait peut-être de trop vu son état. Fort heureusement, Lohan ne hurlait pas à qui voulait l'entendre que son statut lui permettait d'arrêter les importuns comme bon lui semblait, et c'était tant mieux. Les personnes qui le connaissaient en tant que Sentinelles savaient déjà combien il n'était pas chiant sur les principes et suffisamment lucide pour laisser les gens tranquilles quand il n'était pas en service. Dans sa tenue de civil, au moins, il avait le mérite de passer pour un jeunot pépère des bas fonds de son pays natal. Les quelques abrutis qui avaient eu le malheur de s'en prendre à lui pour son grade de Sentinelle, s'étaient vus faire un arrêt direct sur le sol... avant d'être gentiment invités à dîner pour oublier tout les désagréments.

- Hey, Lohan ! Pas en service aujourd'hui ? S'écria l'un des clients en le reconnaissant.

- Ca fait un bail qu'on a pas vu ta trogne dans l'coin ! T'as loupé un sacré spectacle, mon gars ! Renchérit un autre.

Dans ce bazar sans nom, et tandis que son maître adressait quelques signes de la main pour saluer quelques connaissances, Pocky savait parfaitement où se rendre depuis le temps : aucune serveuse ne pouvait résister à la bouille de chiot qu'il présentait en leur tournant autour pour mériter des biscuits ou autres friandises que l'on se plaisait à lui donner. Le laissant aller, Lohan fit son chemin jusqu'au comptoir. C'était un véritable bordel ! De la vaisselle cassées, des liquides qui jonchaient le sol et des meubles renversés... et le propriétaire qui cherchaient à tout ramasser en vitesse pendant que la foule acclamait ça. Quel gâchis...

Lohan fit claquer sa langue contre son palais, ramassant un plateau tombé à terre, avant de prendre place sur un tabouret haut, non-loin du responsable de la pagaille. Au plus grand étonnement de la personne qui gérait le bar, le jeune homme ne commanda que du lait. L'alcool avait le don de l'exaspérer et il en détestait le goût. C'était tout simple, tout clair : il n'appréciait pas de sentir ce truc amer et fort dans sa bouche et évitait d'en consommer autant qu'il lui était possible de le faire. Ce fut donc avec le plus grand contentement qu'il porta son verra à ses lèvres, prenant une gorgée avant d'adresser quelques mots à son voisin de comptoir :

- Hé, la célébrité locale, pas mal le nouveau paillasson à l'entrée.

Nouvelle gorgée de lait, et le voilà qui posait sa main sous son menton en perdant son attention sur les bouteilles comme si de rien n'était :

- Et tu comptes laisser le patron ramasser la merde que t'as mis ou te décider à décuver pour lui donner un coup de main ?

Des remontrances ? Nan... Lohan n'était pas moraliste, il se contentait d'énoncer les faits tels qu'ils étaient à l'instant. Ce que ses interlocuteurs pouvaient en penser lui était égal et ça ne l'empêcherait pas de continuer à boire. Si vous aviez posé la question aux autres clients, ils auraient pourtant juré que le gamin était en train d'en remettre une couche : juste pour ses petits plaisirs d'adrénaline, et sa capacité à se faire de nouveaux copains au travers d'un boxon phénoménal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Heartless
*[ Habitant de Suria ]*

avatar

Masculin Nombre de messages : 8
Âge : 19 ans.
Capacité spéciale : Odorat développé
Signe(s) particuliers(s) : Borgne

Porte-monnaie : 0.

{ All About You
Profession: Mercenaire
Race: Humain
Effets Personnels:

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'il a mon oeil ?   Ven 22 Avr - 19:48


- On s'connait ?

Je lui réponds ainsi à l'aveuglette, sans même lui adresser le moindre regard : en même temps, ce nouvel arrivant s'est installé du côté de mon œil mort. Je n'entends que sa voix, un voix enjouée, une voix jeune... Enfin, je veux dire que rien qu'à l'oreille on ressent que c'est un gars énergique. L'alcool, douce liqueur, me demande de l'imaginer, à force de chercher à comprendre, je me fais un topo du loubar. Il doit avoir un peu moins d'une vingtaine d'années, je pense à une sorte de p'tit voyou, une grande gueule, le genre de personne qui s'écroule raide morte après s'être vanté de pouvoir s'enfiler dix bouteilles à la suite. Les abonnés du bistrot se sont légèrement agités lors de son arrivée, c'est un habitué, ou bien un phénomène de foire, ou un type sacrément moche. Et si ça se trouve, c'est même pas un gars, une grosse laideur à la poitrine velue avec une voix d'homme, comme la femme du barman. Tiens, elle est dans les parages en plus, je la vois derrière le comptoir, en train de coudre. Je porte la choppe de bière à mes lèvres mais je suis soudain interrompu par une odeur inhabituelle, le genre de senteur qui fait tâche dans le paysage...

- Du lait ?

C'est à partir de là que je lui adresse mon premier regard. Ma vue est d'abord totalement concentrée sur son verre rempli d'un liquide blanchâtre, le genre de truc que j'aurais jamais commandé à un barman. Il boit du lait ? Ici ? Et là mon unique œil remonte jusqu'à son visage. Et là je me pose une seconde question...

- Hé, t'as quel âge ?

Nan mais regardez-moi ça... c'est un gamin, obligé. Son petit sourire agaçant, ses paupières plissées pour donner une fausse impression de candeur, ce joli petit minois qui aurait pu appartenir à une fille, ou à une fillette. Sa peau blanche qui vient encore piocher du côté de la fillette, ses cheveux noirs, longs et souples qui semblent encadrer un tableau... Et le lait, le lait ! C'est un enfant, ou un garçon manqué, y'a que ça, ça peut être que ça ! Non, attendez... à sa ceinture... il porte un katana ? Ce gnome porte une arme ? Non mais franchement, quel âge il a ? Je crois qu'il me répond, ses lèvres rosées bougent, mais j'entends qu'un amas de bruits sourds. J'ai de plus en plus mal à la tête, je devrais arrêter de boire, plus j'en ingurgite, plus ça arrache. J'ai l'impression que la picole prend possession de mon corps parfois, j'ai des petits tics incontrôlables, au niveau des bras, des mains, des doigts, ça chatouille, ça me fait des fourmis. Mais je sens que ça redescend, j'ai l'impression que mes orteils frissonnent, que mes chevilles tremblent, comme si tout mon corps se vidait. Ouh là... ça m'inquiète... cette sensation devient de plus en plus violente... ça fait mal... Comme si on me plantait des épines dans le mollet, comme si j'étais pris dans un piège à loup, j'ai la nette impression de me faire bouffer cru par un animal sauvage. Je déplace mon regard vers ma jambe droite, histoire de vérifier si on est pas réellement en train de me mordre la jambe. Et là, je bondis de mon siège et monte sur le comptoir en hurlant de terreur.

C'est comme ça, j'y peux rien, ça me fait horreur... Oui... ces crocs acérés et meurtriers, ses oreilles pointues comme des dards, ses pattes velues et griffues, ses yeux noirs, inexpressifs, psychopathes et sournois, cette queue frénétique qui s'agite sans raison, guidée par la folie. Pas de doute, c'est un chien !

- Gaaah !! Bordel, virez-moi ça, virez-moi ça ! Vite ! J'en peux plus, mettez ça dehors !!

Quoi ? Qu'est-ce qu'il y a de marrant ? Vous croyez que ça m'amuse, moi ? J'ai une sainte horreur de ces bestioles, de leur bave acide, de leur regard fusillant ! A côté, de moi, abasourdi, il y a encore ce petit homme qui me fixe comme si j'étais le dernier des tarés. Les yeux de l'animal sauvage nous fixent lui et moi tour à tour. Se pourrait-il que ce minus soit son maître ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lohan Lawford
*[ Habitant de Suria ]*

avatar

Nombre de messages : 10
Âge : 19 ans
Signe(s) particuliers(s) : Yeux gris tournant vers le violet.

Serment d’allégeance : Les Sentinelles.

Porte-monnaie : 0.

{ All About You
Profession: Sentinelle
Race: Humain
Effets Personnels:

MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'il a mon oeil ?   Dim 8 Mai - 19:22

- Pourquoi ? T'es Sentinelle ?

Qu'est-ce que c'était que ce truc qui s'en venait lui demander son âge juste parce qu'il buvait du lait dans un bar ? Encore un qui n'avait connu que les affres d'une vie à se rouler dans la boue sans apprécier autre chose que l'alcool, tiens. C'était fou ce que les gens traitaient bien ceux qui étaient un peu différent du cliché habituel de l'ivrogne. Alors que le type louche dirigeait son regard vers lui pour le dévisager, incrédule, Lohan haussa un sourcil et s'occupa de son verre sans plus de cérémonie : à priori, il n'avait pas l'intention de réparer les dégâts. D'où il sortait celui-là ? Et le voilà qui bondissait soudainement sur le comptoir en hurlant comme une fillette. Hé quoi ? Il avait vu une souris ? Ah non... ce n'était que Pocky. Le jeune homme se demandait bien quelle mouche avait piqué son chien d'aller renifler un hurluberlu pareil. Sans doutes l'odeur qui lui avait déplu ?

- Pocky, arrête de faire peur à ce monsieur, ricana Lohan en attrapant son chiot pour le poser sur le comptoir, près de lui.

Dans le bar, certains éclatèrent de rire, d'autres gloussèrent dans leur barbe, dans tous les cas, la situation avait l'air parfaitement hilarante. Se saisissant d'une assiette creuse qu'il posa suffisamment loin du bonhomme qui s'agitait, la sentinelle y versa le reste de son verre de lait pour en faire profiter son petit compagnon aux iris bleus et l'obliger à se tenir tranquille. Ceci fait, il redressa ses prunelles mauves dans la direction du gugusse, étirant le coin droit de ses lèvres en un rictus amusé :

- Tu peux descendre, je t'ai sauvé. L'horrible monstre ne te mangera pas tout cru. Par contre, si tu ne veux plus le voir, je te conseille d'aller dehors toi-même.

S'en suivit un petit aboiement sonore pour appuyer ces dires. Pocky était-il d'accord ou s'agissait-il d'un hasard ? Allez savoir, personne ne pouvait vraiment comprendre le langage d'un animal qui n'était pas sien. Lohan se serait bien gardé d'en faire étalage si tel était le cas en ce qui le concernait. Le jeune homme se contentait de se tenir entre l'ivrogne et son protéger.

- Enfin, quand je dis qu'il ne te mangera pas tout cru, c'est juste qu'il n'en a pas encore l'âge, ajouta Lohan en haussant les épaules

Sautant finalement de son tabouret, il finit par se baisser vers le sol afin de ramasser les divers objets et éclats de verre qui étaient tombés précédemment. Le barman faisait peine à voir en cherchant à se débrouiller comme il le pouvait pour assurer le ménage et le service, sans parler de la serveuse qui tâchait de répondre aux demandes des clients et de se précipiter dans tous les coins du comptoir pour attraper les divers récipients utiles. S'il faisait ça par pitié ? Pas vraiment, l'on pouvait simplement parler de naturel. Lohan avait connu la pauvreté de Darnasus, les disparités sociales et le lot de choses pas nettes qui allaient avec. Ici, on était dans les quartiers malfamés d'Anthélima, ce qui offrait non seulement une clientèle difficile, mais aussi un niveau de vie en conséquence. De reste, se payer autant de vaisselle cassée serait un luxe pour le patron par la suite.

- Hé ben... Regardez-moi ce bazar ! Murmura-t-il en posant le tout sur le comptoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Qu'est-ce qu'il a mon oeil ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Qu'est-ce qu'il a mon oeil ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trois chemins qui se croisent (PV Oeil de Lynx et Nuage de Cerisier)
» Vision cauchemardesque [Pv : Dark_Sky (Sora) et Oeil d'Argent]
» L'Oeil de Jupiter [PV Siegfried]
» Clin d'oeil à Moustique...
» La flèche qui ne perça pas que l'oeil de boeuf (Pv Camelle)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Suria :: ● Quartiers malfamés. :: Pubs.-
Sauter vers: